Le Royaume de Bretonnie
Bienvenue en Bretonnie, manant(e) ! N'oublie pas, avant toute chose, de te présenter selon le Sainct Patron de Présentation dans la section prévue à cet effet : http://labretonnie.forumactif.com/t1-presentation-voici-le-patron-que-vous-devez-suivre



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La geste de sire Gerald le décapiteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MagnanXXIII
Parangon de vertu


Nombre de messages : 2139
Date d'inscription : 27/11/2012

MessageSujet: La geste de sire Gerald le décapiteur   Dim 22 Nov 2015 - 1:11

La geste de Sire Gerald de Bastogne, dit le Décapiteur





Dans les nobles terres de Bretonnie, la tradition oblige les plus grands Seigneurs du royaume à prêter le serment du Graal pour régner sur leurs terres. Or en 1604 après Gilles le Breton*, Harald le valeureux, grand seigneur du duché de Bastogne, vint à mourir après avoir vaillamment combattu les forces du chaos qui pillaient Artenois.
Son fils Gerald de Bastogne, devait hériter du domaine de son père, mais il devait d'abord prêter le serment du Graal pour obtenir le prestigieux titre de Duc. Il dû donc partir en quête du Saint Graal sans plus tarder.
Il ne parti pas seul, en effet, le Royaume avait perdu bon nombre de ses nobles au cours de cette bataille et la Bretonnie était en manque de braves chevaliers pour reprendre les rênes du pays. Une grande quête du Graal fut organisée par la fée enchanteresse afin de désigner les nouveaux seigneurs. Des chevaliers de tout le pays se rassemblèrent à Couronne pour prêter le serment de la quête, bénir leurs épées par la fée et s'organiser pour leur périple. Plusieurs groupes de chevaliers furent formés, celui de Gerald de Bastogne prit la direction de l'ouest sur le chemin de l'Anguille. C'est ainsi que commença la quête de Gerald. Il chevauchait à la tête du groupe de ses compagnons qui étaient au nombre de trente.

Après une journée à cheval, le groupe s'arrêta en pleine nuit dans un village de la campagne de Couronne.  En interrogeant un des habitants, Gerald apprit qu'il arpentait les terres de la baronnie de Viennoise gouvernée par Hardberg, roturier de naissance qui prit l'apparence d'un chevalier pour s'accorder les privilèges des nobles. Gerald et ses compagnons virent dans cette situation une occasion de faire régner la justice, nul paysan ne devait prétendre au rang de chevalier de son plein gré. Les chevaliers de la quête se redirent au manoir fortifié en bordure du village, Hardberg devait y résider. Après avoir appeler de vive voix le contrevenant, sans réponse, ils forcèrent le portail de la demeure. Dans la cour des hommes d'arme s'interposèrent aux chevaliers et une bataille s'ensuivit. Vingt gueux furent abattus alors que seulement un compagnon fut blessé, Sire Lemborn le maladroit qui trébucha sur un champignon à l'entrée de la cour. Gerald entra dans le bâtiment et y trouva Hardberg assis à une table accompagné d'un sombre chevalier. Les deux hommes invitèrent le groupe à parlementer et à déguster quelques Viennoiseries avec eux, une spécialité de Viennoise paraît-il. Gerald reconnu sur l'armure du chevalier noir le symbole du Chaos. Gerald, de sa lame déjà ensanglantée du sang de paysans, décapita le guerrier du chaos par surprise. A ce moment Hardberg se mit à genoux et raconta son histoire. Ce héraut des dieux sombres vint le voir il y a trois mois et l’obligea à porter les effectifs d'un chevalier et de lever une armée pour semer le chaos dans la région. Gerald dans son infinie bonté était prêt à pardonner Hardberg si ce dernier l'accompagnait en tant qu'écuyer. Hardberg demanda s'il pouvait avoir droit à une « Chevalerisation » après cela, mais Gerald ne comprit pas ce terme, sûrement issu du dialecte local. Il lui répondit qu'il verrait ça plus tard pour ne pas paraître ignorant, en espérant qu'avec le temps la demande du roturier tombe dans l'oubli.

Le lendemain, les compagnons de Gerald se remirent en route vers L'Anguille à la recherche du Saint Graal. Là bas ils reçurent du duc de la ville une frégate étrangement nommée Plume de Requin. Ils mirent le cap vers l'ouest. Il y avait là bas, dit-on, une île légendaire elfique à moitié engloutie dans l'océan cachant bon nombre de trésors. Après avoir perdu de vue les côtes bretonniennes, les marins prièrent le dieu des océans, Mannan ainsi que la Dame pour qu'ils leur accordent la chance de revoir leur patrie. Mais après trois jours de voyage, l’écuyer Hardberg mourut dû au mal de mer, les compagnons jetèrent son corps en décomposition par dessus bord pour qu'il ne répande point de maladies.

Mais juste après avoir fini le deuil de l’écuyer, une ombre inquiétante se dessina sous le navire, une créature à tentacule sortit de l'eau et commença à attaquer le navire. Les chevaliers dégainèrent leur épée et tranchèrent les tentacules du monstre, non sans perte. Sire d'Argoville se fit écraser par un marin obèse propulsé par une tentacule, Sire Rinçard se jeta à la mer dans le but abattre d'un seul coup la créature mais il se noya à cause du poids de son armure, Sire Langlois se mit en tête de jeter de l'huile bouillante sur l'adversaire mais il se brûla l’estomac en gouttant la mixture. Après un long et pénible combat, le monstre fut vaincu, décapité par surprise par Gerald en personne. Au final six compagnons moururent dans l'affrontement et accessoirement 59 marins.




Après des semaines de voyage, une île apparue à l'horizon. Mais les marins n'eurent pas le temps de se réjouir de cette découverte, en effet un terrifiant hurlement se fit entendre au loin et un monstre vola dans la direction du navire. C'était un dragon !  Gerald prit le commandement, il ordonna aux artilleurs de préparer les bombardes. Les canons firent feu, mais les boulets n'atteignirent pas la cible. Le dragon se posa sur le navire, son poids manqua de faire chavirer la Frégate. Le dragon semblait être venu se nourrir, il commença par déguster Sire Tortuant, qui était bien gras, puis il continua son repas avec une dizaine de marins. Les chevaliers cherchaient un moyen de pourfendre le dragon. Sire Londuc, Sire Darland et Sire Berdère positionnèrent une bombarde sur le pont et ciblèrent la créature, mais l'engin était mal réglé et la bombarde explosa, tuant les trois chevaliers et perça le fond de la frégate. Les chevaliers les plus téméraires se jetèrent les uns après les autres sur le dragon, mais ses écailles étaient trop dures et les épées se brisèrent sur sa peau. Le monstre énervé fit quelques bouchés de chevaliers avant de cracher un souffle ardent mettant le feu aux voiles et aux mâts. Le navire était en train de sombrer et les marins bricolèrent rapidement un radeau. Sire Gerald lança un ultime assaut sur la créature, et d'une dextérité inégalée, il le décapita par surprise. Huits chevaliers moururent lors de cet incident. Les seize chevaliers survivants montèrent sur le radeau, malheureusement il ne resta plus de place pour accueillir une personne supplémentaire et les marins eurent l'honneur de quitter ce monde en même temps leur fière frégate.




Les chevaliers accostèrent sur une plage de l'île. Arrivés en haut d'une colline, ils purent observer le nouveau continent. L'île était plus grande que prévue et la terre se prolongeait jusqu'à l'horizon. On pouvait apercevoir des ruines d'une ancienne civilisation elfique disséminées un peu partout ainsi qu'une grande forêt se trouvant un peu plus loin. L'herbe avait d'étonnantes couleurs vives et la pierre des falaises était blanche comme la neige. Les chevaliers suivirent Gerald dans le premier bâtiment en ruine car la nuit commençait à tomber. Les compagnons firent un feu de camps puis s'endormirent tout en prenant soin d'organiser des tours de garde. Vers minuit, le chevalier qui montait la garde, Sire Frontard, tomba à terre dans un cri d'agonie. Une flèche lui avait percé le cœur. Les chevaliers prirent armes et boucliers, sortirent des ruines et chargèrent dans la direction où la flèche avait été tirée. D'autres projectiles plurent sur les compagnons et plusieurs tombèrent. Guidé par la Dame, Sire Gerald atteignit ses adversaire, il en décapita quelques uns par surprise ce qui eu pour effet de faire fuir les autres. Le chevalier de la quête examina les têtes de ses ennemis abattus et vit que ces derniers étaient des elfes.
Les chevaliers firent l'appel, seul douze chevaliers furent présents, quatre autres avaient été refroidis.

Après avoir enlevé les flèches de leur bouclier et pansé leurs plaies, les chevaliers partirent à l'aube tentant de quitter rapidement les lieux. Suivant une vielle route pavée, le groupe arriva devant un fort en ruine. Cette place forte dégageait un bruit étrange de matériaux s'entrechoquant. Les chevaliers pénétrèrent dans le fort avec discrétion, ils virent une quarantaine de gobelins amassés autour d'une étrange machine crachant de la fumée. Cet engin portait des symboles nains. Gerald comprit que cet appareil servait à voler, il proposa à ses compagnons de s'emparer de la machine et ainsi avoir un moyen de transport pour rentrer en Bretonnie. Les chevaliers attaquèrent par surprise le groupe de gobelin et Gerald en décapita plusieurs. Sire Pançois vit une machine de guerre gobeline et eu la bonne idée de la retourner contre ses propriétaire, ne sachant pas exactement comment manier l'engin, surtout qu'il n'y avait aucune présence de projectile, il fit quelques manipulations et se fit brutalement propulser dans les airs pour après s'écraser sur une poignée de gobelins. Il avait finalement compris comment la machine de guerre fonctionnait, mais il n'était plus là pour en parler... Après un combat acharné, les chevaliers prirent le contrôle de aéronef. Ils se rendirent compte qu'ils auraient dû garder un gobelin en vie pour l'interroger concernant le mode d’emploi de l'appareil. Sire Emmanuel se mit en tête de découvrir tout seul le fonctionnement de la machine, il réussi finalement à la faire décoller, il monta dans les airs, mais après cela, plus personne ne le vit redescendre. Le petit groupe de compagnon n'était plus que sept.

Ils atteignirent finalement la forêt, au loin à travers les arbres, un cavalier se dressait impassible au milieu de la route. C'était le chevalier de sinople, l'ultime épreuve des chevaliers de la quête. Le chevalier fantôme, connu comme étant l'esprit de Gilles le Breton, vient en personne sur terre pour défier les chevaliers désireux d'atteindre le Graal, prouvant ainsi leur mérite à obtenir l'ultime récompense s'ils l'emportent. Sire Hastum s'avança en premier, le chevalier de sinople mit pied à terre pour que le combat soit plus équitable. Le défi de Sire Hastum contre Gilles dura cinq secondes, Hastum fut traversé de part en part par la lame de son adversaire. Sire Arnold s'avança à son tour, mais il fut éventré par la pointe du bouclier du chevalier vert. Sire Rudolf ne perdit pas son sang froid et défia à son tour le fantôme, sans grand succès. Sire Orland ne fit guère mieux et Sire Théodore encore moins. Ce fut finalement le tour de Gerald. Le combat fut aussi de courte durée, mais contrairement à ses prédécesseurs, Gerald remporta le duel après avoir décapité par surprise le chevalier de sinople. Ce dernier ramassa sa tête et la reposa sur ses épaules avant de disparaître comme par magie.




Il ne restait plus que deux chevaliers dans la quête du Graal. Après quelques minutes de marche, les chevaliers trouvèrent un lac au milieu de la forêt. Une lumière surnaturelle apparue au milieu de l'eau et la Dame du Lac en personne se présenta devant les deux chevaliers. La Dame appela solennellement Sire Lemborn le maladroit. Lemborn s'avança mais il trébucha sur une pâquerette et vint plonger dans une partie profonde du lac. Le poids de son armure ne lui permit pas de remonter à la surface... Au final seul le chevalier Gerald se tenait en face de la Dame. La déesse l'appela en lui présentant le saint calice. Le Graal était à porté de mains. Seul un obstacle empêchait Gerald de s'en emparer. Il s'approcha de la Dame et la décapita par surprise. Puis il s'empara du Graal. A ce moment les traits de son visage devinrent sombres et malsains.

C'est ainsi que Sire Gerald le Décapiteur devint le premier chevalier du Graal de Khorne...
*i. e. 2582 après Sigmar

_________________
Au revoir, au revoir, Gros Wilains !
Chez Mantic nous irons,
Au Neuvième âge nous jouerons,
Dans tous les cas nous resterons bretonniens !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La geste de sire Gerald le décapiteur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La geste des chevaliers dragons
» Nouveau geste commercial de Sony
» Oyez Oyez la présentation du Sire Perceval!
» Présentation de Sire Pompon
» [A faire vivre] La geste du Mage Rouge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Bretonnie :: La Bretonnie : son histoire, ses chevaliers, ses châteaux :: Textes-
Sauter vers: