Le Royaume de Bretonnie
Bienvenue en Bretonnie, manant(e) ! N'oublie pas, avant toute chose, de te présenter selon le Sainct Patron de Présentation dans la section prévue à cet effet : http://labretonnie.forumactif.com/t1-presentation-voici-le-patron-que-vous-devez-suivre



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Mar 14 Aoû 2018 - 21:25

Petite inspiration qui en est devenu une grande. Tout est partie de: Et si je nommais l'équivalent de Paris en Luseine ? Fusion de Lutèce et de Seine geek

Et puis voilà, je le suis retrouvé à faire toute la carte de la Francie:



Ici je vous montre les duchés de Francie, la terre continentale du Royaume de Britagnie. Au nord se trouve l'Albion, la terre insulaire du Royaume avec d'autres duchés (équivalents de Angleterre, Pays de Galles, Écosse et Irlande).

En bonus, je vous mets l'inspiration des noms des villes  Wink

Spoiler:
 

Archives des cartes:
 

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 


Dernière édition par MagnanXXIII le Sam 25 Aoû 2018 - 3:20, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niger
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 46
Localisation : Pyrénées Occidentales
Date d'inscription : 23/12/2017

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Mer 15 Aoû 2018 - 0:36

Eh bien non ! Là, je m'insurge...

Tu reprends comme telles les armes d'Angleterre, de Bretagne, de France ou de Bourgogne et tu massacres, pour ne pas dire bouzilles, les armes de souveraineté de nos terres de langue d'Oc, héritières de Rome, de la Vasconie ou des puissants royaumes wisigothiques (celui de Toulouse comme celui des Hispanies), avec ta croix de Toulouse d'argent sur fond d'azur... couleurs qui n'évoquent en rien nos terres du Sud et leur héritage !!!

C'est presque une insulte au quart de la population française, ou pas loin, qui vit en terre de langue d'Oc, mon cher Magnan...

Pour venir vers tes terres impériales, autant dire à un Bavarois ou à un Autrichien qu'il a un air ou un accent prussien ou saxon (coup de boule assuré !).

Nos couleurs de souveraineté ont toujours été les couleurs de la Romanité, soit le rouge (comme la terre) et l'or (comme le soleil), avec certes un peu de bleu parfois, juste pour l'harmonie : la Guyenne (duché souverain) a porté de gueules à un léopard d'or, armé et lampassé d'azur ; le Labourd (vicomté), d'or à un lion de gueules armé d'un dard du même ; la Navarre (Royaume souverain), de gueules aux chaînes de Navarre (croix, sautoir et orle) d'or, chargées en coeur d'une émeraude au naturel ; la Soule (vicomté), de gueules au lion d'or ; le Béarn (vicomté souveraine), d'or à deux vaches de gueules (accornées, colletées et clarinées d'azur) ; la Bigorre (vicomté), d'or à deux léopards lionnés de gueules, armés et lampassés d'azur ; le comté de Toulouse, de gueules à la croix cléchée, vidée et pommetée d'or ; Foix (vicomté), d'or aux trois pals de gueules ; l'Aragon (royaume souverain), d'or aux quatre pals de gueules, etc. Les Albret, soit la famille qui a compté en Gascogne a porté de gueules plein... et lorsque ses rejetons et alliés sont entrés dans les lignes de succession ils ont gardé ce rouge de tradition, en l'écartelant juste avec les lys de France.

Coup de boule ??? lol!

... et pour "la bourde", bôf. Brionne passait encore... Bayonne, c'est probablement la dérivation d'Ibai on(a), soit rivière bonne (la), eau bonne (la). Je propose un Bonnegrève, Bonnerive, voire Ayguebonne (aiga bona en occitan/gascon) ou, pour procéder un peu comme toi, je reprendrais le nom des deux rivières qui s'y rejoignent pour n'en faire qu'une, soit Nivadour ? L'adjectif "nivadurien" est plutôt pas mal... "Sire, Sire, les vaisseaux nivaduriens ont livré le pinard !!!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Mer 15 Aoû 2018 - 13:32

* Modifie vite le blason avant de se prendre une charge du sud * silent

Hem, heum, hum. C'est mieux comme ça non ? Mr.Red

En vrai je risque aussi de me prendre une charge des aquitains parce que léopard est absent sur le blason, à moins que ce soit une charge des purs bordelais parce que le croissant de la Garonne n'est pas figuré scratch

Je pense que je vais encore modifier ce dernier blason. Le croissant de la Garonne va surement figurer, le léopard quand à lui sera absent du blason mais présent sur les armoiries, en support ou en cimier.

Niger a écrit:
... et pour "la bourde", bôf. Brionne passait encore... Bayonne, c'est probablement la dérivation d'Ibai on(a), soit rivière bonne (la), eau bonne (la). Je propose un Bonnegrève, Bonnerive, voire Ayguebonne (aiga bona en occitan/gascon) ou, pour procéder un peu comme toi, je reprendrais le nom des deux rivières qui s'y rejoignent pour n'en faire qu'une, soit Nivadour ? L'adjectif "nivadurien" est plutôt pas mal... "Sire, Sire, les vaisseaux nivaduriens ont livré le pinard !!!"

C'est pas mal ça "Nivadour", je change ça thumright

En vrai, utiliser des jeux de mots des cours d'eau marche assez bien, je l'ai utilisé pour pas mal de ville quand les inspirations de leurs anciens noms ne me plaisait pas. Smile

Concernant les duchés existants, en vrai, après réflexions, je pourrai en rajouter d'autres:
-Duché de Flandres (avec un duc de sang hispanique) avec comme blaosn: D'or au lion de sable
-Duché de Lorraine avec comme blason : De gueules à trois alérions d'argent
-Duché de Vasconie: D'argent au lion de gueules ? Je ne suis pas vraiment sûr pour celui là, apparemment c'est les armes des comtes d'Armagnac. La Gascogne n'avait pas vraiment de blason officiel avant Louis XIV. Si tu as une proposition Niger, je suis preneur Wink

Pour l'anecdote, le premier duc de Vasconie s’appelait "Genial" (Genialis), si c'est pas génial Razz

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alain de Saint Jean
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 475
Age : 48
Localisation : Saint Jean d'Ardières
Date d'inscription : 30/08/2017

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Mer 15 Aoû 2018 - 22:42

Bon, histoire de faire mon gros pénible je vais, à l'instar de Niger, faire quelques remarques...

J'attire ton attention sur le fait que Lyon fût pendant longtemps à la croisée des chemins entre la France et le Saint Empire Romain Germanique. De fait elle fût pendant longtemps une ville frontière, donnant directement accès aux territoires des ducs de Savoie, donc de l'Italie, ainsi que sur le Saint Empire. ce qui lui fût d'une grande utilité pour développer le commerce, notamment grâce aux foires qui concurrençaient celles d'Alsace...

Elle fût, entre autre, possession des Comtes du Forez qui se la disputèrent longtemps avec les autorités religieuses locales, sans compter sur le duc de Bourgogne, les Sires de Beaujeu et le Duc de Savoie...

Pour le nom, ben Luge cela ne le fait pas trop je trouve... De prime abord cela donne plutôt un côté vacances d'hiver que grande ville du royaume...

L'héraldique n'est pas inutile pour comprendre "Lyon", se sont des armes parlantes car le Lion a toujours été, de mémoire de lyonnais, l'animal de la ville depuis sa fondation par Rome (il était celui du fondateur de la cité), de plus les comtes de Forez avaient pour armoiries un lion d'argent sur fond de gueule (blanc sur fond rouge)...


Voici quelques pistes pour y trouver un nom plus "rugissant":


Le nom latin de la Saône est Arar, elle prend sa source sur le territoire des Séquanes où se situait la source sacrée de Sauc-Onna.

Le Rhône, lui provient de l'ancien celte Ro-dan, "qui coule violemment???", pour Pline il s'agit de Rhodanusia, issue du nom d'une ancienne colonie de Rhodiens installée à son embouchure...



Rappelons enfin que Lugdunum est en fait un nom en deux parties:

Lug: Dieu de la Lumière chez les Celtes (avec le corbeau comme animal représentatif/lié).

Dunum: colline, hauteur, éminence.


Si nous restons sur la base "liquide" pour le nom nous pouvons avoir:

- Rhoar(a)
- Arhor

Si tu intègre un élément de la ville:

- Lurhoar
- Lughoar
-

Bien entendu ce n'est qu'une remarque personnelle et rien ne t'oblige à changer le nom que tu lui as choisi (sauf peut-être le côté rancunier des Nains, d'ailleurs à ce propos où ai-je bien pu poser mon livre des Rancunes???... scratch  scratch  scratch )
-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niger
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 46
Localisation : Pyrénées Occidentales
Date d'inscription : 23/12/2017

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Jeu 16 Aoû 2018 - 1:43

Aquitaine = Bordeaux ? Peut-être, mais depuis très récemment dans l'Histoire... et n'a historiquement valu que par son ouverture océanique, vers l'Angleterre d'abord, vers les Colonies ensuite. Et encore, Sainte, La Rochelle ou Nantes lui ont longtemps disputé la suprématie.

De Bayonne ou Pau, on arrive beaucoup plus vite à Pampelune ou Saragosse, nos étudiants et profs de fac y allant assez facilement et travaillant régulièrement avec leurs collègues ultra-pyrénéens sur des thématiques antiques et médiévales. Pareil pour faire la fête !

Ces liens sont immémoriaux, attestés depuis au moins l'âge du fer jusqu'à l'époque moderne. En réalité, ce sont la première guerre mondiale et la période franquiste, avec une fermeture dure et armée de la frontière, qui ont marqué les premières vraies ruptures historiques, pour les gens du peuple, du moins...

Jusqu'à la bataille de Muret (1213), les Comtes de Toulouse et leurs vassaux émargeaient à la Cour aragonaise et envoyaient leurs fils apprendre à se battre contre les Sarrasins, outremonts.

Ceux de la Gascogne et de la Guyenne ont rendu le même service au roi d'Angleterre jusqu'au XVe siècle, sans jamais trop rouscagner. Le Labourd, Bayonne donc était port "anglais", comme Bordeaux, et je note que les châteaux de Sames, Hastingues ou Mauléon, et tant d'autres plus loin de chez moi, ont été bâtis sur ordre "anglais". Qu'on se rappelle le Prince Noir et le Captal de Buch...

Quant aux cadets de Soule, Béarn et Navarre, ils donnaient leur sang à cette dernière couronne... Les "fameuses" églises romanes souletines de montagne de l'Hôpital Saint-Blaise et de Sainte-Engrâce étaient du ressort d'évêques aragonais et liées au monastère de San Juan de la Peña (nécropole des rois d'Aragon).

Les Pyrénées n'ont jamais été, jusqu'au Traité éponyme, une frontière (Louis XIV y était signataire en qualité de Roi de France ET de Navarre = cf. les étendards et armes officielles des Bourbons au XVIIIe s., qui ont les deux écus accolés)... Avec une révision générale sous Napoléon III et une dernière modification de détail dans les années 90. Qu'on se le dise !!!

Les couleurs des blasons, or et gueules, ne mentent pas...

Pas plus que les données ethno-linguistiques : le béarnais/gascon de la montagne est singulièrement plus proche de l'Aragonais que du Toulousain ; pour les dialectes basques, même chose, il y a plus de similitudes dans le vocabulaire rural et les formes verbales entre nord et sud qu'entre est et ouest...

Dans l'Aquitaine romaine, héritage augustéen, la Novempopulanie (soit une confédération des neuf peuples aquitains ou "protobasques" - cf. Strabon, Pline) a rapidement demandé et obtenu son "divorce" (cf. stèle d'Hasparren). Elle a formée, plus tard la partie nord de la Vasconie (Wasconia - Baskonia - Gascogne, comme tu veux), les Vascones ayant remonté vers le nord à la fin de l'Empire romain (raids germaniques, bagaudes) : de très riches villae demeuraient prenables au nord des Pyrénées... Les Romains partis, les autochtones ont redécouvert qu'ils parlaient des dialectes très proches et, qu'ensemble, ils arrivaient à tenir tête aux Wisigoths, aux Francs et aux Arabes. Charlemagne (ou Roland), en a payé le prix.

L'ethnonyme proto-basque (ou aquitain, le territoire ethnique s'étendant sur un territoire beaucoup plus étendu que les seules provinces basques actuelles) est certainement une variante de "w-s-k". Les Romains ont utilisé Ausci pour dire les Aquitains, qu'on retrouve aussi bien dans Auch (cf. auscitain), Osquidates campani et montani, Eusk(ara), Osca (Huesca) et même Wasconia/Gascogne, et on a des lieux-dits pyrénéens dénommés Pas ou Montagne de l'Osque...

Pour les armes d'un duché maritime (atlantique) et pyrénéen, qui serait un avatar de l'Aquitaine, le lion est correct (de gueules sur argent, ou or), le léopard n'étant finalement, en héraldique anglaise qu'un "lion passant" (les Britts récusent le terme de léopard, qu'ils associent à l'idée de perfidie, alors que le lion est souverain)...

Un article à lire, en pdf, de Guilhem Pépin (prof à Oxford) : les emblèmes historiques de l'Aquitaine... très instructif.

Et on pourrait garder la croix de Toulouse ou les pals pour un duché pyrénéen continental et axé sur la Méditerranée... C'est historiquement cohérent : territoire d'anciens Celtes mêlés de Pyrénéens et de Ligures, les Volques tectosages et arécomiques, alliés de César.

Une Vasconie (terre des (proto-)basques ou Vascones) qui serait approximativement un Royaume de Navarre trans-pyrénéen (trans-irranéen) ? Dans ce cas-là, il y a bien un symbole un peu plus vieux que les chaînes, qu'on nomme en basque Arrano Beltza, l'Aigle noir (sur fond d'or). Il est actuellement utilisé par la mouvance "abertzale" (patriotique) dure.

Ou le Lauburu (quatre-têtes) ? En héraldique, c'est une croix virgulée...

Le problème est sa création (presque) ex-nihilo à la fin du XIXe siècle (je peux expliquer) et son image actuelle : vacances à la mer, piment d'Espelette et autres fadaises à "plumer les touristes". Les fils de Basques de la montagne, comme moi, qui sont las de cette imagerie grand public, préfèrent le soleil (ekhi), le serpent ailé (herensuge) ou l'Homme sauvage (Basajauna), qui sont des symboles communs à toute l'aire pyrénéenne occidentale jusqu'aux Monts cantabriques...

Pour Lyon, ancienne capitale des Gaules car passage obligé entre l'Italie et la Province vers la Celtique, la Belgique et les Germanies, je pencherais personnellement sur un nom utilisant la racine Lug-/Lux- ou Rhod- : Luxania ? Rhodania ? Lugania ? Lugdania ? Duché de Luxanie, Rhodanie, Luganie, Lugdanie ?

Désolé, notre bon compère, de complexifier ta cartographie (fais comme tu l'entends), mais la France est bien plus diverse qu'on ne veut nous le faire croire... et c'est bien pour ça qu'elle a sa place dans l'Histoire. Les Francs, la Loire et Paris ne sont pas sources de toute chose.

Il y a aussi les Wisigoths, la Garonne et Toulouse, ou les Burgondes, le Rhône et Lyon... et j'en passe pour nos camarades Normands, Bretons ou Alsaciens ! Sans citer, les Guyanais, Polynésiens ou même Corses  silent !


Dernière édition par Niger le Ven 17 Aoû 2018 - 0:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Jeu 16 Aoû 2018 - 16:49

Alain de Saint Jean a écrit:
Pour le nom, ben Luge cela ne le fait pas trop je trouve... De prime abord cela donne plutôt un côté vacances d'hiver que grande ville du royaume...

Ah, heu lui si tu veux Razz

J'aimerai bien garder le bon vieux Lug celtique. Par contre les "Rhoar" ne m'inspire guère scratch

Niger a écrit:
Pour Lyon, ancienne capitale des Gaules car passage obligé entre l'Italie et la Province vers la Celtique, la Belgique et les Germanies, je pencherais personnellement sur un nom utilisant la racine Lug-/Lux- ou Rhod- : Luxania ? Rhodania ? Lugania ? Lugdania ? Duché de Luxanie, Rhodanie, Luganie, Lugdanie ?

Pas de duché pour "Lyon", la zone est occupée par les Burgons après leur descente dans le sud vers Avignoble durant la guerre des deux couronnes.
Concernant le nom de la ville, je propose bêtement "Lugon" qui est la fusion de Lugdunum et de Lyon. Sur les propositions de Niger, "Lugdan" peut aussi être pas mal.

Niger a écrit:
Le problème est sa création (presque) ex-nihilo à la fin du XIXe siècle (je peux expliquer) et son image actuelle : vacances à la mer, piment d'Espelette et autres fadaises à "plumer les touristes". Les fils de Basques de la montagne, comme moi, qui sont las de cette imagerie grand public, préfèrent le soleil (ekhi), le serpent ailé (herensuge) ou l'Homme sauvage (Basajauna), qui sont des symboles communs à toute l'aire pyrénéenne occidentale jusqu'aux Monts cantabriques...

C'est très intéressant tout ça. Un serpent ailé / dragon, pour un univers fantasy c'est quand même la classe Cool
D'après wikipédia, Herensuge est souvent représenté avec 7 têtes. Je m'amuse donc à Photoshoper un emblème de dragon pour lui donner cette apparence.

Niger a écrit:
Une Vasconie (terre des (proto-)basques ou Vascones) qui serait approximativement un Royaume de Navarre trans-pyrénéen (trans-irranéen) ? Dans ce cas-là, il y a bien un symbole un peu plus vieux que les chaînes, qu'on nomme en basque Arrano Beltza, l'Aigle noir (sur fond d'or). Il est actuellement utilisé par la mouvance "abertzale" (patriotique) dure.

Un Arrano Beltza dis-tu ? L'Aigle de sable sur fond d'or ? Tiens, et si j'appliquais ces couleurs au blason du dragon ?
Hum, heum, voilà un premier jet:


Sinon, j'ai mis à jour la carte plus haut (j'ai aussi ajouté un spoiler archive avec l'évolution de la carte). J'ai rajouté le duché de Flamandre (Flamand + Flandre), le duché de Lorringie (Lorraine + Lotharingie) et le Duché de Basconnie (Basque + Vasconnie).

Mais vous allez peu être de dire: Mais pourquoi la Flamandre et la Lorringie sont dans le royaume de Britagnie ? Pourquoi pas le Saint Empire ? Tout simplement parce que ce sont des anciens territoires de la Burgondie qui se sont rebellés, puis reconnus par le Roy et rendu indépendant grâce à l'action royale. Et que la Burgondie a eut un rôle très important dans la guerre des deux couronnes (une guerre civile que je représente comme étant exclusivement Britannien). Mais évidement, ces trois régions ont beaucoup plus de liens avec le St Empire que les autres duchés. Et dans un équivalent Warhammer, ce serait des duchés bretonniens avec un arsenal plus moderne et plus proche des impériaux.

Edit: Je pense revenir sur ma décision d'attacher le duché de lorraine à la Britagnie. En regardant pas mal de cartes du moyen-âge, on voit toujours la lorraine en dehors du royaume de France, contrairement à la Flandre qui est souvent attaché. J'ai aussi mis l’équivalent de Bruxelles sur la carte, mais "Liège" serait plus juste, car plus importante au moyen-âge visiblement. Pour l'histoire de la "Provence" je dois aussi réfléchir dessus, la région étant bien plus attaché à "l’Italie impériale" historiquement qu'au royaume de France.

De plus, j'ai modifié tous les blasons existants pour dévier des nations réelles. Ça reste un univers fictif, très inspiré de notre histoire comme Warhammer (un peu plus inpiré quand même), mais ça reste fictif Wink

Pour ce qui est des blasons, je précise que c'est le système "Bretonnie", ce sont les blasons des ducs qui sont représentés sur la région. Ces ducs imaginaires peuvent avoir des armoiries très différentes des autres seigneurs du territoire ou des symboles locaux. Un point important à préciser dans le background détaillé, les blasons des autres grands seigneurs influents de chaque régions devront aussi y figurer (un peu comme l’armorial bretonnien dans le TSVLAB) Smile

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alain de Saint Jean
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 475
Age : 48
Localisation : Saint Jean d'Ardières
Date d'inscription : 30/08/2017

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Jeu 16 Aoû 2018 - 23:01

@ Magnan XXIII:

Lugon est sympa tout comme Lugdan d'ailleurs...

Pour la question des territoires dans/hors Royaume la solution est peut-être toute simple:

Mets dans le giron royal les territoires de langue "française" , plutôt dans le giron du Saint Empire ceux de langue allemande, avec à chaque fois un ou deux bouts de territoires mêlés d'une langue dans le giron de l'autre (le côté imbriqué du Moyen-Âge en fait...), pour les anglais un ou deux ports et une région côtière plus ou moins large...

Les Flamands peuvent-être une zone "franche" car commerciale qu'aucun des pays n'oserait attaquer de peur de voir se liguer contre lui les autres...

Question: Tu fais quoi des Suisses???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niger
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 46
Localisation : Pyrénées Occidentales
Date d'inscription : 23/12/2017

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Ven 17 Aoû 2018 - 0:50

Langdogne... ou Languedogne (en prononçant bien les "e"), comme on fait dans le Sud ?

Deux propositions alternatives à ton écu, mais fidèles à l'idée "panoccitane", en reprenant ce que j'appelle les couleurs de souveraineté d'Oc et l'azur, qui est leur complément traditionnel :



Celui-ci se blasonne : "D'azur à la croix cléchée de gueules, bordée et pommetée d'or".



Celui-là : "De gueules à la croix cléchée d'azur, bordée et pommetée d'or".

...et deux alternatives pour ta Basconnie :



Se décrit : "D'or à deux têtes de dragon adossées de sable, soutenues d'un mont à trois coupeaux du même (ou d'argent peut-être ?)".
Je trouve personnellement que les sept têtes de l'hydre donnent un peu de confusion, sur ta composition ; deux têtes de dragon la simplifient tout en donnant l'idée du nombre. Et je reprends au passage l'idée d'une Vasconie sud et d'une Vasconie nord, unies par la montagne (on dit Hegoalde et Iparralde : Quartier Sud et Quartier Nord)...



Je propose aussi un : "D'or à un chêne de sable, fruité d'argent".
Autre symbole alternatif, qui lui, par contre, fait généralement l'unanimité à la Maison (Herrian), les serments sacrés et alliances se faisant généralement sous un chêne, dans la Tradition ancienne (cf. l'arbre de Guernica - Gernikako arbola/zuhaitza). Les racines apparentes sont la norme en héraldique (sans ça, il faut préciser), et elle traduisent bien l'enracinement sur la terre des ancêtres, en tant que peuple premier (avant les Celtes, les Romains, etc.).

Je reprends les trois couleurs de l'Aigle noir, or, sable et argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Jeu 23 Aoû 2018 - 2:39

Alain de Saint Jean a écrit:
Pour la question des territoires dans/hors Royaume la solution est peut-être toute simple:

Mets dans le giron royal les territoires de langue "française" , plutôt dans le giron du Saint Empire ceux de langue allemande, avec à chaque fois un ou deux bouts de territoires mêlés d'une langue dans le giron de l'autre (le côté imbriqué du Moyen-Âge en fait...), pour les anglais un ou deux ports et une région côtière plus ou moins large...

Je ne sais pas, je vais y réfléchir. Pour l'instant j'ai l'idée de faire la Lorringie faire un territoire rebelle du duché de Burgondie, une région qui vient juste de renaitre et qui n'a pas encre eu le temps d'avoir un duc légitime vassal d'un quelconque royaume. De plus, c'est aussi un peu une zone instable qui fait office de front avec le Saint Empire.

Alain de Saint Jean a écrit:

Les Flamands peuvent-être une zone "franche" car commerciale qu'aucun des pays n'oserait attaquer de peur de voir se liguer contre lui les autres...

C'est déjà le cas de la ville d'Amstdam qui est un peu à l'image du Marienburg de warhammer.

En fait, mon idée est de trouver un nombre de duché symbolique pour le royaume. De l'ordre de douze par exemple, 4 insulaires (en Albion) et 8 continentaux (en Francie). Et j'essaye aussi d'avoir une répartition de duchés de taille plus ou moins équilibré, purement par aspect esthétique.

Alain de Saint Jean a écrit:
Question: Tu fais quoi des Suisses???

L’Helvétie se trouve dans le Saint Empire comme à l'époque. Se trouver dans le Saint Empire est souvent synonyme de région autonome, je trouve que ça va très bien aux helvètes (même si au fond, mes duchés britanniens sont aussi très autonomes). Mais je ne vais pas me pencher tout de suite sur la confédération helvétique, chaque chose après l'autre Smile

Niger a écrit:
Langdogne... ou Languedogne (en prononçant bien les "e"), comme on fait dans le Sud ?
Langdogne pour le nom inscrit sur la carte, après la prononciation peut dépendre du dialecte, à l'indiquer sur la fiche de la région dans ce cas ^^

J'aime beaucoup tes quatre blasons, il me faut choisir maintenant. J'ai une préférence pour le "D'azur à la croix cléchée de gueules, bordée et pommetée d'or" et le "D'or à un chêne de sable, fruité d'argent", mais la symbolique du dragon me plait aussi beaucoup. je vais encore y réfléchir.

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Jeu 23 Aoû 2018 - 3:01

Petite parenthèse chaotique parce que je viens d'avoir l'inspiration du moment pour les symboles des quatre dieux de la ruine. Gribouiller de temps en temps dans son carnet ça aide ^^



En haut à droite: Un œil à huit tentacules, symbole d'Ahngraaz le dieu du chaos
En haut à gauche: Une variante du symbole précédent mais que j'aime moins
Juste en dessous: Un crâne à huit cornes, symbole de Khromkal le dieu de la guerre
Au milieu à gauche: Une mâchoire et huit doigts squelettiques, symbole de Lymoth la déesse de la faim
En bas à gauche: Un organe et huit veines, symbole de Nerghal le dieu de la maladie
En bas à droite: tentative de réunir les symboles de chaque dieux pour faire l'emblème de la ruine. Je trouve les petits symboles à côté plus efficaces.

Notez que le dieu sombre de la guerre a changé de nom. Je suis passé de Khrom à Khromkal. Inspiré du dieu irlandais diabolisé Crom Cruach mais aussi du Khorne de Warhammer et du Crom de Conan. En ajoutant "kal" je me différencie plus du nom de Khorne et de Crom. J'ai juste pris le "Cruach" et je l'ai simplifié à l'extrême en "Kal" pour avoir une sonorité qui me plaisait.

En plus de ça, ce nouveau nom se rapproche plus des autres qui ont tous deux syllabes (Ahn-graaz, Khrom-kal, Ly-moth, Ner-ghal) ce qui fait huit syllabes en tout. Hé hé, oui, huit, encore un nombre symbolique Twisted Evil

Concernant la nature des dieux de la ruine, ce sont des Grands Anciens qui ont été vénérés en tant que dieux sur terre. La croyance a donc crée des dieux dans le monde astral.  Pour rappel, le monde astral est le monde des esprits de l'Âge du Vinland. C'est aussi le monde, des rêves, des cauchemars, des séphorés, des démons et des dieux. Quand on rêve dans ce monde notre esprit fait un petit tour dans le monde astral.
Mais les Grands Anciens ont une nature plus élevé que ceux des dieux (ils existaient déjà avant la création de l'univers), les dieux de la ruine sont donc des versions diminuées de leur forme initiale. Voici donc un classement approximatif du niveau de "grandeur planaire" des êtres:

Matière Organique Primaire < Créatures Mortelles < Démons/Séphorés < Dieux < Dieux de la Ruine < Grands Anciens < Principes < Principe des Principes

Tiens, pour la peine vous avez même droit à la cosmogonie du monde.

/!\ ATTENTION, C'EST UN GROS SPOILER /!\.
Il se pourrai bien que vous perdriez quelques plaisirs à la résolution de mystères existentiels si vous continuez de suivre mes créations dans le futur !

Spoiler:
 

Bon, fin de la parenthèse. Prochainement je posterai une première version de la chronologie générale de la Britagnie. Wink

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niger
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 46
Localisation : Pyrénées Occidentales
Date d'inscription : 23/12/2017

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Ven 24 Aoû 2018 - 2:55

Tiens, pour te montrer cette fierté des peuples premiers (Urvölker) qui, malgré des siècles de passage et de brassages, gardent un oeil vigilant et aimant sur leurs racines pré- et protohistoriques : l'une de nos plus belles cathédrales de montagne... On appelle cela "harrespil" (s chuinté) ou Cercle de Pierres :







... tu remarqueras les signes gravés, en hommage à nos plus anciennes déités, Soleil (Ekhi) et Lune (Ilargi). Le terme Ilargi(a) est intéressant, et pourrait se rendre en français par (la) "Lumière de la Mort".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Ven 24 Aoû 2018 - 19:06

Magnifique ! Là j'ai juste envie de traverser l'image pour me retrouver de l'autre côté Very Happy

C'est marrant que tu me parles des cathédrales de montagne (très joli surnom au passage), j'avais fait il y a peu des recherches des légendes basques et je suis tombé sur les Mairu et les Lamiak, les premiers constructeurs de dolmens et les seconds esprits de la terre et des eaux et constructeurs de ponts. Enfin, d'après les informations wikipédia, tu corrigeras si je rapporte des âneries ^^'

Bon, chose promise chose due. Voilà une première version de la chronologie de Britagnie. Attention, c'est long. J'ai bien mis quatre journées entières à la constituer Chevalier

Edit: Je la présente en plusieurs posts, sinon c'est trop lourd. De plus, il manque la chronologie d'Albion pré-apocalypse. Je ferai ça quand j'aurai mieux étudié l'histoire britannique et que j'aurai crée une carte détaillée des îles.

--------------------

Histoire de Francium



Vers -300
Le peuple des Kelts est dominant à l’ouest et au centre du Vieux Continent. Les Kelts s’organisent en de multiples tribus indépendantes. Ils chassent les Orques des forêts et des plaines qui sont contraint de s’installer dans les montagnes.

Vers -50
L’Empire Latin envahit les tribus kelts de Francie et d’Albion.

1
Naissance d’Emmanuel de Solymée. Ses enseignements pour combattre les démons donneront naissance à la religion ecclesienne qui se répandra dans tout l’Empire Latin.

Vers 250
Venu d’un royaume situé au nord de l’Empire Latin, le peuple barbare des Freshs envahit la Flamandre. Après plusieurs siècles d’occupations et d’échanges avec l’Empire, le roi fresh devient consul de Flamandre au service de l’Empire Latin.

485
Fragilisé par les invasions barbares, l’Empire Latin d’Occident s’effondre et le roi fresh, Chlodomir le Hardi, profite de la situation pour étendre son territoire. Il renverse le général latin Soissus à Ambiers puis conquiert Luseine et marche sur l’Aquitanie.

500
Chlodomir le Hardi est le premier chef barbare à adopter la foi ecclésienne et obtient les faveurs de l’Ecclésiastie qui reconnaît sa royauté. Dans le chaos de la chute de l’Empire Latin d’Occident, le territoire des freshs est considéré comme un royaume impérial, la Francium. Chlodomir profite de ce statut pour gagner le soutient des anciens aristocrates latins et se lancer dans la restauration de l’Empire en combattant les autres envahisseurs barbares.

511
Chlodomir le Hardi meurt en affrontant les Elfes sylvestres de la forêt d’Ardenne et laisse son royaume à ses quatre fils qui se partagent le territoire.

536
Fort de ses nouvelles conquêtes sur ses voisins barbares, le royaume de Francium s’agrandit avec l’Aquitanie et la Burgondie. Mais les premières querelles commencent entre les descendants de Chlodomir. Assassinats et complots sont organisés pendant plus d’un siècle pour tenter de réunifier le royaume autour d’un seul roi.

567
Une horde d’Orques menée par le chef Tarkor le Cogneur venue des montagnes blanches pille les terres de Burgondie. La horde est rejointe par les tribus orques du massif mural et ensemble ils saccagent la province de Langdogne. Ils sont finalement repoussés par une alliance fragile entre les prétendants du trône de Francium.

Vers 600
Les chevaliers de la table ronde quittent l’Albion pour rechercher le Saint Graal. De nombreux chevaliers s’installent près de la forêt de Brocéliande en Armorique et construisent plusieurs châteaux. Ils apportent avec eux les règles et les préceptes de la chevalerie qui deviendront populaires dans la noblesse Franque. Le culte de la Sainte Dame apparaît en Armorique et se répand dans tout le royaume.

666
La nuit du 31 octobre 666, appelée aussi la nuit de la lune de sang ou le bal des Efrits, voit la majeure partie des habitants du Vieux Continent et d’Arabie devenir déments pendant toute une nuit. Seuls quelques prêtres et érudits résistent à la folie après un long effort mental. Le lendemain, certains villages ont été mystérieusement vidés de leur population et des nouvelles créatures monstrueuses et morts-vivantes sont signalées dans les campagnes. Des traques aux monstres sont menés dans tout le royaume de Francium afin de purger la terre des démons.

684
Le duc Garin de Basconnie affronte une gigantesque vouivre de feu à sept têtes qui terrifie les habitants de la région. Son armée est décimée et le duc revient grièvement blessé à son château, mais il est victorieux et ramène avec lui une tête de la vouivre en guise de trophée.

729
L’Empire Arabien, ayant conquis toute l’Hispanie quelques décennies plus tôt, profite des tensions entre les nobles de Francium pour envahir l’Aquitanie. Le duc Otton d’Aquitanie subit plusieurs défaites et doit demander de l’aide à son rival le roi Théobald le Marteau. Ce dernier écrase les forces arabiennes à la bataille de Bordois.

778
L’armée du roi Magnan affronte les demi-géants Mairuak dans les monts ardents. L’arrière garde est attaquée par surprise mais le chevalier Rodan défend héroïquement sa position et empêche les Mairuak de massacrer l’armée. Rodan meurt héroïquement en emportant dans sa tombe le quart des guerriers Mairuak avec son épée Durandal. Le chevalier a juste le temps de souffler dans son olifant avant de mourir et prévient l’avant-garde qui finit par défaire les Mairuak.

800
Le roi Magnan réunifie toute la Francium et se lance à la conquête du Vieux Continent. Il remporte de nombreuses victoires contre les peuples barbares de l’est. Son prestige est tel qui se fait couronner empereur d’occident par l’Ecclésiastie et son grand royaume est nommé le Saint Empire.

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 


Dernière édition par MagnanXXIII le Sam 25 Aoû 2018 - 15:10, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Ven 24 Aoû 2018 - 19:10

Histoire de Francie



814
À la mort de l’empereur Magnan, deux de ses fils se partagent le Saint Empire qui est alors divisé en deux états, le royaume de Francie à l’ouest gouverné par le roi Calard le Brave et le Saint Empire à l’ouest gouverné par Leopold le Germain. Les deux états se battent jusqu’en 840 où une paix est signé à Meden.

834
Premier tournoi de chevalerie. Les chevaliers de tout le royaume s’affrontent sans volonté de donner la mort dans les mêlées dites « amicales » censées respecter les valeurs chevaleresques. De nombreux morts et blessés sont à déplorer.

880
Le royaume de Francie subit des assauts nordiques. Le nord du pays est mis à feu et à sang, mais le roi Robert le Rempart repousse l’invasion.

911
Une nouvelle vague d’invasions nordiques s’abat sur la Francie et Luseine est souvent assiégée. Le roi Robert passe un accord avec le chef nordique Hilmar l’Exécuteur. En échange d’un duché, Hilmar doit se convertir au culte ecclésien, devenir vassal du roi et défendre le royaume des invasions nordiques. Le chef nordique accepte et devient Hilmar le Normand, premier duc de Nordie.

988
Une guerre éclate entre le duché de Burgondie et les Sub-Alfars du Massif Vojura qui refusent de laisser passer les caravanes marchandes humaines sur leur territoire. Les nains restent officiellement neutres dans l’affaire, bien que certaines de leurs guildes commerçantes prennent partis d’un camp ou de l’autre.

990
La guerre au Vojura se conclu sur un contrat de libre passage des marchandises dans certaines zones du massif confiées aux nains qui doivent en assurer la protection.

Apocalypse de l'An Mil



1000
Au plein milieu du grand tournoi de Treches, le ciel devient rouge, la terre se met à trembler et des abominations sortent des ombres. Le royaume est assiégé de toutes parts par des horreurs démoniaques. Le roi Phildebert est tué par un démon. Certains seigneurs sont possédés et plongent le royaume dans la guerre civile. C’est l’Apocalypse de l’An Mil. Pendant soixante-six ans les nuits et les hivers sont plus longs et des villageois subissent d’horribles mutations.

1010
Les départs en mer sur les côtes atlantiques sont devenus impossibles. Des nombreux monstres marins et hommes-poissons guettent le moindre navire qui s’éloigne des côtes pour le couler.
1018
Une horde de Bestiférés sort de la forêt de Noiraude et saccage le duché d’Aquitanie et de Luseine.

1033
Une armée de morts-vivants ayant ravagé le califat d’Hispanie assiège la forteresse naine des Monts Ardents et traverse le massif pour assaillir le royaume de Francie. Cela fait plusieurs décennies qu’il n’y a plus aucun roi légitime sur le trône et les ducs sont trop occupés à s’entretuer pour intervenir.

1042
Inspiré par un songe, le duc d’Armorique, Arland le Breton, s’aventure dans la forêt de Brocéliande. Il y ressort deux mois plus tard avec ses compagnons. Affirmant avoir été béni par la Sainte Dame, il prétend libérer le royaume du mal qui le ronge. Avec son armée il mène une guerre contre les ducs hérétiques et les morts-vivants. Il finit par repousser ces derniers avec l’aide des nains après une ultime bataille dans les Monts Ardents où il retrouve l'épée de Rodon et affronte une gigantesque vouivre mort-vivante à six têtes. Mais Arland y laissa la vie après avoir emporté le seigneur liche dans sa tombe suite à un duel légendaire. Les généraux nécromanciens du seigneur liche s’enfuient dans leurs châteaux en Hispanie mais sont reversés par la population. Arland est canonisé par l’Ecclésiastie et est désormais vénéré dans toute la Francie sous le nom de Saint Arland.

1050
Des peuples nymphes s’installent au large des côtes atlantiques et repoussent les monstres marins et les hommes-poissons. La navigation est de nouveau rendue possible le long des côtes atlantiques bien que quelques pêcheurs se plaignent de « sirènes » qui détruisent leurs filets de pêche.

1066
Le duc Lothelm de Nordie, dit le Conquérant, profite des troubles en Albion causés par les Bestiférés pour envahir l’île. Il vainc les Albionais, chasse les bêtes-humaines et crée le duché d’Anglie. Une comète passe dans les cieux à la fin de la bataille contre les Bestiférés, elle est considérée comme le signe de la fin de l’Apocalypse. Pour l’occasion Gilles du Bois met par écrit les règles de tournois, celle de joute et celle de mêlée.

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 


Dernière édition par MagnanXXIII le Sam 25 Aoû 2018 - 15:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Ven 24 Aoû 2018 - 19:11

Histoire de Britagnie - Le Temps des Croisades



1067
Après l’apocalypse, les ducs de Francie se réunissent à Luseine afin de se mettre d’accord sur le statut du royaume et de choisir un roi parmi les rares héritiers de Phildebert encore en vie après la guerre civile. C’est finalement Bohémond de Redonnes, fils d’un compagnon de Arland le Breton et de la nièce du roi Phildebert qui est sacré roi des duchés unis d’Albion et de Francie, c’est le début du royaume de Britagnie.

1070
Premier grand schisme ecclésien, l’Ecclesia Byzantine s’oppose de l’Ecclesia Rémaine en les accusant des grands maux spirituels qui auraient déclenché l’Apocalypse de l’An Mil.

1081
Échangeant avec les nordiques, Lothelm le Conquérant prend connaissance des terres du Vinland et envoie un chevalier normand du nom de Beren fonder le premier duché britannien du Vinland. Le nouveau duché sera rasé dix ans plus tard par une horde d’Orques.

1087
À la mort de Lothelm le Conquérant, ses fils se partagent ses terres. Roderik hérite du duché de Nordie et Harold hérite du duché d’Anglie.

1092
Lors du tournoi de la Damoiselle de Flamandre, plus de cent chevaliers s’affrontent en joute pour la main de la belle. De nombreux différents entre chevaliers ont lieu et sont réglés par des violentes mêlées qui tuent plusieurs chevaliers.

1096
Le Grand Pontife de Réma appelle les écclesiens à la croisade contre les tribus ahmadiennes Salqkides qui interdisent les pèlerinages à Solymée. De nombreux chevaliers sans possessions de Britagnie partent en Arabie dans l’espoir de conquérir de nouvelles terres. Solymée est prise et les écclésiens fondent le royaume d’Outremer. Des Ordres de moines chevaliers sont fondés pour protéger les pèlerins et défendre le nouveau royaume. Dont le célèbre Ordre du Temple.

1130
Le Grand Pontife interdit la pratique des tournois et invite les chevaliers à se battre contre les ahmadiens plutôt que contre d’autres ecclesiens. Les chevaliers britanniens ne tiennent pas compte de cette interdiction.

1150
Profitant des conflits entre les princes d’Arabie, les croisés mettent à sac toute la région et le royaume d’Outremer se renforce. Suivant les conseils d’un Éfrit, un calife désespéré se met à prier les dieux de la ruine et une armée de démons apparaît semer la destruction. Les démons sont finalement arrêtés par une coalition d’Arabiens, de croisés et de Djinns. Les croisés prenant les Djinns pour des démons les attaquent à leur tour. La région finit par sombrer dans le chaos absolu à l’arrivée d’une horde d’Orques venue du sud. Le Sultan du Kemet finit par demander de l’aide aux pharaons morts-vivants du Haut-Kemet. Ces derniers acceptent d’intervenir à condition de récupérer les territoires du nord du pays. L’accord est finalement conclu et le Sultanat du Kemet devient un vassal des pharaons.

1154
La duchesse Hélène d’Aquitanie se marie avec le roi Claude le Pénitent, mais ce dernier meurt sans héritier et la duchesse se remarie avec le duc d’Anglie Harold le Vif. Leur hériter Reynard le Lion devient duc d’Anglie et d’Aquitanie. Cet événement créera de nombreux conflits entre ducs et notamment entre le roi et le duc d’Anglie.

1160
Nouveau grand schisme ecclésien. L’Ecclésia de l’Archipasteur Oktav, soutenu par l’empereur Franz Roterbart, s’installe dans le Saint Empire et entre en conflit avec l’Ecclésia de Réma.

1187
Prise de Solymée par les forces coalisés d’Arabiens et de Kemeti. Le royaume d’Outremer demande l’appel à une nouvelle croisade.

1189
Une nouvelle croisade est lancée pour reprendre Solymée aux ahmadiens. Le roi Philibert le Borgne part en terre sainte avec à ses côtés le duc Reynard le Lion, l’empereur du Saint Empire Franz Roterbart ainsi que de nombreux seigneurs de tout le Vieux Continent. Les croisés fortifient le royaume d’Outremer mais n’arrivent pas à progresser. Le roi de Britagnie, le duc d’Anglie et l’empereur meurent respectivement de maladie, de blessures de guerre et d’accident au cours de cette croisade désormais dite « Maudite ». Les croisés retournant dans leurs pays rapportent des histoires de morts-vivants venus du sud combattant auprès des ahmadiens.  Les prochaines croisades seront essentiellement menées contre le Kemet considéré comme une terre à purger des démons.

Vers 1200
Lassés des échecs lors des croisades, de nombreux chevaliers sans terre se tournent vers le Nouveau Monde. Des nouveaux duchés sont fondés au Vinland.

1203
Une flotte de maraudeurs Fennirs venue du grand nord pillent l’Anglie, la Flamandre et la Nordie.

1209
Début de la croisade contre les Catharigeois. L’Ecclésia Pontificale voit d’un très mauvais œil la montée d’une nouvelle doctrine religieuse en Langdogne qui risque de marquer un nouveau schisme. Cette doctrine dénonce la corruption et la richesse de l’Ecclésia et refuse le culte des saints et base ses croyances sur deux entités principales : un dieu suprême de l’Ordre et un dieu suprême du Chaos. La croisade est très peu suivie et s’enlise. Les querelles de pouvoirs entre seigneurs prennent le pas sur le combat des hérétiques. De nombreux sièges de villes sont menés et de nombreuses rébellions éclatent. Le duc de Langdogne est soupçonné d’hérésie puis est destitué. Le roi qui était au début absent est forcé d’intervenir pour rétablir l’ordre dans la région.

1223
Les britanniens découvrent le vin du Vinland bien meilleur que leur vin actuel au goût de vinaigre. Un viticulteur de Bordois décide de croiser les espèces de raisins de sa région avec ceux du Vinland, ce qui donne naissance au fameux vin de Bordois réputé pour son goût divin.

1228
Une cuite générale des gardes de la ville de Bordois empêche de signaler un départ de feu à temps. La ville est totalement incendiée et de nombreux habitants périssent. Le duc aide la reconstruction de la ville avec son propre argent, il instaure aussi un règlement sur la consommation de vin aux hommes d’armes de la ville qui est limité à une bouteille par jour.

1233
La croisade contre les Catharigeois et un échec pour l’Ecclésia Pontificale qui ne contrôle plus le chaos de cette campagne. Pour reprendre les choses en main le Grand Pontife crée sa propre inquisition à l’image de celle de l’Ecclésia Oktavienne. L’inquisition pontificale chasse et condamne activement les hérétiques catharigeois pendant un demi-siècle jusqu’à leur totale disparition.

1240
Cent-huit combattants perdent la vie au tournoi de Legis.

1248
Dans le but de concurrencer l’université de magie impériale, le Grand Pontife reconnaît officiellement l’université de magie d’Albion. Bien qu’elle ne soit plus obligée de se cacher du clergé, l’université garde son enchantement d’invisibilité pour ne pas être dérangé par les troubles extérieurs. Les mages de l’université peuvent maintenant travailler légalement dans tout le royaume, souvent au service d’un seigneur ou d’une guilde de magie. La pratique de la magie pour les non diplômés de l’université est sévèrement interdite par l’inquisition pontificale qui mènera bon nombre de chasses aux sorcières.

1257
Une horde d’Orques menée par Gozgar le Balafré déferle du Massif Mural pour ravager l’Aquitanie. Les orques rasent Biturges et pillent Claintiers avant d’être défaits par les armées du roi, du duc de Basconnie et du duc d’Aquitanie.

1285
Au grand tournoi de Meden plus de cinq-cents chevaliers britanniens et impériaux s’affrontent. Le tournoi est un vrai succès et animé par des danses, des chants et des intrigues de cours. C’est le premier tournoi à utiliser des armes émoussées, dites courtoises. Avant cela les combattants de tournois utilisaient des armes de guerre.

1299
Un gros dragon à carapace de tortue sème le chaos dans la région d’Avignoble. La créature rase la ville de Tarascon ainsi que son château. Le monstre s’installant dans les ruines engendre une descendance de plus petites créatures appelés tarasques.

1313
Une crise de la monnaie ainsi qu’une terrible famine s’abat en Britagnie. Des révoltes de paysans éclatent un peu partout dans le royaume mais sont rapidement réprimées. De nombreuses familles partent dans les colonies du Nouveau Monde dans l’espoir de trouver une vie meilleure.

1314
En ces temps troublés, le puissant Ordre du Temple est désigné comme hérétique par le roi Cadelon le Beau. L’Ordre est officiellement dissous, ses richesses sont confisquées par le roi et le grand maître, Jordan de Dives, est envoyé sur le bûcher. Juste avant d’être consumé il maudit le roi et ce dernier gagne le surnom de Cadelon le Maudit. Malgré sa dissolution, l’Ordre du Temple continue d’agir dans l’ombre.

1331
La guerre du tonneau. Le duc d’Aquitanie, Aldebert d’Bordois, assiège la forteresse naine des Monts Ardents en réponse aux insultes naines concernant le vin de Bordois apparemment moins bon que leur bière. Les premiers niveaux de la forteresse sont pris par les Aquitains et duc ordonne la destruction des brasseries. Il se retire finalement après de lourdes pertes, laissant un tonneau de vin sur le trône du roi nain en guise de dédommagement.

1332
Les nains imposent une taxe sur les marchandises de vins britanniens qui transitent par les cols du Massif Vojura. Les relations entre britanniens et nains se dégradent fortement.

1334
Le chevalier Guy de Riveroche élimine la grande tarasque. Les ruines de Tarascon sont laissées à l’abandon et finalement envahit par des Orques et des Gobelins qui se battent continuellement pour le contrôle de l’immense château laissé en ruine.

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 


Dernière édition par MagnanXXIII le Sam 25 Aoû 2018 - 15:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Ven 24 Aoû 2018 - 19:12

Guerre des Deux Couronnes



1337
Une grave crise de succession secoue le royaume. Quand le roi Cadelon le maudit meurt il ne laisse aucun héritier direct. Le duc Edgar d’Anglie est le principal prétendant, mais les nobles de Luseine ne voient pas de très bon œil la noblesse angloise et préfèrent mettre Jean le Valeureux sur le trône. Le duc d’Anglie, refusant de reconnaître Jean comme roi, traverse la mer avec son armée et attaque le duché de Luseine. Il est soutenu par le duc d’Aquitanie alors que Jean peut compter sur le soutient du duché de Langdogne. Une longue guerre civile de plus d’un siècle commence alors en Britagnie entre deux rois, c’est la guerre des deux couronnes.

1341
Une guerre civile éclate en Armorique après la disparition prolongée du duc Jordas parti en quête du Graal depuis près de cinquante ans. Il y a deux prétendants au titre de duc, Jasperre de Belmont et Henri le Guerroyeur, chacun est soutenu par un des deux rois rivaux, respectivement le roi Anglois et le roi Luseinois.

1345
La cathédrale de la Sainte Dame de Luseine est achevée après près de deux siècles de travaux.  

1347
La peste noire se répand en Britagnie en pleine guerre civile. La moitié de la population meurt de l’épidémie qui dure pendant une décennie.

1364
Une armée menée par Henri le Guerroyeur tente de prendre à revers son adversaire Jasperre de Belmont en passant par la forêt de Brocéliande. Mais l’armée de Henri disparait mystérieusement dans les bois et Jasperre devient duc d’Armorique mettant fin à la guerre de succession du duché.

1378
Un schisme secoue encore une fois l’Ecclésia Pontificale. Un Anti-Pontife soutenu par le roi de Luseine est élu à Avignoble et s’oppose au Grand Pontife de Réma. L’Anti-Pontife conserve la bible de Saint Jonas pour légitimer son pouvoir divin.

1381
Le tournoi de Redonnes voit s’affronter onze chevaliers luseinois contre onze chevaliers anglois. L’objectif de la rencontre était de simuler le conflit actuel mais de façon plus amicale en remplaçant les armes par une couronne en bois à attraper et à défendre. Mais étrangement, la dimension amicale échappa rapidement aux chevaliers qui préférèrent frapper leurs adversaires plutôt que de jouer la couronne. Ainsi naît les tournois de couronnes.

1382
Une flotte de pillards Elfes sombres saccage les côtes d’Albion et de Scandia ainsi qu’une partie de la Flamandre, la Nordie et l’Armorique. Elle est finalement repoussée par une coalition navale d’Anglois et de Nordiques et définitivement coulée à Bordois par la flotte du duc.

1387
Une armée naine descend des Monts Ardents pour mettre à sac Bordois. Ils sont aidés par une armée naine des forteresses des Montagnes Blanches. Le duc Réoul est tué et un tonneau de bière est déposé sur son trône accompagné d’une inscription : « sans rancune ».

1394
Se moquant ouvertement des interdictions formulées par les deux Pontifes à l’égard des tournois, des chevaliers britanniens s’affrontent en tournoi déguisés en clercs.

1412
Les Halfelins d’Albion sont enrôlés dans l’armée du roi anglois. Mais les semi-hommes sont trop gourmands et les vivres de l’armée disparaissent à vue d’œil. Les Halfelins sont vites renvoyés pour éviter la famine.

1415
Les Anglois battent les Luseinois et leurs alliés à la bataille d’Ambiers. Les chevaliers Luseinois sont massacrés par des pluies de flèches après avoir chargé trop vite les lignes angloises lourdement retranchées. Par cette victoire le duc de Nordrie et de Burgondie se rallient au roi Anglois Harry le Prudent et ce dernier conquiert Luseine avec l’aide de ses nouveaux alliés. La noblesse luseinoise fuit à Orloire et à Biturges.

1418
Une alliance de Burgons et d’Italiques prend la ville d’Avignoble et fait tomber l’Anti-Pontife qui soutenait le roi de Luseine. La bible de Jonas n’est pas retrouvée durant la bataille.

1419
Une nouvelle tarasque géante est aperçue à Tarascon. Les Gobelins et les Orques la craignent mais continent de se battre entre eux.

1422
Après seulement sept ans de travaux, le pont Saint Arland, appelé aussi le Saint-Pont, est construit, reliant la Nordie à l’Anglie. Il a été élaboré par la puissante guilde des Franc-Artisans à la demande du roi anglois. Les taxes demandées pour la construction du pont ruinent les familles normandes et angloises. Les Franc-Artisans sont connus pour utiliser des machineries très ingénieuses et efficaces dans leurs constructions.

1423
Le roi luseinois Aldebald le Stoïque est assassiné ainsi que toute sa famille par une troupe armée dans son propre château à Biturges. Seul son fils nouveau-né est épargné par l’action héroïque d’un chevalier qui le cache dans un monastère. Le roi anglois Harry le Prudent n’a plus de concurrent et impose son règne à toute la Britagnie. Seule la noblesse d’Orloire refuse sa souveraineté. La ville est assiégée mais tiens bon plusieurs années.

1426
Alors que la victoire angloise semblait acquise, le général anglois Barzak se présente devant le roi Harry le Prudent et l’exécute devant sa cour (le roi défunt sera renommé Harry l’Imprudent après cet incident). À lui seul il massacre les chevaliers du roi en proclamant le nom du dieu sombre de la guerre, Kromkal. Le royaume tout entier sera pour lui un sacrifice pour les dieux de la ruine. Il se proclame seigneur noir de Britagnie et avec sa troupe de fidèles guerriers il sème la ruine en Anglie.

1428
Le duc Jordas d’Armorique revient de sa quête du graal après plus de cent ans d’absence. Il est accueilli froidement par son successeur mais ce dernier lui rend le titre de duc vu la gravité de la situation et l’avancée des troupes de Barzak le Noir qui a traversé le pont Saint Arland. La peste fait son grand retour et c’est une grande famine sévit dans tout le royaume.

1429
Une damoiselle dénommée Anne de Lorraine se présente auprès du duc Jordas d’Armorique et lui annonce qu’il a été choisi par la Sainte Dame en tant que descendant d’Arland le Breton pour mettre fin à cette guerre et vaincre le seigneur noir. Elle est faite chevaleresse et porte-étendard du royaume. Sa première action militaire libéra Orloire du siège finalement mené par les troupes du seigneur noir ayant vaincus ou rallié une partie des forces angloises. Redonnant de l’espoir aux britanniens, la chevaleresse gagne plusieurs batailles jusqu’à libérer Dureins où Jordas sera sacré roi de Britagnie.

1450
Barzak le Noir est tué par le nouveau roi Jordas le Bon à la bataille du Saint-Pont. Alors que la paix était enfin envisagée, les nouveaux ducs d’Anglie et de Luseine refusent la souveraineté royale du duc d’Armorique.

1452
Le duc Leufroy de Luseine est défait à la bataille de Charic, il sera forcé d’accepter la vassalité.

1453
Le duc Hardmont d’Anglie et le duc d’Aquitanie sont défaits près de Bordois. Le duc d’Aquitanie accepte la vassalité mais le duc Anglois s’enfuit vers l’Albion. Là-bas il fera une crise de folie qui le met sous régence. Cette action met fin à la guerre des deux couronnes qui aura duré 116 années.

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 


Dernière édition par MagnanXXIII le Sam 25 Aoû 2018 - 15:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Ven 24 Aoû 2018 - 19:12

Histoire contemporaine



1455
La régence du duc Hardmont d’Anglie crée des tensions dans la noblesse ablonnaise qui débouche sur une guerre civile dans le duché.

1464
Une mystérieuse armée armoricaine sort de la forêt de Brocéliande pour faire le siège de Corbiles. Le roi va à la rencontre du général de l’armée qui n’est autre que Henri le Guerroyeur, ancien prétendant au titre de duc d’Armorique. En voyant le retour de l’ancien duc, Henri arrête le siège, mais meurt quelques jours plus tard d’un vieillissement accéléré.

1466
Des hommes-rats sortent de terre et s’emparent de la ville de Charic, puis de Murs, d’Orloire et de Claintiers. Ils instaurent un régime de terreur qu’ils appellent une « Démocrature Surfacique Verminienne ». Ils tentent d’apprendre le concept de révolution partisane aux habitants et les forcent à vénérer l’Omnivermine. Les verminiens tentent d’assiéger Redonnes, Corbiles, Luseine et Bordois mais le roi Jordas le Bon lève une grande armée et chasse les hommes-rats après deux ans de conflits.

1468
Le duc Eudes de Burgondie, appelé aussi le Téméraire, est contraint de menacer de mort les participants d’un tournoi de mêlée pour qu’ils cessent la partie donnée en l’honneur de son mariage. Sept morts sont à déplorer, quatre pendant le tournoi et trois exécutés pour avoir exprimé la vive intention de continuer.

1469
Des tensions apparaissent entre le duc Léon de Luseine et le duc Eudes de Burgondie, ce dernier ayant gagné énormément d’influence depuis que son duché s’est agrandi durant la guerre des deux couronnes. Le duc Léon soutient des révoltes au sein de la Burgondie notamment dans la région de Lorringie qui demande son indépendance. Un jeu d’alliance dangereux fait intervenir le Saint Empire qui déclare la guerre à la Burgondie.

1477
Mort du duc Eudes après la bataille de Nance contre une coalition de rebelles lorrains et d’une armée impériale.

1478
Le roi réforme la marine du royaume. Une puissante flotte royale est constituée et équipée de canons de bords sortant des nouvelles fonderies royales des principaux ports de Britagnie. La création des canons navals est donnée prioritaire par rapport aux canons de campagnes. Cette politique dotera la Britagnie de la meilleure flotte du Vieux Continent, dépassant même la suprématie maritime des nordiques, mais elle limitera l’évolution technologique de son arsenal terrestre au grand bonheur des chevaliers qui craignaient une généralisation des armes à poudre noire sur les champs de bataille. Les duchés ont toujours le droit de posséder une flotte personnelle mais devront acheter les canons au roi, seul détenteur des fonderies d’artillerie. Seul le duché de Flamandre et le duché de Burgondie enfreignent cette loi en achetant en secret des coulevrines modernes de la cité état d’Amstdam.

1479
Une révolte de paysans éclate à Murs, ils revendiquent la révolution partisane et la création du royaume de Britougnie basée sur la pyramide de l’égalité inversée où les nobles doivent s’occuper des champs et où les paysans vivent dans les châteaux. La révolte est sévèrement réprimée par le duc de Luseine.

1485
Rambard, un des prétendant d’une des deux maisons rivales de la guerre civile d’Anglie meurt sur le champ de bataille et met fin au conflit. Edmond devient duc d’Anglie.

1487
Craignant une désertion des machines traditionnelles au profit des armes à poudre, les grands charpentiers de guerre organisent un grand tournoi de trébuchet à Ambiers. Ce nouveau type de tournoi obtient un franc succès et de nombreuses commandes de trébuchets sont effectuées par les ducs et seigneurs de tout le royaume.

1491
Des corsaires maurétaniens pillent les côtes du duché de Langdogne. Ils sont finalement vaincus en Mer Intérieur par une flotte italique.

1494
Les différents conflits coloniaux dans le Nouveau Monde dégradent les relations entre hispaniques et britanniens. Le duc Samuel de Flamandre ayant du sang hispanique est tombé gravement malade et, n’ayant pas d’héritier, le duché pourrait revenir aux royaumes hispaniques s’il venait à mourir. Des affrontements ont déjà lieu au sud de la Basconnie pour des querelles frontalières entre le duc de Basconnie et un roi hispanique.

1495
Une gigantesque flotte de navires Fennirs se rassemble dans les îles septentrionales d’Albion. On dit qu’ils sont aidés de démons et de chevaliers en armures noires et qu’ils se préparent à envahir le royaume. La flotte du roi se tient prêt à intervenir et de nombreux chevaliers commencent à organiser leurs osts en vue d’un affrontement.

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 


Dernière édition par MagnanXXIII le Sam 25 Aoû 2018 - 15:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niger
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 46
Localisation : Pyrénées Occidentales
Date d'inscription : 23/12/2017

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Sam 25 Aoû 2018 - 0:45

Chez nous, dans les Pyrénées occidentales, il y a des géants, des ogres, des loups-garous, des hommes-ours, des hommes-bêtes (Gors et Bestigors ?), et des dryades, sorcières, magiciennes et prêtresses de tout poil, plutôt que des peaux-vertes...

Même les Skavens auraient pu faire souche, si l'on en croit le nombre de marmottes que l'on croise en rando (elles avaient disparu et ont prospéré depuis leur réintroduction, de souche alpine, dans les années 50) : je situe d'ailleurs Skavenblight dans les Pyrénées centrales... vu que je lis souvent des runes dans les lapiaz ou arres ("champs" calcaires creusés par le fonte des neiges et glaces).

Un site pour voir des illustrations sympathiques sur les êtres de la mythologie basque : Euskal Mitologia (regarde à l'onglet Pertsonaiak) et clique sur chacun des personnages pour les voir en plus grand et essayer de déchiffrer la notice (en langue basque, euskara) : éventuellement, je peux traduire, au besoin.

Ma préférée, Mari, qui est le principe de la vie sauvage dans la Nature, de la renaissance du printemps dans la montagne, à laquelle on associe les coccinelles (Marigorriak : les Mari-la-Rouge) ou les gentianes (fleurs bleues en étoile, magnifiques) :



Lorsque l'on se retrouve, en rando ou promenade, sur l'un de ces Harrespilak, qui sont souvent regroupés et situés soit sur des cols, soit à la limite entre les estives (alpages) et la plus haute montagne, avec très souvent une vue à 360° ou pas loin, l'usage est de s'arrêter et de se recueillir un petit moment... et d'offrir un peu de sa gourde, de son casse-dalle ou une petite pierre, une simple fleur.

Ils restent des lieux de culte des ancêtres, même si on en a oublié les mots et les rites, avec un silence qui va de soi, comme dans une église : on y pense aux disparus, aux parents qui vieillissent, aux enfants et à la vie qui passe. Pourtant, les "vieux" chez moi, qui m'ont appris à m'y arrêter, étaient tous des Chrétiens depuis des générations !!!

J'ai découvert bien plus tard que ce sont des tombes collectives à crémation, les dernières étant datables du Haut Moyen-Âge : la Christianisation ne s'est certainement pas faite en un jour. Les gens des vallées amenaient leurs morts dans la montagne pour les incinérer et répandre leurs cendres dessus, comme pour protéger les troupeaux et les bergers issus de ces mêmes communautés.

La disposition des pierres est toujours soit circulaire, soit en forme de barque ; les pierres viennent toujours de plus loin et ont été transportées et érigées intentionnellement, et pas par un homme seul (effort clanique, tribal, communautaire). La partie apparente est toujours très réduite par rapport à ce qui est dans le sol : une pierre qui émerge d'une vingtaine de centimètres peut avoir un ou deux mètres de souche, et il y a toujours une sorte de muret, qui fait le tour de la structure, enterré... Le lieu est clos, pour que les âmes des défunts ne s'en échappent pas ?

Ce fond de contes, légendes et êtres mythologiques n'est absolument pas particulier au Pays Basque, car on le retrouve de la Galice et des Monts Cantabres aux Pyrénées Orientales, en passant par la Navarre, le Béarn, la Bigorre, l'Ariège et l'Aragon.

Je note un Géant de Feu, très particulier et très certainement de vieille mémoire, le nom des Pyrénées venant du grec Pyros et repris par les Romains : ces Méditerranéens avaient dû être intrigués par notre vieil usage de brûler la montagne au début du printemps (écobuage).

En voyant ton dernier choix d'armes, je te propose deux ou trois modifications infimes :

1. sur celui de l'Aquitanie, sauf à reprendre le croissant de lune, tu pourrais par exemple représenter la mer à l'anglaise, en alternant l'azur et l'argent... Ce serait visuellement plus probant, à distance : ciel rouge, château blanc et mer alternée de bleu et de blanc.

2. sur celui de la Basconnie, retourne juste la tête du dragon, pour qu'il regarde, d'après la norme héraldique, le flanc dextre (notre gauche) : ce petit détail éviterait de devoir blasonner une "tête de dragon contournée..." ; d'autant plus que ce contournement d'une figure à senestre, très rare, traduit souvent une marque d'infâmie (comme d'enlever la queue, les griffes, les burnes ou les dents d'un lion, la tête d'une aigle, etc.).

3. si tu gardes celui-ci pour ta Langdogne, il se blasonnera "de gueules à la croix cléchée et pommetée d'or". C'est simple, efficace et fondé : tu peux enlever le liseré intérieur.

Merci pour ce petit virage, de courtoisie, au Sud. Je laisse leurs terres aux autres, mais je suis toujours prêt à fluffler sur, à raconter et défendre mes paysages "à moi". Si un jour, tu attaques la péninsule ibérique, j'y mettrai certainement aussi mon grain, au moins sur la partie Nord...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Sam 25 Aoû 2018 - 3:06

Bon, j'ai relu mes 5 pavés de chronologies, il y avait des fautes et des incohérences, je pense en avoir corrigé la majorité.

Il y a encore quelques variables dans le lore britannien, notamment le nom de la ville de Biturges qui me sonne assez mal quand je le lis. Il en va de même pour le massif mural, je ne sais pas si je garde ce nom, déjà que le mot "mur" apparait autre part sur la carte avec la ville de Murs. Il y a aussi l'historique de l'Aquitanie qui se prend toujours tout dans la gueule, faudrait que j'équilibre un peu les désastres cheese A cogiter donc.

Sinon j'ai refait une mise à jour de la carte en haut de la page, il y a plus de "grandes forêts" (forêt d'Ardenne et forêt de Noiraude).

Niger a écrit:
Un site pour voir des illustrations sympathiques sur les êtres de la mythologie basque : Euskal Mitologia (regarde à l'onglet Pertsonaiak) et clique sur chacun des personnages pour les voir en plus grand

Excellent, merci beaucoup pour ce lien thumleft

Niger a écrit:
essayer de déchiffrer la notice (en langue basque, euskara) : éventuellement, je peux traduire, au besoin.

Un jour, l'informatique nous remplacera tous... Le navigateur chrome a intégré le basque dans ses options de traduction et ça a l'air de bien marcher @

Niger a écrit:
Je note un Géant de Feu, très particulier et très certainement de vieille mémoire, le nom des Pyrénées venant du grec Pyros et repris par les Romains : ces Méditerranéens avaient dû être intrigués par notre vieil usage de brûler la montagne au début du printemps (écobuage).

Pas pour rien que j'ai surnommé les montagnes du nord de l'Hispanie en Monts Ardents ^^ Mais je ne savais pas pour le géant de feu, je le découvre aussi sur le site que tu m'as conseillé Smile  

Niger a écrit:
Chez nous, dans les Pyrénées occidentales, il y a des géants, des ogres, des loups-garous, des hommes-ours, des hommes-bêtes (Gors et Bestigors ?), et des dryades, sorcières, magiciennes et prêtresses de tout poil, plutôt que des peaux-vertes...

Même les Skavens auraient pu faire souche, si l'on en croit le nombre de marmottes que l'on croise en rando (elles avaient disparu et ont prospéré depuis leur réintroduction, de souche alpine, dans les années 50) : je situe d'ailleurs Skavenblight dans les Pyrénées centrales... vu que je lis souvent des runes dans les lapiaz ou arres ("champs" calcaires creusés par le fonte des neiges et glaces).

Je fais généralement un raccourci en considérant les orques comme une inspiration des ogres (probablement le monstre de Beowulf qui a inspiré Tolkien) donc pour moi c'est un peu synonyme quand j'essaye de comparer les légendes à la Fantasy "moderne". Après tout, fut une époque ou elfe et nain était synonyme.

Mais je note volontiers les créatures fantastiques dont tu me conseilles pour peuples les Monts Ardents. Dans l'Âge de Vinland les Hommes-bêtes ne sont pas forcément maléfiques comme dans warhammer. Il y a peut être moyen de créer une tribu de Zoomorphes là bas (hommes-ours ?), en plus d'un important avant-poste "surfacique" d'hommes rats (qui figurera aussi sur une carte de la Terre Creuse), puis des géants. Enfin, je ne préfère pas trop surcharger la carte, je rajouterai peu être un camp bestiféré pour rajouter des "méchants" ça devrait suffire en terme de populations "xenos".

Niger a écrit:
1. sur celui de l'Aquitanie, sauf à reprendre le croissant de lune, tu pourrais par exemple représenter la mer à l'anglaise, en alternant l'azur et l'argent... Ce serait visuellement plus probant, à distance : ciel rouge, château blanc et mer alternée de bleu et de blanc.

Pourquoi pas, je valide Wink

Niger a écrit:
2. sur celui de la Basconnie, retourne juste la tête du dragon, pour qu'il regarde, d'après la norme héraldique, le flanc dextre (notre gauche) : ce petit détail éviterait de devoir blasonner une "tête de dragon contournée..." ; d'autant plus que ce contournement d'une figure à senestre, très rare, traduit souvent une marque d'infâmie (comme d'enlever la queue, les griffes, les burnes ou les dents d'un lion, la tête d'une aigle, etc.).

Niger a écrit:
3. si tu gardes celui-ci pour ta Langdogne, il se blasonnera "de gueules à la croix cléchée et pommetée d'or". C'est simple, efficace et fondé : tu peux enlever le liseré intérieur.

Ce sera vite corrigé, merci thumleft

Niger a écrit:
Merci pour ce petit virage, de courtoisie, au Sud. Je laisse leurs terres aux autres, mais je suis toujours prêt à fluffler sur, à raconter et défendre mes paysages "à moi". Si un jour, tu attaques la péninsule ibérique, j'y mettrai certainement aussi mon grain, au moins sur la partie Nord...

C'était un grand plaisir, et ce le sera toujours ! Et je te remercie pour ça d'ailleurs. Wink

Il est extrêmement difficile pour moi de faire un condensé d'un monde fantastique fortement inspiré du notre, tant la quantité d'information est immense et vu le nombre de cultures peu médiatisées. Je vais être réaliste, mon travail ne sera qu'un résumé grossier et parfois parodique de la véritable richesse culturelle de notre monde.

Et, d'une certaine manière, ceci me frustre. Je contemple souvent mon ignorance vis à vis de telle ou telle culture. Je dois me documenter encore et encore, ça sera un long travail, surtout si je fais tout ça seul. C'est pour ça que j'ai décidé de poster mon avancement sur le forum, c'est justement pour recevoir l'avis d'autres passionnés d'histoire et de fantasy sur mon travail et écouter (ou plutôt lire) ce qu'ils ont à m'enseigner de leurs expériences. En vrai je devrai présenter ça sur d'autres forums, il en a beaucoup qui traitent d'histoire et de culture. J'y songe de plus en plus. Mais je vais surement attendre d'avoir un univers plus construit et cohérent avant cela.

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niger
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 46
Localisation : Pyrénées Occidentales
Date d'inscription : 23/12/2017

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Sam 25 Aoû 2018 - 14:27

J'ai une proposition pour Biturges... que je suppose être "Bourges", capitale de la principauté des Bourbons, pas loin de l'Auvergne (dont le blason au gonfanon est bien sympathique, d'ailleurs) et de l'ancienne confédération des Arvernes, de Clermont, ou même de la forêt des Carnutes, avec l'Allier comme cours d'eau principal et les sources de la Loire... et les Puy (de Dôme, en Velay).

En fouillant dans ma mémoire "latine", cela nous donne des noms comme : Borvo, Arverni, Carnutes, Elaver ou Elauris, Claremontem Castrum, Liger, Vellaves et Anicium.

Une cité d'Elauris ? de Mont-Cairn ? de Clarimont ? de Clair-Mont ? dans une principauté, comté si pas duché, d'Albernie, de Borvanie, de Ligérie ?

Les noms de Bois-Sacré ou Mont-Sacré pourraient être utilisés pour se rappeler soit la forêt des Carnutes, soit le départ du Chemin des Etoiles ?

J'aime bien ton travail de fluff alternatif : j'ai eu essayé, à quelques reprises, de faire un travail semblable, mais avec beaucoup moins de constance et de suite que toi... Je prendrai le temps de relire attentivement ta chronologie et d'y réagir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alain de Saint Jean
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 475
Age : 48
Localisation : Saint Jean d'Ardières
Date d'inscription : 30/08/2017

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Lun 27 Aoû 2018 - 1:27

@ MagnanXXIII: Bravo pour le travail effectué sur l'historique!!! J'ai bien aimé le lire, la trame générale se tient bien, il y a de bons moments (surtout avec nos amis Nains qui ne sont pas rancuniers du tout...), les différents événements alternent entre gloire et chute vertigineuse, renaissance et péril... JE KIFFE!!!!!

Il y a une idée à reprendre avec les Hommes-Bêtes, en faire des premiers habitants coexistants avec les premiers humains, tous ayant été chassés par la "civilisation" en des lieux reculés...

Certains, depuis, pourraient s'être tournés par colère, dépit, vengeance, appât du gain, vers les Dieux Sombres (à moins que ceux-ci les aient trompés...), d'autres, défenseurs de Dame Nature seraient restés fidèles aux anciens enseignements de celle-ci.... Un peu comme les Keltois de feu Rackham en fait...

@ Niger; Merci pour les notes sur les "cercles de pierres", c'est toujours un plaisir de te lire lorsque tu parles de ta région... Wink Wink Wink De même pour le site que je vais prendre grand plaisir à découvrir!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Dim 2 Déc 2018 - 22:53

De retour après plusieurs mois. Je n'ai pas beaucoup avancé sur l'univers. Mais j'ai fait un nouveau point carte aujourd'hui. Avec une petite mise à jour de nommage des lieux du Vieux-Continent et une petite mise à jour géographique du monde.

En bonus, j'ai tenté de faire une vue satellite du monde, c'est un peu brouillon, mais en petite résolution ça fait le taf ^^


_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paps
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1098
Age : 37
Localisation : Perfide Albion
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Mar 4 Déc 2018 - 0:03

Bon, c'est totalement un détail, mais je cogite sur les couleurs de la carte. Ça fait combien de temps que les Amériques ont été fragmentées par un cataclysme (c'est bien ce qui s'est passé ?) ?
Je me dis, un truc pareil, ça a dû causer des raz-de-marées, des tremblements de terre avec répliques et tout le tintouin. Du coup, certaines parties me paraissent trop "boisées" par rapport à leur emplacement, surtout celles proches de l'équateur que j'aurai imaginées plus désertiques après leur "déplacement". Idem, les courants ont dû être modifiés par ce genre de terra"re"formation, ce qui doit encore modifier les climats côtiers.
Mais bon, tu me diras, on peut s'en fiche aussi ^^

_________________
Á la guerre, comme en amour, le corps à corps seulement donne des résultats.
Blaise de Monluc

For Pony!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Mer 5 Déc 2018 - 13:46

J'ai déjà eu cette réflexion ^^

Dans la toute première version du lore l'uchronie commençait en l'An Mil. Mais ce n'était pas crédible d'avoir des forteresses naines ancestrales de seulement 500 ans ainsi que des terres vierges et diversifiées dans le nouveau monde après un chamboulement tectonique aussi conséquent.

Dans la deuxième version j'ai fait commencer l'Uchronie en -255. C'était déjà plus crédible. Mais je n'étais toujours pas satisfait. Les races types nains et elfes sont toujours trop récents et j'ai pour projet de remplir la Terre Creuse de nombreuses ruines antiques.

Du coup, dans la troisième version j'ai encore retardé cette date. On est plus proche de la date de "l'extinction des dinosaure" en ce qui concerne l'arrivée de la magie et les chamboulement géographiques. On part sur du 50 millions d'années Razz

Un petit aperçu de la chronologie générale peut se trouver sur le wiki Vinland qui est en cours de chantier: wiki

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niger
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 46
Localisation : Pyrénées Occidentales
Date d'inscription : 23/12/2017

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Hier à 0:49

J'aime beaucoup ta carte en couleurs... Tu imagines quel genre de civilisation(s) sur un Pôle sud habitable ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2831
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   Aujourd'hui à 3:46

Petit passage dans les dimensions invisibles. Voilà deux nouveaux arrivants :

Pestilence qui rejoint le groupe des cavaliers de l'apocalypse. Maintenant ils sont cinq. Ils aimeraient être plus, mais malheureusement le tarot ne se joue pas à six  Rolling Eyes


Et le deuxième ? Bah, je le mets en teaser. Je peux juste vous dire que Mictlantecuhtli va sûrement l'apprécier  Mr.Red

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !


Les batailles au Moyen Âge étaient si simples...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500   

Revenir en haut Aller en bas
 
Etude et création : L'Âge du Vinland - 1500
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Etude joueur : chévres ou stars ??
» Création de perso D&D
» Création d'une section background
» Bon anniversaire de création du Moongang
» Samedi 26 mai : création perso Shadowrun / ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Bretonnie :: Miscellanées :: Jeux de rôle-
Sauter vers: