Le Royaume de Bretonnie
Bienvenue en Bretonnie, manant(e) ! N'oublie pas, avant toute chose, de te présenter selon le Sainct Patron de Présentation dans la section prévue à cet effet : http://labretonnie.forumactif.com/t1-presentation-voici-le-patron-que-vous-devez-suivre



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tournoi de trébuchets de Couronne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mictlantecuhtli
Chevalier du royaume
avatar

Nombre de messages : 195
Localisation : Belgique, province de Liège
Date d'inscription : 16/06/2016

MessageSujet: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Mer 12 Juil 2017 - 5:04

Avis : Le présent sujet est destiné à la publication des résultats de tours, ainsi qu'aux développements scénaristiques des participants. Chacun est bien entendu libre de poster des commentaires relatifs aux actions en cours (il faut bien des supporters à toute manifestation "sportive"). Les remarques connexes n'ayant pas trait à l'action elle-même (commentaires sur le fond, la forme, etc.) sont à poster dans le sujet "Empoignade estivale" ; ce afin de préserver l'évènement des digressions. Attention contrevenants, j'ai des modérateurs chatouilleux parmi les participants qui veilleront au bon ordre des lieux ! Bon amusement aux concurrents et aux lecteurs de passage.

LE TOURNOI DE TRÉBUCHETS DE COURONNE


Duché de Couronne, 10 lieues à l'ouest de la capitale, peu après l'heure du thé.

Du haut de sa tour d'observation, le seigneur Mictlantecuhtli assistait satisfait au va-et-vient de la foule qui gagnait peu à peu les rangées de bancs. Plusieurs dizaines de nobles, plus d'un millier de gueux et même quelques étrangers se pressaient dans les allées pour poser leur séant sur l'une des rares places encore libres. Le roi et ses proches étaient déjà installés dans la tribune d'honneur et conversaient joyeusement. Alors qu'il laissait traîner son regard sur ces hauts personnages, Mictlantecuhtli s'avisa de la présence de l'enchanteresse au côté du monarque. Alors que leurs regards se croisaient, il lui adressa un léger sourire en coin accompagné d'un discret hochement de tête. La dame lui rendit son salut et semblait s'amuser du spectacle d'un seigneur bretonnien ainsi perché sur une structure à la stabilité douteuse.      

L'impatience et la curiosité de la foule étaient presque tangibles. Depuis plus d'une semaine, des hérauts avaient couru tout le duché et ses plus proches voisins pour annoncer la tenue d'une bataille de trébuchets. Un divertissement nouveau qui, pour tout populaire qu'il paraisse, avait rameuté la fine fleur de la chevalerie. Les nobliaux de tous poils étaient pressés de dilapider leur argent en paris risqués pour leur bourse mais non pour leur vie. Le concept avait incontestablement des atouts pour plaire.  

La vue qui s'offrait à présent aux spectateurs enflammait d'avantage leur imagination : en contrebas de la colline qui accueillait les gradins s'étendait une vaste vallée entièrement noyée d'une brume surnaturelle. Le soleil avait beau darder de tous ses rayons, rien ne semblait pouvoir la dissiper. L'oeil le plus perçant n'aurait pu y déceler un dragon dansant une tarentelle.  

Quand le tohu-bohu se fut enfin calmé, le seigneur Mictlantecuhtli adressa un geste aux musiciens qui firent retentirent les notes graves et profondes d'une dizaine d'olifants. Le silence s'étant installé, l'organisateur s'adressa à la foule du haut de son perchoir :

Sire, nobles seigneurs et gentes dames - les gueux comptant pour rien -, c'est avec plaisir et fierté que je vous souhaite la bienvenue à ce premier tournoi de trébuchets de l'histoire du royaume !

Un tonnerre d'applaudissement salua l'ouverture officielle de la compétition. Une fois le brouhaha apaisé, il reprit :

Afin de répondre aux légitimes questions qui doivent vous tarauder quant à la suite des évènements, permettez que nous procédions à une petite démonstration.

Sur un nouveau signe de la main, un trébuchet assemblé à côté de la tribune royale envoya son projectile haut dans les airs avant qu'il ne retombe lourdement au beau milieu de la vallée. A l'impact, l'onde de choc dissipa la brume sur quelques mètres à la ronde, révélant la véritable nature du terrain.

Tous ne comprirent pas immédiatement l'intérêt de ce tir, jusqu'à ce que quelques esprits plus vifs que les autres remarquent que le brouillard magique ne réclamait pas l'espace perdu. Des murmures ne tardèrent pas à s'élever et à se propager parmi la foule. La fascination se disputait à l'inquiétude au vu de l'étrange sorcellerie qui était visiblement à l'oeuvre dans la vallée.  

D'un clin d'oeil furtif, Mictlantecuhtli exprima toute sa satisfaction pour le travail de l'enchanteresse. Cette dernière afficha très ostensiblement son contentement et, s'enfonçant confortablement dans sa chaise, se mit à jouer avec l'une de ses boucles d'oreilles aux longs fils d'or et diamants étincelants. Toute enchanteresse qu'elle était, elle n'en restait pas moins femme ; et Mictlantecuhtli ne connaissait que trop bien la commune faiblesse de ces créatures pour la joaillerie. Ces bijoux lui avaient coûté un bras, mais le sortilège obtenu en échange semblait répondre à toutes ses attentes.  

Elevant la main avec une lenteur calculée, il en appela au calme avant de poursuivre ses explications :

Comme vous pouvez le constater, le choc dissipe durablement le brouillard masquant pour l'heure la position des trébuchets de nos estimés concurrents.

Puis, s'adressant plus particulièrement aux commanditaires des six machines de guerre :

Messires, vous avez eu le loisir de communiquer vos instructions au trébuchet vous représentant avant qu'il ne gagne sa position. A partir de maintenant, ses servants se trouvent livrés à eux-mêmes. Chaque trébuchet dispose d'un guetteur. A l'émission d'un signal sonore qui lui est propre, il ira se percher au sommet de la structure. Grâce au remarquable travail de notre enchanteresse, son buste pourra tout juste émerger au dessus de la brume afin qu'il prenne connaissance de l'état des lieux. Chaque équipage sera ainsi appelé à tour de rôle pour observer son environnement. Après quoi, le signal d'envoi sera donné et d'implacables rochers envahiront les cieux avant de chuter avec fracas pour votre plus grand plaisir !  

La foule applaudit une fois encore à la perspective du spectacle qui allait bientôt s'offrir à elle. Mictlantecuhtli laissa l'enthousiasme atteindre des sommets avant d'aborder le point le plus important.

Chacun d'entre vous se demande sans doute quelle récompense attend le vainqueur. Aussi, permettez que je lève le voile sur ce mystère : au commanditaire du dernier trébuchet actif et à celui de l'équipage ayant accumulé le plus de points, j'offre un trébuchet en or massif parfaitement fonctionnel !

Un silence de mort s'abattit sur l'assemblée, estomaquée par cette révélation inattendue. Tous les regards se braquèrent d'un coup vers deux grandes tentes dressées un peu à l'écart, cernées de gardes à la mine patibulaire et au dessus desquelles flottait la bannière d'Aurevallis. Nul n'y avait prêté attention, du moins jusqu'à présent. Le roi brisa le silence :

De vrais trébuchets ? Vous voulez sans doute parler de modèles réduits ?

Nullement Sire. Il s'agit bien d'authentiques trébuchets.

Après un nouveau blanc de quelques secondes, et tel un coup de tonnerre, la clameur éclata. Chacun haussait le ton pour être entendu de ses voisins et les grands seigneurs bavaient presque à l'idée de la fortune qui les attendait. Certains voyaient déjà le trophée trôner au beau milieu de la cour de leur château, d'autres, plus pragmatiques, calculaient la montagne de pièces qu'ils pourraient frapper en fondant l'engin. Ceux qui n'étaient venus qu'en spectateurs enrageaient de ne pas avoir aligné un équipage. Tous s'étonnaient et enviaient les époustouflantes richesses de cette seigneurie méconnue qui avaient permis à son titulaire une débauche de moyens aussi ostentatoire.

Un paysan anonyme parvint tout de même à faire entendre une question, adressée directement à l'organisateur :

M'seigneur, quelle qu'elle est la récompense por les pov' gars qui s'ront pô écrabouillés ?

Bien qu'atterré par cet accent de Guyenne - qui n'était pas sans lui rappeler quelque chose - son "interlocuteur malgré lui" jugea bon répondre afin de magnifier son effet :

Une pièce d'argent par tête.

Le tumulte atteignit instantanément des proportions inimaginable ; à la limite de l'hystérie collective. De nombreux gueux n'auraient pas hésité à employer leur propre femme comme projectile en échange d'une chance de toucher cette somme faramineuse.

Il fallut longtemps et plusieurs appels d'olifants pour capter à nouveau l'attention du public. Mictlantecuhtli devait mobiliser d'énormes efforts de volonté pour ne pas exposer au grand jour toute sa satisfaction. Les choses se déroulaient pour l'heure comme il les avait envisagées.

S'inclinant à nouveau légèrement en direction de l'enchanteresse, il la pria de passer à la suite du plan convenu :

Si madame veut bien se donner la peine.

Avec le grand sourire de celle qui sait qu'elle va stupéfier les foules, la dame se redressa et agita gracieusement la main. De complexes arabesques brillèrent un instant devant elle. Le rocher lancé pour la démonstration tomba rapidement en poussière et le sol se referma progressivement sur les stigmates de l'impact. Sitôt les dernières traces effacées, la brume engloutit les quelques mètres carrés d'herbe verte.

La noblesse comme la roture échangea des regards entendus et les murmures reprirent de plus belle.

Messires, bonnes gens, que le tournoi commence !

Les acclamations fusèrent tandis que les musiciens sonnaient l'appel aux équipages pour le premier tir. Mictlantecuhtli croisa les doigts, car il attendait beaucoup de cet évènement. Ce n'est pas des tréfonds de son domaine perdu aux confins de la forêt d'Arden qu'il pouvait gagner du prestige à la cour royale. Cet évènement, c'était sa chance de briller, et il n'entendait pas la laisser passer.

--------------------------

Messires, à vous le soin. Le premier tour est officiellement ouvert. J'attends vos choix de tir et vos éventuels écrits par messages privés d'ici au mercredi 19 juillet au plus tard.

Bonne chance à tous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaops
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 419
Age : 22
Localisation : Marienburg
Date d'inscription : 24/12/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Jeu 13 Juil 2017 - 22:29


     Cédric le Normand sentait bien que ce tournoi allait vite tourner au spectacle étrange et quelque peu morbide en un sens. Non pas qu’il se sente mal à l’aise à l’idée que des gueux puissent mourir écrasés par divers projectiles, mais le fait que des gens dans le public apprécie de voir cela le gênait un peu. Enfin, il ne pouvait pas dire grand-chose contre. Le seigneur de Mélinor voulait tester son trébuchet, alors test il y avait. Maintenant il n’y avait plus qu’à espérer que ledit trébuchet puisse être ramené en un seul morceau et non sous forme de petit bois. Si cela devait arriver, non seulement le seigneur Valmond allait devenir vert de rage… mais en plus Constance de Mélinor, femme dudit seigneur, allait à coup sûr les sermonner tous les deux pour leur expliquer à quel point l’idée de venir ici était une perte de temps. A vrai dire, Cédric était bien plus terrifié à l’idée du sermon de dame Constance que de son seigneur. Alors qu’en plus, il n’avait rien demandé !

     Tout en ruminant, et après avoir trouvé une place relativement calme dans les tribunes, Cédric observa le discours de lancement. Si la magie de la prophétesse était impressionnante, c’est l’annonce des récompenses qui lui fit lever un sourcil d’étonnement. Le seigneur Valmond ne lui avait pourtant pas parlé d’une quelconque récompense… Voilà qui allait compliquer la logistique pour le retour vu qu’il n’avait pas assez de main d’œuvre pour ramener ledit trébuchet d’or en plus du sien !  Surtout qu’un trébuchet fait de ce métal noble allait peser infiniment plus lourd que la version en bois ! Mais il s’avançait trop. La victoire était encore loin d’être acquise. Maintenant, il fallait espérer que l’équipage du domaine allait réussir son coup. Ce qui, au vu des gaillards en question, était presque une peine perdue.

     Cédric soupira bruyamment. Il n’avait plus qu’à observer le massacre à présent. Soudain, le chevalier se rappela que le nom d’un certain Guillaume de la Tour avait été annoncé. Son vieil ami était donc présent ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paps
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 867
Age : 36
Localisation : Perfide Albion
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Jeu 13 Juil 2017 - 22:40

Bien installé dans la tribune des Nobles du Royaume de par son rang, le Duc Gombaud de Guyenne devisait à bâtons rompus de la démonstration de la magicienne avec ses voisins. Tandis que l'un d'eux s'esbaubissait plus de la nouvelle parure de celle-ci que de ses prouesses magiques, le Duc aperçut son Sergent d'Armes, Gaston, qui revenait du champ. Il se leva, s'excusant auprès de ses interlocuteurs, et se dirigea vers le bord de la tribune pour discuter avec son vassal tout en pensant que le Comte de Miche-Où, celui qui discourait plus volontiers sur les atours d'une femme que sur la femme elle-même, était un bien curieux personnage. Il paraîssait qu'il donnait fête sur fête en son château, mais qu'il n'y avait nulle présence féminine en-dehors des rares compagnes de chevaliers invités, ou que s'il y en avait, elles étaient de haute taille, fortes d'épaules et au timbre grave.
Se penchant par-dessus la balustrade de la tribune, il héla son Sergent.

"Gaston ! Approchez ! Avez-vous porté mes instructions à l'Albionnais ?

- Oui, M'seigneur, fit le vétéran. J'y ai ben dit qu'vous lui laissions choisir c'qu'y veut pour les tirs, mais qu'y d'vait museler la vache pour pas qu'elle meugle. Il est pas trop content, que c'est la meilleure partie de l'affaire, qu'y dit, mais qu'y f'ra comme M'seigneur a demandé. Mais j'pige point pourquoi et lui non plus.

- Ah ! J'imagine sans peine la surprise du public lorsque la première de ces bêtes fera son apparition hors de la brume ! Mais il faut aussi être un peu stratège dans cette partie pour ne pas être éliminé trop tôt : que les équipages ne peuvent pas voir d'où provient un tir, c'est une chose, mais s'ils peuvent l'entendre, nos gueux se feront pilonner en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.

- Vous pouvions point d'mander à notre magicienne de lancer un sort pour faire taire les vaches, M'seigneur ?

- Non. Avec un terrain de nature magique, toute interférence serait aussitôt détectée et nous pourrions être accusés de tricherie. On ne triche pas en présence du Roy ! C'est un coup à se faire confisquer des terres ou nominer ambassadeur en Arabie, des âneries pareilles.

- J'ai un cousin qui est au service de l'ambassadeur en Tilée, le Vice-Comte de Padoure, M'seigneur, y paraît qu'c'est pas si mal qu'ça. Qu'y z'ont toujours des p'tits trucs bizarres à grailler qu'y z'ont beaucoup de succès. Même qu'y sont recouverts d'or, qu'on dirait des couil...

- En Arabie, ils décapitent les Bretonniens à vue, Gaston.

- Ah... Y a pas de p'tites couilles dorées à manger, alors ?

- Sauf s'ils décident de te les arracher pour les servir au repas, non, Gaston. Revenons à nos affaires : as-tu précisé la suite de mes instructions à notre maître balistaire ?

- A qui donc, M'seigneur ?

- A l'Albionais, Gaston...

- Ahhh... Oui-da, M'seigneur. Que si sa position venait à être repérée, y pouvait arrêter de baillonner les vaches tant qu'y peuvent en balancer. Même qu'ça lui a arraché un sourire quand j'lui ai dit.

- Parfait. Ainsi, s'ils ont au moins l'occasion de lancer une vache de plus, le bruit qu'elle fera distraira la foule ; je suis sûr que le Roy appréciera ce divertissement supplémentaire. Et ça fera toujours de la publicité pour les vins du Duché auprès des gueux quand ils se souviendront de la vache. Maintenant, va chercher l'intendant du Roy et dis-lui, après que la première vache ait été lancée, que je fais don de la viande aux pauvres de Couronne pour leur brouet d'après-tournoi. Et qu'ils n'oublient pas de mentionner mon nom lorsque les héraults en feront l'annonce !

- Oui, M'seigneur. Z'êtions ben bon, M'seigneur. Y z'ont ben d'la chance, les pauv' de Couronne : il faut retirer les petits cailloux qui s'incrustent dans la viande, mais y paraît que ça l'attendrit vachement, même qu'les vieux sans dents peuvent en manger... Hé hé hé, vachement..." dit-il en rigolant de son propre, mais navrant jeu de mot.


Les trompettes sonnèrent l'imminence de la première volée de tirs, suscitant l'hystérie de la foule.


"Allons, ne perds pas de temps !" lança le Duc à Gaston en le congédiant d'un geste pressé.

Il s'en retourna vers son siège en lorgnant la tribune royale, où étaient installé le Roy Louen, le seigneur Mictlantecuhtli et la magicienne ayant fait la démonstration plus tôt. Le Roy aimait son peuple, et le peuple adorait son Roy. Si Louen apprenait que le Duc faisait distribuer de la nourriture aux pauvres, ce dernier pourrait probablement en retirer quelque faceur de la cour. Son rival de toujours, le Baron de la Tour, était intouchable, dans les hautes sphères, grâce à la renommée de la Saincte Cave. Il fallait donc au Duc trouver d'autres moyens pour grapiller un peu plus de pouvoir aux dépends du Baron. Et des autres tant qu'à faire. On peut être un Noble Bretonnien et avoir quelques notions des intrigues de cour, quand même.

Le Duc marqua un temps d'arrêt juste avant de regagner son siège : était-ce son imagination ou le Comte de Miche-Où venait-il de lui lancer une oeillade ?

_________________
Á la guerre, comme en amour, le corps à corps seulement donne des résultats.
Blaise de Monluc

For Pony!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Parangon de vertu
avatar

Nombre de messages : 2372
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Jeu 13 Juil 2017 - 22:45

Un petit groupe d'hommes d'arme bouscula tout le monde dans les tribunes. Au milieu du groupe se tenait un chevalier qui lançait des « Excusez-moi ! Pardon ! Place ! Place ! Mes excuses » tout en essayant d’avancer dans la foule.

Au départ, Cédric le Normand n’y porta pas attention, mais au fur et à mesure de l’avancée des hommes d’arme, il se rendit compte qu’ils s’approchèrent de lui. Il tourna la tête vers eux et grande fut sa surprise de trouver les couleurs du Comte Guillaume de la Tour d’Alsacie sur leurs pavois. Le comte était d’ailleurs au milieu d’eux s’excusant sans cesse du dérangement occasionné par le passage de son escorte.

Malgré la présence des quatre hommes d’arme sentant la sueur et la bouse de vache, la rencontre entre les deux amis fut chaleureuse. Comme à chaque fois, Cédric ne manqua pas de faire une réflexion sur les gardes de Guillaume.

« Non mais, sérieusement. Tu ne peux pas lâcher tes hommes d’armes un instant ? Je sais que tu es un peu paranoïaque, mais… BON SANG ! Nous sommes dans des tribunes de tournoi !
- Oui je sais, mais on n’est jamais trop prudent.
- On est dans une tribune pleine à craquer de chevaliers bretonniens ! Que peut-il bien t’arriver dans une tribune de chevaliers bretonniens ?!
- Il y a peut-être des chevaliers de Moussillon qui veulent ma mort.
- Il n’y a pas de chevaliers de Moussillon qui veulent ta mort, et il n’y a pas de chevaliers de Moussillon tout court ! Et puis, tu peux aussi te défendre ! Je te connais trop bien, déjà que tu portes ton armure en permanence, c’est limite si tu ne portes pas deux hauberts…
- Ben, tu vas rire, j’en porte trois. »

Passé le moment ou Cédric se frappa la paume de sa main avec son front (et non l’inverse), la discussion put continuer.

« Mais comment fais-tu pour bouger avec trois maudits hauberts ? Et puis, ce n’est point trop lourd ? Tu dois mourir de chaud !
- C’est vrai que j’ai chaud, mais ça va, je me suis entraîné.
- Si tu passais plus de temps à t’entraîner à manier une épée et à parer tu n’aurais pas besoin d’autant d’armures.
- Oui mais…
- Pas de mais ! Enlève-moi ça avant que je devienne fou !
- Mais les moussillonais ?!
- Il n’y a PAS de moussillonais ! Et puis même s’il y en avait un petit moussillonais, on serait six contre un. Moi, toi et tes quatre damnés hommes d’arme !
- Ah bon ! Du coup ça ne te dérange pas si je peux garder mes gardes ? Super ! Allez les gars, assoyez-vous, on va passer une bonne journée. Et gardez un œil sur les moussillonais voulez-vous ? »

Cédric le Normand était au bord de l’explosion. Mais il finit par se calmer quand Guillaume retira ses hauberts en trop. Il était temps de changer de discussion ou une bagarre allait éclater entre lui et cinq alsaçois…

« Sire Guillaume, que pensez-vous de ce tournoi de trébuchet ? Complètement fou n’est-ce pas ?
- Oui, c’est complètement débile.
- Personnellement, je trouve ça absurde. Assister à un combat à mort de machine de guerre entre gueux... Et je suis sûr qu’il y en a qui prendront du plaisir à regarder. D’ailleurs, si vous dites que c’est débile, pourquoi participez-vous ?
- Pour tester un nouveau prototype de trébuchet et promouvoir la culture alsaçoise. Et vous ?
-C’était une idée du seigneur Valmond, vous le connaissez assez bien pour savoir comment il est.... Vous avez envoyé vos hommes du coup ?
- Pas vraiment. Je n’aime pas trop sacrifier mes paysans, ils sont trop utiles en tant que boucl… - Guillaume se rappela que ses hommes d’arme l’écoutaient aussi – heu, voilà, ils sont utiles. Et puis, envoyer mes hommes à un jeu aussi suicidaire démoralise les troupes. Du coup, j’ai envoyé des prisonniers alsaçois et je leur ai promis de les libérer s’ils gagnaient le tournoi.
- Original…
- Au moins, ils sont motivés. Je leur ai demandé de hurler un cri de guerre avant chaque tir. Bon, ils le font avec l’accent impérial, mais on ne peut pas tout avoir. »

Cédric voulu faire une remarque à son ami, mais les trompettes sonnèrent le début de l’épreuve rendant toutes les discussions inaudibles. Le tournoi avait commencé et on entendit déjà au loin les craquements des cordes et de bois des machines de guerres entrées en action.

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Calidus5
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 640
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 25/04/2013

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Ven 14 Juil 2017 - 2:33

Le baron de Joli-Tonneau allait prendre place dans les gradins des nobles lorsqu'il aperçut son vieil ami, le baron de Vigne-Bleu.

- Mon cher de Vigne-Bleu ! Vous êtes venu assister à cette curieuse compétition ?

- C'est que j'ai eu ouï-dire que vous y participiez.

- Certes, mon maître charpentier a conçu un nouvel engin ; j'y ai vu l'occasion de le tester.

- Et vous avez fait bon voyage ?

- Fort bon, divertissant et rentable. Jacques, mon limier, a fait courir le bruit que nous transportions un chargement précieux. Des brigands nous ont tendu des embuscades tout au long du chemin, Jacques et ses gardes forestiers se sont fait le bon jeu de les détrousser avant qu'ils ne tentent de nous détrousser.

- Cela a l'air fort divertissant, je crois que je vous accompagnerai au retour. Il n'y a pas de raison que je vous laisse vous amuser seul.




Quelque part au milieu d'un brouillard impénétrable.

- C'est là qu’vous vous mettez !

Dit un membre de l'organisation au maître charpentier de Joli-Tonneau.

- Allez ! On s'y met les gars ! Montez-moi le Couillard ! 

Clama le maître charpentier en retournant un petit sablier. Ses assistants s’affairèrent à assembler la machine le plus vite possible.

- 15 minutes ! Vous vous rendez compte, ça c'est de la performance !

Se venta le maître charpentier au commis. Ce dernier haussa les épaules d'indifférence.

- Y’a une équipe qui balance des vaches avec leur treb’ . Ça c'est quelqu’chose !

Avant que le maître charpentier puisse s'offusquer que l'on considère qu'un trébuchet qui lance des vaches puisse être plus intéressant que sa géniale création, le son d'une trompette parvint à traverser le brouillard.

- J’vous laisse ! Ça c’mmence, et j’veux pas être là lorsque l’ciel va chier des cailloux.

Déclara le commis au placement en prenant ses jambes à son cou pour sortir de la zone de tir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord del Insula
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1540
Age : 33
Localisation : Reims
Date d'inscription : 24/07/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Ven 14 Juil 2017 - 9:58

Conformément à sa nature flegmatique, le Lord n'avait réagi que lentement et posément aux différentes informations que l'organisateur avait communiqué. L'utilisation de la magie pour camoufler les machines ne l'étonna guère, de même que l'emploi d'un guetteur afin que les tirs puissent être orienté autrement qu'au petit bonheur la chance.

Un trébuchet en or massif... La récompense lui semblait tout à fait pertinente pour marquer le coup et attirer de nouveaux participants aux prochains tournois qui ne manqueraient de succéder à celui-ci.
Parfaitement fonctionnel... Il était quand même curieux de voir ce que ça donnait en terme de fonctionnement, notamment par rapport à la différence de matériaux. Enfin, sur un modèle réduit, la chose semblait aisément faisable.
D'authentiques trébuchets... D'authentiques trébuchets en or massif, donc... à taille réelle ??? QUOI ??? Mais c'est un malade mental !!!

La seconde d'après, le Lord del Insula se retrouva les jambes par dessus tête, la surprise lui ayant fait basculer son fauteuil, et lui avec. Les Seigneurs qui l'entouraient l'aidèrent à se relever, non sans rigoler à gorge déployée et lui lancer quelques saillies bien trouvées par rapport à sa situation – l'annonce ayant depuis un moment été digérée par l'assistance.

C'est sur cette situation animée et burlesque que la première manche du tournoi s’apprêtait à commencer, ce qui eut l'avantage de détourner l'attention du Lord. Ce dernier repéra alors un de ses servants, Lenny, celui qui servirait de guetteur à son équipage, se dirigeait vers lui.

- My Lord, j'étois bien navré de vous importuner, mais nous autres quémandons  vos ordres, sans vouloir vous commander.

- Fort bien, vous allez donc communiquer à notre charpentier que je lui laisse carte blanche pour orienter ses tirs.

- J'y veux bien moi, mais de quelle carte blanche vous parlez ?

- De quelle carte... Ah mais non, vous n'y êtes pas. Je voulais dire qu'il est libre de choisir sans que j'intervienne. Vous saisissez ?

- Z'aviez qu 'à le dire comme ça, My Lord. J'y compris rien à votre vocabulaire évolutif.

- Oui, oui, oui. Passons. Quand à vous, votre rôle est crucial. Vous allez lui communiquer la situation d'ensemble entre deux tirs, afin qu'il  puisse s'y retrouver.

- Je demande pardon, mais qué c'est ça la situation d'ensemble ?

- Ben le terrain là.

- Mais on y voit que dalle, sauf vot'respect.

- Pour l'instant, oui. Mais après ça va se dégager peu à peu. Vous avez bien vu la démonstration tout à l'heure ?

- Oui Messire, sauf que je vois pas bien ce que je peux lui dire.

- Ben par exemple, vous lui dîtes que vous avez le brouillard qui s'est évaporé à sa droite, à 300 pieds.

- Je connais pas ma droite de ma gauche, My Lord.

- Alors donnez-lui une direction !

- Cha pourrait le faire, par contre je dis quoi si je vois pas de pieds ou que j'arrive pas à les compter ?

Le Lord soupira. Finalement, ça n'était peut être pas une si bonne idée que ça de s'être engagé dans cette compétition. Il reprit ses explications en se demandant s'il n'allait pas parier CONTRE son équipage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekhesh
Paysan
avatar

Nombre de messages : 46
Age : 26
Localisation : Nehekhara...pour l'instant !
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Sam 15 Juil 2017 - 13:08

- Est-ce que vous pouvez me rappeler notre présence ici mon seigneur ?

- Comme je te l'ai dit au départ, dix fois durant le voyage, et un nombre devenu incalculable depuis : on recherche désespéremment mes reliques et objets précieux et l'éventuel pillard !

- Exact mais pourquoi ici ? Le tournoi d'artillerie du mois dernier à Karaz-A-Karak n'a pas donné les résultats espérés pour les recherches, ce n'était clairement pas les nains. Mais il aurait peut-être fallut se diriger du côté de l'Empire.

- On verra...mais souviens toi que la Bretonnie à la facheuse habitude de venir croisader gentiment chez nous et je sens que mon or est tout prêt !

Sekhesh laissa un blanc volontaire.

-...et puis que fais-tu de la compétition ?

Le seigneur et son Hiéingénieur regardaient attentivement la démonstration du brouillard magique et écoutaient avec intérêt le discours du seigneur perché sur sa tour branlante.
Puis viens la révélation du prix : un magnifique (et très certainement onéreux) trébuchet grandeur nature en or !

A en croire le regard de Sekhesh, s'il n'y avait eu son frère et Hiéingénieur (le plus sage parmi les deux), il aurait très certainement sauté sur la foule et tripaillé à tour de bras.

- Et bien je ne me suis pas trompé ! Fini la compétition ! Il faut gagner mais dans les règles de l'art, nous ne sommes pas des *** de vampires.
Et puis dans le pire des cas, on pourra toujours revenir cramer les femmes, piller les maisons ou l'inverse !

C'est à ce moment précis, durant la grande réflexion de massacre du grand Sekhesh, qu'un pauvre paysan imbibé d'alcool (de provenance douteuse...tout comme lui) se pointa.

- Mon brave, il faut que je calme mes nerfs et vous pouvez m'y aider !
Souhaiteriez-vous apprendre à voler ?

Sans laissez le temps de répondre, il fit convoiller le malheureux à son engin pour qu'il puisse être le premier projectile.
C'est certes cruel et un tant soit peu méchant mais déjà ça calme et puis il ne manquera à personne...et il pourra prendre les nobles de haut une fois dans sa vie...au sens littéral !

- Vous êtes sûr ?

- Il y en a bien qui utiliseront des vaches !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mictlantecuhtli
Chevalier du royaume
avatar

Nombre de messages : 195
Localisation : Belgique, province de Liège
Date d'inscription : 16/06/2016

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Mar 18 Juil 2017 - 1:34

TOURNOI DE TRÉBUCHETS DE COURONNE : PREMIER TOUR

Et pendant ce temps, sur le champ de bataille ...

ArrowPosition de trébuchet du chevalier Cédric le Normand (Kaops) :

Alors que les nobles seigneurs prenaient leurs paris sur le résultat de ce premier tour, trois bons hommes portant une livrée de sable s'affairaient autour de leur machine de guerre. Chacun d'entre eux avait un petit écusson représentant les armes du seigneur de Mélinor brodé à leur tunique. L'un d'entre eux était sur le trébuchet et était à peine visible depuis le sol puisqu'il essayait de trouver un endroit où viser. Les deux autres, qui avaient déjà armé la bête, étaient plutôt en train de ramener un petit tonneau.

"Eh ! Jeannot ! cria l'un des hommes en dessous. T'y voit qu'ek chose ?
-J'y verrais mieux s't'arrêtais d'me crier d'ssus ! lui répondit l'intéressé sur un ton agacé.
-Bon, bon ! C'pas la peine d's'énerver nan plus ! Mais grouille-toi, l'tonneau il attend là !"

Le seigneur de Mélinor, dans son pragmatisme, avait en fait demandé aux premiers charpentiers venus de servir sur le trébuchet du concours. Et par demandé, il fallait entendre forcé à la pointe de l'épée. Pas de chance pour nos trois gaillards, des bordelins d'origine, qui était simplement de passages dans les Marches car revenant de Marienburg pour affaire. C'est ainsi que l'entreprise Pierrot&fils s'était faite agressée par un seigneur de Couronne enragé qui leur avait hurlé dessus des histoires de vampires à exterminer et de rochers qui devaient voler tel la fureur de la Dame en personne.

Mais, en bons bordelins, le père et ses deux fils avaient bien l'intention de faire de cette situation malencontreuse une bonne après-midi. Ainsi, ils avaient caché les invendus de leur cargaison de vin avec les munitions, histoire que le chevalier au heaume ailé ne remarque rien. Après tout, quitte à mourir, autant que cela soit dans la bonne humeur et avec un coup dans le nez. Pierrot et son fils Paulot ouvrirent donc le premier tonneau avec une série de rires gras qui firent redescendre le deuxième fils aussitôt. Au moins, il y en avait trois qui allaient passer une bonne après-midi malgré les conditions ... Le premier verre ayant été rapidement descendu, le père Pierrot enclencha le tir l'instant d'après en déclarant que l'apéritif était ouvert !

Depuis les gradins, Cédric le Normand vit son inquiétude poindre lentement tandis qu'il se demandait si son seigneur n'avait pas fait une terrible bourde.

ArrowPosition de trébuchet du comte Guillaume d'Alsacie (MagnanXXIII) :

Les membres de l'équipage du trébuchet alsaçois discutèrent de la première zone à bombarder. Après moultes mais rapides réflexions, ils décidèrent de tirer au centre. L'idée qu'un idiot se serait placé à cet endroit avait lancé un débat au sein de l'équipe et ils voulaient en avoir le cœur net...

"Ach, Gustafe, che crois qu'il faut crier das Kri de Kuerre !
- Ah Alphonste, ja, das fameux Kri de Kuerre ! René ! Tu t'en charges René ?
- Mais Gustafe, il est complètement tébile ce Kri de Kuerre !
- Comme ce cheu pretonnien René ! Tais toi et crie !
- Ach, che ne comprends pas, che tois me taire ou crier ?
- Himmel Taal ! Crie !"

Une fois la choucroute compactée et le trébuchet prêt à tirer, René prit une forte inspiration et cria l'expression censée promouvoir la cuisine alsaçoise.

"Aussi rond, aussi kro, aussi Kougelhopf !"

La pierre culinaire partit, rejoignant ses confrères dans les airs aussi gracieusement qu'un géant se soulageant sous une montagne ...

ArrowPosition de trébuchet du grand seigneur de Nehepalà (Sekhesh) :

Le Hiéingénieur s'approcha de l'engin de siège sur le champ de tir en amenant avec lui le pauvre paysan qui ne pouvait que se reprocher d'être là au mauvais endroit au mauvais moment.

Les servants répondant aux ordres de leur seigneur et du Hiéingénieur attendaient les consignes dans une froide discipline.

- Bien, vous avez pour ordre d'utiliser ce "volontaire" pour le premier tir. Les consignes sont de viser les servants des autres machines autant que faire se peut. Vous connaissez l'endroit que vous devez viser en premier, la suite est entre vos métacarpes.

Sur ce, le sorcier repartit à l'abri et espéra sincèrement que le résultat serait au rendez-vous. Il n'aimait guère les campagnes militaires si loin de chez lui ... il n'aimait pas les campagnes militaires tout court d'ailleurs.

ArrowPosition de trébuchet du Lord del Insula :

Dans la brume magique, les concurrents s'affairaient. Entre le chargement du projectile plus ou moins encombrant et/ou récalcitrant, les équipages avaient fort à faire. Celui du Lord n'était pas en reste, d'autant qu'il se trouvait confronté à un retardement inattendu.

- Mildiou de mildiou ! Par la Dame, vas-tu donc descendre ed'là, sacré tête de mule ! - Rouspétait George dit le Borgne à son camarade.

Ce dernier, le fameux Lenny, dit le Benêt, le Con ou encore Gros Bêta, se trouvait actuellement perché en haut de la machine, scrutant l'horizon d'un air embêté.

- J'y comprend rien, aux instructions de l'Lord, George. Y m'dit que j'dois regarder el'terrain pour le vioque, et que j'y dirai quoi faire. Sauf que j'y vois qu'dalle.

- Mais puisqu'on te dit que ça sert à rien pour l'instant !!! - Trépigna le maître charpentier - Faîtes-le choir, vous autre, on a assez perdu ed'temps comme ça.

- Oui M'sieur, tout de suite M'sieur. - Répondit le Bigleux - Allez Lenny, descend ed'là. Z'avons à armer le trébuchet, et vite.

Lenny descendit de la machine en soupirant.

- C'est trop dur c'que dois faire. Ça m'donne mal au crane. Pourquoi tu l'ferais pas à ma place, Georges ?

- Parce que je suis myope comme une taupe, Lenny. Je serais bien infoutu de voir quoi que ce soit, brouillard ou pas. Et pis, avec un seul œil, mazette pour estimer les distances ! Maintenant, occupons-nous de cette fichue caillasse.

Et les deux servants s'échinèrent à placer le bloc de roche dans l'emplacement prévu pour le catapulter, tandis que le charpentier réglait le mécanisme de la machine afin d'assurer le meilleure tir possible.

- C'est prêt le Vioque. Et de votre côté ? - questionna le Borgne en reprenant son souffle.

- C'est prêt aussi. De toute façon, on tire au pif, donc niveau réglage c'est bonnard. - Répondit le charpentier - Maintenant, garez vos fesses, j'envoie le bousin.

Et il enclencha la machine, envoyant le rocher, la Dame seule sait où.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans un grand bruit de cordes qui se détendent et de boiseries qui gémissent, les premiers projectiles s'élancèrent vers le brillant ciel d'été. Le hasard de la situation fit que l'assistance remarqua à peine le vol d'un paysan aviné et hurlant de terreur qui s'acheva brusquement sans causer le moindre dégât ; hormis pour sa personne.  

Bien que ce soit difficilement concevable, tous les regards étaient braqués vers un spectacle plus incroyable encore. Le public abasourdi suivit comme un seul homme les trajectoires de deux projectiles : d'une part une vache muselée, de l'autre une énorme masse compacte de choucroute. Par un incroyable coup du sort, les deux objets volants convergèrent vers le même point avant de se télescoper au beau milieu du champ de bataille dans un répugnant bruit d'éclaboussure. Le résultat fut la production instantanée d'un plat que la morale et les principes les plus fondamentaux de la gastronomie ne pouvaient que réprouver.    

A cette vision surréaliste, le seigneur Mictlantecuhtli s'enfouit la tête dans les deux mains. L'enchanteresse lui tapotait presque maternellement l'épaule en tentant de le réconforter ; sans grand succès : ses paroles étaient en permanence entrecoupées de hoquets nerveux et de rires réprimés. L'infortuné organisateur ne cessait de se demander qui avait bien pu lui coller des abrutis pareils dans les pattes. Au comble du désespoir, il risqua pourtant un oeil en direction du roi. Perdu dans ses pensées, il n'avait pas remarqué l'hilarité complète du souverain, qui faisait un brillant écho à celle des spectateurs. La réalité qui le rattrapait finit par chasser ses idées noires et il rejoignit l'assemblée des rieurs sur un ultime haussement d'épaule.

Le service d'ordre, lui, ne riait pas du tout. Il avait soudain eu fort à faire quand des gueux des premiers rangs s'étaient élancés en direction du terrain. Attirés par l'odeur du tartare - choucroute (et affamés comme seuls des roturiers bretonniens pouvaient l'être), nombre d'entre eux souhaitaient descendre sur le champ de bataille pour se remplir la panse. Les publicités répandues par le seigneur de Guyenne n'étaient pas tombées dans l'oreille d'un sourd et ces dégénérés pensaient en être à l'entracte. Quelques minutes et une poignée de dents cassées plus tard, la situation était à nouveau sous contrôle.  

Passé cet instant de tumulte, les spectateurs daignèrent enfin s'intéresser aux projectiles bien plus conventionnels envoyés par les autres participants. Chacun s'était écrasé sans causer le moindre dégât, dévoilant uniquement quelques îlots de verdure cernés de brouillard.    

Dans la tribune royale, Mictlantecuhtli achevait de dresser le bilan de ces premiers tirs. Son attention fut soudain détournée du terrain par un vendeur de snacks affublé d'un chapeau ridicule et d'un nez proéminent qui récitait sa carte d'une voix criarde :

— Langues d'alouettes ! Foies de roitelets ! Cervelles de pinson ! Chauve-souris frites ! Profitez-en tant qu'elles sont chaudes ! Rates de blaireau ! Nez de loutres ! Testicules d'écureuils en brochettes ! Seulement une pièce de bronze !

L'organisateur ne pu s'empêcher de noter quelles étranges lubies culinaires s'emparaient parfois de la cour royale. Sur son domaine, on s'en tenait aux bâtonnets de pomme de terre frits dans l'huile, comme il sied à des gens civilisés.

Alors que plusieurs nobles affamés dégustaient ces en-cas en devisant joyeusement des résultats du premier tour, Mictlantecuhtli convoqua le capitaine de sa garde rapprochée d'un geste discret. L'homme, affecté d'un fort râle respiratoire contracté durant le voyage vers Couronne, s'approcha et mit respectueusement le genou à terre :

— Qu'y a-t-il pour vous servir monseigneur ? Khhhhh ...

— Vous voyez ce vendeur à la criée, capitaine ? Ayez soin de garder un oeil sur sa personne. Les services de renseignement du duché m'on avisé que cette profession constituait un beau vivier de dangereux contestataires. Je n'entends pas que le moindre "incident" vienne entacher ce tournoi. Suis-je clair ?

— Il en sera fait selon votre volonté ... khhhhh ..., mon maître. Khhhhh ...

Mictlantecuhtli espérait sincèrement que l'homme se remettrait rapidement. Il était bien plus futé que le prolétaire moyen, comprenait vite et obéissait avec diligence sans poser de question. Des qualités aussi rares qu'appréciables. Et puis ... qu'est ce que ces sifflements pouvaient être agaçants ...

— Dernière chose capitaine : je n'aime guère que l'on introduise des facteurs de risque dans mes plans. Certains équipages ont pris des initiatives quant au choix de leur projectile qui auraient pu s'avérer désastreuses. Si l'un d'eux est déclaré vainqueur, payez à ses membres leur pièce d'argent puis faites les empaler.

— Oui mon maître. Khhhhh ...

L'officier ne fut pas un instant étonné de cette directive. Il savait pertinemment que son employeur tenait toujours les promesses qu'il faisait.
Alors qu'il se redressait et faisait mine de se retirer :

— Capitaine.

— Monseigneur ? Khhhhh ...

— Tout bien réfléchi, quels que soient les vainqueurs, empalez-les.

— Comme il vous plaira seigneur. Khhhhh ...  

Mictlantecuhtli n'était en réalité pas si mécontent de la tournure des évènements. Le châtiment ne serait infligé que par principe et sans cruauté. Le premier tour s'était conclu sans la moindre perte ;  un cas de figure assez prévisible. Au fond, ces retournements inopinés n'avaient fait qu'attiser l'enthousiasme du public et masquer l'absence de résultats, mais il espérait tout de même que les choses sérieuses allaient enfin commencer. C'est alors que les musiciens sonnèrent l'appel pour le second tour.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Impacts :

Calidus5 : E6 => déviation nord-ouest de 2 cases => C4
Kaops : I4 => Hit ! => I4
Lord del Insula : U11 => Hit ! => U11
MagnanXXIII : M15 =>Hit ! => M15
Paps : M13 => déviation est de 2 cases => M15
Sekhesh : V8 => déviation ouest de 1 case => V7

Pointage :

Calidus5 : 0
Kaops : 0
Lord del Insula : 0
MagnanXXIII : 0
Paps : 0
Sekhesh : 0

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les réactions suite au premier tour peuvent pleuvoir messires !

Tous les participants ont désormais jusqu'au lundi 24 au plus tard pour m'envoyer par message privé leur nouveau choix de tir ainsi que l'éventuel texte d'accompagnement.

A vos plumes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paps
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 867
Age : 36
Localisation : Perfide Albion
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Sam 22 Juil 2017 - 16:18

Le seigneur Gombaud de Guyenne guettait la zone dans laquelle son trébuchet était déployé. Il avait aperçu la tête d'un des membres d'équipage émerger de la brume lorsque son tour était arrivé de scruter le champ de tir pour prendre conscience des distances et attendait maintenant que les premiers tirs soient réalisés. Il ne pouvait s'empêcher malgré lui de se sentir excité comme un jeune page lors de sa première chasse, sans nul doute aiguillonné par les cris de la foule.

Après un ultime son de corne, les gémissements caractéristiques d'un trébuchet en plein tir se firent entendre. De l'emplacement de son trébuchet, il vit gonfler une forme sombre dans le brouillard, qui sembla arracher une boule de brume à la masse nuageuse. Alors que la boule montait, la brume se dissipait autour d'elle pour laisser apparaître une vache, bâillonnée mais clairement paniquée. Le Duc aurait bien eu pitié de ces pauvres bêtes, mais il était Noble Bretonnien ; on lui avait appris à n'avoir pitié de personne, surtout si ils ou elles étaient liés de près ou de loin à la populace.

Il guetta les visages autour de lui et les réactions dans la foule. Les Nobles présents, lorsqu'ils repérèrent le projectile, béèrent aussi grand que possible bouches et écarquillèrent yeux. Quant aux gueux, ils se mirent à montrer la vache du doigt, confusément. Un cri, puis un autre, suivi d'un troisième, enflèrent jusqu'à ce que la quasi-totalité des spectateurs soient en train d'hurler leur approbation ou leur hystérie de tous leurs poumons.

Le Duc était satisfait : il semblerait que sa participation marquerait les esprits, et même s'il ne remportait pas le tournoi et cet extravaguant trébuchet en or que le seigneur Mictlantecuhtli promettait au vainqueur, il en tirerait quelque compensation. Du moins si ses paysans ne commettaient pas une bourde comme lancer une vache sur le public ou casser leur propre trébuchet.

Perdu à ses pensées, il remarqua distraitement que des membres de la foule semblaient ne pas pointer leur doigt dans la même direction que les autres. Il reporta son attention sur le champ de tir juste à temps pour observer la collision entre sa vache et un projectile compact qui semblait être... De la choucroute impériale ?
Les deux projectiles se percutèrent alors qu'ils allaient toucher terre. La choucroute, étonnamment dense pour un projectile de cette sorte, envoyer valser sa vache hors de sa trajectoire pour s'écraser tout deux au même endroit. Si c'était encore possible, la foule exulta, on eut l'impression qu'un sort avait été jeté sur eux et que tous s'étaient transformés en déments, tandis que certains se précipitaient vers le terrain dans l'espoir d'agrémenter quelque peu le brouet promis par le Duc après le tournoi.

Le Duc bondit hors de son siège. Comment ? Une choucroute ? Ce ne pouvait être l'oeuvre que d'un de ces ahuris passant trop de temps dans l'Empire ! Il balaya du regard la tribune des Nobles et aperçut le Comte d'Alsacie. Ce ne pouvait être que lui. Avoir des idées pareilles, franchement ? Le Duc envisagea un instant de porter plainte pour utilisation d'un projectile non-Bretonnien dans le tournoi. Certes, tout le monde n'utilisait pas des rochers (il lui avait sembler apercevoir un tonneau et un paysan ? Encore un gueux qui s'était pris les pieds dans la corde, pensa-t'il), mais au moins ceux-là, tout comme son cheptel, étaient certifiés Bretonniens. Clairement la choucroute ne comportait pas de saucisse de Géorgie puisque les premiers rangs des spectateurs ne s'étaient pas évanouis.

Se tournant vers la tribune royale, il abandonna aussi sec son idée en constatant l'hilarité du Roy. Pas question de passer pour un rabat-joie ou un mauvais joueur si le Roy était en si bon esprit. A la place, le Duc se précipita vers la rambarde de sa tribune et appela son Sergent.

"Gaston ! Gaston ! Changement de plan, sortez-le maintenant !

- M'seigneur ? J'pensais qu'y fallait qu'on attende qu'on aplatisse un autre trébuchet ?

- N'avez-vous point vu ce qu'il vient de se passer, et l'attitude de la foule qui vous entoure ? En l'absence de trébuchet touché au premier tir, la Dame elle-même n'aurait pu nous donner de plus belle occasion. Ne discutez pas et faites ce que je vous dis !

- Oui, M'seigneur. Bien, M'seigneur."

Gaston s'affaira au sol quelques temps avec un paquet qu'il portait avec lui et avec une lance. Quelques instant plus tard, il se releva et déploya un étendard aux couleurs et au motif douteux puisqu'on eut dit... Un dessous.


Le Duc regagna son siège pendant que son homme de main agitait l'étendard et encourageait son équipage, gagnant le soutien de plus de paysans à chaque cri.
Tous dans le royaume savaient que le Duc était l'actuel Grand-Maître des Cérémonies de la Confrérie du Slip, position qui lui avait été conférée à la suite du départ en Quête du Graal de son prédécesseur, le Baron de la Tour - le fait qu'il avait commencé sa Quête dans la Saincte Cave et qu'il en explorait toujours les recoins, prétextant une invasion d'hommes-rat ne semblait pourtant ne faire tiquer personne à la Cour. Il était bon de rappeler "innocemment" aux gueux comme aux chevaliers l'existence de la Confrérie. Après tout, comme il avait entendu un marchand Marienbourgeois dire alors que son navire flambait avec toute sa marchandise dans le port de Bordeleaux suite à des circonstances encore obscures, "il n'y a pas de mauvaise publicité. Quoi qu'il advienne, ils se souviendront de moi".

De la tribune royale, tandis que l'organisateur s'entretenait avec l'un de ses hommes, le Roy se tourna vers le Duc, entre deux hoquets de rire, et lui adressa un quasi-imperceptible signe de tête à la vue de l'étendard du Slip. Le Duc se releva et s'inclina en retour. En se rasseyant, il se dit qu'il vaudrait mieux qu'un des équipages soit révélé à la salve suivante (tant qu'il ne s'agissait pas du sien, si possible) pour que l'excitation de la foule ne diminue pas trop et qu'il puisse capitaliser encore un peu plus sur la renommée de ses hommes et de ses fonctions.
Alors qu'on entendait le bruit des cors annonçant à chaque équipage de regarder, chacun son tour, où les tirs avaient atterri, le Duc se mit à penser qu'il devrait avoir une "conversation" avec le Comte d'Alsacie si jamais une autre choucroute percutait une de ses vaches.

_________________
Á la guerre, comme en amour, le corps à corps seulement donne des résultats.
Blaise de Monluc

For Pony!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekhesh
Paysan
avatar

Nombre de messages : 46
Age : 26
Localisation : Nehekhara...pour l'instant !
Date d'inscription : 01/03/2015

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Aujourd'hui à 0:16

La célèbre léthargie du seigneur Sekhesh s'était inévitablement répercutée sur son équipage, même si la discipline était toujours d'actualité !

Cependant, il n'avait rien raté des premiers tirs et restait affligé devant le spectacle navrant de munitions...pour le moins déstabilisantes.
Certes, lui même avait donné l'ordre d'éjecter un paysan épris de boisson mais c'était uniquement afin d'apaiser ses nerfs. Maintenant, les choses sérieuses pouvaient commencer !

Pour les concurrents, ils s'agissaient simplement de gueux ayant juste visés au petit bonheur la chance mais hormis ce tir inutile mais salvateur pour leur seigneur, les prochains atteindraient sans nul doute les équipes adverses. Pour le plus grand bonheur de tous.

Il ne s'agissait ni plus ni moins que de prouver la supériorité indiscutable de son fief...et de sa propre fierté, sans nul doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord del Insula
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1540
Age : 33
Localisation : Reims
Date d'inscription : 24/07/2012

MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   Aujourd'hui à 2:25

Longtemps, le Lord s'inquiéta de l'efficacité de son équipage. Vu le manque de perspicacité de celui qui occupait le rôle de guetteur, il redoutait que la situation ne tourne au ridicule. Pensez-donc ! Une machine incapable de tirer dans la bonne direction, notamment parce qu'un de ses membres n'est pas fichu de distinguer on pied droit de son pied gauche !

Aussi fut-ce avec beaucoup d'appréhensions qu'il observa les premiers tirs. Ceux-ci furent encourageant, dans la mesure où les autres concurrents furent aussi peu efficace. Mieux, les projectiles originaux choisis par certains lui permirent de retrouver le sourire. C'est donc avec d'avantage de confiance qu'il abordait le second tir.

Il commençait même à se demander s'il ne devait pas réfléchir à une idée de projectile cocasse à proposer pour la deuxième partie de la compétition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tournoi de trébuchets de Couronne.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tournoi de trébuchets de Couronne.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tournoi qualificatif ETC
» La campagne de l'été : la couronne du destin...
» 12/09 Grand Tournoi Standard : From the Vault Relics
» Bataille à la Couronne de Glace [Récit à compléter]
» 2507 pts pour tournoi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Bretonnie :: Miscellanées :: Divers et Liens-
Sauter vers: