Le Royaume de Bretonnie
Bienvenue en Bretonnie, manant(e) ! N'oublie pas, avant toute chose, de te présenter selon le Sainct Patron de Présentation dans la section prévue à cet effet : http://labretonnie.forumactif.com/t1-presentation-voici-le-patron-que-vous-devez-suivre



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le matos de Toison d'or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Le matos de Toison d'or   Mer 15 Jan 2014 - 2:35

De quoi vais-je bien pouvoir vous parler dans un topic avec un tel titre ? Rassurez-vous il n'y a aucun sous entendu scabreux !
Bien sûr du matériel que j'utilise pour créer, modifier et peindre nos petits morceaux de plastique ou de métal favoris. Mais je voudrai le faire de manière plus détaillée et plus personnelle que l'excellente FAQ réalisée il y a quelques temps par Agilgar de Grizac, en épinglé dans cette rubrique.
Ça me permettra aussi de mettre à jour le sujet lorsque je modifie mon matériel (par exemple, j'ai "amélioré" par trois fois mon établi). Je pourrai aussi y justifier mes choix, et peut être recueillir vos suggestions pour améliorer encore l'ensemble.

Avant de commencer, il est bon que je précise mes principales contraintes :
- En premier lieu je suis maniaque. Ceux qui suivent mon sujet de peinture le savent. Pour les autres : vous en connaissez beaucoup des peintres qui ajoutent des ombres À L'INTÉRIEUR des caparaçons des chevaux ?  geek 
- Ensuite, j'habite Paris. Et j'aime ça (bah oui, il faut de tout pour faire un monde) !
L'inconvénient principal est qu'il faut apprendre à gérer une surface d'habitation forcément trop petite.
Lorsqu'un d'entre vous évoque son "atelier", un endroit de rêve où il entrepose en permanence un bordel innommable, je pleure en silence.
- Enfin je suis économe. Pas pingre, pas radin ni avare, juste économe !  Laughing 
Sans doute la faute de mes ancêtres auvergnats (ou piémontais, ils ont la même réputation). En tout cas, si j'utilise un produit cher, vous pouvez me faire confiance, c'est que je n'ai pas trouvé meilleur marché et restant compatible avec la première contrainte évoquée plus haut.

Vos commentaires, questions et/ou encouragements sont, comme toujours, les bienvenus.  thumleft

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes


Dernière édition par Toison d'or le Mer 15 Jan 2014 - 2:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mer 15 Jan 2014 - 2:35

Chapitre I : l'établi

Acte I : mobilité avant tout
J'occupe la table de la salle à manger pour peindre. Ce qui veut dire que je dois pouvoir évacuer les lieux très vite si un banquet se profile à l'horizon. En m'inspirant de l'établi GW, j'ai vissé-collé cinq morceaux de planche pour faire ça :




Sur les côté : contreplaqué de 10 mm
Base et arrière : contreplaqué de 5 mm
Dessus : contreplaqué de 3 mm

Détail :


On peut voir la boîte pour ranger les pinceaux, le trou pour glisser un pot de Danette pour contenir l'eau.
Ce pot est très pratique : il est de bonne contenance, imperméable, très facile à remplacer : ses dimensions ne changent pas depuis des années !
Les petits trous à côté de la boîte étaient au départ destinés à faire sécher les pinceaux tête en haut. Finalement, ça n'a jamais servi et le pied de ma lampe (voir le post suivant) a finalement rendu ces trous inutilisables.

Après plusieurs années d'utilisation je suis très content de mon établi : l'ensemble est pas trop lourd, la surface suffisante pour peindre à l'aise.
Les poignées permettent un maniement facile.
La partie supérieure en arc de cercle permet d'accueillir des figurines qui sèchent ou du matériel qui encombre la base de l'établi.
L'espace en dessous permet de loger mes flacons de peinture dans des bacs.

Acte II : le confort compte aussi.
Pendant les périodes de peinture intensive (par exemple lorsque approche la date de clôture d'un glorieux concours du foroume), il m'arrivait d'avoir mal au dos. Après une période où j'empilais des dictionnaires et autres magazines sous l'établi pour modifier la hauteur, j'ai bricolé un réhausseur avec des bouts de bois de recup'.


Les ergots de métal (récupérés sur une étagère Ikéa  Mr.Red ) se glissent dans quatre orifices sous l'établi et assurent la cohésion de l'ensemble. Le plan de travail, à 41cm de mon assise, est maintenant beaucoup plus confortable.

Une fois enlevés ils prennent assez peu de place :


L'établi surélevé :

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes


Dernière édition par Toison d'or le Mer 15 Jan 2014 - 2:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mer 15 Jan 2014 - 2:35

Chapitre II : Que la lumière soit !

Longtemps, je me suis couché de bonne heure et j'ai uniquement peint à la lumière du jour.
J'ai la chance d'avoir une pièce orientée au nord. Parce que j'ai essayé plusieurs expositions, la lumière nord, c'est ce qu'il y a de mieux : elle éblouit moins et respecte mieux les couleurs, à mon sens. Je crois que cet avis est partagé par pas mal de monde , il me semble que la plupart des ateliers d'artistes ont cette disposition. J'évitais comme la peste la lumière électrique qui fausse considérablement les couleurs. Du coup, en hiver notamment, mon temps de peinture était très, très réduit.  Sad 
Et puis j'ai trouvé ça :




J'ai déjà révélé ce que j'appelais mon "arme secrète" dans un topic que vous pouvez visiter, ne serait-ce que pour y voir les réflexions que cela a inspiré à Agilgar de Grizac (encore lui) et au BaronBis  Razz . Il s'agit d'une lampe-loupe grossissante qui a définitivement changé ma manière de peindre. A la fois par l'amplitude de mon temps de peinture et par la précision qu'elle m'a fait acquérir.
Je résume :
- une lampe annulaire de 12w, lumière du jour, donc largement suffisante pour peindre, même de nuit. Cette source lumineuse est tellement pratique que je n'imagine plus de peindre sans elle, à part peut être pour les toutes premières étapes de peinture, et encore !
Je m'en sert également pour faire mes photos (je compte vous en parler un peu plus loin), même si, pour le coup, elle est surement un peu faiblarde ...
- Une large loupe qui multiplie par 1,75, améliorant d'autant la précision du trait. La petite pastille (X4) dans le coin est moins utile : elle ne me sert que pour finaliser les visages, qui font partie, comme chacun sait, de mes bêtes noires ...
- L'ensemble est fixé sur un pied bien stable et articulé dans plusieurs directions (première charnière qui permet de monter et descendre le bras, et rotule sur la loupe elle même qui permet de varier l'angle).

Le tout pour 60 euros (en 2012 : ça a dû augmenter depuis ...). C'est cher, d'accord, mais, sans vouloir insister sur mon coté grippe-sou, c'est un achat que je n'ai jamais regretté, bien au contraire !

Pour coupler cette lampe à mon établi, j'ai découpé l'arrière de celui-ci (amenant une fragilité que j'ai du compenser en renforçant le dos ...passons  Rolling Eyes ) pour pouvoir y glisser ma lampe.


Au final, l'établi "équipé" ressemble à :

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes


Dernière édition par Toison d'or le Sam 18 Jan 2014 - 1:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mer 15 Jan 2014 - 2:36

Chapitre III : Matériel de sculpture

Bon on aborde là un domaine un peu flou : si je pense avoir atteint une sorte de "vitesse de croisière" pour ce qui concerne la peinture, la sculpture reste un domaine où je tâtonne beaucoup. Mon organisation et mon matériel s'en ressentent. C'est sûrement cette section qui subira le plus de modifications dans l'avenir.

1) Pâtes de sculpture
Je n'utilise que deux époxys, ayant renoncé pour l'instant aux autres, celles qui se cuisent et sont beaucoup utilisées par les sculpteurs "pro".
- Le Duro ou "green stuff", la fameuse pâte verte. Une pâte fine et très souple, qui est aussi extrêmement chère. Elle se présente sous la forme d'un rouleau bicolore vert et bleu, il faut couper une section contenant approximativement la même quantité de chaque couleur et malaxer soigneusement l'ensemble. Elle reste un peu plastique une fois sèche, empêchant de retravailler correctement la pièce (les rectifications au cutter sont malgré tout assez facile).
BaronBis fait remarquer avec justesse qu'il est possible de varier les proportions de pâtes bleue et jaune : "Plus il y a de jaune, plus la résine sera souple". Merci, BaronBis.  thumleft 

J'ai d'abord investi dans un petit blister GW avant de prendre un rouleau plus important. Ce petit pack est largement suffisant pour une première approche. J'ai réalisé plusieurs projets, dont "Compaing" et ma "meute", avant d'en venir à bout. Comme je sculpte assez rarement, ma pâte est conservée au frigidaire, à côté de la colle cyanolite. Malgré cela, la fin de mon blister à été assez pénible : certains amas de pâte (à l'interface entre les deux couleurs) avaient durci, formant des petits "grumeaux" impossible à lisser. Il fallait enlever et refaire.
- le milliput : sans doute un peu moins fine et beaucoup plus cassante. Par contre, elle se travaille sans problème une fois sèche : ponçage, perçage, sciage.

Même opération à faire au départ : mélanger deux boudins de pâte pour rendre l'ensemble homogène.
J'ai surtout utilisé cette pâte pour mes décors. Très peu chère, elle est également étanche. C'est la pâte idéale pour fabriquer ses propres outils. Pour ceux qui sont intéressés par les relations de couple, elle est aussi adaptée à toutes sortes de réparations ménagères (mode "tu vois, chéri, que c'est parfois utile le modélisme : j'ai pu refaire le manche de ton couteau économe, il est comme neuf"). Mr.Red 
Il semble que ces deux pâtes soient de vraies saloperies pour la santé. Je crois même qu'il est recommandé de porter des gants pour les manipuler. Pour l'instant, je ne le fais pas, mais je me lave soigneusement les mains après ma séance de sculpture.
La prochaine étape : tester le mélange des deux pâtes. Il semble que ce soit bien adapté à la réalisation de cottes de mailles. J'attends avec impatience que le BaronBis donne le départ du projet "Preuses" pour essayer ça.

2) Les adjuvants pour la pâte : pour éviter que les pâtes ne collent partout, y compris sur les outils, j'ai à disposition du talc (utile, semble t-il, pour faire de fines feuilles de Milliput), de la vaseline (plutôt utilisée avec le Duro), mais j'utilise plutôt un truc donné par le BaronBis : de l'eau qui a l'avantage d'être réversible : dés qu'elle sèche, on retrouve les propriétés collantes de la pâte, ce qui est souvent pratique. Il parait que la salive marche encore mieux (une histoire de polymérisation de pâte ... Rolling Eyes ), mais je rechigne pour l'instant à suçoter mes outils alors que je le fait avec enthousiasme pour mes pinceaux Laughing. Encore un domaine ou il me faudra de longues heures de tâtonnements pour trouver la méthode idéale.
La méthode de Knil est sans doute la meilleure : il crachouille dans un petit récipient avant de sculpter. Simple et efficace. Merci, Knill.  thumleft 

3) Le fil de fer : Si, au début, bricoler avec des morceaux de trombone est imaginable, très vite j'ai eu besoin de fil standard pour réaliser le squelette d'une future figurine.
J'ai découvert avec mes premiers essais combien le diamètre du fil employé était important. Trop fin, il reste souple et rempli mal son rôle ; trop épais et certaines parties, les extrémités des pattes, les poignets et chevilles pour les humains sont énormes, donnant un aspect grossier à la figurine.
J'ai finalement acheté en magasin de bricolage trois rouleaux de fil de fer : 0,7mm - 0,9mm - 1,1mm.
Vu mon rythme de sculpture, j’espère que mes arrière-arrière-arrière-petits-enfants et les générations intermédiaires sculpteront aussi : ils leur en restera surement !  Laughing 
Les deux premiers sont les plus utiles pour les squelettes, le dernier peut être utilisé pour fabriquer une lance ou une hampe de drapeau échelle 28mm. Le 0,9mm est aussi parfait pour tiger des pièces, que ce soit pour monter une figurine métal ou pour relier deux morceaux de plastique avant de sculpter la partie intermédiaire (exemple : relier la main au bras d'une figurine avant de sculpter l'avant bras).
Je cherchais depuis quelques temps un fil de fer encore plus fin, le 0,7mm étant le plus fin disponible dans mon magasin de bricolage. Je viens de le trouver en dénudant un lien plastique attachant des fils d'appareils électronique. Comme on est inondé de ce genre de lien plastique, je pense avoir trouvé une source presque inépuisable de fil approximativement de diamètre 0,4-0,5mm ! thumleft
Sur la photo, vous voyez aussi pince coupante et pince pour mettre en forme.


4) Les outils : ma panoplie semble conséquente, j'ai quand même l'impression de m'en servir comme un manche  Wink . Dans les vidéos vues ici ou là sur le net, les mecs se servent souvent d'un seul outil qu'ils manient avec dextérité. Moi, je tâtonne, je change, je teste.
J'ai un peu modifié photo et commentaires tirés de mon TEC :

Les outils sont plus ou moins classés selon leur ordre d'importance : d'abord ceux qui servent tout le temps, puis ceux qui sont plus "accessoires".
a) D'abord un bête grattoir. Très utile pour couper les différentes pâtes.
b) Ensuite le pinceau gomme. L'outil ESSENTIEL pour lisser la pâte verte. Le mien est de la marque "Royal sovereign", un "Angle chisel - Extra firm - Clay Shaper" de taille 0. J'en suis content, même si j'ai jamais essayé autre chose  Smile ...
Il y a peu, j'ai "découvert" qu'il était plus facile d'écraser d'abord le bord de la pâte avec un outil en métal avant de passer le pinceau gomme pour lisser et faire la transition. J'ai encore des progrès à faire.
c) Puis un X-acto. La pointe est très utile pour faire des lignes, pour ôter un peu de pâte en surplus.
d) Une aiguille montée sur un "manche" en Milliput.
e) Une série de sept outils achetés ensembles, spécialement pour la sculpture. Pareil, les premiers sont ceux que j'utilise le plus souvent. Je crois qu'il s'agit d'outils utilisés à l'origine par les prothésistes dentaires.
f) Deux outils de dentiste. Lourds, solides et très efficaces, mais qui me servent peu souvent. A peu près inutiles pour la sculpture dans le frais, ils sont réservés au travail du Milliput sec.
g) Deux morceaux de carte plastique et un cylindre de bois que j'ai "floqué" avec du sable. Je m'en sert pour donner un aspect "rugueux" aux pierres de mes décors. C'est une idée à moi et je trouve le rendu très sympa.  Cool 
h) Un outil "cottes de mailles", fabriqué d'après une vidéo trouvée sur figurine-tv. Il forme des demi cercles qui peuvent être utiles pour d'autres choses. Et, sinon, même réflexion que plus haut : j'ai hâte de l'essayer pour sculpter la cotte de maille d'une Preuse !

Pour l'instant, il me manque surtout une surface sur laquelle travailler : j'utilise souvent un morceau de carte plastique trop petit : il va falloir que je me dégotte une plaque de verre ou de plastique rigide.
Comme vous voyez, pas mal de progrès à faire dans la maîtrise de la sculpture et du matériel qui va avec  ...

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes


Dernière édition par Toison d'or le Mar 9 Sep 2014 - 14:21, édité 4 fois (Raison : coupage d'aile en quatre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mer 15 Jan 2014 - 2:37

Chapitre IV : Préparation de figurine
On ne le dira jamais assez, mais l'étape de la préparation est essentielle, un peu comme pour un peintre en bâtiment (je sais de quoi je parle), elle conditionne l'aspect final de la figurine. Il faut ébarber soigneusement la figurine, enlever les lignes de moulage, coller si besoin les différentes parties entre elles avant de poser une sous couche propre ; et il n'est pas mauvais de prévoir un socle pour manipuler aisément la figurine à peindre. Bref, y a du boulot.

1) Le décapage. Je commence par une étape préliminaire souvent indispensable. C'est le prix à payer lorsqu'on est un adepte des vieilles figs qu'on ne peut obtenir qu'après avoir bataillé sur E-bay.  Wink 
Sans avoir jamais essayé autre chose, je suis un adepte du Glanzer, un décapant pour sol qui ne coûte presque rien, est très facile à trouver (il est distribué chez Auchan ou Simply Market, par exemple), est efficace sur figurines plastique comme métal et ne semble pas trop toxique. Que demander de plus ?
La bouteille de Glanzer.


Voici les figurines avant décapage. Métal et plastique. j'avais que ce cheval à décaper en plastique.


J'ai laissé tremper 6 heures l'ensemble. Le cheval flottant au dessus du liquide, j'ai été content de pouvoir le lester avec les figurines métal. J'ai ensuite sorti une vieille brosse à dent. Le produit agit différemment sur les deux types de figurines : si la peinture s'enlève en couche sur les figurine métal, elle reste mieux accroché sur le plastique et la brosse à dent agit un peu comme une gomme sur du crayon.
Le résultat était le suivant.


Comme vous pouvez voir, le résultat est vraiment impeccable. Il reste un peu de peinture au niveau de la ceinture des figurines métal, rien qu'on ne puisse enlever avec une épingle. Le cheval présente une légère teinte, surtout entre les pattes, où la brosse à dent a du mal à passer, mais aucune épaisseur de peinture particulière. Il faut quand même souligner qu'aucune de mes figurines n'avait reçu de sous couche. Je crois que ça aide bien. betazir avait commencé un sujet sur le glanzer, et il obtenait un moins bon résultat, avec une sous couche noire qui avait du mal à partir, malgré "une journée les mains dans la flotte ammoniaquée" ... Crying or Very sad
Une autre chose intéressante concernant le cheval : le ramollissement du plastique n'était pas très important, en tout cas rien de gênant, alors qu'il me semblait avoir constaté le contraire... scratch
Enfin, le brossage doit être énergique, mais pas trop. J'ai cassé la lance de l'homme d'arme du haut d'un coup de brosse rageur. Rolling Eyes



2) L'ébarbage. La figurine est maintenant nue, il faut enlever les traces de moulage et les irrégularités. Deux outils essentiels : le cutter et les limes, on peut ajouter du papier de verre fin pour les dernières finitions. Il pourra même être utile de sortir la "Green stouffe" du Chapitre III en cas de manque ou de bulle (qui a dit "failcast").

Le cutter (a) est l'outil de base pour la préparation. On peut bien sûr faire avec un cutter de papetier, le machin avec la lame rétractable et qui peut être cassée pour obtenir une pointe coupante. Le gros problème, c'est que la lame bouge dans le manche. Du coup la coupe est moins précise. Pour moi, l'outil est aussi plus dangereux. Le risque que la lame casse en restant coincée dans le plastique n'est pas nul.
Tout ça pour dire que je conseille l'achat d'un couteau type X-acto, même si c'est plus cher. Sur le mien (mais je pense que c'est vrai pour la majorité), on peut adapter d'autres lames, d'autres outils. Ça va de l'accessoire (b :une mine de crayon ...  scratch ) au très utile (c : une lame plate. D'ailleurs, à ce propos, si quelqu'un sait ou s'en procurer un paquet, ça m'intéresse !), en passant par du sympa (d  : des outils pour lisser et même sculpter en dépannage).
Au passage un petit "truc" assez pratique : pour enlever les lignes de moulages sur le plastique, je me sert du coté coupant de la lame, mais aussi du coté opposé. Le métal étant moins agressif de ce coté, on a moins de chance d'abimer certains détails de sculpture pendant l'opération.

Les limes. Je sens que le BaronBis va encore trouver que, dans ce domaine également, j'ai "la puissance de feu d'un croiseur et des outils de concours"  Razz 
En fait, c'est plutôt artificiel : j'étais très content d'une lime (j) achetée il y a des années mais dont la pointe s'était cassée. J'ai cru bien faire en achetant une pochette avec les 6 limes en (g), de formes très diverses (triangulaire, cylindrique, carrée ...), j'ai été plutôt désappointé car les stries sont bien trop épaisses. Du coup, les finitions sont très moches et je me sert toujours principalement de ma vieille lime qui, elle, fait du bon boulot, même sur plastique. Donc, si vous devez acheter une lime, vérifiez la finesse !

En (k), vous pouvez voir un paquet de papier de verre ultra-fin. Je crois qu'il est destiné à la base aux carrossiers. J'ai du 800A, du 1000 et du 1200A comme finesse de grain. Pour ne rien vous cacher, je m'en sert pas beaucoup. Ceux qui suivent l'avancée des pégases sur mon TEC et ont "apprécié" leurs caparaçons granuleux savent que je devrais surement le faire un peu plus.

3) Le perçage. Pour monter mes figurines, j'ai tendance à contre percer systématiquement. Au moins, je suis sûr que le bras ou l'aile de mon modèle ne va pas me rester dans les mains alors que je termine la peinture.
Il faut donc percer les deux pièces (et, si possible, que les deux trous correspondent  Mr.Red ) pour pouvoir y glisser un bout de fil de fer.
Alors que j'ai une mini perceuse électrique Dremel, je ne m'en sert que de manière exceptionnelle : uniquement pour poncer ou fraiser des figurines métal. Mes essais n'ont jamais été concluants, il faut tenir la figurine dans un étau, au risque de l'abimer ou tenter de la maintenir avec la main et courir le risque de se blesser ou de casser une mèche ou d'abimer la figurine, ...ou les trois  Twisted Evil .
Je perce tout (métal ou plastique) avec une perceuse à main (e), assez pratique, avec différents mandrins qui permettent d'adapter toutes sortes de mèches (f). Au sujet des mèches, j'ai renoncé à les acheter en boutique de modélisme : utilisant presque toujours les mêmes diamètres (0,9mm-1mm) j'ai besoin uniquement de changer ceux-ci. J'en ai eu marre d'être obligé d'acheter une série complète à chaque fois. Maintenant je les achète à l'unité dans une boutique de matériel informatique.

4) Le collage. Sur cette "photo de famille" de mes colles, vous pouvez voir, à droite, mon gros pot de colle à bois qui ne sert absolument à rien pour préparer une figurine. Elle me sera par contre très utile lors de mon "chapitre VI" sur le soclage !


- Le petit tube du milieu au bouchon rouge, colle cyanolite est une colle "contact", c'est à dire qu'elle sera très peu efficace si les deux parties à coller ne s'emboîtent pas parfaitement. Par contre elle sèche très vite et est facile à mettre en œuvre. Une petite goutte sur le morceau de fil de fer à glisser dans la première partie, une autre du côté opposé, au bout d'une minute je manipule la pièce. Elle se conserve plus d'un an au frigidaire mais durcit en quelques mois à température ambiante.
- A gauche, l'Araldite est une colle epoxy à deux composants. Elle existe sous plusieurs formes, dont une seringue à double réservoir. Si l'idée semble bonne, la fin de la seringue est souvent difficile à gérer. Finalement je me suis rabattu sur les tubes "classiques". Ses deux avantages principaux sont une très grande dureté après séchage et le fait qu'elle colmate bien les fissures qui peuvent exister entre deux parties à coller. La première contrainte est la préparation : mélanger en part égale les deux liquides et appliquer soigneusement et en quantité contrôlée : une coulure sera difficile à éliminer. La seconde est le temps de séchage. Il faut attendre pratiquement trois heures pour pouvoir manipuler l'ensemble, une journée pour que la colle soit sèche. Ce temps long oblige à tenir en place les deux parties d'une manière ou d'une autre. Je dois souvent avoir recours à des montages improbables à base d’élastiques, de cales en bois et de pinces à linge ... Rolling Eyes 

5) Le sous-couchage. Dernière étape avant l'épreuve de la peinture. Il faut d'abord installer la figurine ou les morceaux qui vont la composer confortablement.


Pour ce faire, j'utilise les socles pour cavalier et bouclier que vous voyez au premier plan. Un accessoire bien pratique et facile à faire dès que vous avez votre premier paquet de Milliput. Ça permet de peindre correctement un objet aussi petit qu'un bouclier sans saloper le travail au fur et à mesure avec mes gros doigts boudinés. De même la figurine de cavalier sans socle est délicate à sous coucher à la bombe (vous la saisissez par où, vous ?) et à faire sécher ; elle passe son temps à plat ventre ou sur le dos, ce qui abime forcément la peinture, sans compter que ce séchage peut vite prendre un coté expérimental, pas forcément voulu au départ.
Je fixe les boucliers avec un peu de Patafix tandis que je perce sous la figurine de cavalier pour y glisser la tige que je fixe par un point de Cyanolite. J'ai testé plusieurs formes de socle : évitez la forme triangulaire ou carrée et préférez plutôt la circulaire. Pour la tige de métal, pensez à la courber dans sa partie inférieure pour éviter qu'elle ne finisse par tourner et se détacher du socle. Après quelques essais, il me semble que les meilleures dimensions sont de 5cm de haut pour un diamètre de 2,5cm pour le socle cavalier et 3cm de haut pour 1,5cm de diamètre pour le socle bouclier. thumleft 

- Bombe de sous couche. Bon, aborder le problème de la couleur de la sous couche est toujours un moment délicat. Par certains cotés, ça rappelle les guerres de religions, chacun campe sur ses positions et n'en démords pas. Il y a une raison assez simple à cela (en tout cas en ce qui me concerne), c'est qu'une fois qu'on a acquis certains automatismes avec une couleur de base, il est très dur de changer ses habitudes. Même si j'apprécie énormément le travail de certains "peintres in black" du foroume, au premier rang desquels Tancrède Soufflardent ou BaronBis et si j'envie la -relative- rapidité pour peindre et l'excellent contraste de leurs figurines, je suis incapable de changer ma méthode. De toute manière, amateur de couleurs qui claquent comme je suis, je serai sans doute déçu par le résultat. Sous-couche blanche je suis, sous-couche blanche je resterai !  Twisted Evil 
Avant d'investir dans une bombe de peinture Prince August, je passais une sous couche au pinceau. Le résultat était pas extra et je préfère définitivement l'accroche que procure la sous couche à la bombe. Ma manière de sous coucher mes figurine n'est pas encore au point : je me pose sur le balcon, un jour non pluvieux et sans vent, je recouvre balustrade et sol avec de vieux sacs plastique (je compte bricoler un carton pour remplacer mon patchwork de sacs un jour ou l'autre). J'agite ensuite vigoureusement la bombe avant de glisser ma main gauche dans le magnifique gant jetable, offert par une station essence, et qui trône bravement au dessus de la bombe sur la photo.

Voilà, ça y est, on va pouvoir attaquer les choses sérieuses : la peinture proprement dite.  cheers

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes


Dernière édition par Toison d'or le Sam 1 Fév 2014 - 2:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mer 15 Jan 2014 - 2:37

Chapitre V : Matériel de peinture

1) Le pinceau
On va commencer par l'outil roi, celui pour lequel il est inutile d'essayer d'économiser ou d'acheter à l'aveugle sur internet. Il faut savoir prendre son temps pour observer attentivement la pointe et le réservoir avant de choisir. Un bon pinceau est assez large en son milieu (bon réservoir) et s'affine ensuite (bonne pointe).
Je ne suis pas sûr qu'il faille en avoir des tonnes. Avec deux de très bonne qualité, un fin et un plus gros, un ou deux vraiment moches pour mélanger ou appliquer la colle blanche et une petite brosse plate, on doit pouvoir s'en sortir.
Mes bons pinceaux sont de la marque Raphaël, disponible en magasins de beaux arts. Ils sont en Martre Kolinsky, N°8404, qui présente à priori un bon compromis entre réservoir confortable et pointe suffisamment fine. Inutile de nier, je ne suis pas arrivé à ce résultat seul : ce pinceau est un des plus cité par les bons peintres. Je me sert surtout d'un 3/0 (ou 2/0, ça marche aussi) et d'un 0 plus gros.
Je les ai payés entre 8 et 10 euros pièce, mais c'était en 2012.
L'entretien d'un outil pareil, aussi cher et précieux est évidemment une question essentielle. Tôt ou tard, la pointe finira par s'émousser ou par se courber. Autant faire que ce soit le plus tard possible. D'abord il faut éviter absolument que la peinture ne remonte jusqu'en haut des poils. Si cela arrive, la peinture sèche et le pinceau perd en souplesse et en réservoir. C'est pour cela que j'utilise des bâtonnets en bois pour faire mes mélanges ou prélever de la peinture.
Ensuite, à la moindre pause, il faut rincer le pinceau abondamment (à l'eau froide pour éviter que la colle qui tient les poils ne soit altérée) et le nettoyer au savon. Lorsque je range mon matériel, j'enduis généreusement le pinceau de savon avant de refaire la pointe entre mes lèvres. Si vous pouvez ensuite faire sécher le pinceau tête en bas, c'est encore mieux.



2) La palette humide.
Le principe d'une palette humide est simple : la peinture est déposée sur du papier cuisson, lui même reposant sur un médium gorgé d'eau. Le papier cuisson va laisser passer l'humidité sans diluer la peinture qui va être utilisable beaucoup plus longtemps. La palette la plus simple se compose d'un morceau de papier cuisson sur du Sopalin imbibé d'eau, le tout dans une assiette en plastique.
J'ai adapté le principe pour qu'il soit mieux adapté à mon usage. D'abord en fabriquant un récipient bas et rectangulaire, cette forme étant plus logeable sur la surface limitée de mon établi (on peut aussi utiliser des couvercle de boites en plastique). J'ai également un couvercle qui permet d'éviter une évaporation excessive pendant les pauses. Ensuite j'utilise un "carré absorbant" au lieu du Sopalin, qui va contenir bien plus d'eau et améliore encore la durée d'utilisation.
Pour préparer la palette, imbiber l'éponge avant de déposer la feuille de papier cuisson, de cette manière le dessus de la feuille ne se mouille pas, évitant de diluer accidentellement la peinture. L'éponge doit être suffisamment mouillée pour que le papier "accroche", l'eau doit être encore visible autour du carré d'éponge.




Autant pour le papier cuisson que pour le carré d'éponge, préférez une qualité supérieure. Une éponge bas de gamme se désintègre à grande vitesse tandis que le papier de bonne qualité est plus épais et de meilleure tenue.
Comme pour le pinceau, il est utile de prendre soin de sa palette si on ne veut pas changer sans arrêt papier et éponge. En fin de séance, je passe le papier à l'eau, j'essore l'éponge et je fait sécher le tout, ça évite le développement de moisissures qui détruisent l'éponge.

3) Mes peintures.

J'ai fait le choix des peintures Prince August, ou Model Color, c'est la même chose. D'abord parce que je trouve superflu de donner plus de phynance aux Gros Wilains, et ensuite parce que la présentation en flacon stilligoutte est mieux adaptée à ma manière de peindre. Pour résumer : je trouve les pots GW parfaits pour prélever directement la peinture tandis que les flacons PA sont très pratiques lorsqu'on veut la diluer. Les flacons sèchent à priori moins vite et sont pratiques pour homogénéiser la peinture. Pour améliorer encore cet aspect, j'ajoute systématiquement au flacon que j'achète un écrou de diamètre 5mm (en inox, pour éviter qu'il ne rouille) ; une bille en verre peut également convenir.  Il suffit de désolidariser délicatement le haut du stilligoutte pour pouvoir glisser l'écrou (ou la perle) dedans. Avant d'utiliser une couleur, je l'agite vigoureusement pendant une minute (et, oui : je met un minuteur pour être sûr de bien mélanger mon flacon, encore un truc qui ne va pas améliorer mon image de peintre psychopathe  geek ).

Bon, la liste est un peu rébarbative, mais elle peut éclairer certains peintres débutants, notamment parce qu'elle n'est pas très étendue, si l'on excepte les marrons et les tons chairs (achetés dans l'espoir un peu vain de réussir facilement les visages ...). Elle ne comporte au final qu'une vingtaine de flacons.
Les peintres confirmés et utilisant PA peuvent aussi me donner des conseils d'achat sur leurs couleurs "coup de cœur", je reste ouvert aux suggestions ...

les couleurs :

couleurs chaudes
-70.918 ivory, ivoire os : une de mes couleurs fétiche
-70.953 flat yellow, jaune mat : un jaune qui "claque"
-70.911 light orange, aurore
-70.947 red, vermillon rouge sang : très beau rouge
les chairs
-70.815 basic skintone, chair de base
-70.955 flat flesh, chair mat
-70.845 sunny skin tone, chair bronzée
les marrons
-70.872 chocolate brown, marron chocolat : j'adore cette couleur !
-70.923 japan uniform WWII, uniforme japonais WWII
- 70.921 english uniform, uniforme anglais : un marron vert subtil, parfait pour ombrer les visages, parait-il
-70.871 leather brown, marron cuir foncé
-70.981 orange brown, marron orangé
-70.818 red leather, cuir rouge
couleurs froides, bleus-vert :
-70.930 dark blue, bleu foncé
-70.925 blue, bleu intense
-70.965 prussian blue, bleu de Prusse : acheté pour ses qualités d'ombrage
- 70.827 lime green, vert citron

J'ai deux flacons du même fabriquant mais dans la gamme "games" ou "game color" mais qui m'enchantent nettement moins :
-72-041 dwarf skin, chair naine : couleur beaucoup moins subtile que ses équivalents vus précédemment.
-72.040 leather brown, cuir cobra : cette dernière couleur est une véritable horreur : elle ne tient absolument pas en émulsion et sèche très vite sur la palette après avoir donné des petits grumeaux impossibles à utiliser.
A l'avenir, j'éviterai de prendre dans cette gamme qui semble moins bien me convenir.

Les métaux :
Les couleurs métalliques dorés :
72.055 polished gold, or poli
72.056 glorious gold, or flamboyant
Encore deux flacons "Game color" dont je trouve les teintes peu subtiles. ce sera sans doute mon prochain achat, pour tenter de présenter enfin un or potable.
Les couleurs métalliques argentées (ces deux pots, avec l'encre et le lavis, sont les seules exceptions : ils viennent de chez GW) :
-61-57 Boltgun metal
-61-55 Mithril silver
Comme prévus, ils commencent à épaissir alors que les flacons PA achetés à la même époque se portent encore très bien.

Mon encre :
61-68 Brown ink
Mon lavis :
Badab black : acheté sur les conseils de Tancrède Soufflardent, je crois qu'il faut que je me résigne : contrairement à lui, je ne sais pas manier ce genre de peinture.
Ça m'a permis de constater que le lavis venait de Chine quand les trois autres pots étaient fabriqués en France. A se demander s'ils n'ont changé leur gamme pour pouvoir faire fabriquer en Asie ...

4) Ma boite magique
Dès qu'on me parle de mes free-hand, je ressort triomphalement ma boite !



Je pense qu'elle est l'explication majeure à la précision de mon trait. Mon poignet repose dessus et seuls les doigts tenant le pinceau bougent tandis que je tiens fermement la figurine de la main gauche. Ses dimensions ne sont peut être pas idéales : si la hauteur est parfaite, elle est sans doute un peu longue (10cm suffiraient), mais elle a le grand mérite de pouvoir, du coup, abriter une partie de mon matériel : cutter aiguille monté ou limes qui peuvent parfois être nécessaires "en urgence". Ma dernière "innovation" a consisté en l'ajout de petits patins en silicone anti décapants pour lui éviter de glisser sur le bois de l'établi.



5) Utilisation.

Maintenant qu'on a tout le matériel, une petite explication sur ma manière de l'utiliser. Je ne suis pas persuadé que ce soit la meilleure, c'est juste celle qui me convient. Je travaille un peu différemment selon que je réalise un "free-hand" ou un travail sur une surface qui va comporter des ombres.
- Pour un free-hand je n'utilise qu'une seule couleur (je cherche rarement à dessiner des ombres, juste à placer un motif harmonieux sur la figurine) et assez concentrée (afin d'être suffisamment couvrante pour dessiner mon motif en une fois).
- Au contraire, lorsque je travaille une surface comme un drapé, je pose sur ma palette deux couleurs extrêmes, la foncée et la claire avant de faire un mélange pour obtenir un intermédiaire. Ces trois couleurs sont assez diluées afin d'obtenir des transitions douces. Pour chacune , je pose sur la palette une ou deux gouttes de peinture que je dilue avec un cure dent en bois juste trempé dans l'eau.


Maintenant que j'ai un peu d'expérience, j'arrive à varier la dilution avec la longueur de cure dent immergé avant de mélanger la peinture.
Comme vous voyez, et pour répondre à Tyriom qui déclarait :
Citation :
Super on va pouvoir comprendre comment tu réalises tes merveilles  Razz 
, il n'y a rien de bien sorcier dans tout ça.  Wink

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes


Dernière édition par Toison d'or le Sam 1 Fév 2014 - 2:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mer 15 Jan 2014 - 2:37

Chapitre VI : Matériel de soclage

Mon matériel de flocage occupe une pleine boîte à chaussure.  Rolling Eyes 

Depuis des années, je collectionne bouts de bois, mousses et cailloux. C'est devenu mon occupation favorite pendant les ballades en forêts. Pendant que les autres lèvent la tête, appréciant l'air vif et la végétation, je suis nez au sol comme un chien de chasse, soulevant là une brindille, ici un morceau d'écorce ...
Au hasard de mes ballades sur le web, j'ai trouvé deux ou trois astuces qui ont permis d'ajouter des vieux morceaux d'éponge spontex usagés (pour réaliser, un jour, une haie) ou des tubes de crème en métal pour mes fiers étendards "V5".

1) Le sable.
J'ai trois granulométries de sables différentes :
- une très fine et régulière, à mettre par exemple sur un chemin.
- une moyenne et grossière qui sert pour la plupart de mes socles.
- des graviers et gravillons plus gros à disposer précisément.

2) Végétation artificielle
- J'ai tout d'abord un énorme sachet de flocage vert acheté il y a des années, si je me souviens bien dans un magasin de modélisme ferroviaire. La couleur me convient bien, elle est pimpante comme une herbe de printemps !
- Ensuite, j'ai investi dans des herbes et des fleurs de la marque Mininatur que j'ai trouvé en boutique, à Paris :
Gaso.line, 10 passage du Charolais, 75012
Ils ont toute la gamme et, en dehors de ça, ne font pratiquement que du véhicule militaire. J'en ai eu pour moins de 5 euros le blister (en 2010).


J'aime beaucoup le rendu très naturel des hautes touffes d'herbes.
J'ai choisi des fleurs blanches pour pouvoir les peindre et adapter la couleur à la figurine. C'est un peu compliqué à faire, le flocage blanc étant parfois au centre des tiges, mais on arrive à un aspect correct.
- Dernier achat en date : des plantes grimpantes en photo-découpe. J'ai pas encore testé ; je fait un compte rendu dés que j'en aurai équipé le socle d'un pégase.



3) Végétation naturelle
- les lichens sont pour moi très utiles (même s'ils ne plaisent pas à tout le monde, n'est-ce pas, Agilgar ?  Laughing ). Je ne suis toujours pas convaincu par les versions artificielles des arbustes.
J'ai remarqué que les vieux arbres fruitiers, avec quelques branches mortes sont particulièrement propices au développement de lichens. L'idéal pour prélever est un cutter, afin d'enlever également un petit morceau d'écorce sans abîmer le lichen.
Par contre, il vaut mieux repeindre le lichen lorsque vous l'utilisez : le vert pale évoque plus une végétation de marais qu'un arbuste. Je peins l'intérieur du buisson en vert légèrement marron avant de faire l'extérieur en vert, parfois avec un dernier éclaircissement en vert jaune.
- les mousses
Malgré de nombreux essais, je n'ai trouvé aucune mousse vraiment convaincante, ou qui ne se dessèche pas au bout de quelques semaines. Et pourtant, j'ai passé du temps à observer ces petits machins sous toutes les coutures !
- les "efflorescences" de bouleau.
J'adore ce mot !
Il sonne bien à l'oneille et représente un vrai challenge pour essayer de le placer dans un dîner. Mr.Red 
La récolte est assez facile : il faut repérer un bouleau (il se déplace souvent en troupeau, on parle alors d'un bois ou d'un bosquet de bouleau  Wink ), reconnaissable à son écorce blanche et brun. Les fruits, des cônes allongés, doivent tomber par terre à l'automne et on les trouve au pied en hiver. Une fois récoltés, il faut faire le tri pour jeter les graines en gardant la partie du fruit qui nous intéresse.



4) Utilisation
Pour finir, un petit mode d'emploi de tout ce petit matériel. Certaines étapes sont sans doute superflues, mais c'est la force de l'habitude.
Je réalise mon soclage une fois la figurine peinte. Çà m'évite d'être gêné par un lichen ou de tacher le sable et d'avoir à récupérer le coup après.
- Peindre le sol en vert. Cette étape ne se voit normalement pas sur la figurine terminée, elle n'est utile que si le sable se décolle ou laisse un espace vide.
- Mise en place des cailloux un peu gros et des lichens (une goutte de colle blanche ou un peu de green stuff pour faire tenir). Je les place de façon équilibrée sur le socle.
- Couche de colle blanche assez uniforme, en insistant sur les bords du socle qui ont tendance à moins bien prendre le sable (avec un pinceau médiocre et une aiguille montée pour les coins difficiles d'accès) et saupoudrage de sable.  Je laisse sécher.
-  J'enlève le surplus de sable en tapotant la figurine. Si je veux ajouter des herbes artificielles, j'enlève le sable sur le futur emplacement.
- Lavis marron généreux. Je laisse sécher.
- Brossage à sec avec un blanc cassé (avec un vieux pinceau).
- Je colle mes herbes artificielles et/ou mes fleurs. (avec un peu de colle blanche).
- Nouvelle couche de colle blanche, pas forcément uniforme, mais plutôt en taches : je laisse volontairement certaines parties vierges pour que le sable apparaisse.
- Ajout de flocage vert. Je saupoudre entre le pouce et l'index pour éviter les amas qui laisserait des zones sans flocage. J'appuie ensuite sur la couche de flocage plus ou moins importante avec une aiguille pour faire adhérer. Je laisse sécher.
- J'enlève le surplus en tapotant la figurine.

Voilà, mon socle est terminé, je vais pouvoir prendre une jolie photo de ma figurine.  Wink

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes


Dernière édition par Toison d'or le Jeu 13 Fév 2014 - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mer 15 Jan 2014 - 2:38

Chapitre VII : Prise de photos

Une grande partie de ma "science" sur la photo vient de trois sujets bien faits et très complets consultés sur le Warfo. N'hésitez pas à vous y reporter pour plus de précisions.

1) La lumière.
Il faut éviter la photo au flash : elle a tendance à dénaturer les couleurs et les dégradés sur la figurine. Mieux vaut une lumière fixe passable qu'un coup de flash qui bouffe les contrastes.
Une photo valant souvent mieux qu'un long discours, en voici une, ou plutôt deux : mon "studio photo" lorsque les lampes sont allumées et éteintes.

 

Comme vous pouvez voir, j'utilise mon établi et ma lampe décrits un peu plus haut et j'ajoute deux spots équipés d'ampoules "lumière du jour" (les deux achetés avant que je ne découvre ma "lampe-loupe" merveilleuse  Smile ). Le but est d'obtenir un éclairage homogène, avec peu d'ombres portées. La lumière obtenue est correcte, bien qu'un peu faible. Je compense avec le traitement informatique.

2) L'appareil photo.
J'ai un appareil photo reflex. Pas une bête de course et pas très jeune non plus (on est donc pas mal assorti ...  Wink ), mais il convient parfaitement. C'est toujours mieux qu'un téléphone portable, même si le point important est de pouvoir accéder aux réglages de profondeur de champ/vitesse.
C'est ce que je fais sur mon reflex : je le pose sur pied et je choisis la profondeur de champ maximale. Sur une figurine individuelle, ça change pas grand chose mais sur une petite unité c'est essentiel.

3) Le fond
J'utilise une feuille sur laquelle est imprimé un dégradé téléchargé sur le site "Anachron". La feuille originale est bleue, je l'ai modifié en sépia que je trouve plus adapté aux couleurs "flashy" de mes figurines.

Une fois la photo prise et rapatriée sur mon ordinateur, elle passe par une phase de retouche. J'utilise deux logiciels gratuits :
- Picasa qui me permet de la recadrer, d'améliorer la luminosité et même d'effacer certains défauts (je vois venir les mauvaises langues : je corrige la PHOTO, pas la figurine ...  Razz ). Le logiciel est un peu omniprésent (il propose, notamment, après avoir répertorié toutes vos photos, de classer les visages présents ; un coté "big brother" qui fait un peu peur), mais il est très facile à utiliser.
- The Gimp, beaucoup plus complexe, avec lequel je me contente de redimensionner les photos alors que ses possibilités sont presque infinies. Vous en trouverez quelques exemples sur le lien du warfo quelques lignes plus haut.

4)Traitement avec Picasa
Une fois ouverte dans Picasa, votre photo apparaitra comme ça. :



Vous pouvez la modifier grâce aux boutons qui se trouve en haut, à gauche, dans le cercle rouge. Vous pouvez ainsi très facilement :
- recadrer la photo : afin de ne garder que votre figurine ou un détail de celle-ci.
- la redresser : faire basculer vers la droite ou la gauche, en perdant une partie de la bordure.
- faire un "contraste auto" : bouton très pratique qui équilibre les contrastes. Le résultat est parfois magique. A noter que vous pouvez également jouer sur l'éclairage avec le  curseur "éclairage d'appoint" en bas, et de manière encore plus précise en changeant d'onglet pour avoir accès au "petit soleil noir et blanc", à coté de la "clé anglaise".
- enfin "retoucher" permet de gommer certaines artefacts gênants. Dans mon cas, je l'utilise sur le fond car la chambre de mon appareil est pleine de poussières qui viennent parasiter le fond. Le maniement en est un peu plus complexe : il faut cliquer sur l'endroit que l'on veut modifier, puis déplacer la souris vers une zone de couleur approchant le résultat que l'on souhaite. Il suffit de cliquer de nouveau lorsqu'on est satisfait du résultat.

Picasa a de nombreuses autres possibilités souvent intéressantes, à vous de les découvrir en jouant avec les onglets et les options.
Une fois que vous êtes satisfaits de votre photo, il est important d'enregistrer vos modification (Ctrl S) sur chaque photo, ou de faire un "retour à la photothèque" (au dessus de mon ovale rouge)  en fin de séance afin de cliquer sur la petite disquette au dessus de vos photos. Cela permettra d'enregistrer les modifications sur votre disque dur.

5) Traitement avec The Gimp
Voici une copie d'écran d'une photo ouverte avec The Gimp. L'interface est clairement plus "rustique".



Les différents menus et sous menus sont également plus complexes. Pour utiliser efficacement le logiciel, il est nécessaire de maitriser les notions de calques. Mais rassurez-vous, il est très facile de redimensionner une photo :
- Cliquer en haut sur "image", puis sur "échelle et taille de l'image". Une fenêtre s'ouvre
- Choisissez les nouvelles dimensions en pixel, cliquez sur "échelle".
- Fermez votre fenêtre, le logiciel vous propose d'enregistrer, cliquez deux fois sur "enregistrer" et le tour est joué !  thumleft

Votre photo est maintenant prête à affronter les vivas des vaillants chevaliers du foroume
 cheers

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes


Dernière édition par Toison d'or le Dim 13 Avr 2014 - 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mer 15 Jan 2014 - 2:38

Chapitre VIII : la doc, les liens

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Agilgar de Grizac
Parangon de vertu
avatar

Nombre de messages : 2384
Age : 22
Localisation : Pays de la choucroute
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mer 15 Jan 2014 - 3:22

Excellente initiative. Puisque tu parles de ma FAQ, je viens de la relire et... quelle expression hasardeuse. Laughing
D'accord, c'était il y a 3 ans, j'étais jeune et bête (j'ose croire l'être un peu moins maintenant) mais quand même, pour le style, on repassera. Je pense d'ailleurs qu'il faudrait actualiser cette FAQ, notamment avec quelques liens en plus (dont un vers ce topic). Il faudrait également rafraîchir la mise en page, tiens.

Toison d'or a écrit:

L'inconvénient principal est qu'il faut apprendre à gérer une surface d'habitation forcément trop petite.
Lorsqu'un d'entre vous évoque son "atelier", un endroit de rêve où il entrepose en permanence un bordel innommable, je pleure en silence.

Oui enfin bon les autres je ne sais pas, mais moi mon "atelier" c'est juste un coin de 60*60 cm sur un bureau, coincé entre mon ordinateur, ma guitare et mon 2e bureau (couvert lui par un bordel de livres et d'objets divers). Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyriom
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mer 15 Jan 2014 - 13:04

Super on va pouvoir comprend comme tu réalise tes merveilles Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
betazir
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 517
Age : 38
Localisation : deux sèvres
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Jeu 16 Jan 2014 - 1:57

Et bien tu te lances encore dans un sacré projet  Wink  .
Mais ça promet d'être intéressant aussi bien pour les zobbyste néophytes ou confirmé .
C'est un post que je vais suivre avec intérêt .
Merci d'avance de nous permettre de comparer les façons de procéder ; C'est bien le diable si je te pique pas des techniques par la suite  Cool  .

Bon courage
cordialement @+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothar de Morfroy
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 723
Age : 29
Localisation : Rennes (35)
Date d'inscription : 10/07/2005

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Ven 17 Jan 2014 - 13:01

Un sujet qui va beaucoup m'intéresser! Merci de prendre du temps pour partager tout ça avec nous!  thumleft 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Sam 18 Jan 2014 - 1:55

Agilgar a écrit:
Oui enfin bon les autres je ne sais pas, mais moi mon "atelier" c'est juste un coin de 60*60 cm sur un bureau, coincé entre mon ordinateur, ma guitare et mon 2e bureau (couvert lui par un bordel de livres et d'objets divers).  Laughing 
Je ne pensais pas forcément à toi, mais plutôt à lapin_rouge qui collectionne les décors plus imposants les uns que les autres ... affraid

Tyriom a écrit:
Super on va pouvoir comprend comme tu réalise tes merveilles  Razz 
Tu ne crois pas si bien dire : je suis persuadé qu'avec mon matériel et un peu de patience, même un débutant pourrait faire des merveilles. Twisted Evil

Merci à tous pour vos encouragements. N'hésitez pas à poser des questions ou à demander des éclaircissements si certains points vous semblent obscurs ... thumright

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Baron Guilhem de La Tour
Messie nazi brasseur de Mad Beer
avatar

Nombre de messages : 3270
Age : 29
Localisation : Quelque part entre Paris et Colombes, en train de creuser un tunnel pour atteindre la Sainte Cave.
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Sam 18 Jan 2014 - 2:51

Ha ! Le retour des WC magiques de Toison d'or.

Agilgar de Grizac a écrit:
Oui enfin bon les autres je ne sais pas, mais moi mon "atelier" c'est juste un coin de 60*60 cm sur un bureau, coincé entre mon ordinateur, ma guitare et mon 2e bureau (couvert lui par un bordel de livres et d'objets divers). Laughing

J'ai à peu près le même. Quand je veux peindre, je pousse mon désordre.

En revanche, j'ai très joliment rangé mes pots de peinture sur une étagère juste au-dessus de mon... heu... disons « bureau », selon un genre de classement un peu boiteux -mais je m'y retrouve. Et je mets toujours mes pinceaux dans une douille d'obus de 37.



_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron Guilhem de La Tour
Messie nazi brasseur de Mad Beer
avatar

Nombre de messages : 3270
Age : 29
Localisation : Quelque part entre Paris et Colombes, en train de creuser un tunnel pour atteindre la Sainte Cave.
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mar 21 Jan 2014 - 18:45

Toison d'or a écrit:
Comme je sculpte assez rarement, ma pâte est conservée au frigidaire, à côté de la colle cyanolite. Malgré cela, la fin de mon blister à été assez pénible : certains amas de pâte (à l'interface entre les deux couleurs) avaient durci, formant des petits "grumeaux" impossible à lisser. Il fallait enlever et refaire.

Classique. J'ai conservé plusieurs années dans un tiroir mon premier blister de résine verte. Deux problèmes finissent par se poser à la longue : d'abord, ce dont tu parles, à savoir que la jonction entre les deux pâtes durcit. Mais il est simple de retirer la partie dure avant de faire son mélange. Plus ennuyeux, la pâte bleue, sans durcir complètement, perd de sa souplesse, ce qui rend le mélange difficile.

Toison d'or a écrit:
Il semble que ces deux pâtes soient de vraies saloperies pour la santé. Je crois même qu'il est recommandé de porter des gants pour les manipuler. Pour l'instant, je ne le fais pas, mais je me lave soigneusement les mains après ma séance de sculpture.

C'est conseillé. A priori, je m'inquiéterais plus de ce qu'on respire comme gaz et comme poussière avec nos bombes de peinture que du danger de la green stouffe pour nos doigts, mais il semble qu'il y ait tout de même un risque de développer une allergie au produit. Ceci dit, les allergies à la résine époxy touchent surtout, pour ce que j'en ai compris, des ouvriers manipulant quotidiennement, et sans protection, des produits différents de notre résine de modélisme. Porter des gants lors du mélange est sans doute une bonne idée. Et, en passant, porter un masque lorsqu'on utilise sa bombe de sous-couche ou de vernis en est une autre.

Toison d'or a écrit:
La prochaine étape : tester le mélange des deux pâtes. Il semble que ce soit bien adapté à la réalisation de cottes de mailles. J'attends avec impatience que le BaronBis donne le départ du projet "Preuses" pour essayer ça.

Tu m'accompagnes dans cette quête folle ? I love you 

Toison d'or a écrit:
2) Les adjuvants pour la pâte : pour éviter que les pâtes ne collent partout, y compris sur les outils, j'ai à disposition du talc (utile, semble t-il, pour faire de fines feuilles de Milliput), de la vaseline (plutôt utilisée avec le Duro), mais j'utilise plutôt un truc donné par le BaronBis : de l'eau qui a l'avantage d'être réversible : dés qu'elle sèche, on retrouve les propriétés collantes de la pâte, ce qui est souvent pratique. Il parait que la salive marche encore mieux (une histoire de polymérisation de pâte ... Rolling Eyes ), mais je rechigne pour l'instant à suçoter mes outils alors que je le fait avec enthousiasme pour mes pinceaux Laughing.

L'eau est de mon point de vue complètement indispensable. Quant à bavouiller sur ses outils en cours de sculpture, effectivement, ça me semble à peu près aussi malin que de se boire un petit coup de colle plastique (comme le fait régulièrement le baron de Havras, mais il est fou dans sa tête).

Toison d'or a écrit:
4) Les outils : ma panoplie semble conséquente, j'ai quand même l'impression de m'en servir comme un manche  Wink . Dans les vidéos vues ici ou là sur le net, les mecs se servent souvent d'un seul outil qu'ils manient avec dextérité. Moi, je tâtonne, je change, je teste.
J'ai un peu modifié photo et commentaires tirés de mon TEC :

Quel arsenal ! Tu as la puissance de feu d'un croiseur et des outils de concours. Laughing

En ce qui concerne, je n'ai jamais utilisé que deux outils : celui que vendent (ou vendaient) les Gros Wilains, et qui correspond au quatrième outil en partant de la droite sur la photo (la vraie droite, n'est-ce pas, Toison d'or ? Mr.Red ), et une aiguille à coudre. L'outil me sert à couper et à définir les formes avec sa partie tranchante et pointue, à lisser avec son espèce de cuillère, et l'aiguille sert surtout pour les cottes de maille.


J'ajoute une petite remarque sur la green stuff. Il est tout à fait possible de varier la proportion des pâtes bleue et jaune. Plus il y a de jaune, plus la résine sera souple.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knil
Chevalier du royaume
avatar

Nombre de messages : 178
Age : 28
Localisation : Languedoc
Date d'inscription : 23/10/2005

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mar 21 Jan 2014 - 19:21

Pour la lampe, il est également possible d'utiliser une simple lampe de bureau munie d'une ampoule "lumière du jour". Pas une halogène par contre. Petite question, ta lampe, elle chauffe beaucoup?

Pour la sculpture, quelques petites remarques. J'ai vu quelqu'un utiliser un mélange de milliput et de GS sur internet, mais, ce n'est que mon avis de novice, je préfère le duro pur pour ça. J'utilise l'élasticité de ce dernier pour mettre en forme les mailles.
J'utilise également de la magic sculptés, sorte d'intermédiaire entre le milliput et la GS, que je mélange a ce dernier pour avoir une pâte moins collante et supportant mieux le travail a sec. J'utilise principalement ce mélange pour les drapés.
A noter également qu'il existe une pâte, appelée Sylmasta A+B qui semblerait identique à la GS pour un prix défiant tout concurrence.

Pour les outils, j'utilise la perceuse à main vendue par GW pour tenir mon aiguille. Ergonomie parfaite.
Les pinceaux-gommes durs (noirs) sont parfaits pour le gros du travail de la GS, pour le lissage, en revanche, j'utilise des mi-durs (gris) qui me servent a travailler le milliput également (j'envisage d'essayer les tendres (blancs) pour cette utilisation).
Pour les formes, mes préférées sont l'ogive, le plat et le biseau.

Pour la lubrification, j'utilise la salive. Toutefois, si je suçotte avec allégresse mes pinceaux, il n'est point question d'en faire de même avec les pâtes de sculpture. Je bavouille donc dans un bouchon de bouteille dans le quelle je récupère un peu de salive directement avec mes outils.

Bon sinon, c'est un travail fort intéressant que tu nous ponds là, je suis impatient d'avoir la suite!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothar de Morfroy
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 723
Age : 29
Localisation : Rennes (35)
Date d'inscription : 10/07/2005

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mar 21 Jan 2014 - 20:13

Encore une fois, merci de partager (Toison, comme les autres) ces diverses approches du hobby! Je pense que mon prochain achat intelligent sera la lampe (ou à défaut l'ampoule lumière naturelle) qui a l'avantage de servir pour tout (peinture, sculpture, photos).

Auriez-vous des marques à conseiller? Vu le prix des ampoules, autant qu'elles ne grillent pas au bout de 2h d'utilisation...

J'ai aussi découvert figur'in tv, je crois que je vais pouvoir procrastiner là-dessus pendant un bon moment. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knil
Chevalier du royaume
avatar

Nombre de messages : 178
Age : 28
Localisation : Languedoc
Date d'inscription : 23/10/2005

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Mar 21 Jan 2014 - 20:25

Franchement, pour la lampe, je suis pas sûr que tu y vois réellement une différence. Celà dit, je n'ai pas trouvé d'ampoule lumière du jour "premier prix". De mémoire, je n'ai vu que du Phillips ou de l'OSRAM (bon j'ai pas cherché partout heing, je te dis juste ce que j'ai trouvé).
Attention de ne pas prendre trop puissant, ça chauffe, et ça fait sécher la peinture...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Sam 25 Jan 2014 - 2:40

BaronBIs a écrit:
A priori, je m'inquiéterais plus de ce qu'on respire comme gaz et comme poussière avec nos bombes de peinture que du danger de la green stouffe pour nos doigts
Je pensais pareil avant de lire sur un forum un étudiant chimiste décrire les résines comme une des sept plaies d'Egypte. C'était sans doute un inquiet congénital, mais on côtoie tellement de cochonneries, souvent sans en avoir conscience ...
Encore le BaronBis a écrit:
Tu m'accompagnes dans cette quête folle ?
Je préfèrerais que tu me laisses le temps de finir (ou du moins bien avancer) mes pégases, mais sinon, partant à 200%  bounce  compress  bounce 

Knil a écrit:
J'utilise également de la magic sculptés, sorte d'intermédiaire entre le milliput et la GS, que je mélange a ce dernier pour avoir une pâte moins collante et supportant mieux le travail a sec.
Ma seule source un peu fiable sur la sculpture est un hors série du magazine "Ravage" (je compte en parler dans mon "Chapitre VI"). Ils décrivent le  "Magic sculpt" comme "similaire au Milliput, il se dénote principalement par son packaging ...". Comme l'article est signé d'un certain Julien Casses  affraid , j'ai tendance à lui faire confiance ...
Par contre, aucune trace de la "Sylmasta A+B" dans cet article. Tu l'as achetée où ?

Toujours Knil a écrit:
Petite question, ta lampe, elle chauffe beaucoup?
Ben, non, même pas !
Pourtant il m'arrive de passer des heures à la table et je peux toucher la couronne lumineuse sans risque de me bruler. C'est chaud, pas brulant. Cherchez pas, elle a aucun défaut, cette lampe.  Razz 

@Lothar de Morfroy : désolé, j'ai pas de conseil sur les lampes. J'ai acheté les deux que je possède à coté de chez moi et le choix était très limité.  Twisted Evil 
Mais, comme Knill, je ne pense pas qu'on en trouve de marque "discount" (c'est pas assez grand public).

Merci au BaronBis et à knil pour leurs précisions sur les pâtes de sculpture : j'ai édité le sujet pour en tenir compte.

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes


Dernière édition par Toison d'or le Mar 28 Jan 2014 - 0:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Knil
Chevalier du royaume
avatar

Nombre de messages : 178
Age : 28
Localisation : Languedoc
Date d'inscription : 23/10/2005

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Sam 25 Jan 2014 - 5:04

Toison d'or a écrit:

Knill a écrit:
J'utilise également de la magic sculptés, sorte d'intermédiaire entre le milliput et la GS, que je mélange a ce dernier pour avoir une pâte moins collante et supportant mieux le travail a sec.
Ma seule source un peu fiable sur la sculpture est un hors série du magazine "Ravage" (je compte en parler dans mon "Chapitre VI"). Ils décrivent le  "Magic sculpt" comme "similaire au Milliput, il se dénote principalement par son packaging ...". Comme l'article est signé d'un certain Julien Casses  affraid , j'ai tendance à lui faire confiance ...
Par contre, aucune trace de la "Sylmasta A+B" dans cet article. Tu l'as achetée où ?

Je viens de vérifier, ce que j'utilise s'appelle la "Magic Sculpt"  Laughing . Je savais bien qu'il y en avait une des deux qui avait une lettre en moins. Elle est plus grasse, moins cassante que le milliput, mais se travaille aussi bien à sec, et se comporte exactement pareil avec l'eau. Elle est aussi plus élastique (bien moins que la GS toutefois).
Je pourrais poster, à l'occaz' une photo du package, histoire de montrer ce dont il s'agit. Au passage, elle supporte moins bien le passage du temps (formation d'une croute qui fait des morceaux après, mais ça s'enlève...).
J'ai l'article dont tu parles (enfin je crois, si c'est bien celui dispo sur le site du bonhomme), mais malheureusement pas l'ouvrage Crying or Very sad 

Pour la Sylmasta A+B, je ne l'ai pas acheté, mais dans une newsletter de Sylmasta (site où j'achète toutes mes pâtes, apparemment, ils sont très proche de la chaîne de production => pâte fraiche (elles ne se consomment pas pour autant hein!)) Un type avait sculpté une figurine avec, et c'était beau. Du coup, je me suis renseigné sur le warfo, et une personne (oui, une seule), m'a répondu, disant qu'elle était très proche de la GS, et que lui l'utilisait en sus de cette dernière. En plus, et c'est ce qui m'avait frappé, elle est non toxique.
Par contre, d'après la description, elle se travaille à sec et devient très dure au séchage. Du coup, j'aurais tendance à nuancer la description qui m'a été faite. Je testerai de toutes façons. Retours à ce moment là.

Au passage, sur ce site, on trouve quasiment tout ce dont vous pouvez avoir besoin en modélisme (pas en peinture par contre). Tiges de laiton, carte plastique, pâtes de sculpture, limes et outils de sculpture, pinceaux gommes, nécessaire de moulage... Site anglais toutefois, donc inadapté aux commandes d'appoint.

Toison d'or a écrit:

Toujours Knill a écrit:
Petite question, ta lampe, elle chauffe beaucoup?
Ben, non, même pas !
Pourtant il m'arrive de passer des heures à la table et je peux toucher la couronne lumineuse sans risque de me bruler. C'est chaud, pas brulant. Cherchez pas, elle a aucun défaut, cette lampe.  Razz

La mienne accélère le séchage de ma palette, si je la laisse dans son halo. Du coup, je regarderai à l'occasion ton truc.

Bon par contre, si je revoit encore mon pseudo avec 2 "L", je serai obligé de lancer une charge à l'encontre du contrevenant. Et ce même si avec 2 "L" ça vole mieux...


EDIT: Du coup, je vais commenter la nouvelle partie.
Petite coquille pour commencer.
Toazondhaur ( Twisted Evil ) a écrit:
En fait, c'est plutôt artificiel : j'étais très content d'une lime (i) achetée il y a des années mais dont la pointe s'était cassée.
La lime est en "j" et non en "i"...

Bon sinon, à part ça, je vois pas grand chose à ajouter.
Ah, si! Apparemment, le dissolvant contenu dans le Glanzer serait de l'ammoniac, j'aurais donc tendance à nuancer le "pas trop toxique". Ce qui ne m'empêche pas d'être unanime avec toi concernant l'usage de ce liquide magique. A mon sens, c'est le top du top. J'ajouterai également qu'il vaut mieux faire des essais quand il s'agit de décaper du plastique (hors GW) ou de la résine.

Concernant le socle pour cavalier et bouclier, j'utilise des socles de volants cassés (embase transparente + tige), ainsi que des bouchons de liège. Je garde ton idée sous le coude, car elle est fortement intéressante, par contre, j'utiliserai pour les 2 un diamètre de 20, comme les socles d'infanterie, qui correspondent aux anciens pots GW, ce qui me permet de me faire des "poignées de manipulation de figurines en cours de peinture".

Concernant la sous-couche, je n'argumenterai pas sur la couleur, bien qu'étant un adorateur du noir (j'utilise parfois le blanc pour un pré-ombrage zénithal). Par contre, si l'usage d'une bombe me semble la seule solution viable (à part le gesso que je n'ai pas testé) et de loin la plus pratique, pensez à BIEN lire le mode d'emploi. 90% des problèmes de sous-couches viennent d'un mauvais usage. D'une marque à l'autre, les bombes s'utilisent différemment. J'en utilise deux. GW et Army Painter. La première s'utilise à plus de 30 cm, par petites pressions successives. La seconde à 20 cm MAXI, par longue pulvérisation. A ce sujet, je préfère la texture rendue par la GW, moins lisse. Par contre, je ne connais pas du tout la PA, et serait assez friand d'un retour sur expérience... Embarassed 
 Exclamation Attention aux vapeurs extrêmement nocives, utiliser dans un endroit très bien ventilé!!!  Exclamation 

Encore du beau travail en tout cas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
betazir
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 517
Age : 38
Localisation : deux sèvres
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Sam 25 Jan 2014 - 17:28

Citation :
il me manque surtout une surface sur laquelle travailler : j'utilise souvent un morceau de carte plastique trop petit : il va falloir que je me dégotte une plaque de verre ou de plastique rigide.
perso j'ai "emprunté "la planche à découpée ( plastique ) de la cuisine . Bien peu chère , d'une surface de travaille adaptée .

D'après une astuce de Chuck des gueulards , la GS se couple aussi avec la fimo . Les deux pâtes prennes les qualités de l'autre . La GS devient plus souple et un chouille moins collante ; Et la fimo perds le côté cuisson au four . de plus cette pâte est peu onéreuse .

je plussoie knil pour l'utilisation du glaviot . y'a pas mieux pour lisser la GS .
Je plussoie toison pour le hors série ravage sur la sculpture . Il est très bien fait ce hors série .

Bonne continuation toison , c'est très bien réalisé / intéressant .
Cordialement @+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agilgar de Grizac
Parangon de vertu
avatar

Nombre de messages : 2384
Age : 22
Localisation : Pays de la choucroute
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Sam 25 Jan 2014 - 22:06

Toison d'Or, tu pourrais mettre une photo d'une figurine plastique après décapage au Glanzer, si tu en as une, s'il te plaît ? Je pense que ça aiderait à se faire une opinion de l'efficacité de ce produit (moi j'utilise du Destop, qui est très bien pour les figurines métal, mais qui galère beaucoup à enlever les couleurs claires genre blanc, jaune, gris clair ou rouge sur le plastique, et j'aimerais savoir si le Glanzer fonctionne mieux).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knil
Chevalier du royaume
avatar

Nombre de messages : 178
Age : 28
Localisation : Languedoc
Date d'inscription : 23/10/2005

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Sam 25 Jan 2014 - 22:32

Le glanzer fonctionne très bien. Il y a peu de chance que tu retrouves une figurine plastique comme neuve, mais pour le métal, ça le fait carrément. En plus, le des top, ça me paraît 'ach'ment dangereux quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Sam 1 Fév 2014 - 2:57

@Knil : les ailes surnuméraires semblent s'être envolées. Je veillerai à ce qu'elles ne reviennent plus ...  Embarassed 
Et une petite précision sur ma lampe : elle chauffe beaucoup moins qu'une lampe à incandescence, mais elle chauffe quand même un peu. Je ne met jamais ma palette sous le halo, elle se trouve sur le coté. D'ailleurs, ma lampe étant souvent en position basse, il ne reste guère de place dans le faisceau.
Enfin, à propos des anciens pots de peinture GW recyclés comme socle, j'aimerai bien savoir comment y est fixée la figurine.  Twisted Evil 
@Agilgar : j'avais pas prévu de décaper avant un bon bout de temps, mais ta demande m'a convaincu de m'y mettre.
J'ai donc ressorti le Glanzer et mis le sujet à jour pour intégrer les photos demandées, avant de poster la partie "peinture".  thumleft

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Agilgar de Grizac
Parangon de vertu
avatar

Nombre de messages : 2384
Age : 22
Localisation : Pays de la choucroute
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Dim 2 Fév 2014 - 20:04

Toison d'or a écrit:

J'ai donc ressorti le Glanzer et mis le sujet à jour pour intégrer les photos demandées, avant de poster la partie "peinture".  thumleft

Bon, ben tu m'as convaincu, ce produit a l'air excellent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toison d'or
Chevalier à l'épée de bois
Chevalier à l'épée de bois
avatar

Nombre de messages : 2497
Age : 55
Localisation : Lutèce-est
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Dim 13 Avr 2014 - 13:18

Agilgar a écrit:
Bon, ben tu m'as convaincu, ce produit a l'air excellent.
N’hésite pas à nous en faire un retour dés que tu auras testé.  Twisted Evil 
A part ça, j'ai -enfin- édité mon sujet pour décrire la prise de photo et le traitement informatique. J'espère que vous critiquerez/commenterez/demanderez des précisions ... Wink

_________________
Mes titres : Toison d'or, chevalier à l'épée de bois, roi d'armes du Très-Noble et Respectable Ordre Chevaleresque des Gros Glands Incapables de Terminer leurs Figs à Temps pour les Concours du Foroume ; chevalier du slip sur la tête ; également connu comme Très-Haut et Très-Saint Prince des Barbouilleurs de Figs ou comme "Toison de Vinci" ; admis à siéger parmi les illustrissimes et révérendissimes membres du conseil de cet auguste forum, porteur enfin de super pouvoirs d'administrateur  ...mais, s'il vous plait, continuez de m’appeler "Toison".
N'hésitez pas à visiter mon site :

une armée médiévale bourguignonne à partir de figurines gw converties et peintes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toison.d.or.free.fr
Lothar de Morfroy
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 723
Age : 29
Localisation : Rennes (35)
Date d'inscription : 10/07/2005

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Dim 13 Avr 2014 - 18:57

C'est toujours un plaisir de suivre l'évolution de ce sujet où tout (ou presque) est intéressant!

J'avais commencé à utiliser Picasa mais j'avoue que le côté "je farfouille dans toutes tes photos" et la classification des photos (que je n'ai pas tellement non plus approfondie) m'ont un peu refroidis. Ce qui m'a fait le désinstaller c'est la succession de messages d'erreurs qu'il me provoquait, mais ça, ça doit venir de mon ordi que je devrais reformater. Je me suis rapatrié sur ma version crackée de Photoshop qui me satisfait pour redimensionner, modifier les niveaux de luminosité/contrastes (avec l'option automatique), etc. Il m'arrive néanmoins d'avoir des photos qui restent assez sombres (c.f. Eowyn que j'ai peinte pour le concours) et je pense qu'une lampe devrait pouvoir corriger cela (toujours sur ma liste d'achats).

Encore un article fort instructif, j'attends le dernier avec impatience pour clore ce sujet en beauté!  cheers 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthius
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 592
Age : 24
Localisation : Genève
Date d'inscription : 22/08/2010

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Jeu 7 Aoû 2014 - 16:59

Je viens de tomber sur ce topic (scusez moi pour la mini nécromancie Razz ) et vraiment c'est très intéressant et bien complet.

On voit à quel point tu fait vraiment les choses à fond Toison Very Happy . Pas étonnant que tes figs soient aussi bien réussies. N'empêche que même avec le même matos j'aurai jamais un tel niveau Laughing.
J'ai aussi testé le Glanzer qui est malheureusement difficile a trouver chez nous en Suisse. Ça fonctionne vraiment bien honnêtement, même la sous couche noir peut partir en laissant baigner quelques jours et un insistant bien avec une vieille brosse à dent. Sinon y a le vinaigre paraît il.

Dans mes débuts, j'avais essayé de peindre avec ma loupe d'horloger, mais c'était pas convaincant. Je vais essayer de me procurer cette lampe loupe qui semble un très bon investissement. D'ailleurs, ou la tu trouvé?  bounce 

Bonne idée ta manière pour tenir les figs à peindre.

Merci pour les astuces cheers 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothar de Morfroy
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 723
Age : 29
Localisation : Rennes (35)
Date d'inscription : 10/07/2005

MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   Ven 22 Aoû 2014 - 2:18

Toison d'or a écrit:
e) Une série de sept outils achetés ensembles, spécialement pour la sculpture. Pareil, les premiers sont ceux que j'utilise le plus souvent. Je crois qu'il s'agit d'outils utilisés à l'origine par les prothésistes dentaires.

Je me permets de revenir sur ce sujet et sur cette citation en particulier. Ce sont effectivement des outils de prothésiste dentaire (ma nouvelle direction professionnelle) et ils sont notamment utilisés pour travailler la cire (d'où les cuillères et spatules servant à retenir la cire fondue, mais aussi à lisser). Je pense donc que l'utilité avec la résine est assez minime et surtout surpassé par l'utilisation d'outils plus adaptés. Ne te sens donc pas obligé de les utiliser en pensant "avoir un outil de sculpture = bien sculpter". Si tu venais à utiliser des matières plus liquides (colle, résine liquide, etc.), je pense qu'ils conviendraient mieux.

Voilà, c'étaient mes 2 sous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le matos de Toison d'or   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le matos de Toison d'or
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le matos de Toison d'or
» Conseil et stratégie : matos
» [HRP] La Véritable Histoire et Origine de la Toison d'Or
» Chevalier de la Toison d'Or
» Matos fsX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Bretonnie :: La Bretonnie : son histoire, ses chevaliers, ses châteaux :: Peinture et modélisme-
Sauter vers: