Le Royaume de Bretonnie
Bienvenue en Bretonnie, manant(e) ! N'oublie pas, avant toute chose, de te présenter selon le Sainct Patron de Présentation dans la section prévue à cet effet : http://labretonnie.forumactif.com/t1-presentation-voici-le-patron-que-vous-devez-suivre



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tournoi de trébuchets de Couronne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mictlantecuhtli
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 266
Localisation : Belgique, province de Liège
Date d'inscription : 16/06/2016

MessageSujet: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Mer 12 Juil 2017 - 5:04

Avis : Le présent sujet est destiné à la publication des résultats de tours, ainsi qu'aux développements scénaristiques des participants. Chacun est bien entendu libre de poster des commentaires relatifs aux actions en cours (il faut bien des supporters à toute manifestation "sportive"). Les remarques connexes n'ayant pas trait à l'action elle-même (commentaires sur le fond, la forme, etc.) sont à poster dans le sujet "Empoignade estivale" ; ce afin de préserver l'évènement des digressions. Attention contrevenants, j'ai des modérateurs chatouilleux parmi les participants qui veilleront au bon ordre des lieux ! Bon amusement aux concurrents et aux lecteurs de passage.

LE TOURNOI DE TRÉBUCHETS DE COURONNE


Duché de Couronne, 10 lieues à l'ouest de la capitale, peu après l'heure du thé.

Du haut de sa tour d'observation, le seigneur Mictlantecuhtli assistait satisfait au va-et-vient de la foule qui gagnait peu à peu les rangées de bancs. Plusieurs dizaines de nobles, plus d'un millier de gueux et même quelques étrangers se pressaient dans les allées pour poser leur séant sur l'une des rares places encore libres. Le roi et ses proches étaient déjà installés dans la tribune d'honneur et conversaient joyeusement. Alors qu'il laissait traîner son regard sur ces hauts personnages, Mictlantecuhtli s'avisa de la présence de l'enchanteresse au côté du monarque. Alors que leurs regards se croisaient, il lui adressa un léger sourire en coin accompagné d'un discret hochement de tête. La dame lui rendit son salut et semblait s'amuser du spectacle d'un seigneur bretonnien ainsi perché sur une structure à la stabilité douteuse.      

L'impatience et la curiosité de la foule étaient presque tangibles. Depuis plus d'une semaine, des hérauts avaient couru tout le duché et ses plus proches voisins pour annoncer la tenue d'une bataille de trébuchets. Un divertissement nouveau qui, pour tout populaire qu'il paraisse, avait rameuté la fine fleur de la chevalerie. Les nobliaux de tous poils étaient pressés de dilapider leur argent en paris risqués pour leur bourse mais non pour leur vie. Le concept avait incontestablement des atouts pour plaire.  

La vue qui s'offrait à présent aux spectateurs enflammait d'avantage leur imagination : en contrebas de la colline qui accueillait les gradins s'étendait une vaste vallée entièrement noyée d'une brume surnaturelle. Le soleil avait beau darder de tous ses rayons, rien ne semblait pouvoir la dissiper. L'oeil le plus perçant n'aurait pu y déceler un dragon dansant une tarentelle.  

Quand le tohu-bohu se fut enfin calmé, le seigneur Mictlantecuhtli adressa un geste aux musiciens qui firent retentirent les notes graves et profondes d'une dizaine d'olifants. Le silence s'étant installé, l'organisateur s'adressa à la foule du haut de son perchoir :

Sire, nobles seigneurs et gentes dames - les gueux comptant pour rien -, c'est avec plaisir et fierté que je vous souhaite la bienvenue à ce premier tournoi de trébuchets de l'histoire du royaume !

Un tonnerre d'applaudissement salua l'ouverture officielle de la compétition. Une fois le brouhaha apaisé, il reprit :

Afin de répondre aux légitimes questions qui doivent vous tarauder quant à la suite des évènements, permettez que nous procédions à une petite démonstration.

Sur un nouveau signe de la main, un trébuchet assemblé à côté de la tribune royale envoya son projectile haut dans les airs avant qu'il ne retombe lourdement au beau milieu de la vallée. A l'impact, l'onde de choc dissipa la brume sur quelques mètres à la ronde, révélant la véritable nature du terrain.

Tous ne comprirent pas immédiatement l'intérêt de ce tir, jusqu'à ce que quelques esprits plus vifs que les autres remarquent que le brouillard magique ne réclamait pas l'espace perdu. Des murmures ne tardèrent pas à s'élever et à se propager parmi la foule. La fascination se disputait à l'inquiétude au vu de l'étrange sorcellerie qui était visiblement à l'oeuvre dans la vallée.  

D'un clin d'oeil furtif, Mictlantecuhtli exprima toute sa satisfaction pour le travail de l'enchanteresse. Cette dernière afficha très ostensiblement son contentement et, s'enfonçant confortablement dans sa chaise, se mit à jouer avec l'une de ses boucles d'oreilles aux longs fils d'or et diamants étincelants. Toute enchanteresse qu'elle était, elle n'en restait pas moins femme ; et Mictlantecuhtli ne connaissait que trop bien la commune faiblesse de ces créatures pour la joaillerie. Ces bijoux lui avaient coûté un bras, mais le sortilège obtenu en échange semblait répondre à toutes ses attentes.  

Elevant la main avec une lenteur calculée, il en appela au calme avant de poursuivre ses explications :

Comme vous pouvez le constater, le choc dissipe durablement le brouillard masquant pour l'heure la position des trébuchets de nos estimés concurrents.

Puis, s'adressant plus particulièrement aux commanditaires des six machines de guerre :

Messires, vous avez eu le loisir de communiquer vos instructions au trébuchet vous représentant avant qu'il ne gagne sa position. A partir de maintenant, ses servants se trouvent livrés à eux-mêmes. Chaque trébuchet dispose d'un guetteur. A l'émission d'un signal sonore qui lui est propre, il ira se percher au sommet de la structure. Grâce au remarquable travail de notre enchanteresse, son buste pourra tout juste émerger au dessus de la brume afin qu'il prenne connaissance de l'état des lieux. Chaque équipage sera ainsi appelé à tour de rôle pour observer son environnement. Après quoi, le signal d'envoi sera donné et d'implacables rochers envahiront les cieux avant de chuter avec fracas pour votre plus grand plaisir !  

La foule applaudit une fois encore à la perspective du spectacle qui allait bientôt s'offrir à elle. Mictlantecuhtli laissa l'enthousiasme atteindre des sommets avant d'aborder le point le plus important.

Chacun d'entre vous se demande sans doute quelle récompense attend le vainqueur. Aussi, permettez que je lève le voile sur ce mystère : au commanditaire du dernier trébuchet actif et à celui de l'équipage ayant accumulé le plus de points, j'offre un trébuchet en or massif parfaitement fonctionnel !

Un silence de mort s'abattit sur l'assemblée, estomaquée par cette révélation inattendue. Tous les regards se braquèrent d'un coup vers deux grandes tentes dressées un peu à l'écart, cernées de gardes à la mine patibulaire et au dessus desquelles flottait la bannière d'Aurevallis. Nul n'y avait prêté attention, du moins jusqu'à présent. Le roi brisa le silence :

De vrais trébuchets ? Vous voulez sans doute parler de modèles réduits ?

Nullement Sire. Il s'agit bien d'authentiques trébuchets.

Après un nouveau blanc de quelques secondes, et tel un coup de tonnerre, la clameur éclata. Chacun haussait le ton pour être entendu de ses voisins et les grands seigneurs bavaient presque à l'idée de la fortune qui les attendait. Certains voyaient déjà le trophée trôner au beau milieu de la cour de leur château, d'autres, plus pragmatiques, calculaient la montagne de pièces qu'ils pourraient frapper en fondant l'engin. Ceux qui n'étaient venus qu'en spectateurs enrageaient de ne pas avoir aligné un équipage. Tous s'étonnaient et enviaient les époustouflantes richesses de cette seigneurie méconnue qui avaient permis à son titulaire une débauche de moyens aussi ostentatoire.

Un paysan anonyme parvint tout de même à faire entendre une question, adressée directement à l'organisateur :

M'seigneur, quelle qu'elle est la récompense por les pov' gars qui s'ront pô écrabouillés ?

Bien qu'atterré par cet accent de Guyenne - qui n'était pas sans lui rappeler quelque chose - son "interlocuteur malgré lui" jugea bon répondre afin de magnifier son effet :

Une pièce d'argent par tête.

Le tumulte atteignit instantanément des proportions inimaginable ; à la limite de l'hystérie collective. De nombreux gueux n'auraient pas hésité à employer leur propre femme comme projectile en échange d'une chance de toucher cette somme faramineuse.

Il fallut longtemps et plusieurs appels d'olifants pour capter à nouveau l'attention du public. Mictlantecuhtli devait mobiliser d'énormes efforts de volonté pour ne pas exposer au grand jour toute sa satisfaction. Les choses se déroulaient pour l'heure comme il les avait envisagées.

S'inclinant à nouveau légèrement en direction de l'enchanteresse, il la pria de passer à la suite du plan convenu :

Si madame veut bien se donner la peine.

Avec le grand sourire de celle qui sait qu'elle va stupéfier les foules, la dame se redressa et agita gracieusement la main. De complexes arabesques brillèrent un instant devant elle. Le rocher lancé pour la démonstration tomba rapidement en poussière et le sol se referma progressivement sur les stigmates de l'impact. Sitôt les dernières traces effacées, la brume engloutit les quelques mètres carrés d'herbe verte.

La noblesse comme la roture échangea des regards entendus et les murmures reprirent de plus belle.

Messires, bonnes gens, que le tournoi commence !

Les acclamations fusèrent tandis que les musiciens sonnaient l'appel aux équipages pour le premier tir. Mictlantecuhtli croisa les doigts, car il attendait beaucoup de cet évènement. Ce n'est pas des tréfonds de son domaine perdu aux confins de la forêt d'Arden qu'il pouvait gagner du prestige à la cour royale. Cet évènement, c'était sa chance de briller, et il n'entendait pas la laisser passer.

--------------------------

Messires, à vous le soin. Le premier tour est officiellement ouvert. J'attends vos choix de tir et vos éventuels écrits par messages privés d'ici au mercredi 19 juillet au plus tard.

Bonne chance à tous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaops
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 447
Age : 23
Localisation : Marienburg
Date d'inscription : 24/12/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Jeu 13 Juil 2017 - 22:29


     Cédric le Normand sentait bien que ce tournoi allait vite tourner au spectacle étrange et quelque peu morbide en un sens. Non pas qu’il se sente mal à l’aise à l’idée que des gueux puissent mourir écrasés par divers projectiles, mais le fait que des gens dans le public apprécie de voir cela le gênait un peu. Enfin, il ne pouvait pas dire grand-chose contre. Le seigneur de Mélinor voulait tester son trébuchet, alors test il y avait. Maintenant il n’y avait plus qu’à espérer que ledit trébuchet puisse être ramené en un seul morceau et non sous forme de petit bois. Si cela devait arriver, non seulement le seigneur Valmond allait devenir vert de rage… mais en plus Constance de Mélinor, femme dudit seigneur, allait à coup sûr les sermonner tous les deux pour leur expliquer à quel point l’idée de venir ici était une perte de temps. A vrai dire, Cédric était bien plus terrifié à l’idée du sermon de dame Constance que de son seigneur. Alors qu’en plus, il n’avait rien demandé !

     Tout en ruminant, et après avoir trouvé une place relativement calme dans les tribunes, Cédric observa le discours de lancement. Si la magie de la prophétesse était impressionnante, c’est l’annonce des récompenses qui lui fit lever un sourcil d’étonnement. Le seigneur Valmond ne lui avait pourtant pas parlé d’une quelconque récompense… Voilà qui allait compliquer la logistique pour le retour vu qu’il n’avait pas assez de main d’œuvre pour ramener ledit trébuchet d’or en plus du sien !  Surtout qu’un trébuchet fait de ce métal noble allait peser infiniment plus lourd que la version en bois ! Mais il s’avançait trop. La victoire était encore loin d’être acquise. Maintenant, il fallait espérer que l’équipage du domaine allait réussir son coup. Ce qui, au vu des gaillards en question, était presque une peine perdue.

     Cédric soupira bruyamment. Il n’avait plus qu’à observer le massacre à présent. Soudain, le chevalier se rappela que le nom d’un certain Guillaume de la Tour avait été annoncé. Son vieil ami était donc présent ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paps
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 909
Age : 36
Localisation : Perfide Albion
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Jeu 13 Juil 2017 - 22:40

Bien installé dans la tribune des Nobles du Royaume de par son rang, le Duc Gombaud de Guyenne devisait à bâtons rompus de la démonstration de la magicienne avec ses voisins. Tandis que l'un d'eux s'esbaubissait plus de la nouvelle parure de celle-ci que de ses prouesses magiques, le Duc aperçut son Sergent d'Armes, Gaston, qui revenait du champ. Il se leva, s'excusant auprès de ses interlocuteurs, et se dirigea vers le bord de la tribune pour discuter avec son vassal tout en pensant que le Comte de Miche-Où, celui qui discourait plus volontiers sur les atours d'une femme que sur la femme elle-même, était un bien curieux personnage. Il paraîssait qu'il donnait fête sur fête en son château, mais qu'il n'y avait nulle présence féminine en-dehors des rares compagnes de chevaliers invités, ou que s'il y en avait, elles étaient de haute taille, fortes d'épaules et au timbre grave.
Se penchant par-dessus la balustrade de la tribune, il héla son Sergent.

"Gaston ! Approchez ! Avez-vous porté mes instructions à l'Albionnais ?

- Oui, M'seigneur, fit le vétéran. J'y ai ben dit qu'vous lui laissions choisir c'qu'y veut pour les tirs, mais qu'y d'vait museler la vache pour pas qu'elle meugle. Il est pas trop content, que c'est la meilleure partie de l'affaire, qu'y dit, mais qu'y f'ra comme M'seigneur a demandé. Mais j'pige point pourquoi et lui non plus.

- Ah ! J'imagine sans peine la surprise du public lorsque la première de ces bêtes fera son apparition hors de la brume ! Mais il faut aussi être un peu stratège dans cette partie pour ne pas être éliminé trop tôt : que les équipages ne peuvent pas voir d'où provient un tir, c'est une chose, mais s'ils peuvent l'entendre, nos gueux se feront pilonner en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.

- Vous pouvions point d'mander à notre magicienne de lancer un sort pour faire taire les vaches, M'seigneur ?

- Non. Avec un terrain de nature magique, toute interférence serait aussitôt détectée et nous pourrions être accusés de tricherie. On ne triche pas en présence du Roy ! C'est un coup à se faire confisquer des terres ou nominer ambassadeur en Arabie, des âneries pareilles.

- J'ai un cousin qui est au service de l'ambassadeur en Tilée, le Vice-Comte de Padoure, M'seigneur, y paraît qu'c'est pas si mal qu'ça. Qu'y z'ont toujours des p'tits trucs bizarres à grailler qu'y z'ont beaucoup de succès. Même qu'y sont recouverts d'or, qu'on dirait des couil...

- En Arabie, ils décapitent les Bretonniens à vue, Gaston.

- Ah... Y a pas de p'tites couilles dorées à manger, alors ?

- Sauf s'ils décident de te les arracher pour les servir au repas, non, Gaston. Revenons à nos affaires : as-tu précisé la suite de mes instructions à notre maître balistaire ?

- A qui donc, M'seigneur ?

- A l'Albionais, Gaston...

- Ahhh... Oui-da, M'seigneur. Que si sa position venait à être repérée, y pouvait arrêter de baillonner les vaches tant qu'y peuvent en balancer. Même qu'ça lui a arraché un sourire quand j'lui ai dit.

- Parfait. Ainsi, s'ils ont au moins l'occasion de lancer une vache de plus, le bruit qu'elle fera distraira la foule ; je suis sûr que le Roy appréciera ce divertissement supplémentaire. Et ça fera toujours de la publicité pour les vins du Duché auprès des gueux quand ils se souviendront de la vache. Maintenant, va chercher l'intendant du Roy et dis-lui, après que la première vache ait été lancée, que je fais don de la viande aux pauvres de Couronne pour leur brouet d'après-tournoi. Et qu'ils n'oublient pas de mentionner mon nom lorsque les héraults en feront l'annonce !

- Oui, M'seigneur. Z'êtions ben bon, M'seigneur. Y z'ont ben d'la chance, les pauv' de Couronne : il faut retirer les petits cailloux qui s'incrustent dans la viande, mais y paraît que ça l'attendrit vachement, même qu'les vieux sans dents peuvent en manger... Hé hé hé, vachement..." dit-il en rigolant de son propre, mais navrant jeu de mot.


Les trompettes sonnèrent l'imminence de la première volée de tirs, suscitant l'hystérie de la foule.


"Allons, ne perds pas de temps !" lança le Duc à Gaston en le congédiant d'un geste pressé.

Il s'en retourna vers son siège en lorgnant la tribune royale, où étaient installé le Roy Louen, le seigneur Mictlantecuhtli et la magicienne ayant fait la démonstration plus tôt. Le Roy aimait son peuple, et le peuple adorait son Roy. Si Louen apprenait que le Duc faisait distribuer de la nourriture aux pauvres, ce dernier pourrait probablement en retirer quelque faceur de la cour. Son rival de toujours, le Baron de la Tour, était intouchable, dans les hautes sphères, grâce à la renommée de la Saincte Cave. Il fallait donc au Duc trouver d'autres moyens pour grapiller un peu plus de pouvoir aux dépends du Baron. Et des autres tant qu'à faire. On peut être un Noble Bretonnien et avoir quelques notions des intrigues de cour, quand même.

Le Duc marqua un temps d'arrêt juste avant de regagner son siège : était-ce son imagination ou le Comte de Miche-Où venait-il de lui lancer une oeillade ?

_________________
Á la guerre, comme en amour, le corps à corps seulement donne des résultats.
Blaise de Monluc

For Pony!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Parangon de vertu
avatar

Nombre de messages : 2444
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Jeu 13 Juil 2017 - 22:45

Un petit groupe d'hommes d'arme bouscula tout le monde dans les tribunes. Au milieu du groupe se tenait un chevalier qui lançait des « Excusez-moi ! Pardon ! Place ! Place ! Mes excuses » tout en essayant d’avancer dans la foule.

Au départ, Cédric le Normand n’y porta pas attention, mais au fur et à mesure de l’avancée des hommes d’arme, il se rendit compte qu’ils s’approchèrent de lui. Il tourna la tête vers eux et grande fut sa surprise de trouver les couleurs du Comte Guillaume de la Tour d’Alsacie sur leurs pavois. Le comte était d’ailleurs au milieu d’eux s’excusant sans cesse du dérangement occasionné par le passage de son escorte.

Malgré la présence des quatre hommes d’arme sentant la sueur et la bouse de vache, la rencontre entre les deux amis fut chaleureuse. Comme à chaque fois, Cédric ne manqua pas de faire une réflexion sur les gardes de Guillaume.

« Non mais, sérieusement. Tu ne peux pas lâcher tes hommes d’armes un instant ? Je sais que tu es un peu paranoïaque, mais… BON SANG ! Nous sommes dans des tribunes de tournoi !
- Oui je sais, mais on n’est jamais trop prudent.
- On est dans une tribune pleine à craquer de chevaliers bretonniens ! Que peut-il bien t’arriver dans une tribune de chevaliers bretonniens ?!
- Il y a peut-être des chevaliers de Moussillon qui veulent ma mort.
- Il n’y a pas de chevaliers de Moussillon qui veulent ta mort, et il n’y a pas de chevaliers de Moussillon tout court ! Et puis, tu peux aussi te défendre ! Je te connais trop bien, déjà que tu portes ton armure en permanence, c’est limite si tu ne portes pas deux hauberts…
- Ben, tu vas rire, j’en porte trois. »

Passé le moment ou Cédric se frappa la paume de sa main avec son front (et non l’inverse), la discussion put continuer.

« Mais comment fais-tu pour bouger avec trois maudits hauberts ? Et puis, ce n’est point trop lourd ? Tu dois mourir de chaud !
- C’est vrai que j’ai chaud, mais ça va, je me suis entraîné.
- Si tu passais plus de temps à t’entraîner à manier une épée et à parer tu n’aurais pas besoin d’autant d’armures.
- Oui mais…
- Pas de mais ! Enlève-moi ça avant que je devienne fou !
- Mais les moussillonais ?!
- Il n’y a PAS de moussillonais ! Et puis même s’il y en avait un petit moussillonais, on serait six contre un. Moi, toi et tes quatre damnés hommes d’arme !
- Ah bon ! Du coup ça ne te dérange pas si je peux garder mes gardes ? Super ! Allez les gars, assoyez-vous, on va passer une bonne journée. Et gardez un œil sur les moussillonais voulez-vous ? »

Cédric le Normand était au bord de l’explosion. Mais il finit par se calmer quand Guillaume retira ses hauberts en trop. Il était temps de changer de discussion ou une bagarre allait éclater entre lui et cinq alsaçois…

« Sire Guillaume, que pensez-vous de ce tournoi de trébuchet ? Complètement fou n’est-ce pas ?
- Oui, c’est complètement débile.
- Personnellement, je trouve ça absurde. Assister à un combat à mort de machine de guerre entre gueux... Et je suis sûr qu’il y en a qui prendront du plaisir à regarder. D’ailleurs, si vous dites que c’est débile, pourquoi participez-vous ?
- Pour tester un nouveau prototype de trébuchet et promouvoir la culture alsaçoise. Et vous ?
-C’était une idée du seigneur Valmond, vous le connaissez assez bien pour savoir comment il est.... Vous avez envoyé vos hommes du coup ?
- Pas vraiment. Je n’aime pas trop sacrifier mes paysans, ils sont trop utiles en tant que boucl… - Guillaume se rappela que ses hommes d’arme l’écoutaient aussi – heu, voilà, ils sont utiles. Et puis, envoyer mes hommes à un jeu aussi suicidaire démoralise les troupes. Du coup, j’ai envoyé des prisonniers alsaçois et je leur ai promis de les libérer s’ils gagnaient le tournoi.
- Original…
- Au moins, ils sont motivés. Je leur ai demandé de hurler un cri de guerre avant chaque tir. Bon, ils le font avec l’accent impérial, mais on ne peut pas tout avoir. »

Cédric voulu faire une remarque à son ami, mais les trompettes sonnèrent le début de l’épreuve rendant toutes les discussions inaudibles. Le tournoi avait commencé et on entendit déjà au loin les craquements des cordes et de bois des machines de guerres entrées en action.

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calidus5
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 670
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 25/04/2013

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Ven 14 Juil 2017 - 2:33

Le baron de Joli-Tonneau allait prendre place dans les gradins des nobles lorsqu'il aperçut son vieil ami, le baron de Vigne-Bleu.

- Mon cher de Vigne-Bleu ! Vous êtes venu assister à cette curieuse compétition ?

- C'est que j'ai eu ouï-dire que vous y participiez.

- Certes, mon maître charpentier a conçu un nouvel engin ; j'y ai vu l'occasion de le tester.

- Et vous avez fait bon voyage ?

- Fort bon, divertissant et rentable. Jacques, mon limier, a fait courir le bruit que nous transportions un chargement précieux. Des brigands nous ont tendu des embuscades tout au long du chemin, Jacques et ses gardes forestiers se sont fait le bon jeu de les détrousser avant qu'ils ne tentent de nous détrousser.

- Cela a l'air fort divertissant, je crois que je vous accompagnerai au retour. Il n'y a pas de raison que je vous laisse vous amuser seul.




Quelque part au milieu d'un brouillard impénétrable.

- C'est là qu’vous vous mettez !

Dit un membre de l'organisation au maître charpentier de Joli-Tonneau.

- Allez ! On s'y met les gars ! Montez-moi le Couillard ! 

Clama le maître charpentier en retournant un petit sablier. Ses assistants s’affairèrent à assembler la machine le plus vite possible.

- 15 minutes ! Vous vous rendez compte, ça c'est de la performance !

Se venta le maître charpentier au commis. Ce dernier haussa les épaules d'indifférence.

- Y’a une équipe qui balance des vaches avec leur treb’ . Ça c'est quelqu’chose !

Avant que le maître charpentier puisse s'offusquer que l'on considère qu'un trébuchet qui lance des vaches puisse être plus intéressant que sa géniale création, le son d'une trompette parvint à traverser le brouillard.

- J’vous laisse ! Ça c’mmence, et j’veux pas être là lorsque l’ciel va chier des cailloux.

Déclara le commis au placement en prenant ses jambes à son cou pour sortir de la zone de tir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lord del Insula
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1587
Age : 33
Localisation : Reims
Date d'inscription : 24/07/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Ven 14 Juil 2017 - 9:58

Conformément à sa nature flegmatique, le Lord n'avait réagi que lentement et posément aux différentes informations que l'organisateur avait communiqué. L'utilisation de la magie pour camoufler les machines ne l'étonna guère, de même que l'emploi d'un guetteur afin que les tirs puissent être orienté autrement qu'au petit bonheur la chance.

Un trébuchet en or massif... La récompense lui semblait tout à fait pertinente pour marquer le coup et attirer de nouveaux participants aux prochains tournois qui ne manqueraient de succéder à celui-ci.
Parfaitement fonctionnel... Il était quand même curieux de voir ce que ça donnait en terme de fonctionnement, notamment par rapport à la différence de matériaux. Enfin, sur un modèle réduit, la chose semblait aisément faisable.
D'authentiques trébuchets... D'authentiques trébuchets en or massif, donc... à taille réelle ??? QUOI ??? Mais c'est un malade mental !!!

La seconde d'après, le Lord del Insula se retrouva les jambes par dessus tête, la surprise lui ayant fait basculer son fauteuil, et lui avec. Les Seigneurs qui l'entouraient l'aidèrent à se relever, non sans rigoler à gorge déployée et lui lancer quelques saillies bien trouvées par rapport à sa situation – l'annonce ayant depuis un moment été digérée par l'assistance.

C'est sur cette situation animée et burlesque que la première manche du tournoi s’apprêtait à commencer, ce qui eut l'avantage de détourner l'attention du Lord. Ce dernier repéra alors un de ses servants, Lenny, celui qui servirait de guetteur à son équipage, se dirigeait vers lui.

- My Lord, j'étois bien navré de vous importuner, mais nous autres quémandons  vos ordres, sans vouloir vous commander.

- Fort bien, vous allez donc communiquer à notre charpentier que je lui laisse carte blanche pour orienter ses tirs.

- J'y veux bien moi, mais de quelle carte blanche vous parlez ?

- De quelle carte... Ah mais non, vous n'y êtes pas. Je voulais dire qu'il est libre de choisir sans que j'intervienne. Vous saisissez ?

- Z'aviez qu 'à le dire comme ça, My Lord. J'y compris rien à votre vocabulaire évolutif.

- Oui, oui, oui. Passons. Quand à vous, votre rôle est crucial. Vous allez lui communiquer la situation d'ensemble entre deux tirs, afin qu'il  puisse s'y retrouver.

- Je demande pardon, mais qué c'est ça la situation d'ensemble ?

- Ben le terrain là.

- Mais on y voit que dalle, sauf vot'respect.

- Pour l'instant, oui. Mais après ça va se dégager peu à peu. Vous avez bien vu la démonstration tout à l'heure ?

- Oui Messire, sauf que je vois pas bien ce que je peux lui dire.

- Ben par exemple, vous lui dîtes que vous avez le brouillard qui s'est évaporé à sa droite, à 300 pieds.

- Je connais pas ma droite de ma gauche, My Lord.

- Alors donnez-lui une direction !

- Cha pourrait le faire, par contre je dis quoi si je vois pas de pieds ou que j'arrive pas à les compter ?

Le Lord soupira. Finalement, ça n'était peut être pas une si bonne idée que ça de s'être engagé dans cette compétition. Il reprit ses explications en se demandant s'il n'allait pas parier CONTRE son équipage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekhesh
Prévôt
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 26
Localisation : Nehekhara...pour l'instant !
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Sam 15 Juil 2017 - 13:08

- Est-ce que vous pouvez me rappeler notre présence ici mon seigneur ?

- Comme je te l'ai dit au départ, dix fois durant le voyage, et un nombre devenu incalculable depuis : on recherche désespéremment mes reliques et objets précieux et l'éventuel pillard !

- Exact mais pourquoi ici ? Le tournoi d'artillerie du mois dernier à Karaz-A-Karak n'a pas donné les résultats espérés pour les recherches, ce n'était clairement pas les nains. Mais il aurait peut-être fallut se diriger du côté de l'Empire.

- On verra...mais souviens toi que la Bretonnie à la facheuse habitude de venir croisader gentiment chez nous et je sens que mon or est tout prêt !

Sekhesh laissa un blanc volontaire.

-...et puis que fais-tu de la compétition ?

Le seigneur et son Hiéingénieur regardaient attentivement la démonstration du brouillard magique et écoutaient avec intérêt le discours du seigneur perché sur sa tour branlante.
Puis viens la révélation du prix : un magnifique (et très certainement onéreux) trébuchet grandeur nature en or !

A en croire le regard de Sekhesh, s'il n'y avait eu son frère et Hiéingénieur (le plus sage parmi les deux), il aurait très certainement sauté sur la foule et tripaillé à tour de bras.

- Et bien je ne me suis pas trompé ! Fini la compétition ! Il faut gagner mais dans les règles de l'art, nous ne sommes pas des *** de vampires.
Et puis dans le pire des cas, on pourra toujours revenir cramer les femmes, piller les maisons ou l'inverse !

C'est à ce moment précis, durant la grande réflexion de massacre du grand Sekhesh, qu'un pauvre paysan imbibé d'alcool (de provenance douteuse...tout comme lui) se pointa.

- Mon brave, il faut que je calme mes nerfs et vous pouvez m'y aider !
Souhaiteriez-vous apprendre à voler ?

Sans laissez le temps de répondre, il fit convoiller le malheureux à son engin pour qu'il puisse être le premier projectile.
C'est certes cruel et un tant soit peu méchant mais déjà ça calme et puis il ne manquera à personne...et il pourra prendre les nobles de haut une fois dans sa vie...au sens littéral !

- Vous êtes sûr ?

- Il y en a bien qui utiliseront des vaches !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mictlantecuhtli
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 266
Localisation : Belgique, province de Liège
Date d'inscription : 16/06/2016

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Mar 18 Juil 2017 - 1:34

TOURNOI DE TRÉBUCHETS DE COURONNE : PREMIER TOUR

Et pendant ce temps, sur le champ de bataille ...

ArrowPosition de trébuchet du chevalier Cédric le Normand (Kaops) :

Alors que les nobles seigneurs prenaient leurs paris sur le résultat de ce premier tour, trois bons hommes portant une livrée de sable s'affairaient autour de leur machine de guerre. Chacun d'entre eux avait un petit écusson représentant les armes du seigneur de Mélinor brodé à leur tunique. L'un d'entre eux était sur le trébuchet et était à peine visible depuis le sol puisqu'il essayait de trouver un endroit où viser. Les deux autres, qui avaient déjà armé la bête, étaient plutôt en train de ramener un petit tonneau.

"Eh ! Jeannot ! cria l'un des hommes en dessous. T'y voit qu'ek chose ?
-J'y verrais mieux s't'arrêtais d'me crier d'ssus ! lui répondit l'intéressé sur un ton agacé.
-Bon, bon ! C'pas la peine d's'énerver nan plus ! Mais grouille-toi, l'tonneau il attend là !"

Le seigneur de Mélinor, dans son pragmatisme, avait en fait demandé aux premiers charpentiers venus de servir sur le trébuchet du concours. Et par demandé, il fallait entendre forcé à la pointe de l'épée. Pas de chance pour nos trois gaillards, des bordelins d'origine, qui était simplement de passages dans les Marches car revenant de Marienburg pour affaire. C'est ainsi que l'entreprise Pierrot&fils s'était faite agressée par un seigneur de Couronne enragé qui leur avait hurlé dessus des histoires de vampires à exterminer et de rochers qui devaient voler tel la fureur de la Dame en personne.

Mais, en bons bordelins, le père et ses deux fils avaient bien l'intention de faire de cette situation malencontreuse une bonne après-midi. Ainsi, ils avaient caché les invendus de leur cargaison de vin avec les munitions, histoire que le chevalier au heaume ailé ne remarque rien. Après tout, quitte à mourir, autant que cela soit dans la bonne humeur et avec un coup dans le nez. Pierrot et son fils Paulot ouvrirent donc le premier tonneau avec une série de rires gras qui firent redescendre le deuxième fils aussitôt. Au moins, il y en avait trois qui allaient passer une bonne après-midi malgré les conditions ... Le premier verre ayant été rapidement descendu, le père Pierrot enclencha le tir l'instant d'après en déclarant que l'apéritif était ouvert !

Depuis les gradins, Cédric le Normand vit son inquiétude poindre lentement tandis qu'il se demandait si son seigneur n'avait pas fait une terrible bourde.

ArrowPosition de trébuchet du comte Guillaume d'Alsacie (MagnanXXIII) :

Les membres de l'équipage du trébuchet alsaçois discutèrent de la première zone à bombarder. Après moultes mais rapides réflexions, ils décidèrent de tirer au centre. L'idée qu'un idiot se serait placé à cet endroit avait lancé un débat au sein de l'équipe et ils voulaient en avoir le cœur net...

"Ach, Gustafe, che crois qu'il faut crier das Kri de Kuerre !
- Ah Alphonste, ja, das fameux Kri de Kuerre ! René ! Tu t'en charges René ?
- Mais Gustafe, il est complètement tébile ce Kri de Kuerre !
- Comme ce cheu pretonnien René ! Tais toi et crie !
- Ach, che ne comprends pas, che tois me taire ou crier ?
- Himmel Taal ! Crie !"

Une fois la choucroute compactée et le trébuchet prêt à tirer, René prit une forte inspiration et cria l'expression censée promouvoir la cuisine alsaçoise.

"Aussi rond, aussi kro, aussi Kougelhopf !"

La pierre culinaire partit, rejoignant ses confrères dans les airs aussi gracieusement qu'un géant se soulageant sous une montagne ...

ArrowPosition de trébuchet du grand seigneur de Nehepalà (Sekhesh) :

Le Hiéingénieur s'approcha de l'engin de siège sur le champ de tir en amenant avec lui le pauvre paysan qui ne pouvait que se reprocher d'être là au mauvais endroit au mauvais moment.

Les servants répondant aux ordres de leur seigneur et du Hiéingénieur attendaient les consignes dans une froide discipline.

- Bien, vous avez pour ordre d'utiliser ce "volontaire" pour le premier tir. Les consignes sont de viser les servants des autres machines autant que faire se peut. Vous connaissez l'endroit que vous devez viser en premier, la suite est entre vos métacarpes.

Sur ce, le sorcier repartit à l'abri et espéra sincèrement que le résultat serait au rendez-vous. Il n'aimait guère les campagnes militaires si loin de chez lui ... il n'aimait pas les campagnes militaires tout court d'ailleurs.

ArrowPosition de trébuchet du Lord del Insula :

Dans la brume magique, les concurrents s'affairaient. Entre le chargement du projectile plus ou moins encombrant et/ou récalcitrant, les équipages avaient fort à faire. Celui du Lord n'était pas en reste, d'autant qu'il se trouvait confronté à un retardement inattendu.

- Mildiou de mildiou ! Par la Dame, vas-tu donc descendre ed'là, sacré tête de mule ! - Rouspétait George dit le Borgne à son camarade.

Ce dernier, le fameux Lenny, dit le Benêt, le Con ou encore Gros Bêta, se trouvait actuellement perché en haut de la machine, scrutant l'horizon d'un air embêté.

- J'y comprend rien, aux instructions de l'Lord, George. Y m'dit que j'dois regarder el'terrain pour le vioque, et que j'y dirai quoi faire. Sauf que j'y vois qu'dalle.

- Mais puisqu'on te dit que ça sert à rien pour l'instant !!! - Trépigna le maître charpentier - Faîtes-le choir, vous autre, on a assez perdu ed'temps comme ça.

- Oui M'sieur, tout de suite M'sieur. - Répondit le Bigleux - Allez Lenny, descend ed'là. Z'avons à armer le trébuchet, et vite.

Lenny descendit de la machine en soupirant.

- C'est trop dur c'que dois faire. Ça m'donne mal au crane. Pourquoi tu l'ferais pas à ma place, Georges ?

- Parce que je suis myope comme une taupe, Lenny. Je serais bien infoutu de voir quoi que ce soit, brouillard ou pas. Et pis, avec un seul œil, mazette pour estimer les distances ! Maintenant, occupons-nous de cette fichue caillasse.

Et les deux servants s'échinèrent à placer le bloc de roche dans l'emplacement prévu pour le catapulter, tandis que le charpentier réglait le mécanisme de la machine afin d'assurer le meilleure tir possible.

- C'est prêt le Vioque. Et de votre côté ? - questionna le Borgne en reprenant son souffle.

- C'est prêt aussi. De toute façon, on tire au pif, donc niveau réglage c'est bonnard. - Répondit le charpentier - Maintenant, garez vos fesses, j'envoie le bousin.

Et il enclencha la machine, envoyant le rocher, la Dame seule sait où.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans un grand bruit de cordes qui se détendent et de boiseries qui gémissent, les premiers projectiles s'élancèrent vers le brillant ciel d'été. Le hasard de la situation fit que l'assistance remarqua à peine le vol d'un paysan aviné et hurlant de terreur qui s'acheva brusquement sans causer le moindre dégât ; hormis pour sa personne.  

Bien que ce soit difficilement concevable, tous les regards étaient braqués vers un spectacle plus incroyable encore. Le public abasourdi suivit comme un seul homme les trajectoires de deux projectiles : d'une part une vache muselée, de l'autre une énorme masse compacte de choucroute. Par un incroyable coup du sort, les deux objets volants convergèrent vers le même point avant de se télescoper au beau milieu du champ de bataille dans un répugnant bruit d'éclaboussure. Le résultat fut la production instantanée d'un plat que la morale et les principes les plus fondamentaux de la gastronomie ne pouvaient que réprouver.    

A cette vision surréaliste, le seigneur Mictlantecuhtli s'enfouit la tête dans les deux mains. L'enchanteresse lui tapotait presque maternellement l'épaule en tentant de le réconforter ; sans grand succès : ses paroles étaient en permanence entrecoupées de hoquets nerveux et de rires réprimés. L'infortuné organisateur ne cessait de se demander qui avait bien pu lui coller des abrutis pareils dans les pattes. Au comble du désespoir, il risqua pourtant un oeil en direction du roi. Perdu dans ses pensées, il n'avait pas remarqué l'hilarité complète du souverain, qui faisait un brillant écho à celle des spectateurs. La réalité qui le rattrapait finit par chasser ses idées noires et il rejoignit l'assemblée des rieurs sur un ultime haussement d'épaule.

Le service d'ordre, lui, ne riait pas du tout. Il avait soudain eu fort à faire quand des gueux des premiers rangs s'étaient élancés en direction du terrain. Attirés par l'odeur du tartare - choucroute (et affamés comme seuls des roturiers bretonniens pouvaient l'être), nombre d'entre eux souhaitaient descendre sur le champ de bataille pour se remplir la panse. Les publicités répandues par le seigneur de Guyenne n'étaient pas tombées dans l'oreille d'un sourd et ces dégénérés pensaient en être à l'entracte. Quelques minutes et une poignée de dents cassées plus tard, la situation était à nouveau sous contrôle.  

Passé cet instant de tumulte, les spectateurs daignèrent enfin s'intéresser aux projectiles bien plus conventionnels envoyés par les autres participants. Chacun s'était écrasé sans causer le moindre dégât, dévoilant uniquement quelques îlots de verdure cernés de brouillard.    

Dans la tribune royale, Mictlantecuhtli achevait de dresser le bilan de ces premiers tirs. Son attention fut soudain détournée du terrain par un vendeur de snacks affublé d'un chapeau ridicule et d'un nez proéminent qui récitait sa carte d'une voix criarde :

— Langues d'alouettes ! Foies de roitelets ! Cervelles de pinson ! Chauve-souris frites ! Profitez-en tant qu'elles sont chaudes ! Rates de blaireau ! Nez de loutres ! Testicules d'écureuils en brochettes ! Seulement une pièce de bronze !

L'organisateur ne pu s'empêcher de noter quelles étranges lubies culinaires s'emparaient parfois de la cour royale. Sur son domaine, on s'en tenait aux bâtonnets de pomme de terre frits dans l'huile, comme il sied à des gens civilisés.

Alors que plusieurs nobles affamés dégustaient ces en-cas en devisant joyeusement des résultats du premier tour, Mictlantecuhtli convoqua le capitaine de sa garde rapprochée d'un geste discret. L'homme, affecté d'un fort râle respiratoire contracté durant le voyage vers Couronne, s'approcha et mit respectueusement le genou à terre :

— Qu'y a-t-il pour vous servir monseigneur ? Khhhhh ...

— Vous voyez ce vendeur à la criée, capitaine ? Ayez soin de garder un oeil sur sa personne. Les services de renseignement du duché m'on avisé que cette profession constituait un beau vivier de dangereux contestataires. Je n'entends pas que le moindre "incident" vienne entacher ce tournoi. Suis-je clair ?

— Il en sera fait selon votre volonté ... khhhhh ..., mon maître. Khhhhh ...

Mictlantecuhtli espérait sincèrement que l'homme se remettrait rapidement. Il était bien plus futé que le prolétaire moyen, comprenait vite et obéissait avec diligence sans poser de question. Des qualités aussi rares qu'appréciables. Et puis ... qu'est ce que ces sifflements pouvaient être agaçants ...

— Dernière chose capitaine : je n'aime guère que l'on introduise des facteurs de risque dans mes plans. Certains équipages ont pris des initiatives quant au choix de leur projectile qui auraient pu s'avérer désastreuses. Si l'un d'eux est déclaré vainqueur, payez à ses membres leur pièce d'argent puis faites les empaler.

— Oui mon maître. Khhhhh ...

L'officier ne fut pas un instant étonné de cette directive. Il savait pertinemment que son employeur tenait toujours les promesses qu'il faisait.
Alors qu'il se redressait et faisait mine de se retirer :

— Capitaine.

— Monseigneur ? Khhhhh ...

— Tout bien réfléchi, quels que soient les vainqueurs, empalez-les.

— Comme il vous plaira seigneur. Khhhhh ...  

Mictlantecuhtli n'était en réalité pas si mécontent de la tournure des évènements. Le châtiment ne serait infligé que par principe et sans cruauté. Le premier tour s'était conclu sans la moindre perte ;  un cas de figure assez prévisible. Au fond, ces retournements inopinés n'avaient fait qu'attiser l'enthousiasme du public et masquer l'absence de résultats, mais il espérait tout de même que les choses sérieuses allaient enfin commencer. C'est alors que les musiciens sonnèrent l'appel pour le second tour.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Impacts :

Calidus5 : E6 => déviation nord-ouest de 2 cases => C4
Kaops : I4 => Hit ! => I4
Lord del Insula : U11 => Hit ! => U11
MagnanXXIII : M15 =>Hit ! => M15
Paps : M13 => déviation est de 2 cases => M15
Sekhesh : V8 => déviation ouest de 1 case => V7

Pointage :

Calidus5 : 0
Kaops : 0
Lord del Insula : 0
MagnanXXIII : 0
Paps : 0
Sekhesh : 0

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les réactions suite au premier tour peuvent pleuvoir messires !

Tous les participants ont désormais jusqu'au lundi 24 au plus tard pour m'envoyer par message privé leur nouveau choix de tir ainsi que l'éventuel texte d'accompagnement.

A vos plumes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paps
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 909
Age : 36
Localisation : Perfide Albion
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Sam 22 Juil 2017 - 16:18

Le seigneur Gombaud de Guyenne guettait la zone dans laquelle son trébuchet était déployé. Il avait aperçu la tête d'un des membres d'équipage émerger de la brume lorsque son tour était arrivé de scruter le champ de tir pour prendre conscience des distances et attendait maintenant que les premiers tirs soient réalisés. Il ne pouvait s'empêcher malgré lui de se sentir excité comme un jeune page lors de sa première chasse, sans nul doute aiguillonné par les cris de la foule.

Après un ultime son de corne, les gémissements caractéristiques d'un trébuchet en plein tir se firent entendre. De l'emplacement de son trébuchet, il vit gonfler une forme sombre dans le brouillard, qui sembla arracher une boule de brume à la masse nuageuse. Alors que la boule montait, la brume se dissipait autour d'elle pour laisser apparaître une vache, bâillonnée mais clairement paniquée. Le Duc aurait bien eu pitié de ces pauvres bêtes, mais il était Noble Bretonnien ; on lui avait appris à n'avoir pitié de personne, surtout si ils ou elles étaient liés de près ou de loin à la populace.

Il guetta les visages autour de lui et les réactions dans la foule. Les Nobles présents, lorsqu'ils repérèrent le projectile, béèrent aussi grand que possible bouches et écarquillèrent yeux. Quant aux gueux, ils se mirent à montrer la vache du doigt, confusément. Un cri, puis un autre, suivi d'un troisième, enflèrent jusqu'à ce que la quasi-totalité des spectateurs soient en train d'hurler leur approbation ou leur hystérie de tous leurs poumons.

Le Duc était satisfait : il semblerait que sa participation marquerait les esprits, et même s'il ne remportait pas le tournoi et cet extravaguant trébuchet en or que le seigneur Mictlantecuhtli promettait au vainqueur, il en tirerait quelque compensation. Du moins si ses paysans ne commettaient pas une bourde comme lancer une vache sur le public ou casser leur propre trébuchet.

Perdu à ses pensées, il remarqua distraitement que des membres de la foule semblaient ne pas pointer leur doigt dans la même direction que les autres. Il reporta son attention sur le champ de tir juste à temps pour observer la collision entre sa vache et un projectile compact qui semblait être... De la choucroute impériale ?
Les deux projectiles se percutèrent alors qu'ils allaient toucher terre. La choucroute, étonnamment dense pour un projectile de cette sorte, envoyer valser sa vache hors de sa trajectoire pour s'écraser tout deux au même endroit. Si c'était encore possible, la foule exulta, on eut l'impression qu'un sort avait été jeté sur eux et que tous s'étaient transformés en déments, tandis que certains se précipitaient vers le terrain dans l'espoir d'agrémenter quelque peu le brouet promis par le Duc après le tournoi.

Le Duc bondit hors de son siège. Comment ? Une choucroute ? Ce ne pouvait être l'oeuvre que d'un de ces ahuris passant trop de temps dans l'Empire ! Il balaya du regard la tribune des Nobles et aperçut le Comte d'Alsacie. Ce ne pouvait être que lui. Avoir des idées pareilles, franchement ? Le Duc envisagea un instant de porter plainte pour utilisation d'un projectile non-Bretonnien dans le tournoi. Certes, tout le monde n'utilisait pas des rochers (il lui avait sembler apercevoir un tonneau et un paysan ? Encore un gueux qui s'était pris les pieds dans la corde, pensa-t'il), mais au moins ceux-là, tout comme son cheptel, étaient certifiés Bretonniens. Clairement la choucroute ne comportait pas de saucisse de Géorgie puisque les premiers rangs des spectateurs ne s'étaient pas évanouis.

Se tournant vers la tribune royale, il abandonna aussi sec son idée en constatant l'hilarité du Roy. Pas question de passer pour un rabat-joie ou un mauvais joueur si le Roy était en si bon esprit. A la place, le Duc se précipita vers la rambarde de sa tribune et appela son Sergent.

"Gaston ! Gaston ! Changement de plan, sortez-le maintenant !

- M'seigneur ? J'pensais qu'y fallait qu'on attende qu'on aplatisse un autre trébuchet ?

- N'avez-vous point vu ce qu'il vient de se passer, et l'attitude de la foule qui vous entoure ? En l'absence de trébuchet touché au premier tir, la Dame elle-même n'aurait pu nous donner de plus belle occasion. Ne discutez pas et faites ce que je vous dis !

- Oui, M'seigneur. Bien, M'seigneur."

Gaston s'affaira au sol quelques temps avec un paquet qu'il portait avec lui et avec une lance. Quelques instant plus tard, il se releva et déploya un étendard aux couleurs et au motif douteux puisqu'on eut dit... Un dessous.


Le Duc regagna son siège pendant que son homme de main agitait l'étendard et encourageait son équipage, gagnant le soutien de plus de paysans à chaque cri.
Tous dans le royaume savaient que le Duc était l'actuel Grand-Maître des Cérémonies de la Confrérie du Slip, position qui lui avait été conférée à la suite du départ en Quête du Graal de son prédécesseur, le Baron de la Tour - le fait qu'il avait commencé sa Quête dans la Saincte Cave et qu'il en explorait toujours les recoins, prétextant une invasion d'hommes-rat ne semblait pourtant ne faire tiquer personne à la Cour. Il était bon de rappeler "innocemment" aux gueux comme aux chevaliers l'existence de la Confrérie. Après tout, comme il avait entendu un marchand Marienbourgeois dire alors que son navire flambait avec toute sa marchandise dans le port de Bordeleaux suite à des circonstances encore obscures, "il n'y a pas de mauvaise publicité. Quoi qu'il advienne, ils se souviendront de moi".

De la tribune royale, tandis que l'organisateur s'entretenait avec l'un de ses hommes, le Roy se tourna vers le Duc, entre deux hoquets de rire, et lui adressa un quasi-imperceptible signe de tête à la vue de l'étendard du Slip. Le Duc se releva et s'inclina en retour. En se rasseyant, il se dit qu'il vaudrait mieux qu'un des équipages soit révélé à la salve suivante (tant qu'il ne s'agissait pas du sien, si possible) pour que l'excitation de la foule ne diminue pas trop et qu'il puisse capitaliser encore un peu plus sur la renommée de ses hommes et de ses fonctions.
Alors qu'on entendait le bruit des cors annonçant à chaque équipage de regarder, chacun son tour, où les tirs avaient atterri, le Duc se mit à penser qu'il devrait avoir une "conversation" avec le Comte d'Alsacie si jamais une autre choucroute percutait une de ses vaches.

_________________
Á la guerre, comme en amour, le corps à corps seulement donne des résultats.
Blaise de Monluc

For Pony!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekhesh
Prévôt
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 26
Localisation : Nehekhara...pour l'instant !
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Lun 24 Juil 2017 - 0:16

La célèbre léthargie du seigneur Sekhesh s'était inévitablement répercutée sur son équipage, même si la discipline était toujours d'actualité !

Cependant, il n'avait rien raté des premiers tirs et restait affligé devant le spectacle navrant de munitions...pour le moins déstabilisantes.
Certes, lui même avait donné l'ordre d'éjecter un paysan épris de boisson mais c'était uniquement afin d'apaiser ses nerfs. Maintenant, les choses sérieuses pouvaient commencer !

Pour les concurrents, ils s'agissaient simplement de gueux ayant juste visés au petit bonheur la chance mais hormis ce tir inutile mais salvateur pour leur seigneur, les prochains atteindraient sans nul doute les équipes adverses. Pour le plus grand bonheur de tous.

Il ne s'agissait ni plus ni moins que de prouver la supériorité indiscutable de son fief...et de sa propre fierté, sans nul doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord del Insula
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1587
Age : 33
Localisation : Reims
Date d'inscription : 24/07/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Lun 24 Juil 2017 - 2:25

Longtemps, le Lord s'inquiéta de l'efficacité de son équipage. Vu le manque de perspicacité de celui qui occupait le rôle de guetteur, il redoutait que la situation ne tourne au ridicule. Pensez-donc ! Une machine incapable de tirer dans la bonne direction, notamment parce qu'un de ses membres n'est pas fichu de distinguer on pied droit de son pied gauche !

Aussi fut-ce avec beaucoup d'appréhensions qu'il observa les premiers tirs. Ceux-ci furent encourageant, dans la mesure où les autres concurrents furent aussi peu efficace. Mieux, les projectiles originaux choisis par certains lui permirent de retrouver le sourire. C'est donc avec d'avantage de confiance qu'il abordait le second tir.

Il commençait même à se demander s'il ne devait pas réfléchir à une idée de projectile cocasse à proposer pour la deuxième partie de la compétition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mictlantecuhtli
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 266
Localisation : Belgique, province de Liège
Date d'inscription : 16/06/2016

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Mar 25 Juil 2017 - 2:09

TOURNOI DE TRÉBUCHETS DE COURONNE : SECOND TOUR


De retour dans les brumes impénétrables du champ de bataille ...

ArrowPosition de trébuchet du baron de Joli-Tonneau (Calidus5) :

À cause du brouillard, on entendait mal retomber les pierres (ou autres projectiles insolites). À vrai dire, on les ressentait plus qu’on ne les entendait. À chaque soubresaut du sol l’équipe de Joli-Tonneau se jetait sous le Couillard, protection dérisoire mais la seule à leur portée. Seul le maître charpentier ne se jetait pas sous le Couillard mais se plaquait contre lui, comme si sa frêle carcasse pouvait protéger sa « merveille » des projectiles adverses.

Après la fin des tirs, et lorsque la bonne trompette retentit, le maître charpentier monta au sommet de la tour d’observation. Aucun tir n’avait fait mouche et seuls des carrés d'herbe verte avaient été révélés. Cependant le maître charpentier remarqua que les tirs n’étaient pas répartis sur tout le terrain : seule la partie ouest avait été bombardée, or les équipages de trébuchet rechignent généralement à viser trop près d’eux de peur de voir leurs propres cailloux retomber sur eux.

Le maître charpentier ricana d’une joie mesquine. Il descendit de la tour branlante et alla voir ses assistants : « Allez les gars ! On tire à l’est ! »

ArrowPosition de trébuchet du chevalier Cédric le Normand (Kaops) :

Autour du trébuchet tout droit arrivé du domaine de Mélinor, les trois tireurs étaient en proie à une certaine incompréhension. En effet, malgré le boucan ambulant, ils étaient toujours en vie. Pierrot, le père, regarda sa choppe qu'il trouvait bien vide à cet instant et il finit par se tourner vers Paulot et Jeannot, ses fils, qui étaient eux aussi toujours présent.

"A s'qui paraît on est t'jours en vie, dit le père.
-M'a semblé entendre une vache au loin, enchaîna Paulot qui regardait en l'air.
-Et moi j'sens un des plat bizarre des impériaux ! termina Jeannot qui se frottait le nez.
-Arrêtez 'vec vos sottises ! s'insurgea Pierrot qui s'était reprit. Jeannot, tu r'montes!"

Le fils grogna avec force devant ce travail supplémentaire, mais s'attela à la tâche. Après s'être étonné de voir des trous dans la brume environnante, le bordelin tenta de repérer un endroit vide tout en évitant volontairement du regard la zone d'impact des projectiles étranges. Le résultat était quelque peu dérangeant à l’œil...  Une fois son choix fait, il descendit.

"C'est bon ? T'as vu ou qu'il fallait qu'on tire ? grommela Pierrot.
-Mouais.
-Farpait. Ben aides-moi à récupérer un caillou pendant que ton frère cherche le prochain tonneau !"

Toute la famille se mit à l’œuvre et, malgré le début d'alcoolémie générale, ils finirent par tout préparer. Dans la foulée, ils terminèrent le tonneau d'avant pour fêter le début du deuxième apéritif qui s'annonçait. Les joues rosirent et les rires se firent encore plus gras.
Sur ces entrefaites, Pierrot parti d'un pas hésitant pour lancer la bête tandis que le deuxième tonneau allait être percé. Sauf que quand le père Pierrot activa le mécanisme encore une fois, un cri se fit entendre au travers des grincements des poutres. Ses fils venaient de réaliser qu'ils essayaient d'ouvrir un caillou depuis quelques secondes. Maintenant aussi surpris qu'inquiet, Pierrot regarda en l'air pour apercevoir un tonneau rempli de vinasse qui filait dans les airs.

"Ah ben ça, c'est dommage tiens... Bon... Jeannot cherches en un autre. Fait soif."

ArrowPosition de trébuchet du Lord del Insula (le Vioque - Maître charpentier, Georges - dit le Borgne, Lenny - dit le Benêt) :

Lenny (perché sur le trébuchet): Un peu plus par là le Borgne !
George (aventuré dans la brume) : À droite ou à gauche ? Sois donc plus précis, nom de nom !
Lenny : EEEuh... ben j'sais pas... (réfléchissant intensément) Ah ouais ! Va du côté où ton yeux est foutu, c'est par là !
Le Charpentier (totalement exaspéré) : Mais c'est pas bientôt fini vos gamineries !!! On n'a pas la journée devant vous !!! Toi, grand dadais, dis à ton compagnon de revenir fissa ou je jure que je règle mon tir sur sa tronche !
George (ayant entendu) : Non mais ça va pas la tête ?
Lenny (conciliant) : Allez le Vioque. On t'promet qu'on partage avec toi.
Le Charpentier : Non, non, non et non ! Ça n'est pas el moment de penser à grailler ! Vous irez ramasser cette choucroute une autre fois. Maintenant grouillez-vous de revieindre !
George (revenant en râlant) : C'est t'y pas croyable ! Toute cette bonne pitance à quelques pas et même pas la possibilité d'en becquer ! L'monde est mal foutu, c'est mi qui vous le dit !
Le Charpentier : Râlez autant que vous voulez, le Borgne, mais n'essayez pas de recommencer ou vous servirez de projectile au prochain tir. J'vous jure que j'le fais.
George: Z'en seriez bien capable, Vieux Fou ! Oh Lenny ! Dis-nous donc un peu ce qu'y a à voir, qu'on puisse satisfaire l'ancien.
Lenny : Ben, sûr que y a des endroits dégagés, mais y a point de monde de visible Du coup j'sais pas quoi dire d'autre.
Le Charpentier (déçu): Merdre !Un coup pour rien !... Bon ben du coup, descendez charger le bousin avec vot'copaing, je m'en vais régler un autre tir de derrière les fagots.

George et Lenny chargent un rocher dans la nacelle de tir. Puis regardent le charpentier s'affairait.

Lenny (à George) : L'est pas plus long que d'habitude le Vioque ?
George (à Lenny) : Peut'êtes bin. C'est vrai qu'il à l'air de traîner. (Au charpentier) Excusez-moi d'vous ennuyer dans vos réglages, mais on sommes prêt de not'côté.
Le charpentier : Encore un moment ! Avec vos bêtise de tout à l'heure, j'ai bêtement réglé la position du tir sur vot'position de tout à l'heure.
George : Ben j'y suis plus. C'est pas un souci.
Le Charpentier : Oui, sauf que z'étiez trop prêt du trébuchet ! Avec la marge d'erreur plus les conditions atmosphériques, c'est un coup à se prendre notre caillasse sur la tronche !
George (blêmissant) : Ah oui, faudrait éviter... Mais du coup, vous êtes sûr que ça sera bon pour le prochain tir ?
Le charpentier : Mais oui, je sais de quoi je cause. Faîtes-moi confiance !... Enfin ! Ça y est, c'est prêt ! Préparez-vous au tir.

Le tir est enclenché.

Lenny : Et quoi que vous visez du coup ?
La Charpentier : Mon garçon, ce qui compte, c'est point la cible, c'est el direction !

ArrowPosition de trébuchet du comte Guillaume d'Alsacie (MagnanXXIII) :

Visiblement, le premier tir du trébuchet Alsacois n'a touché personne, et les tirs des adversaires non plus. Après une courte prière à Taal pour épargner les terriers de lapins de cet affrontement, l'équipage alsaçois se préparait à envoyer le deuxième tir. Tir suivit du fameux kri de kuerre remanié pour la diversité:

"Aussi chaute, aussi krosse, aussi Flammekueche !"

ArrowPosition de trébuchet du grand seigneur de Nehepalà (Sekhesh) :

-...
-...
-...

Il n'était pas trop sûr de lui mais resta cependant à l'écoute des ordres et surtout de la volonté inébranlable de son seigneur !
Il ne répondit que ces quelques mots :

-...

On pouvait ressentir toute l'intensité qui résidait chez l'équipage de Sekhesh !

NB : Ce dialogue de sourds-muets commence à faire douter l'aimable organisateur du tournoi quant à l'appartenance de cet équipage à l'espèce bretonnienne Homo suinae (homme-porc, faune principale du royaume, inféodé à l'Homo superbus noblius).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sur un nouvel appel général, les trébuchets des différents concurrents lancèrent leur seconde volée de rochers/projectiles à géométrie variable.

La foule retint son souffle, attendant impatiemment de découvrir si la position d'un trébuchet serait révélée ou, mieux encore, si un équipage n'allait pas être éliminé par un tir chanceux.

Dans un vacarme assourdissant, deux rochers ... et un tonneau ... s'écrasèrent à courte portée les uns des autres dans la moitié nord du terrain. Leurs différents impacts permirent de dégager une large bande continue de terre vierge, mais ne fit aucune victime.

Une nouvelle vache, ainsi qu'une autre masse compacte de choucroute, vinrent s'abattre dans le quart sud-est sans rien révéler de plus que les tirs précédents. L'enchanteresse sorti par contre un mouchoir délicatement brodé et parfumé d'une de ses poches pour le placer à courte distance de ses narines. Certains nobles un peu trop délicats - ou à l'odorat trop développé - avaient coutume d'employer les mêmes méthodes quand ils devaient frayer d'un peu trop près avec la populace. Force était de reconnaître que l'atmosphère des gradins commençait à s'empuantir. Le peuple en lui-même ne sentait déjà pas la rose, mais ajoutez à cela des tripes de bovidés et de la choucroute sous le chaud soleil d'été (en sus du fumet des amuse-gueules) et la combinaison obtenue avait de quoi incommoder les estomacs les plus résistants.

Les observateurs les plus attentifs furent en mesure d'apercevoir la magicienne remuer discrètement les doigts et marmonner quelques formules cabalistiques. Une légère brise venant du sud ne tarda pas à se lever et balaya les relents méphitiques vers le champ de bataille. L'assistance en fut rapidement soulagée. Cette intervention arrivait en effet fort à propos, car plusieurs dames commençaient à virer au vert, de même qu'un certain Comte de Miche-Où, prostré dans une pause dramatique censée refléter l'étendue de son calvaire olfactif.  

Le dernier projectile manqua de peu de causer des dégâts ... dans l'assistance. Le tir du grand seigneur de Nehepalà sembla échapper quelque peu au contrôle de son équipage et dévia largement de sa trajectoire. Quittant les limites du champ de bataille, il ne s'écrasa qu'à une toise d'un des membres du service d'ordre chargé de garder l'accès au terrain. Alors qu'il tournait le dos à l'action pour surveiller les élans du public, la force de l'impact le poussa à se retourner pour constater ce à quoi il avait échappé. Il n'en fallu guère plus pour venir à bout de ses nerfs : le soldat s'évanouit sous les rires gras des gueux les plus proches. Certains voyaient là une belle revanche que leur offrait le destin pour la perte de quelques unes de leurs dents lors de leur tentative de pique-nique du tour précédent.

Dans la tribune royale, le seigneur Mictlantecuhtli faisait son possible pour cacher sa contrariété. Se tenant le menton entre le pouce et l'index, il gardait une certaine contenance aux yeux du public et semblait observer froidement l'action. Dans les faits, il ne lui importait guère que la bataille dure peu ou longtemps. Mais un public insatisfait lui compliquerait forcément la tâche. Il fallait maintenant qu'un rebondissement arrive promptement pour relancer l'intérêt de l'assistance. On ne pouvait compter à chaque tour sur d'impressionnantes explosions de victuailles.

Fort heureusement, des couloirs de tirs commençaient à se délimiter. Ces premiers pilonnages aléatoires avaient un peu éclairci la situation du terrain et l'on était en droit d'attendre les premières pertes très prochainement.

Après avoir pianoté quelques instants sur l'accoudoir de son siège, le seigneur Mictlantecuhtli enjoignit les musiciens à hâter le début du troisième tour.

Une dernière formalité restait à expédier avant la reprise des hostilités. Accrochant le regard du capitaine de sa garde qui attendait près des tentes, il lui désigna l'homme d'arme évanoui aux abords du terrain. D'un geste sec, il fit passer son index droit entre les doigts tendus de sa main gauche. L'officier inclina la tête et prit de suite la direction du stock de bois pour faire tailler un pal supplémentaire.      

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Impacts :

Calidus5 : E15 => Hit ! => E15
Kaops : G11 => déviation est de 1 case => G12
Lord del Insula : G10 => Hit ! => G10
MagnanXXIII : T25 =>Hit ! => T25
Paps : R22 => déviation ouest de 3 cases => R19
Sekhesh : X21 => déviation sud de 3 case => Zb21 (case fantôme ; seules des projections se trouvent dans le terrain)

Pointage :

Calidus5 : 0
Kaops : 0
Lord del Insula : 0
MagnanXXIII : 0
Paps : 0
Sekhesh : 0

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ainsi s'achève le second tour !

Les réactions des joueurs et des spectateurs peuvent être postées à la suite de ce débriefing.

Tous les participants ont désormais jusqu'à ce dimanche 30 au plus tard pour m'envoyer par message privé leur nouveau choix de tir ainsi que l'éventuel texte d'accompagnement.

A vous de jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekhesh
Prévôt
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 26
Localisation : Nehekhara...pour l'instant !
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Ven 28 Juil 2017 - 13:43

- Mon bon Hiéingénieur, il me semblait que nos balistaires étaient "légèrement" plus précis que ça !

- Peut-être une légère erreur dans la manipulation de l'incantation ou alors... Pardon Seigneur ! Oui effectivement, je vais rectifier cela tout de suite !

- Je l'espère bien ! Non pas qu'écraser ces pleutres sous dix tonnes de rocher ne m'amuserais pas mais pensons d'abord à la compétition, au fair-play et remporter MON trébuchet en or !!!

- Il sera fait selon vos désirs. A ce propos, ne pensez-vous pas qu'employer de nouveaux projectiles inédits soit plus discret ? C'est apparemment la mode ici.

- Moi vivant, ça n'arrivera jamais !

Le Hiéingénieur ne pouvait pas s'empêcher de rire intérieurement aux dernières paroles de son frère..."Moi vivant", malgré les années, c'était toujours aussi drôle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord del Insula
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1587
Age : 33
Localisation : Reims
Date d'inscription : 24/07/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Ven 28 Juil 2017 - 23:48

Le Lord était très frustré : il n'arrivait pas à trouver une idée de projectile originale !
Il avait beau se creuser les méninges, pas moyens d'avoir l'étincelle de génie. Et plus le temps passait, plus il redoutait que la concurrence réduise les possibilités. À voir l'état d'ébriété naissant chez les Seigneur de la Motte et de Joli-Tonneau, il ne doutait pas que l'inspiration allait leur venir.

- C'est sûr, l'alcool ça aide - se dit-il.

Il pausa alors son regard sur la buvette situé en haut de la tribune. Ses yeux s'illuminèrent soudain !

- Eurêka ! - s'exclama-t-il, faisant sursauté de surprise ses voisins de gradins. - La voilà ma solution !

Et le Lord se dirigea résolument vers la buvette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mictlantecuhtli
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 266
Localisation : Belgique, province de Liège
Date d'inscription : 16/06/2016

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Lun 31 Juil 2017 - 0:22

TOURNOI DE TRÉBUCHETS DE COURONNE : TROISIEME TOUR


ArrowPosition de trébuchet du baron de Joli-Tonneau (Calidus5) :

L’équipe de Joli-Tonneau avait rechargé (en un temps record) le Couillard, et attendait les instructions du maître charpentier pour régler la visée.

- Euh, maître charcutier…
- Charpentier !
- Ouai, comme tu veux, mais on vise où ? Pa’sque y vas bientôt être temps de tirer avec l’double bourse là !
- Chut ! J'essaie de trianguler la position des autres machines de poliorcétique.
- Bien tu pourrais pas tripatouiller tes poli-machin plus tard ? Moi et les gars on voudrait savoir où tirer.

Le maître charpentier allait corriger son ignare d’assistant lorsque le son de trompette ordonnant de tirer perça tant bien que mal le brouillard ensorcelé. Il soupira de résignation et après avoir jeté un dernier coup d’œil au dessin qu’il avait tracé au sol, il se décida.

- Bon, tirez…

Il fut interrompu par le bruit caractéristique du Couillard en train de tirer. Son bras resta suspendu dans une direction tout autre que celle empruntée par le projectile minéral.

- Laissez tomber.

ArrowPosition de trébuchet du chevalier Cédric le Normand (Kaops) :

Aux alentours du trébuchet de Mélinor, chaque coup de trompette déclenchait le genre de fou rire qui accompagnait des nez plus rouges que la normale. Les éclats étaient d'ailleurs suivis peu de temps après par une série de chuchotements supposément vindicatifs pour faire taire l'hilarité générale, mais sans grand succès jusque-là. Jeannot, qui était monté sur le trébuchet en deux fois après avoir loupé une prise, regardait le terrain en plissant les yeux plus que nécessaire.

"Eh ! fit vaguement son père depuis le sol qu'il évitait de rejoindre à chaque pas. Est-ce... *hic*... Est-ce que t'vois le... le tirer où on doit endroit ?
-Hmmmm, là-bas !"

Jeannot ayant désigné une zone au hasard dans la brume d'un doigt tremblotant, le père Pierrot acquiesça et dit à son fils de descendre séance tenante. Ce que l'intéressé fit mais à une vitesse plus élevée que la normale. Une fois sûr que Jeannot allait se remettre de sa chute, Pierrot se déplaça vers l'engin. Paulot, en le voyant arriver, fit un garde-à-vous approximatif pour lui indiquer que le projectile était en place.

La machine de guerre fut enclenchée aussitôt sur un fond de hola alors qu'un tonneau supplémentaire était percé... et qu'un autre tonnelet partait dans le firmament sous une deuxième hola hilare.

Au trébuchet de Mélinor donc, l'apéritif allait si bien qu'il était fort probable que les intéressés ne remarquent même pas leur décès en temps voulu.

ArrowPosition de trébuchet du Lord del Insula (le Vioque - Maître charpentier, Georges - dit le Borgne, Lenny - dit le Benêt) :

George : Qu'est t'y voit donc, grand benêt ?
Lenny : Ben y a pas grand chose à voir, quoi dire d'autre.
Le Charpentier : Mais bon sang de bois, dis-nous où la brume n'est pas encore dissipée, bougre d'âne !!!
Lenny : Ah ouais... euh... Alors par là il y en a encore plein. Par contre, par ici il y a juste un ch'ti nuage, et pis là y en a aussi.
Le Charpentier : Comment ? (à George) Vous arrivez à le comprendre vous ?
George : Depuis le temps que j'me l'coltine, il a bien fallu que je m'y fasse.
Le Charpentier : Eh ben traduisez, par ce que moi j'entrave que dalle à ce que dit cet abruti et que j'ai mal au crâne rien qu'à l'entendre !
George : C'qui veut dire, c'est qu'y a une grosse zone embrumé au nord-est et une autre à l'ouest. Par contre c'est moins chargé au sud-est, mais y a encore de la brume là-bas.
Le Charpentier : Bien. Ça commence à ressembler à quelque-chose... Commencez à charger la caillasse pendant que je réfléchisse à ça (à lui-même pendant que les deux autres chargent le projectile) le nord-est, ça me parait pas mal.

ArrowPosition de trébuchet du comte Guillaume d'Alsacie (MagnanXXIII) :

Une pluie de projectiles s’abat sur le champ brumeux révélant de plus en plus les zones sombres. Mais ce n'est pas assez pour l'équipage alsaçois, il faut "tésemprumer" le terrain !

Aussi pon, aussi trôle, aussi Pretzel !

ArrowPosition de trébuchet du grand seigneur de Nehepalà (Sekhesh) :

- ...

- Il serait peut-être temps de se concentrer sur les cibles prioritaires, à savoir les engins adverses ! La foule peut attendre.

- Les ordres sont maintenant clairs, à nous de les appliquer. Monte au dessus voir un peu le champ de tir et surtout n'oublie pas de te couvrir le visage. Il serait mal vu que la foule voit notre...ton...enfin tu m'as compris.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le son des oliphants n'eut pas le temps de mourir que la troisième salve de tirs prenait déjà son envol. Après deux premiers tours divertissants mais pauvres en résultat, le public attendait avec une impatience non dissimulée que le premier sang soit enfin versé.

La courbe en cloche des projectiles divers et variés atteignit bientôt son apogée avant d'entamer son inexorable descente. Un grand silence attentif s'installa afin d'accueillir le fracas des impacts.  

Les rochers, tonneaux, vaches et autres choucroutes garnies n'étaient plus qu'à une dizaine de mètres du sol.

Huit.

Six.

Quatre.

Le suspens était insoutenable !

Deux ...

ARRRGHHHHHH !

SPLATCH !

Zéro.

Une série de cloches prévues pour l'occasion sonnèrent à la volée et un jeune page préposé au comptage des points se mit à hurler dans un porte-voix :

Ouverture du score ! Ouverture du score ! Un servant de trébuchet éliminé ! Le comte d'Alsacie prend la tête du classement avec un point !

Sur le bord du champ de bataille, une choucroute venait en effet d'atterrir sur la tête d'un malheureux servant. Seuls un bras et un pied tremblotants émergeaient encore de l'infect monceau de chou cuisiné à l'impériale. Jusque dans les rangs des nobles, des grimaces accompagnèrent quelques paroles de compassion pour le pauvre bougre victime du projectile infernal. Cette façon de casser sa pipe était assurément horrifique.

Cela n'empêcha pas quelques mauvaises langues de souligner à quel point il était rare pour un gueux de Bretonnie de mourir étouffé par de la nourriture ...    

L'assistance se bousculait à présent pour mieux observer la scène et réclamait à grands cris l'identité de la victime. Le page plissa les yeux avant d'annoncer :

Livrée rouge ! C'est le Lord del Insula qui perd un servant !

Dans la tribune royale, le seigneur Mictlantecuhtli sortit une longue vue de poche avec laquelle il scrutait d'ordinaire ses champs de bataille avant le début des hostilités. Ayant fait le point sur le site du massacre, il décolla instantanément de son siège pour rejoindre au pas de course l'estrade où se tenait l'annonceur. Gravissant les marches quatre à quatre, il invectiva vertement ce dernier :

Tu t'es trompé, jeune imbécile ! Ce n'est pas une livrée rouge, ce n'est que du sang ! Sers-toi de ça à l'avenir !    

Ayant rattrapé de justesse l'instrument d'optique qui lui était lancé, le page scruta de nouveau le terrain. Son visage pâlit avant de rougir en une fraction de seconde à la vue de son erreur. Les yeux à présent braqués sur ses pieds, il se mit à balbutier de pitoyables excuses que l'acariâtre organisateur interrompit rapidement :

Rectifie ça en vitesse, sombre idiot !

Dans son empressement à s'exécuter, le jeune page faillit faire tomber son porte-voix, malencontreusement posé sur le rebord de la balustrade.

Correction ! Correction ! Il s'agit d'un servant du baron de Joli-Tonneau et non du Lord ! Livrée blanche ! Le baron de Joli-Tonneau perd un premier servant !  

Sur le chemin pour regagner sa place, le seigneur Mictlantecuhtli enrageait de ne pouvoir châtier cet incompétent comme il le méritait. Un fils de noble n'était cependant pas un vulgaire roturier. On lui aurait vite demandé des comptes en cas d'exécution sommaire. Tout en maugréant sur le relâchement complet de cette jeunesse dorée, gâtée par les plaisirs de la capitale, l'organisateur réintégra son siège.

L'enchanteresse assise juste à côté remarqua son courroux et lui tapota la main avec un sourire pour lui rappeler le caractère festif de l'évènement. Elle avait raison. Il n'était pas question de se laisser gâcher la journée par quelques imprévus, même si ils ne cessaient de se multiplier depuis l'ouverture des hostilités.      

Tirant un trait sur ces détails, Mictlantecuhtli observa le reste du champ de tir. Pour l'heure, aucune autre perte n'était à déplorer. Cela dit, le terrain commençait à être criblé de cratères d'impacts. A mesure que le brouillard enchanté reculait, les tirs des concurrents ne pouvaient se faire que plus précis.

Motivé par cette perspective, l'organisateur se laissa aller à un élan de lyrisme mal inspiré pour appeler à sonner le début du quatrième tour :  

Eclatez, éclatez fières trompettes !

Alors que les musiciens jetaient leurs instruments au sol pour mieux les fracasser de leurs talons crasseux, Mictlantecuhtli comprit qu'il avait commis une erreur.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Impacts :

Calidus5 : J22 => Hit ! => J22
Kaops : D22 => déviation sud-est de 2 cases => F24
Lord del Insula : E22 => Hit ! => E22
MagnanXXIII : S2 =>Hit ! => S2
Paps : O6 => déviation sud de 2 cases => Q6
Sekhesh : P8 => Hit ! => P8

Pointage :

Calidus5 : 0
Kaops : 0
Lord del Insula : 0
MagnanXXIII : 1
Paps : 0
Sekhesh : 0

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et voila déjà la fin du troisième tour.

Vous connaissez à présent la procédure. Choix de tirs, textes d'accompagnement et textes de réaction pour le dimanche 06 août au plus tard.

Que le carnage commence !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord del Insula
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1587
Age : 33
Localisation : Reims
Date d'inscription : 24/07/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Mar 1 Aoû 2017 - 0:35

Alors que le public s'extasiait devant ce premier coup au but, les applaudissements et les vivats se répandirent de plus belle.
Seuls quelques individus ne partageaient pas cette liesse générale. Trois individus pour être exacte.

Le Baron de Jolie-Tonneau pour commencer, que la perspective d'être le premier éliminé ne ravissait point du tout, et que les efforts de son comparse de toujours pour le réconforter ne parvenaient pas à lui faire retrouver la coutumière bonne humeur.

Le Lord ensuite, que la première annonce erronée avait passablement affolé. Loin d'être apaiser par l'erratum, son esprit était maintenant dans l'expectative. Il fallait au plus vitre trouver une foutue idée originale de projectile avant que son équipage ne subissent à son tour un Objet Volant Non Inoffensif sur le coin de la figure ! Finissant de boire sa chope d'une traite, il s'adressa au tenancier de la buvette :

- La même chose , patron !
- Tout de suite Monseigneur !

Le Lord espérait bien trouver une idée rapidement grâce au pouvoir inspirant des spiritueux. Fort heureusement, il semblait qu'il allait avoir un peu de temps, car les trompettes signalant le début de la quatrième manche tardaient à se faire entendre...

La dernière personne traversant un désappointement complet était l'organisateur lui-même, qui se trouvait à devoir gérer un improbable quiproquos ayant entrainé la destruction des trompettes !!! Le Seigneur Mictlantecuhtli se demandait maintenant comment remplacer les instruments, et avait une très furieuse envie de faire des trompettistes de potentiels projectiles pour les prochains tirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calidus5
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 670
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 25/04/2013

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Mer 2 Aoû 2017 - 17:54

Le maître charpentier vivait un enfer. Une masse blanche et filasse s’était abattue sur lui, l’étouffait et l’empêchait de respirer. Un liquide gras, qu’il supposa sentir plus mauvais que le vomi d’un troll, s’écoulait dans ses narines et sa bouche.
Dans ce contexte, sa jambe cassée et son épaule démise lui semblaient de seconde importance. Puis la pression sembla s’atténuer quelque peu. Il compris qu’on tentait de le dégager de là lorsqu’un fer de pelle lui rentra dans les côtes. Lorsque son visage fut enfin dégagé, il sentit qu’on le poussait sur le côté pour qu’il puisse recracher les portions de l’immonde mets qu’il avait avalé malgré lui.
Le maître charpentier se demanda s’il n’avait pas quitté un enfer pour un autre lorsque le visage inamical du redouté limier de son baron vint se placer juste en face du sien.

- Tu as de la chance, lui dit Jacques, le baron te veut en vie.


Jacques ordonna d’un signe de main que l’on hisse le pauvre charpentier sur un brancard. Il était en train de quitter le champ de tir avec ses hommes et le blessé lorsqu’il s’aperçut que les deux assistants du maître charpentier avaient suivi le mouvement.

- Où croyez-vous aller vous deux !

- Heu bin, c’est qu’maintn’ant qu’notre position est trouvée, on va s’faire ensev’lir sous des pierres ou pire !

- Et mon carreau entre les deux yeux, ça te tente ? Vous restez ici pour manier le Couillard, il nous reste encore au moins un tir.

- Mais c’est qu’normal’ment c’est l’aut’e maître carrier là qui dit ce qu’on doit faire.

- Vous allez renvoyer cette immonde tambouille à son propriétaire !

Dit Jacques en pointant du doigt le plat impérial qui avait enseveli le maître charpentier.
Il rajouta avec un sourire mauvais :

- La-dent et Bourrepif vont veiller à ce que vous ne soyez pas tentés d’aller voir ailleurs … Twisted Evil


Dernière édition par Calidus5 le Mer 2 Aoû 2017 - 19:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Paps
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 909
Age : 36
Localisation : Perfide Albion
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Mer 2 Aoû 2017 - 18:56

Un cri assourdi, suivi d'un cri beaucoup moins fluet de la part de la foule, fit tourner la tête au Duc Gombaud. Le Comte de Miche-Où s'était semble-t'il évanoui en raison des odeurs flottant sur le terrain (une vraie damoiselle, celui-là) et il ne savait trop comment, le Duc s'était retrouvé à l'éventer avec son mouchoir tandis que le page du Comte était parti chercher des sels avec moult gémissements et gesticulations. Un autre phénomène, ce page ; ils s'étaient bien trouvés avec le Comte, se dit le Duc.
Plusieurs zones du terrain s'étaient découvertes et dans l'une d'entre elles gisait un homme sous des monticules de viande.

Abandonnant le Comte sur son siège, il courut vers son fidèle sergent.

"C'est un de nos projectiles qui a fait ça ? Gaston ? C'est une des vaches ? demanda le Duc plein d'espoir.

- Non, M'seigneur. La vache est encore allée s'perdre queque part dans le terrain. Ça, c'est-y la barbaque des Impériaux.

- Encore leur choucroute immonde ? Et ils ont le premier sang ? C'est un scandale ! Si encore cela avait été l'un des tonneaux du Gaston, quand nous serons rentrés au château, rappelle-moi d'organiser un raid... Je veux dire, une expédition puni... Une randonnée. C'est ça, une randonnée chez le Comte d'Alsacie.

- Oui M'seigneur. Faudra-t'y amener la grosse Micheline, M'seigneur ?

- Qui ça ? Vous n'êtes pas en train de me parler d'une de ces gueuses de la taverne, j'espère.

- Non, M'seigneur, vous pensez à la grosse Lulu, M'seigneur.

- Je ne pense pas à... " Le Duc s'interrompit et soupira longuement pendant que son bras droit l'observait placidement (probablement en train de se remémorer sa dernière visite à la grosse Lulu).

"Qui est cette dénommée Micheline, Gaston ? reprit le Duc.

- C'est l'nom qu'les gars ont donné au trébuchet, M'seigneur, vu qu'y balance des vaches.

- L'inventivité des hommes de mon duché n'a pas de limites, semble-t'il. Evidemment, Gaston, si nous y allons pour une... randonnée... en rapport avec ce tournoi, il faudra amener la grosse Mich... le trébuchet.

- Oui, M'seigneur. Ça f'ra plaisir aux gars, M'seigneur.

- Bon. En attendant le prochain tir, brandissez bien haut l'étendard du Slip, Gaston. Même si nos vaches ne touchent rien, nous rappellerons au moins à la foule grâce à qui ils pourront ajouter de la viande fraîche à leur ordinaire. Pas comme ces saucisses de provenance douteuse.

- Oui, M'seigneur. J'brandisse, M'seigneur, répondit le fidèle homme d'armes."


Le Duc le fixa un moment agiter vigoureusement l'étendard en méditant sur son vocabulaire approximatif. Il entendit au loin la voix du seigneur Mictlantecuhtli ordonner "Eclatez, éclatez fières trompettes !", suivi d'un piétinement sauvage des instruments. Au moins, il n'était pas le seul avec des gens dont l'intellect rivalisait presque avec celui du bétail.

Il retourna vers sa place avec la ferme intention de suivre les prochains tirs. Allait-on assister à l'hallali de l'équipage dont la position venait d'être pour ainsi dire révélée ou certains tirs continueraient-ils à désembrumer la zone ?

Et comment se faisait-il que le Comte de Miche-Où se retrouvait maintenant gémissant sur *son* siège ?

_________________
Á la guerre, comme en amour, le corps à corps seulement donne des résultats.
Blaise de Monluc

For Pony!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord del Insula
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1587
Age : 33
Localisation : Reims
Date d'inscription : 24/07/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Sam 5 Aoû 2017 - 13:53

Alors que dans les tribunes commençait à s'élever une certaine impatience, une annonce fut clamée à l'aide du porte-voix :

- Sire, nobles Seigneurs et gentes Dames, nous vous prions de bien vouloir patienter quelques instants. Nous rencontrons actuellement un problème technique que nous nous efforçons de résoudre au plus vite. D'ici là, la Guilde des viticulteurs Bordelois est fière de vous proposez ses articles. Et nous vous informons également que les échoppes du tournois ne vendent que des saucisses labellisées "Not made in Géorgie".

Pendant que le page déclamait ce message, de nouveaux gardes venaient renforcer le barrage entre le terrain et la plèbe. Visiblement, les organisateurs craignaient un nouveau débordement.

En tribune officiel, le Seigneur Mictlantecuhtli était en pleine concertation avec le groupe de musiciens et semblait au bord de la crise de nerf, tandis que l'enchanteresse jouait les médiatrices. De son côté, le Roi devisait tranquillement avec ses voisins et donnait l'impression d'apprécier le burlesque de la situation.

Du côté de la buvette, le Lord avait enchaîné les verres et son état d'inspiration augmentait proportionnellement à son ébriété. C'est avec une idée en tête qu'il se dirigeait maintenant, un brin titubant, vers la tribune officiel, décidé à aborder l'organisateur.

- J'vous l'dis tout net, Monseigneur. Reforgez ces trompettes prendrait trop de temps. - argumenta un des musiciens.

C'est avec un regard presque implorant que Mictlantecuhtli se tourna vers l'enchanteresse :

- Madame, pour l'amour du ciel, dites moi qu'il est en votre pouvoir de corriger la bourde de ces incapables.  

- Je crains que non, mon ami. Mes pouvoirs sont déjà fortement mobilisés par le maintien de cette brume. Et puis la proposition de ces messieurs me semble appropriée - ajouta-t-elle malicieusement.

- Je vous l'dit, Messire, z'avec nos instruments-ci, ça fera un meilleure effet que des trompettes.

Devant eux était exposé un assortiment hétéroclite d'instruments de musique : cornemuse, luth, tambour, flûte et autres appareils. Certains semblaient de réalisation artisanale et avaient l'air très peu engageants.

- Mais, par le Saint Graal ! Comment voulez-vous avoir un minimum de sérieux avec tout ce fatras ?

Sans ménagement, l'organisateur se mit à fouiller parmi le matériel à la recherche d'un substitut valable. Sans relever la tête, il tendait de temps à autre un instrument aux musiciens, accompagné d'une directive claire :

- Jetez moi ça.
- Et ça.
- Ceci aussi.
- Brûlez cette chose.

- Mais, Messire, vous n'y pensez pas – s'indigna un des musiciens – Regardez cette merveille ! Avec elle, j'produis des sons du tonnerre !!! z'êtes sûr de faire un tabac.  Et pis même que c'est c'qui se rapproche le plus d'une trompette !

L'instrument qu'il montrait, une sorte de harpe géante reposant sur un support qui ressemblait à un instrument à cuivre,  faisait partie de ceux visiblement créés de bric et de broc. Cela n'inspirait point Mictlantecuhtli, d'autant qu'il se rendait compte que les autres musiciens, loin de partager l'enthousiasme de leur camarade, paraissaient effrayés par sa proposition.

C'est sur ces entrefaites que le Lord arriva à proximité du groupe et intervint, alors que Mictlantecuhtli laissait libre cours à ses élans de justice expéditive.

- Excusez mon interruption cavalière, j'aimerais m'entretenir avec vous Messire Mictlantecuhtli.

Sans daigner relâcher le cou du musicien qu'il était occupé à étrangler, l'organisateur reporta son attention sur le nouveau venu :  

- Messire, je serais ravi de m'entretenir avec autre chose que des gueux décérébrés - si vous me passez ce pléonasme -, mais des soucis techniques retiennent fort mon attention en ce moment. Si je puis vous être d'une quelconque utilité, je vous invite à en venir au fait sans tarder.

- C'est par rapport au choix des projectiles. J'ai envie d'apporter un peu d'originalité afin d'égayer le spectacle. Or, jusqu'à maintenant, l'effet marquant était la forme originale de l'objet envoyé. Si je veux me démarquer, il faut que l'objet soit en plus pourvu d'une capacité sonore marquante. Vous me suivez ?

-  Modérément. Soyez plus précis, j'ai l'esprit ailleurs.

Et il affermit sa prise sur sa victime qui émit de répugnants gargouillis.

- C'est pourtant simple, il faut que mon trébuchet balance un objet capable d'émettre un son audible par tous, et capable de marquer les esprits.

- Si je saisis votre logique, je vois mal comment la traduire en actes.

- C'est bien le souci, et je me tourne vers votre sagesse, vous qui avez su organiser de manière si efficace cet événement. Connaîtriez-vous un instrument capable d'émettre un son sans musicien ?

Le seigneur Mictlantecuhtli ne put retenir un sourire en coin. Un part de lui savourait le compliment, l'autre se gaussait de la prétendue "efficacité" de l'organisation.

- Hormis une cornemuse préalablement gonflée et qui n'émettrait qu'une note pitoyable à l'atterrissage, je ne vois rien qui puisse rencontrer vos vœux.

- C'est bien ce que je redoutais. Alors, à moins de tomber sur un musicien suffisamment cintré pour bien vouloir monter dans la nacelle de tir, mon idée tombe à l'eau – se désola le Lord.

Le regard de  Mictlantecuhtli s'illumina soudain. Enthousiaste, il assura au Lord qu'il allait lui trouver une solution. Il se tourna alors vers les musiciens et leur fit une proposition :

- Comme j'ai été injuste envers vous tous ...

Notant le visage bleuté du pitoyable ménestrel à genoux devant lui et le crissement de ses vertèbres sur le point de rompre, il relâcha brusquement sa prise avant de poursuivre :

- Le fait est que vos talents n'ont pas trouvé jusqu'ici à s'exprimer pleinement. Ces estrades reculées, ce public inattentif, ces partitions limitées ... Tsk, tsk, tsk ... Je pense qu'il est de mon devoir d'offrir à des virtuoses dans votre genre la liberté et la visibilité qu'ils méritent. Vous allez donc jouer avec les instruments qui vous font envie, mais directement au coeur de l'action : sur le terrain !

- Mais avec le brouillard, personne va nous voir.

- Pas si l'on vous élève au dessus à l'aide d'un trébuchet -intervint le Lord.

- Songez qu'aucun ménestrel n'a jamais eu une telle opportunité dans toute la longue histoire du royaume. Je suis convaincu que, dans les temps à venir, maints artistes voudront se produire au beau milieu d'arènes sportives pour vous imiter. Votre gloire posthume sera sans commune mesure !

- Une gloire posthume, j'sais pas quoi que c'est, mais ça sonne bien - s'émerveilla le ménestrel qui reprenait peu à peu son souffle.

- Et si on n'y va pas, quoi fait-on à la place ? - demanda un autre.

Mictlantecuhtli se réjouit intérieurement de la tournure de la conversation. Faisant d'une pierre deux coups, il allait séparer le bon grain de l'ivraie au sein du corps des musiciens tout en satisfaisant les attentes du Lord.

- Libre à vous de conserver vos postes actuels, cela va sans dire. Cependant, vous y jouerez uniquement ce que je vous dirai de jouer, et ce, avec vos satanées trompettes ! Une forgeron va vite les redresser au marteau. Ça fera bien l'affaire.

Sentant venir l'entourloupe, les musiciens prétextèrent trouver dans l'offre de Mictlantecuhtli une meilleure alternative. Seul le propriétaire du fameux instrument trouva l'idée excellente, au plus grand plaisir des Seigneurs Mictlantecuhtli et del Insula.

- Une scène rien que pour nous autres, et avec un public des plus fameux ! Sais pô c'qui vous faut de plus les gars ! – s'exclama-t-il – Je va enfin pouvoir montrer comment que je joue bien devant le roy. Sûr de chez sûr que j'suis direct musicien officiel de sa majesté ! Mon heure est arrivée !

Effectivement, son heure était arrivée ... d'une manière ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekhesh
Prévôt
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 26
Localisation : Nehekhara...pour l'instant !
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Sam 5 Aoû 2017 - 18:17

- AAAAH ! Enfin un mort ! Dis moi que nous en sommes à l'origine ?!

- Hmmm mon seigneur, il semblerait que non ! Notre tir a été d'une précision sans faille mais toujours rien de notre côté.

- Mais c'est pas vrai ! Il se cache où ?!! Bon de toute manière il y a un mort, moi je surveille le juge et les tribunes...toi, garde le lien avec notre équipage et si jamais on se fait toucher, tu sais ce que tu as à faire !

Le hiéingénieur ne pouvait s'empêcher de se dire que Sekhesh ne parlait que de compétition et pourtant...cette idée, bien que pratique, manquait très sérieusement de fair-play. Peut-être même que ce n'était pas trop légal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mictlantecuhtli
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 266
Localisation : Belgique, province de Liège
Date d'inscription : 16/06/2016

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Dim 6 Aoû 2017 - 20:15

TOURNOI DE TRÉBUCHETS DE COURONNE : QUATRIÈME TOUR

ArrowPosition de trébuchet du baron de Joli-Tonneau (Calidus5) :

Les deux malheureux assistants du maître charpentier chargeaient le Couillard avec la choucroute impériale. Ils devinaient à travers la brume les silhouettes menaçantes de leurs gardes qui se tenaient à la limite du terrain de tir.

- Dit Bob, tu crois qu’on peut p’t-être s’farcir la panse avant d’renvoyer l’bousin ?

- Nan Paul, j’ai un cousin qui dit qu'il a déjà bouffé de cette chiure de bouffe impériale, et la peau de sa trogne se serait décollée !

- Par ma vache ! Ta un c’sin qui a plus d’trogne ?

- Nan nan, quand il m'a jacté son histoire il l’avait récupérée. J’suppose qu’une bonne dame de Shallya la lui a r’cousue.

Une fois le Couillard rechargé.

- Bin, on tire où ?

- Y’a encore du brouillard par là. Par contre chai pas régler la distance du lancer donc j'ai rien touché.

- V’là qu’j’entends la beugleuse, j’tire !

Les deux paysans contemplèrent le projectile partir vers le ciel, c'est que c'était toujours aussi beau !

Puis ils entendirent le sifflement caractéristique de projectiles à haute vélocité qui se rapprochaient rapidement d’eux.

- Par ma marguerite !

Dit Paul, avant que …

ArrowPosition de trébuchet du chevalier Cédric le Normand (Kaops) :

Du trébuchet de Mélinor, il ne provenait à présent plus qu'une série de gargouillis incompréhensibles. Mais si vous vous trouviez dans une situation où vous possédiez plusieurs grammes d'alcool de mauvaise qualité dans le sang, il était possible que vous compreniez les termes suivants :

"Jeannot ?! beugla Pierrot depuis le sommet du pauvre tonneau qui le soutenait. T'sais où tirer ?
-Ouaip !
-F... Parpa...arpait ... Eh merdreuh... Bien ! Alors descends d'là et ... on va t'y mettre la branle en machine !... Enfin j'crois."

Après une énième chute dont la douleur était atténuée par la boisson, Jeannot effectua les réglages dans la direction opposée à ce qu'il pensait et se redressa avec un air idiot sur le visage.

"B...Bon ! Paulot ! dit le père en se retournant approximativement vers son fils. Laupot ! Arrête de... *hic*... Arrête d'ouvrir ce tonneau, on va l'utiliser et ... ramène un caillou.
-Mais... ça s'boit pas un caillou, si ?
-T'vas voir si ça s'boit pas ! Fous-y le tonneau j'te dis !"

Après deux bonnes minutes d'hésitation hasardeuse, le projectile était en place et après une autre holà il partit ainsi rejoindre ses prédécesseurs. Sur ces entrefaites, Pierrot se tourna vers le rocher rond que son fils lui avait amené, tout penaud. Pour le bordelin, il était apparemment temps de révolutionner le concept des boissons "On the rock" comme disaient les Albionais.

ArrowPosition de trébuchet du Lord del Insula (le charpentier (dit le Vioque), George (dit le Bigleux), Lenny (dit le Benêt), le musicien, un garde) :

George : Alors ? Qu'est ce tu vois ?
Lenny : Apparemment, y a un gars qu'a morflé par là bas.
Le Charpentier : Par où ?
George : Au sud-ouest vu la direction.
Le Charpentier : Et à quelle distance ?
Lenny : Le temps de s'en jeter un petit, j'dira.
Le Charpentier : Comment ?
George (soupirant) : À peu prés une lieue, le même temps que pour boire une bonne pinte.
Le Charpentier : Sais pas comment vous faîtes pour le supporter... Bon ben du coup, ça me donne la direction et la distance où balancer la caillasse. maintenant, chargez-moi la nacelle !
Lenny : Attendez les gars, y a un truc qu'approche.

Un chariot fend alors la brume, conduit par un garde et dans lequel se trouve le musicien et son improbable instrument.

George : Qu'est ce t'y que ce bazard ?
Le Charpentier : Y aurait-il un souci ?
Lenny : c'est-y l'heure de grailler ?
Le Garde (pompeux) : Brave gents et brave gentes, je suis envoyé séance tenante par les Seigneur Mictlantecuhtli et Lord del Insula afin de vous délivrer une missive ainsi que l'individu ci derrière mi.

Il tend la lettre à Lenny, qui la cède à George, qui la donne au Charpentier, qui chaussent ses lunettes et lit. Pendant ce temps, le musicien descend de la charrette.

Le Musicien : Les gars, pouvez m'aidez à descendre mon appareil, ça le ferait drôlement bien.
George : Ce truc ? Qu'est ce t'y ?
Le Musicien (fièrement) : Ceci l'amiche, c'est un instrument de musique de mon invention. Ça mélange la harpe et la trompette, et ça va vous éblouir les oreilles.
George : Ah ?
Lenny : Euh ?
Le charpentier (ayant fini la lettre) : Bon...
Le Garde : Si tout est en règle, je m'en vais de ce pas rapporter de l'acquittement de ma mission.

Le garde s'en va avec le chariot.

Le Charpentier : Les gars, changement de programme. Le Lord nous commande de charger cet "instrument".
Lenny : Ah.
George : Hein ?
Le Musicien (regardant le trébuchet) : Dites-moi, la vue est-elle bien dégagé là-haut ?
Lenny : Ah oui, pour sûr. Mais Y a pas grand chose à voir.
Le Musicien : Pas de soucis, l'important s'est d'être entendu.
George : Quoi ?

George et Lenny aménagent la nacelle et y placent l'instrument pendant que le charpentier effectue les réglages en vu du tir.

Lenny : Comment s'appelle ce truc là ?
Le Musicien : Ben j'lui ai donné mon nom vu que je l'a créé. Du coup, on peut appeler ça un Gastonphone. (Il monte à son tour dans la nacelle.)
George : Qu'est ce tu fous ?
Le Musicien : Il faut bien que je sois là pour jouer le moment venu, voyons.
George : De quoi ?
Le charpentier (à George) : Laissez, c'est prévu. (au musicien) Ravi de vous avoir connu. Que la Dame vous garde.
Le Musicien : T'inquiète, vieux. T'auras le droit à ton autographe après ça.
George (à Lenny) : C'est dingue, j'arrive mieux à te comprendre toi que ce zigue-là.
Le Charpentier : Bon, on va faire... élever la nacelle. Préparez-vous.
Le Musicien : Je suis prêt. Consécration, me voici !
George : Quelqu'un va-t-il m'expliquer ?

ArrowPosition de trébuchet du comte Guillaume d'Alsacie (MagnanXXIII) :

L'équipage du trébuchet alsaçois acclama le bruit caractéristique d'une boule de choucroute sur la tête d'un malheureux adversaire.
Alphonse qui s'occupait de la stratégie ordonna un tir complètement à l'opposé du tir précédent. L'idée était de révéler tous les autres adversaires plutôt que de s'acharner sur un seul.
"C'est cha das stratékie imbériale !" se venta Alphonse.

René lança le kri de kuerre, la version choucroute cette fois ci:

"Aussi forte, aussi krasse, aussi Sauerkraut !"

Et la choucroute partit...

ArrowPosition de trébuchet du grand seigneur de Nehepalà (Sekhesh) :

- Se pourrait-il qu'on ait enfin touché une cible ?

- Hmmm non ... le notre a atterri à l'endroit voulu, mais rien !

- ...

- Raaaaah mais parle toi aussi ! Je te signale qu'on était à deux doigts de se faire repérer avec ces conneries !
Bon sinon, essayons cet endroit ... on finira bien par toucher un de ces foutus bretonniens !

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Munis de leurs instruments cabossés et à la sonorité altérée, les musiciens qui avaient sagement choisi de demeurer à leur poste donnèrent le signal d'envoi du quatrième tir.

Avec un sourire mauvais, le seigneur Mictlantecuhtli observa le décollage d'un ménestrel particulièrement peu doué mais remarquablement stupide. A peine eut-il émergé des brumes et aperçu son public qu'il émit les premières notes d'une cacophonie en crissement majeur. L'assistance fut révulsée par ce viol auditif. Les gueux se plaquèrent au sol les mains sur les oreilles et les dames s'évanouirent (encore). Il n'était guère que quelques preux chevaliers qui avaient déjà affronté des harpies par le passé pour soutenir à grand-peine l'effroyable tintamarre. Le supplice fut fort heureusement de courte durée. Tout décérébré qu'il était, le musicien n'en avait pas moins conscience des lois les plus fondamentales de la gravité. Alors que le sol se rapprochait dangereusement, les dernières notes du concerto moururent pour laisser place à un remarquable et vibrant chant a capella :

M'enfiiiiiiiiiiiiiiiiin !!!

SPLATCH !      

Le public applaudit à tout rompre. Si personne ne voulait endurer une seconde prestation, la conclusion du morceau remportait l'adhésion générale.

Au vu de sa trajectoire, ce projectile improvisé du Lord semblait destiné à nuire à l'équipage du baron de Joli-Tonneau. La chance accompagnant les deux artilleurs rescapés du tour précédent, ils n'eurent à déplorer qu'un désagréable et persistant bourdonnement dans les oreilles.

Une autre vache du seigneur de Guyenne prit grossièrement le même chemin. Cependant, l'animal terrorisé gesticula tellement durant le vol que sa course s'infléchit très nettement vers le nord. Son éclatement sur l'herbe de la vallée s'abstint dès lors de causer le moindre dégât.  

Par conséquent - et contre toute attente -, les hommes de Joli-Tonneau n'eurent à déplorer aucune perte durant ce tour.

Mais un retournement de situation se préparait un peu plus loin.

Dans une bande de brume au sud-est du terrain, les projectiles du baron de Joli-Tonneau, du chevalier Cédric le Normand et du comte d'Alsacie vinrent s'écraser en un bel alignement, dévoilant plusieurs mètres carrés supplémentaires de terrain vierge. Alors que le public s'apprêtait à faire son deuil d'une nouvelle phase d'action, un rocher un peu retardataire envoyé par l'équipage du grand seigneur de Nehepalà piqua vers la limite sud du champ de bataille.

Des hurlements se firent brièvement entendre avant de s'éteindre dans un bruit de roche brisée.

Dans l'assistance, chacun se redressait et remuait pour avoir le meilleur aperçu possible du dernier tir de ce tour. Sur son estrade, le jeune page chargé du commentaire avait l'oeil rivé dans la longue-vue, attendant que la poussière daigne retomber. Après une petite minute de patience, il se mit à hurler dans son porte-voix :  

C'est un doublé ! Le projectile du grand seigneur de Nehepalà vient d'écraser un servant du sieur de Guyenne ! Les éclats de l'impact en ont éliminé un autre ! Le seigneur de Nehepalà prend la tête du classement avec deux points !

La foule exulta face à ce revirement. Chacun s'était attendu à ce que l'équipage affaibli du baron de Joli-Tonneau soit la cible de toute la puissance de feu de ses adversaires. Il n'en fut rien. Non seulement cette équipe venait de survivre sans dommage, mais une autre venait de lui ravir la place peu enviable de concurrent le plus mal en point.  

Si le baron de Joli-Tonneau devait en ce moment pousser un énorme soupir de soulagement, nul n'osait trop diriger son regard vers Gombaud de Guyenne. Même son fidèle porte-étendard cessa un instant d'agiter la grande bannière de l'ordre du slip, tétanisé par ce redoutable coup du sort.  

Depuis son siège, le seigneur Mictlantecuhtli réfléchissait à grande vitesse, tentant de simuler les différentes suites possibles. Deux positions de trébuchets étaient désormais des cibles potentielles. Entre viser l'une ou l'autre, ou encore tenter d'explorer de nouvelles zones encore inconnues, la stratégie des artilleurs allait gagner en complexité. La situation était prometteuse, mais il importait que tous les trébuchets demeurent actifs le plus longtemps possible. Si plusieurs disparaissaient rapidement, les survivants se retrouveraient avec d'importants espaces vides à explorer au coup par coup avant de faire de nouvelles victimes. Ce cas de figure fit perler un goutte de sueur le long de sa tempe. Rien ne serait plus catastrophique qu'un public lassé, réduit à observer une succession de tirs inutiles.

Prenant une grande inspiration, l'organisateur se contraint au détachement. La suite des évènements ne dépendait plus de lui à présent. Il restait à espérer que les artilleurs aient le nez creux pour débusquer leurs adversaires et qu'ils daignent s'entretuer en un bel enchaînement. Etait-ce trop demander de la part de ces sous-développés ?

Sur l'estrade des tableaux de scores, le personnel technique venait d'apposer un grand "2" à côté de l'écu vert du seigneur de Nehepalà. Tout semblait en ordre et les discussions sur les dernières actions allaient bon train. Pour l'heure, le public était aussi captivé que satisfait. Il fallait que ça dure.

Un geste adressé aux musiciens déclencha l'appel aux équipages en vue du cinquième tour.

Tandis qu'il laissait courir son regard sur les membres les plus éminents de la tribune d'honneur, le seigneur Mictlantecuhtli fut interrompu dans le fil de ses pensées par l'arrivée du capitaine de sa garde.

Monseigneur, selon vos instructions nos hommes ont surveillé le vendeur ambulant.

Bien. Et ?

Ils viennent juste de l'appréhender avec un groupe d'individus cagoulés qui tentait de s'infiltrer sous les gradins de la tribune où nous nous trouvons, mon maître.

Que diable voulaient-ils faire là-dessous ?

Et bien nous n'avons eu que le vendeur à interroger, monseigneur. Le temps que nos troupes interviennent, le reste de la bande avait péri dans une curieuse rixe intestine.

Bon. Le nom de cet individu ?

Il dit se prénommer "Bwian", monseigneur. Son accent est fort étrange, j'avoue avoir eu du mal à le saisir. Il serait Albionais que ça ne m'étonnerait qu'à moitié.

Un ressortissant d'Albion, tiens tiens. N'est-ce pas le sieur de Guyenne qui emploie actuellement un de ces énergumènes ?

Sans rapport apparent, messire. Celui-ci se réclame d'un certain front populaire ou front du peuple ; j'avoue m'y être un peu perdu. L'objectif que sa bande et lui s'étaient fixé consistait à kidnapper l'enchanteresse en découpant le plancher sous son siège. L'ayant en leur pouvoir, ils comptaient réclamer l'indépendance d'une obscure région des Marches de Couronne.  

Le seigneur Mictlantecuhtli marqua une pause durant laquelle il cligna fortement des yeux, comme pour s'assurer qu'il n'était pas sujet à un accès de délire soudain.

C'est d'une affligeante stupidité.

Ca l'est, monseigneur.

Bon, soit. Il faudra tout de même que je m'entretienne avec le chevalier Cédric, qui nous vient justement des zones frontalières si je ne m'abuse. Vous savez quoi faire pour la suite capitaine. La réserve de pals est toujours au même endroit.

Messire, sans vouloir contester vos ordres ...

Quid ?

Et bien, le peuple risque de ne plus vous associer qu'à un unique mode d'exécution. Votre image pourrait en pâtir. C'est qu'on vous reprocherait vite de manquer d'originalité.

Après le tournoi unique en son genre que je viens d'inaugurer ? Manquer d'originalité, MOI ?

L'organisateur était visiblement courroucé, mais nullement contre son fidèle bras droit. Celui-ci, beaucoup plus proche du peuple que son maître ne l'était - et ne le serait jamais - était souvent de bon conseil en matière de relations publiques.

Fort bien. Innovons dans ce cas ! Le malheur c'est que je n'ai emmené ni bourreau ni salle de torture en kit dans mes bagages. Mes options restent par conséquent limitées.

Il marqua une nouvelle pause pour réfléchir.

Capitaine, puisque nous avons des pals à n'en plus finir, assemblez-en deux en croix et clouez cet agitateur dessus. Ca lui fera des pieds.

Riche idée, monseigneur.

Elle m'est venue comme ça.

L'officier n'avait fait que quelques pas lorsque son seigneur l'interpella :

A propos capitaine, votre respiration ... On vous dirait guéri.

De fait, monseigneur. Le tenancier du bar s'est proposé de me vendre un flacon de vin provenant des caves d'Havras. Selon lui, c'était souverain. Son prix était prohibitif, mais il m'a suffit de mentionner votre nom : il me l'a abandonné pour une demi-pièce de bronze sans discuter.  

Tant mieux pour vous capitaine. Vous pouvez disposer.

Sur ces entrefaites, la phase d'observation des différentes équipes touchait à sa fin. Le cinquième tour n'allait pas tarder à commencer. Juste le temps d'aller chercher un verre à ce fameux bar.    

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Impacts :

Calidus5 : W16 => Hit ! => W16
Kaops : W22 => Hit ! => W22
Lord del Insula : S5 => déviation ouest de 1 case => S4
MagnanXXIII : W21 =>Hit ! => W21
Paps : T3 => déviation nord de 3 cases => Q3
Sekhesh : Y15 => Hit ! => Y15

Pointage :

Calidus5 : 0
Kaops : 0
Lord del Insula : 0
MagnanXXIII : 1
Paps : 0
Sekhesh : 2

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et voila la fin d'un quatrième tour riche en rebondissements.

Le cinquième tour est officiellement ouvert. Sa date butoir tombera le dimanche 13 août.

Bonne chance à tous (et surtout aux blessés) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paps
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 909
Age : 36
Localisation : Perfide Albion
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Dim 6 Aoû 2017 - 22:30

"Ah, les jean-foutre ! Les fils d'Ogresses ! Les... Les... Les..." Le Duc avait du mal à contenir sa fureur et peinait à trouver le qualificatif le plus péjoratif qui soit.  "Piétons !  Espèce de petits pédestres, va !"

A cette mention, le Comte de Miche-Où, recroquevillé dans son siège après que le Duc l'y ait replacé manu militari, eut un hoquet de surprise réprobateur.

"Quoi ?" répondit le Duc en se retournant vers lui, "ce n'est pas comme ça qu'on appelle de jeunes gueux allant à pieds ?"

L'entourage immédiat du Duc ne savait trop où se mettre.  L'euphorie dans cette partie des tribunes suite à la première perte faisait place à une terreur sourde.  Personne ne voulait se retrouver dans le collimateur du Duc, pas même le Comte dans ces circonstances.  Autour d'eux par contre, le peuple exultait.  Le trébuchet du Baron de Joli-Tonneau se voyait disposer d'un répit (et donc de la capacité d'envoyer un autre projectile), et le fait de révéler un autre trébuchet en provoquant deux morts d'un coup ne pouvait que les ravir.  Seul un coup au but sur un trébuchet pourrait faire mieux.  Avec autant de terrain à découvrir, cela mettait de l'action assez tôt dans le tournoi, mais les tours suivants risquaient d'en être fort ralentis.

Les nobles à proximité dardaient de brefs regards en direction du Duc qui faisait les cent pas.  Il s'arrêta, pris une longue inspiration et sembla marmonner pour lui-même.

"On se calme, on se calme" se répétait le Duc.  "Le Roy est là, je ne peux me permettre de perdre ma contenance ainsi plus longtemps."

Alors que le page annonçait les résultats officiels, le Duc s'inclina en direction de la tribune royale pour faire bonne figure puis se dirigea vers son Sergent.

"Gaston !  Avez-vous entendu parler de ce seigneur de Nehepalà ?  Son nom ne me dit rien.

- Non, M'seigneur.  J'peux envoyer queq' gars poser des questions à la taverne, M'seigneur.

- Faites donc.  Oubliez les préparatifs contre le Comte d'Alsacie, nous nous porterons vers les terres de ce gredin à la place.

- Ah, oui, une "randonnée", c'est ça, M'seigneur ?

- J'ten foutrais des randonnées ; on va lui cramer son château, ouais !  On verra si ça l'amuse autant de me balancer des cailloux à la gueule !"

Pris de court par la sortie de son seigneur, Gaston en fit presque tomber l'étendard du Slip.

Le Duc tapotait rageusement la rambarde en contemplant la zone du terrain d'où étaient extirpés les corps de deux de ses servants (ou du moins leurs restes aisément identifiables).

"Gaston, qui de notre équipage est encore en vie ?

- D'après c'que j'entends, M'seigneur, y semblerait qu'ce soit l'Albionais.  Y arrête pas d'jurer dans son sabir.  J'y ai appris queq' mots d'not' langue et lui d'la sienne, mais j'y comprends pas tout.

- Et que dit-il ?

- Y dit qu'c'est pas un bras en moins qui va l'empêcher d'leur balancer une aut' vache dessus.  Qu'y les prends tous un par un si y faut.  Et qu'y a d'jà vu pire.

- Pire qu'un bras en moins ?

- Y dit qu'c'est qu'une égratignure et qu'y va d'jà mieux.  C'est ça que j'comprends pas trop, M'seigneur.  Pis y traite les familles des aut' équipages de tous les noms, qu'jai jamais entendu ça ; j'crois qu'y a parlé d'un hamster et de sureau...

- Quel étrange petit homme.  Enfin, j'imagine qu'il se réjouit d'appliquer les instructions d'avant-tournoi.

- Oui, M'seigneur.  Maintenant que sa position est connue, y va arrêter d'bâillonner les vaches pour faire plaisir à la foule.

- Bien, maintenant, confie l'étendard à l'un de tes hommes et va demander au Roy la permission d'user de magie pour tenir cet homme en vie s'il venait à se faire aplatir.  J'ai payé assez cher pour ses services pour ne pas le voir finir sous un rocher alors qu'il n'a rien touché.  Et s'il ne se rattrape pas lors de nos prochaines campagnes, il regrettera amèrement de ne pas avoir été écrasé.

- Oui, M'seigneur, j'y vais, M'seigneur, mais si j'peux m'permettre, les gars ont dit qu'y z'ont vu les gars du seigneur Mictlantecuhtli préparer des pals pour tous les équipages après la première salve.  Ça vous f'rait gagner du temps d'le lui laisser faire, non ?

- Et puis quoi encore ?  Pour qui se prend-il ?  Je n'ai besoin de l'aide de personne pour empaler un homme si l'envie m'en prend...  Miche-Où, si vous n'arrêtez pas ces gloussements, par la Dame, je vous jure que vous allez tâter de mon épée !"

_________________
Á la guerre, comme en amour, le corps à corps seulement donne des résultats.
Blaise de Monluc

For Pony!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekhesh
Prévôt
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 26
Localisation : Nehekhara...pour l'instant !
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Lun 7 Aoû 2017 - 4:59

Le Hiéingénieur se dirigeait vers son seigneur, il fallait lui annoncer la bonne nouvelle. Peut-être qu'il le verrait même sourire qui sait...enfin sourire est un bien grand mot, tendre quelque peu la peau parcheminée de son visage serait plus exact.

- Mon seigneur, nous venons d'entamer notre score ! Un magnifique tir qui a presque éliminé un de nos infâm...
Dans son exaltation, il ne s'était pas rendu compte qu'il parlait à voix haute mais surtout pleine d'entrain.
- Un de nos éminents et vaillants adversaires !

Sekhesh ne disait mot et contemplait le champ de tir.

- presque, ils ont presque eu le trébuchet...j'enrage ! Hmmmm moui ! C'est vrai que c'est déjà ça de pris et puis on passe en tête ! Fais en sorte qu'on y reste surtout !

- Bien sûr !

A bien y réfléchir se dit Sekhesh, les tirs de sa machine sont d'une indéniable précision et deux servants sont morts. Et cela n'est qu'un début vers le triomphe...il serait peut-être indiqué de fêter ce début de victoire par un bon verre.

- Allez, il faut prendre le buffle par les cornes ! Passe moi la bouteille d'eau de vie de roseau !

- Très bonne idée ! Buvons à notre future victoire !

- Moi je bois ! Toi, tu vas te faire fo...
Se ravisant puisqu'ayant réalisé que son cher "architecte" n'était pas dans les parages :
- Oui mon frère ! Buvons à notre réussite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord del Insula
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1587
Age : 33
Localisation : Reims
Date d'inscription : 24/07/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Sam 12 Aoû 2017 - 15:42

Le Lord exultait. Son idée avait rencontré un succès retentissant, dans tous les sens du terme. Nombreux furent les personnes qui le félicitèrent pour cette idée et qui le remerciait, au nom du bon goût, de l'art musicale, voire carrément de la sauvegarde du Royaume. Une partie des chevaliers présents souhaitaient néanmoins se rendre sur le lieu d'impact afin de s'assurer de la destruction définitive de l'objet, ainsi que son propriétaire. Il fallut que le Seigneur Mictlantecuhtli calme les ardeurs de cette foule en assurant avec un sourire sadique que la chose était entendue.

- C'est toujours la même sérénade ! - s'exclama l'un d'eux.
- Il n'y a pire fou que celui qui ne veut pas entendre ! - surenchérit un autre.
- Je ne resterai pas sourd devant vos demandes mes seigneurs. - tempéra l'organisateur. - Je puis vous assurer que mes gens d'armes sont en train de certifier que cette... chose a rendu son dernier souffle.
- Cette affaire fait grand bruit. - constata l'enchanteresse devant ces pourparlers.

Pendant qu'une partie du public prêtait l'oreille à cette scène, le Lord songeait néanmoins à la suite des opérations. Le champs de tir commençait à se dégager en même temps que des fenêtres de tir. Il fallait que son équipage touche quelque chose assez rapidement. Il se dit qu'un petit coup de pression ne serait pas superflu et que le tir précédent constituait un excellent alibi. Il rédigea une courte missive et la confia au bon soin du même garde qui semblait faire preuve d'un zèle certain.

Citation :
Messieurs,

Je vous fais part par la présente de mon désarroi devant votre incapacité à toucher une quelconque cible. Je vous sied gré de bien vouloir vous ressaisir et de remédier à cela dès à présent. Il se pourrait sinon qu'il me vienne à l'idée de retenter le tir précédent avec l'un de vous comme "passager".

Au nom de la Dame et du Roy,

Lord del Insula
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mictlantecuhtli
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 266
Localisation : Belgique, province de Liège
Date d'inscription : 16/06/2016

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Lun 14 Aoû 2017 - 2:05

TOURNOI DE TRÉBUCHETS DE COURONNE : CINQUIÈME TOUR

ArrowPosition de trébuchet du baron de Joli-Tonneau (Calidus5) :

Bob et Paul dansaient dans leur petit îlot de brouillard en clamant en boucle :
« On n’a pas clamsé ! On n’a pas clamsé ! … »

C'est alors que Bourrepif et La-dent leur tombèrent dessus. Bourrepif donna un bourrepif à Paul tandis que La-dent donna un coup de crosse sur l’arrière du crâne de Bob.

- « Qu’est-c’ qu’est ç’bazar ! R’chargez moi ça ! » hurla Bourrepif.
- « Fé plus vite que fa ! » renchérit La-dent.

C'est donc sous la menace motivante de deux arbalètes chargées que Paul et Bob rechargèrent le Couillard plus vite qu’ils ne l’avaient jamais fait.

« Dommage qu’le maître quincaillerie soit pas là, ça lui aurait fait plaisir. » Pensa Bob.

Bob avait à peine mis le rocher dans la fronde, sous l’étroite surveillance de Bourrepif, que la trompette ordonnant de tirer retentit. Bourrepif se tourna vers Paul, qui était à côté du levier de tir :

- C'est l’moment ! Tire !
- Je veux bien mais…
- Et mon carreau entre t’deux yeux ! Tu le veux !

Terrifié par la perspective d’un dommage cérébral fulgurant et mortel, Paul tira sur le levier. Envoyant le rocher… et Bourrepif, dont le pied s'était emmêlé dans la corde de la fronde, dans les cieux.

Paul et Bob envoyèrent un regard terrifié à La-dent, craignant sa réaction. Ce dernier se contenta de hausser les épaules, avant de lâcher :

- Fui defait un coup à boire.

ArrowPosition de trébuchet du chevalier Cédric le Normand (Kaops) :

Autour du trébuchet de Mélinor, la scène avait viré au... Non, la description serait trop horrible à effectuer et devrait porter atteinte à plusieurs lois ducales et physiques. Essayons de résumer schématiquement par : Ils buvaient quelque chose. Comment ? On ne sait pas, mais il le buvaient.

Il valait mieux s'arrêter à cela pour ce tour. Ainsi, contre toute vraisemblance, un tonneau finit par partir de la machine de guerre suivit par une hola maintenant traditionnelle.

Puis l'équipage se décida à terminer la dégustation d'improbabilité.

ArrowPosition de trébuchet du Lord del Insula (le charpentier (dit le Vioque), George (dit le Bigleux), Lenny (dit le Benêt), le garde) :

Les trois servants discutent, le charpentier décrivant la raison du tir incongru. Le garde arrive, salue militairement les trois hommes et remet solennellement un parchemin à Lenny, qui transmet à George, qui la cède au charpentier. Le garde salue pompeusement l'équipage et se retire. Le charpentier lit à voix haute le texte à ses camarades, révélant la sentence de leur Seigneur et maître.

Le charpentier : Compaing, l'heure est grave !
George : C'est ben vrai !
Lenny : Comment vous savez l'heure ?
Le Charpentier : ...
George : Y veut dire qu'on est mal barré. T'as pas écouté le message ?
Lenny : Si, mais j'y vois pô trop le rapport avec l'heure.
Le Charpentier : Passons !!! Vous pensez vous capables de me hisser là haut ? Faut que j'y vois de mes propres yeux mais j'ai passé l'âge de faire la grimpette.
Lenny : J'veux ben, vieux, mais faudrait pas te casser la binette.
Le Charpentier : Allons, à deux, vous devriez êtres capables de ça au moins.
George : J'y crois que j'ai une idée. Lenny, grimpe là haut. Je va faire la courte échelle au patron. Toi tu l'attrapes pour la suite.
Lenny : Oui da !

Le grand benêt grimpe en haut du trébuchet. Le charpentier prend appuis sur les mains du bigleux pour monter à son tour. Il est soulevé par les larges bras du guetteur.

Lenny : Voilà le Vioque. La vue est pas mal, mais avec ce brouillard c'est pas fameux.
Le charpentier : On n'est point là pour regarde le paysage ! (Il observe la situation) Bon, ben si on veut pas être envoyé en l'air comme l'autre cinglé, va falloir viser sûr. Je vois pas 36 solutions ! Maintenant, aidez-moi à descendre !
Lenny : Euh... George ! Comment on fait maintenant, pour le descendre ?
George : Ah ça, j'y avais point pensé.
Le charpentier : Z'avez qu'à faire pareil mais dans l'autre sens.
George : Voulez que j'monte ?
Lenny : Voulez que j'descende ?
Le charpentier (exaspéré) : Non mais c'est pas vrai !

Après de longues et laborieuses explications, le charpentier finit par regagner la terre ferme, et en un seul morceau. Il règle la hausse du tir pendant que ses comparses charge la nacelle. Une fois tout cela effectué, les trois hommes s'apprêtent à enclencher le tir.

ArrowPosition de trébuchet du comte Guillaume d'Alsacie (MagnanXXIII) :

"Aussi chaune, aussi folle, aussi Bier ! "

ArrowPosition de trébuchet du grand seigneur de Nehepalà (Sekhesh) :

- Un joli tir ! Ils seront comme nous bientôt !

- C'est à dire ?

- Hé bien...morts ?! Hahaha

- Ensevelis sous les rochers !

- Six pieds sous terre !

Sous ces jolis traits d'humour d'un rien morbide, le chef balistaire venait de recevoir ses ordres.

- Bien maintenant l'ordre est de faire comme dans l'infanterie : on tire ailleurs !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Alors que les trompettes retentissaient pour donner le signal du lancement, des milliers de paires d'yeux passèrent alternativement de la position approximative de l'équipe de Joli-Tonneau à celle de Guyenne. Plusieurs parieurs figèrent leur mouvement, leurs mains tendues tenant encore les mises qu'ils n'avaient pas eu le temps de placer.

Rapidement, les partisans de Guyenne déchantèrent. Le projectile de l'équipage de Joli-Tonneau partit telle une comète ; une comparaison adaptée puisqu'il traînait derrière lui un homme à la mine surprise et au pied emmêlé dans des filins. Les juges de la compétition devisèrent rapidement pour statuer sur la validité de ce double tir, mais conclurent qu'ils n'en étaient plus à ça près.

Dans un terrible craquement, le rocher percuta de plein fouet la machine de guerre du duc de Guyenne. Les poutrages volèrent en éclats et la pierre pulvérisée acheva de charcuter l'ultime servant qui demeurait à son poste. C'en était fait de l'équipe noire et blanche.

Au même moment, pas moins de quatre projectiles convergèrent vers la position de Joli-Tonneau. Le spectacle de son inévitable destruction fut époustouflant : un énorme tonneau et deux rochers s'écrasèrent les uns à la suite des autres à l'emplacement exact de la machine de guerre. Nul ne pouvait réchapper d'un tel bombardement. Quand la poussière retomba enfin, ne restait plus à cet endroit qu'un énorme cratère parsemé de quelques membres épars et d'éclats de bois. Ainsi disparu l'équipe de Joli-Tonneau.

Cette double élimination ne fut d'abord accueillie que par un silence étonné. Même les plus endurcis des combattants n'avaient jamais assisté à la désolation causée par la combinaison d'autant de tirs de trébuchets sur un point précis.

Ce fut le peuple qui rompit cette phase de contemplation en exultant face à l'impressionnant spectacle dont il venait d'être témoin. Nul doute que le conte de cette journée égayerait bien des soirées d'hiver, et ce pour de nombreuses années.

La noblesse, fidèle à elle même, fut beaucoup plus mesurée. Se levant presque comme un seul homme, l'ensemble de la tribune se tourna vers le baron de Joli-Tonneau et le duc de Guyenne pour les saluer d'une ovation et de nombreux applaudissements. Leur équipage respectif leur avait fait honneur. Blessés et condamnés comme ils l'étaient, tous deux avaient choisi d'emporter leur adversaire dans la tombe. Une attitude surprenante de la part de gueux, mais qui pour l'heure rejaillissait totalement sur leurs seigneurs.

Il n'avait échappé à personne que le dernier tir du duc de Guyenne aurait été en mesure d'évincer son concurrent. Pour ce baroud d'honneur, la dernière vache avait été dispensée de bâillon. Son meuglement plaintif avait accompagné tout son trajet jusqu'à son atterrissage entre les deux servants survivants de Joli-Tonneau. Ce superbe tir avait hélas été devancé deux secondes auparavant par le tonneau du trébuchet de Mélinor. Le coup d'éclat restait néanmoins dans tous les esprits.

Dans le plus pur respect des conventions chevaleresques, les deux commanditaires éliminés se levèrent pour se saluer mutuellement et répondre aux acclamations dont on les gratifiait. Si les sourires étaient un peu contrits, l'honneur était sauf ; et c'est bien la seule chose qui importe vraiment à tout noble qui se respecte.

Dans un coin de la tribune, de vieux connétables devisaient vigoureusement. Premiers à s'être rassis pour reprendre leur conversation, leurs longues existences passées sur les champs de bataille les avaient rendus assez hermétiques aux pertes humaines et matérielles. En ce moment, toute leur attention était plutôt dirigée sur la stratégie de l'équipage du comte d'Alsacie. Depuis le début des hostilités, il était le seul à avoir favorisé l'exploration du terrain à l'engrangement de points, dédaignant même la position de Joli-Tonneau qu'il avait pourtant découverte. Certains approuvaient cette tentative ingénieuse de mettre au jour d'autres adversaires tant que sa propre position n'était pas compromise. D'autres reprochaient ce manque d'agressivité. La tension montait et, si les choses continuaient ainsi, ces vieux radoteurs étaient capables d'en venir aux mains pour des divergences stratégiques.

Après concertation avec les juges chargés d'observer les différentes actions, le jeune page préposé aux commentaires se remit à hurler dans son porte-voix :

Votre attention nobles dames et gentils seigneurs ! Nous avons droit à un grand bouleversement dans le classement ! La première place vient à nouveau de changer de titulaire : le chevalier Cédric le Normand prend la tête avec 5 points ! Son tir est le premier à avoir atteint la machine du baron de Joli-Tonneau. Il remporte par conséquent trois points pour sa destruction et un point de plus par servant. Malgré son élimination, c'est le baron de Joli-Tonneau lui-même qui ravit la deuxième place du classement avec 4 points ! Trois pour la destruction du trébuchet du duc de Guyenne et un pour son dernier servant. Le grand seigneur de Nehepalà chute donc de la première à la troisième place !

En arrière plan, le personnel technique s'affairait à réorganiser les blasons et les points associés. Le tumulte des conversations allait recouvrir toute autre intervention, mais l'annonceur n'en avait pas fini :

En vertu du règlement du tournoi, point 6, paragraphe 18, alinéa 327bis, le joueur qui en élimine un autre reçoit un bonus à utiliser selon son bon plaisir ! Messire le Normand, votre équipage étant toujours actif - et dans la mesure où vous venez d'éliminer le baron de Joli-Tonneau - faites votre choix !

De façon théâtrale, une tenture fut relevée, dévoilant derrière l'estrade quatre grands présentoirs sur lesquels les bonus avaient été disposés.

Le premier bonus est un rocher aux proportions gigantesques, qui augmentera considérablement la portée de vos projections ! Regardez moi cette taille !

Contre l'énorme rocher parfaitement sphérique, une jeune femme en sous-vêtements se prélassait en lançant au public des oeillades aguicheuses. Le degré d'humidité du sol monta soudain en flèche, alors qu'un grand nombre de gueux se mettait à baver abondamment ; certains sous le regard assassin de leurs épouses. Dans la tribune d'honneur, les réactions étaient toutes autres. Les dames scandalisées se détournaient en rougissant et les chevaliers émettaient des murmures de désapprobation. Le code de chevalerie leur interdisait par contre formellement de tourner le dos à l'adversité. Beaucoup bénissaient intérieurement Gilles le Breton pour ce fier principe.  

Le second bonus est un lancer de pierrailles ! Rien de mieux pour chasser les servants adverses ! Chargez ces petites merveilles dans votre fronde et attendez de voir combien de crânes vous fracasserez !

A ces mots, une seconde demoiselle aussi court-vêtue que la première vint prélever deux petits boulets de la pyramide de projectiles pour les présenter au public en les tenant fièrement sous sa poitrine. Les esprits simples, déjà échauffés par la première démonstration, se mirent à comparer ouvertement les différents volumes qu'ils avaient sous le nez. Comme encouragé par ces réactions grivoises, le jeune page poursuivit avec toujours plus d'entrain :

Le troiiiiiisième bonus mesdames zééé messieurs, c'est ce redoutable récipient empli de feu grégeois ! Aucun trébuchet n'y résistera ! Il n'est pourtant pas aussi sulfureux et brûlant que notre aimable présentatrice !

Et il tendit la main, alors qu'une troisième donzelle s'avançait. Humidifiant lentement son doigt, elle l'appliqua un bref instant contre la paroi du récipient. Une fois qu'un petit nuage de vapeur se fut élevé, elle le reporta langoureusement à ses lèvres charnues. Dans la foule, des rixes commençaient déjà à éclater. Certaines étaient dues à des divergences de points de vue entre les partisans de l'un ou l'autre des demoiselles, mais beaucoup était le fait de femmes qui devaient corriger les errances de leurs maris.

Le quaaaaaaatrième et dernier bonus les zamis : l'assistance d'un des meilleurs soigneurs du royaume ! Le docteur Maison en personne !

Claudiquant et s'aidant d'une canne, un grand homme au visage buriné et à la mine sévère s'avança sur le devant de la scène, non sans avoir au préalable avalé une poignée de champignons hallucinogènes. L'arrivée de deux beautés qui l'encadrèrent avant de se frotter sur ses flancs tels deux chats contre une jambe parvint cependant à lui arracher un sourire libidineux.

Messire le Normand, faites votre choix ! Je précise que nos délicieuses hôtesses ne font pas partie du lot !

Un grand "Oooooh" parcouru la foule et les discussions empressées reprirent de plus belle.

Dans la tribune, le seigneur Mictlantecuhtli était très occupé à marteler sa propre tête contre le dossier du siège de l'enchanteresse. Celle-ci, au bord de la panique, faisait de son mieux pour l'empêcher de se fracturer le crâne.

Mais c'est pas vrai ! Mais c'est pas vrai ! Mais c'est pas vrai ! ...

Mon ami, je vous en supplie arrêtez ! C'est que vous allez finir par vous blesser sérieusement !    

L'organisateur bouillait littéralement de rage. Seule la plus basse roture se livrait à ce genre de démonstration vulgaire. Le salon du chariot à foin qui se tenait chaque année dans la capitale en était l'exemple le plus criant. Des gueuses presque totalement dévêtues s'y allongeaient lascivement sur les modèles d'exposition afin de faire grimper les ventes. Aucun noble n'aurait voulu d'une telle chose dans un tournoi officiel.    

Mais qu'est-ce qui lui a pris à ce petit %&µ*§ ?! Je lui avais dit de présenter brièvement et sobrement les bonus et voilà qu'il vide le bordel local de toutes ses pensionnaires ! Cette fois-ci je m'en vais me te le ...

Et, une fois de plus, il jaillit de sa place pour filer vers l'estrade. La foule s'ouvrit sur son chemin, telle la motte de beurre au passage d'une aiguille chauffée au rouge. Une comparaison très adaptée, car l'organisateur était aussi rubicond que fulminant. D'un claquement de doigt, il réquisitionna deux hommes de sa garde rapprochée qui patientaient près des tentes.

Arrivé face au page, il arbora un grand sourire carnassier et prit une voix doucereuse qui laissait présager du pire :

Mon cher, mon très cher petit ... Belle improvisation que vous venez de nous offrir là.

Vous avez aimé ! J'en suis ravi monseigneur !

Tout à sa joie, le nobliau était aussi inconscient du danger que le papillon de nuit qui s'approche d'un brasier.

Je me rends compte que je n'ai jamais pris le temps de faire votre connaissance avant de vous confier le commentaire du tournoi. Je tenais à m'enquérir de vos origines avant de vous offrir la ... récompense ... que vous méritez mille fois. Qui sont vos parents cher enfant ?

Oh, je n'en ai plus seigneur. Ils ont péri durant la dernière vague de peste. Désormais, c'est mon oncle, le noble comte de Miche-Où, qui est mon tuteur.

Avec une lenteur extrême, Mictlantecuhtli tourna la tête jusqu'à repérer le duc de Guyenne et ne pu retenir un ricanement des plus inquiétants. Sur un claquement de doigts, les deux gardes qui l'avaient accompagné se saisirent du page pour l'emmener vers un destin peu enviable.
En repassant devant les tentes, le seigneur d'Aurevallis fit halte auprès de son bras droit :

Capitaine, vous avez jusqu'à la résolution du prochain tour pour me trouver un nouveau commentateur.

C'est déjà fait monseigneur. J'ai commencé mes recherches dès la présentation du premier bonus.

Félicitations capitaine, je vous reconnais bien là. De qui s'agit-il ?

De l'un des crieurs du duché, généralement occupé à déclamer nouvelles et décrets dans les différents villages. J'ai pensé qu'il serait dans son élément.

Voila une idée digne d'un officier. Faites moi penser à vous donner de l'avancement quand nous serons rentrés chez nous.

Monseigneur est trop bon.

Je sais.

Rejoignant sa place, l'esprit temporairement apaisé, l'organisateur adressa aux musiciens le signe qu'ils attendaient. Les sonneries retentirent et le sixième tour commença.

Tout en lissant sa barbe, Mictlantecuhtli espérait que son tournoi ne retomberait pas comme un soufflé. Les deux concurrents dévoilés étaient à présent hors course et il restait facilement les deux tiers de la surface du terrain à explorer. Croisant les doigts, il souhaita qu'un autre gueux ne tarde pas à se prendre un morceau de caillasse sur le coin de la figure.  

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Impacts :

Calidus5 : Y14 => Hit ! => Y14
Kaops : T2 => Hit ! => T2
Lord del Insula : U3 => déviation nord-ouest de 1 case => T2
MagnanXXIII : B10 => Hit ! => B10
Paps : U2 => Hit ! => U2
Sekhesh : T2 => Hit ! => T2

Pointage :

Calidus5 : 4
Kaops : 5
Lord del Insula : 0
MagnanXXIII : 1
Paps : 0
Sekhesh : 2

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et voila ! Un nouveau tour s'achève et deux de nos concurrents quittent hélas la partie. Ils restent cependant les bienvenus pour commenter les phases ultérieures et interagir avec les autres joueurs.

Notre nouvelle date limite pour le sixième tour est fixée au dimanche 20 août.  

Bonne chance aux survivants !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paps
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 909
Age : 36
Localisation : Perfide Albion
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Mar 15 Aoû 2017 - 16:10

Le Duc se renfrognait dans son siège. Eliminé en premier ! Certes ex-aequo avec l'équipage du seigneur de Joli-Tonneau mais il n'avait même pas réussi à engrager le moindre point.

L'honneur était sauf, disaient les nobles autour de lui... Tu parles ! Oui, entre le lancer de vache et la révélation de l'étendard de la Confrérie du Slip, le Duc avait marqué des points au niveau du peuple (ce qui lui éviterait probablement une révolte paysanne pour quelques mois, sauf si ces crasseux en Guyenne cuvaient suffisamment longtemps et décidaient que leur équipage ne leur avait pas fait honneur) et peut-être même au niveau du Roy et de la Cour (avec un peu de chance, il pourrait en récupérer une pairie) mais il ne pouvait se défaire du goût amer d'une défaite absolue.

En ce moment, il enviait beaucoup le seigneur de Joli-Tonneau dont l'équipage avait fait mouche sur son trébuchet. Comme personne d'autre n'avait essayé de lui disputer cet honneur, il avait réussi à prendre un maximum de points pour son ultime tir. Sa vache quant à elle avait effectué un vol parfait (cela était probablement dû au fait que maintenant que l'Albionais était seul, il pouvait diriger le tir exactement comme il le souhaitait) mais était arrivée une fraction de seconde après qu'un rocher ait frappé sa cible et les juges avaient accordé les points à cet équipage.
Une double élimination mutuelle ! Les bardes en auraient fait des chansons pour les années à venir ! A la place, il devait se contenter des acclamations avinées de la foule, et chacun sait qu'elles ne durent que jusqu'à la prochaine distraction.

Gaston approcha son seigneur tandis que ce dernier ruminait ses pensées.

"M'seigneur ? C'est fait.

- Hmmm ? Ah oui, bien, bien.

- Z'allez bien, M'seigneur ?

- Je suis contrit, Gaston, mais je m'en remettrai. Vous n'avez pas rencontré d'opposition de la garde ?

- Non, M'seigneur. On a fait comme vous avions d'mandé et on a laissé l'reste du troupeau de vaches sur l'terrain.

- Parfait, rien de tel qu'une "vache écrasée surprise" pour retenir l'attention de la foule si jamais d'autres trébuchets ne sont pas révélés céant.

- Oui, M'seigneur. J'suis sûr que quand y s'en rendront compte, les parieurs du coin vont miser sur l'nombre de vaches écrasées à chaque tour, en plus des servants d'treb. Et, M'seigneur, j'crois ben qu'certains gueux du coin s'sont aperçus qu'on avait pas ramené l'troupeau et vont essayer d'rentrer sur l'terrain en douce pour en chourrer une.

- S'ils arrivent à éviter les rochers, ramènent une vache et parviennent à éviter la foule affammée, ils la méritent ! Ils se feront peut-être empaler par le seigneur Mictlantecuhtli pour leurs efforts, ceci dit... Et L'Albionais ? As-tu obtenu la permission du Roy ?

- Oui, M'seigneur. Il a pu êt' sauvé, mais la dam'selle a lancé son sort un poil tard.

- Comment ça ? Est-il mort ?

- Non, M'seigneur, juste qu'elle a lancé l'sort au moment où qu'la Grosse Micheline explosait, qu'ça a projeté des morceaux partout. Elle a sauvé l'Albionais, mais pas avant qu'y perde ses jambes et ses bras. Malgré ça, les gars qu'y sont allés le sortir du terrain ont dit qu'y continuait à insulter les aut' équipes, qu'y pouvait charger l'treb avec les dents, qu'c'étaient que des poules mouillées pour ne pas vouloir se battre cont' lui et qu'au mieux, c'était une égalité.

- Hmmm. Je pensais le faire punir lorsque nous rentrerions au château, mais le fait qu'il ait fini par toucher sa cible et qu'il se retrouve cul-de-jatte est peut-être suffisant. Fort bien, ils ne vont pas tarder à annoncer le prochain tir. Nous n'avons plus rien à faire qu'assister au spectacle, maintenant."


Tandis que Gaston se retirait, le jeune page du Comte de Miche-Où se rapprocha du Duc.


"Toutes mes excuses, Monsieur le Duc, mais je ne puis trouver mon seigneur après qu'il m'ait envoyé quérir ces entremets. Monsieur le Comte vous aurait-il dit où il s'est rendu ?

- Ah, Dupond, c'est cela ?

- Tupond, avec un T, Monsieur le Duc. Dupond est le page du seigneur de Hoddack, on nous confond souvent alors que...

- Oui, oui, fascinant. Non, je ne sais pas où est passé le Comte. Il me semble qu'il a bredouillé quelque chose au sujet de son déjeuner qui ne passait pas. Allez donc regarder du côté des apothicaires, mon brave. Ou des latrines, on ne sait jamais. Oh, et laissez ces gourmandises ici, ce serait dommage que le Comte ne les trouve pas dès son retour si vous vous ratez. Si, si, laissez le plateau, je m'en occupe."


Un peu désorienté, le page déposa le plateau sur le siège du Comte, salua, et s'empressa de se diriger vers le quartier des apothicaires. L'observant s'éloigner, le Duc ramassa une brochette aux babines de porc et sourit en entendant les trompettes annonçant le prochain tir. Peut-être que la journée ne serait pas si mauvaise, tout compte fait.

_________________
Á la guerre, comme en amour, le corps à corps seulement donne des résultats.
Blaise de Monluc

For Pony!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mictlantecuhtli
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 266
Localisation : Belgique, province de Liège
Date d'inscription : 16/06/2016

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Mer 16 Aoû 2017 - 23:11

L'Écho de Couronne

Périodique sur parchemin glacé à parution anarchique
Fondé en 1029
16e jour du mois des moissons / n°6
Un oeuf dur le numéro

Des nouvelles du tournoi de trébuchets :

Alors que la compétition bat son plein, le ménestrel-correspondant envoyé sur place par la rédaction afin de couvrir l'évènement nous fait parvenir la dépêche suivante :

Dans les brumes de la vallée
Deux équipes sont évincées.

Du public, cris et ovations
Reçoivent les héros du gazon.

Guyenne, de vaches encombré
Procède à un fort beau lâché.

Sur le terrain s'en vont paissant
Ces animaux inconscients.

Des gueux, par la faim tiraillés
S'élancent après les bovidés.

Débordant la sécurité
Plusieurs parviennent à passer.

Les ignorant, Aurevallis
Ordonne que se poursuive la lice :

"Ainsi en ai-je décidé :
Dans le cas d'une égalité

Avantage sera donné
Au meilleur de tous les bouchers.

Quant à ces pauvres diables
J'y vois pertes négligeables."

Bientôt dans son sixième tour
Entrera le fameux concours.

De nouvelles abominations
Y feront leur apparition.

Des investigations plus poussées nous confirment que quatre bovins pourchassés par plusieurs gueux évoluent à présent sur le terrain. L'organisateur du tournoi nous a accordé à ce sujet une interview exclusive :

L'Echo de Couronne : Messire Mictan ... Micblan ... Michtlan ...
Mictlantecuhtli, Seigneur d'Aurevallis : Mic-tlan-te-cuh-tli. Ce n'est pourtant pas compliqué !

E.d.C. : Tout à fait messire Micban ... monseigneur. Seriez-vous assez aimable que pour nous donner quelques précisions concernant cette invasion du terrain par un troupeau de vaches ?
M.S.d'A. : Contrairement à ce que suggèrent de mauvaises langues - qui ne tarderont pas à être tranchées -, il s'agit d'un évènement programmé de longue date et parfaitement maîtrisé. Il vise avant toute chose à débarrasser le duc de Guyenne du reliquat de ses projectiles qui ne manquerait pas d'encombrer son train de bagages sur le chemin du retour.

E.d.C. : Brillant. Mais, monseigneur, qu'en est-il des gueux qui semblent avoir fait fi de votre service de sécurité ?
M.S.d'A. : Il ne saurait être question de débordements au sein de ma rigoureuse organisation. Suivant mes directives, le service d'ordre a simplement fait le tri parmi tous les volontaires qui s'avançaient pour mener les animaux aux emplacements dédiés.

E.d.C. : Vraiment ?
M.S.d'A. : Tout à fait. Maintenant, si vous voulez bien vous dépêcher de conclure, j'ai quelques gardes à faire empal... à féliciter pour leur bon travail.

E.d.C. : Mais bien entendu monseigneur. Vous nous confirmez donc que ces vaches constituent à présent des cibles annexes.
M.S.d'A. : En effet. En cas d'égalité entre les deux plus hauts scores, le nombre de vaches écrasées servira à les départager.  

E.d.C. : Merci de nous avoir consacré quelques minutes de votre temps, monseigneur.  
M.S.d'A. : Ce fut un plaisir. Profitez bien de la suite du spectacle.  

Une prochaine édition de notre journal ne manquera pas de vous tenir informés des développements autour de l'évènement sportif de l'année.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord del Insula
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1587
Age : 33
Localisation : Reims
Date d'inscription : 24/07/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Jeu 17 Aoû 2017 - 20:01

"Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vitesse ennemi !
Mes servants ont-ils tant attendu, que pour me faire vivre cette infamie ?"

Ainsi rageait le Lord del Insula, devant l'infortune de son équipée. Il prit le parti de noyer son amertume dans quelques spiritueux fournis par les échoppes. Il espérait néanmoins pouvoir se réjouir des prochains tirs de son trébuchet... au moins toucherait-il sûrement une vache !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaops
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 447
Age : 23
Localisation : Marienburg
Date d'inscription : 24/12/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Dim 20 Aoû 2017 - 0:00

En constatant que l'équipage de son trébuchet avait réussi à marquer des points, Cédric le Normand en leva un sourcil d'incrédulité.

     Ces trois poivrots trouvés au hasard avait donc réussi à faire quelque chose de l'engin de guerre ? Eh bien, s'ils survivaient à cette rencontre, le chevalier d'origine brionnaise se jura de les laisser partir sans les ramener au château de Mélinor. Après tout, s'ils gagnaient par la Dame savait quel miracle, son seigneur allait à coup sûr vouloir garder cet équipage "d'exception". En les laissant partir, il leur faisait une en quelque sorte...

     Un peu plus tard, alors que le chevalier au heaume ailé s'amusait des regards mauvais que certains parieurs lui lançaient - il ne se sentait pas concerné après tout, son équipage était en roue libre complète, ordre de Valmond qui voulait les tester en condition extrême - les présentations des divers projectiles eurent lieu.
     Ayant reçu une éducation à la Brionnaise, Cédric s'offusqua quelque peu du spectacle de débauche qui s'offrit à lui et fut bien tenté de calmer le page par ses propres moyens. Mais, même si sa hache le dérangeait furieusement, il se retint en voyant que le seigneur d'Aurevalis était dans un état bien pire que le sien. Après tout, à quoi bon s'acharner sur un détail si quelqu'un d'autre est plus que volontaire pour s'y atteler à votre place.
     Mais il devait choisir un projectile dans tous les cas. Se levant de sa place après une courte réflexion, Cédric le Normand déclama haut et fort :
     "Je choisis le projectile au Feu Grégeois !"
     Tout en se rasseyant, Cédric se dit subitement que même si le seigneur Valmond aurait clairement fait le même choix pour entrainer l'équipage à utiliser des engins incendiaires... Eh bien, il venait de donner un projectile plutôt dangereux à des gens envers lesquels il n'avait pas vraiment confiance. Maintenant, il n'avait plus qu'à espérer que ce choix ne revienne pas le hanter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calidus5
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 670
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 25/04/2013

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Dim 20 Aoû 2017 - 0:20

La-dent se releva en époussetant son manteau. Il s'était attendu à ce que le Couillard soit pulvérisé, mais là c'était dantesque ! La concentration de tous les tirs sur la même cible avait créé un cratère et élevé un énorme nuage de poussière. Seule ses réflexes de vétéran aguerri lui avait permis de plonger à plat ventre juste à temps pour ne pas être criblé d’éclat de bois.

Il était encore en train de s’auto congratuler sur ses capacités à rester en vie lorsque qu’il entendit un grand « MEUUU !!!! ».
Il n’eut que le temps de se retourner pour voir la vache qui le renversa, avant de se faire piétiner par le troupeau de vaches puis par le troupeau de gueux affamés et enfin par la garde qui essayait de rattraper tout ce petit monde.

Dans les tribunes réservées aux nobles, le baron de Joli-Tonneau et son compère de Vigne-Bleue regardaient, un gobelet d’un main et une cruche d’un vin de Bordeleaux dans l’autre, le tableau des scores.

- Deuxième ce n'est pas mal, Joli-Tonneau.

- Mon cher de Vigne-Bleue, je crains fort que je ne le resterai pas longtemps… Cela dit, il est vrai que je suis sûr de ne pas être dernier et que je peux espérer être correctement classé.

- La perte de votre engin de polyorcétique ne vous est pas trop coûteuse ? J’ai entendu dire que c'était un prototype.

Le baron de Joli-Tonneau haussa les épaules.

- Je m’en remettrai, de Vigne-Bleue. D’autant plus que mon fidèle limier m’a dit qu'il avait trouvé un moyen de minimiser les pertes.


Jacques le limier sortie de la tente d’infirmerie un sourire méchant au lèvres, il se dirigea vers ses hommes qui l’attendaient à côté d’un chariot tiré par un mule.

- Patron, qu'est-ce qu’est s’cacophonie qu’on entend v’nir d’la tente ?

- Bof, trois fois rien. C'est juste le maître charpentier qui a eu une crise cardiaque quand je lui ai annoncé qu'il ne restait que des allumettes de sa « splendeur ».

Dans la tente d’infirmerie, les prêtresses de Shallya agirent en professionnel une fois la surprise passée : une adepte apporta un grand seau et après avoir enfilé de gros gants en cuir, elle sortit deux grosse anguilles d’Anguille qu'elle frotta l’une contre l'autre avant de crier « DÉGAGEZ » et d’appliquer les anguilles sur la poitrine du pauvre maître charpentier. Elle dut recommencer à plusieurs reprises pour arracher son patient des bras de Mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tournoi de trébuchets de Couronne.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tournoi qualificatif ETC
» La campagne de l'été : la couronne du destin...
» 12/09 Grand Tournoi Standard : From the Vault Relics
» Bataille à la Couronne de Glace [Récit à compléter]
» 2507 pts pour tournoi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Bretonnie :: En lice ! Concours et tournois :: L'arène-
Sauter vers: