Le Royaume de Bretonnie
Bienvenue en Bretonnie, manant(e) ! N'oublie pas, avant toute chose, de te présenter selon le Sainct Patron de Présentation dans la section prévue à cet effet : http://labretonnie.forumactif.com/t1-presentation-voici-le-patron-que-vous-devez-suivre



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Le chant du désert] Magritta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7977
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: [Le chant du désert] Magritta   Sam 28 Mar 2009 - 3:35

Six jours avaient passé depuis l'embuscade de gobelins qu'avait essuyée la compagnie dans les montagnes estaliennes.
Durant ce laps de temps, cette dernière avait eu l'occasion de découvrir ce pays inconnu et ses charmes, ses routes bondées par les mouvements de foules et les troupes de croisés en route vers le Sud et ses cités de nouveaux libres et populeuses.



Finalement, la compagnie arriva dans la majestueuse cité de Magritta, joyau du pays. L'activité était ici incroyable et la foule était des plus compactes dans les rues. Partout, les chevaliers impériaux et bretonniens, les hommes d'armes et les aventuriers de passage, les commerçants, artisans, mendiants, hommes, femmes et enfants se livraient aux activités les plus diverses. On trouvait même parfois, à l'occasion, elfes ou nains en train de profiter de l'abondance de clients potentiels pour quelque commerce exotique.
Le longs des remparts, il n'était pas rare de voir des hommes, nobles comme roturiers, avachis et somnolant sous la châleur accablante caractéristique des villes méridionales en été.

En rade, des dizaines de bateaux attendaient de partir et sur les quais s'affairaient comme de ridicules fourmis des marins portant toute sorte de marchandises à bord.

Après avoir erré une bonne partie de cette journée qui approchait déjà la midi, les compagnons décidèrent de s'arrêter dans une auberge au nom incompréhensible qui devait sans doute signifier, à en croire le signe figurant au dessus de la porte, "le poisson dansant" ou quelque autre chose du genre.
L'endroit possédait une spacieuse écurie dans laquelle ils purent laisser leurs montures en toute sécurité.

Une fois ces détails réglés, la compagnie fit irruption dans la salle commune pleine de monde, de fumée de pipes et d'alcool.

(Note du MJ: Voilà, je vous laisse vous amuser dans votre nouvelle cour de récrée. Si le groupe se divise, ce qui est votre droit, je propose que l'on reste quand même sur cette discussion pour le moment. Laughing

La deuxième équipe a pour le moment disparu de la circulation dans le scénario. Si ces membres veulent revenir jouer, ils sont les bienvenus, je n'aurai sans doute pas de mal à les intégrer à la bande des losers... euh, de nos nobles héros, comme c'était prévu à l'origine)

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 


Dernière édition par Baron de Havras le Mar 16 Juin 2009 - 1:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyrill
Eternel errant
Eternel errant


Nombre de messages : 796
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/12/2004

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Dim 29 Mar 2009 - 12:50

Depuis les Monts d'Estalie et la première escarmouche de leur brave compagnie, Cyrill s'était montré enjoué. Il paraissait même apprécié le flutiau d'Eugène *les mauvaises langues diront que l'avantage du flutiau c'est qu'on ne peut parler et jouer en même temps.


Mais l'arrivée en ville avait fait baissée son exaltation, surtout quand ces compagnons s'étaient arrêtés à l'Espadon Frétillant, une auberge bien au-dessus de ses moyens. Il dessella pourtant Lamuh en songeant que le soir-même il s'installerait sur la place contiguë à l'auberge, la fontaine et son olivier lui offrirait un merveilleux gîte à la hauteur de sa bourse. Ignorant Beren qui l'invitait à laisser cette tâche au garçon d'écurie, il bouchonna tendrement son cheval avant de rejoindre la salle commune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ghju-Ghju
Generosu Dunadore
avatar

Nombre de messages : 2796
Age : 32
Localisation : Corté
Date d'inscription : 01/11/2005

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Lun 30 Mar 2009 - 3:34

Mélisende avait mal aux pieds. Le voyage n'en était qu'à son début et il s'annonçait déjà long et parsemé de moults dangers, mais elle savait que c'était son destin. La ville où ils arrivèrent était charmante, quoi que plus agitée et épiçée de ce à quoi elle était habituée. Ici on ne la craignait pas par respect et déférence envers la Dame, mais par peur. Bien entendu elle se tenait prête à châtier quiconque lui parlerai mal ou la regarderait avec lasciveté.

Elle avait survécu à l'attaque des gobelins, aux nuits glaciales, à la courtoisie des chevaliers, et même aux chants du ménestrel. Mais la Damoiselle du lac commençait à apprécier réellement ses compagnons, et elle aimait être en leur compagnie. La faim la gagnant, elle accepta avec empressement la décision de Beren d'aller se rassasier dans l'auberge. Elle laissa sa jument aux écuries, et entra dans l'établissement d'un pas décidé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron Guilhem de La Tour
Messie nazi brasseur de Mad Beer
avatar

Nombre de messages : 3270
Age : 29
Localisation : Quelque part entre Paris et Colombes, en train de creuser un tunnel pour atteindre la Sainte Cave.
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Lun 30 Mar 2009 - 15:25

Devant la surpopulation flagrante de la salle et l'attitude particulièrement discourtoise des clients, qui au lieu de s'écraser vivement contre un mur pour faire place aux nobles restaient obstinément à leur place, Beren se fit un devoir d'ouvrir la voie à ses compagnons. Après avoir bousculé quelques faquins et trébuché sur un halfling qui traînait par terre, il avisa une table libre et y prit place, invitant ses amis à faire de même.

« Allons, installons-nous et profitons de l'instant. Nous avons passé par de grandes fatigues, et il nous en reste encore bien d'autres avant que d'arriver en Arabie. »

Il frappa de la main sur la table.

« Holà, à boire et à manger pour de vaillants croisés, et en abondance ! »

Il se tourna vers ses compagnons.

« Mes amis, c'est moi qui régale. Et réjouissons-nous, car le vin d'Estalie est l'un des meilleurs du monde connu -quoiqu'il cède le pas à celui de La Tour, cela va sans dire. »

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthas
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1430
Age : 34
Localisation : Baronnie de Corgenon
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Lun 30 Mar 2009 - 16:19

Arthas laissa Mélisende prendre place puis s'installa face à Beren qui houspillait déjà les manants qui assuraient le service dans l'auberge. Devant l'air jovial du jeune chevalier gascon, il entama la discussion.

"Nous voilà donc arrivés en Estalie, je suis content que cette première étape soit finie, j'ose espérer que notre séjour à Magritta ne soit qu'éphémère et que nous puissions embarquer pour l'Arabie au plus vite. Nous irons faire un tour au port, voir si le vaisseau qui m'y attend est déjà revenu de sa précédente traversée. Comme je vous l'avais suggéré le soir de notre rencontre, si vous souhaitez vous joindre à moi, je n'y verrai aucun inconvénient."

_________________
Tremblez devant l'ire du Seigneur du Foroume et Roy du Frigo !
Spoiler:
 

En Route pour l'Histoire, le blog d'Arthas avec la participation ponctuelle du Baron de Havras


Dernière édition par Arthas le Lun 30 Mar 2009 - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.notrehistoire-mamemoire.blogspot.com
Cyrill
Eternel errant
Eternel errant


Nombre de messages : 796
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/12/2004

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Lun 30 Mar 2009 - 17:20

Cyrill franchit enfin le seuil de la porte et, sans surprise, découvrit ses compagnons déjà attablés et prêts à commander. Il se glissa dans la salle en homme habitué aux auberges mal famées où la moindre bousculade prête à la rixe, et aussi fourbe que cela puisse paraître, les tilléens n'hésitaient jamais à jouer de la dague voir de l'arbalète dans ce genre de bagarre.

Du coin de l'oeil, il répéra un magnifique capitaine accoudé au comptoir. Quant celui-ci le regarda, il lui décrocha un sourire et le salua le plus courtoisement qui le pût : on ne savait jamais de quoi demain était fait et ce riche armateur serait peut être leur guide pour l'Arabie.

"Je vous rejoins Ser Arthas ! Puissions-nous être rapidement sur un navire ! La croisade ne nous attendra guère plus ! Si votre navire et prêt à nous prendre tous, nous et nos chevaux, je suis partant ! J'ai hâte de sentir l'embrun sur mon visage, on dit que les longs voyages en mer sont suoverain pour l'humeur bouillante des jeunes gens ! J'espère y gagner en sagesse et en humilité." Sur un sourire complice à Mélissende, il laissa ses compagnons enchérir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7977
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Mer 1 Avr 2009 - 16:20

Même s'il était à mille lieues de ce genre de considérations, l'attitude de Beren manqua de déclencher une bonne demie douzaine de bagarres. Il y avait ici beaucoup de nobles, mais après tout, même les halflings et le cul-de-jatte de la table du fond avaient leur honneur.

Au final, une fois qu'ils furent tous assis, une grosse femme aux cheveux noirs s'approcha d'eux et leur servit un ragoût sans qu'ils eurent à le demander, après quoi elle leur apporta du vin local en abondance. Si elle avait un terrible accent estalien, son bretonnien n'en demeurait pas moins convenable, aussi entama-t-elle la conversation avec les fiers compagnons.

"Nous né pouvons plous selvil autré yose. Trop dé clients. Tout est à cincas coronas de couivre par client."

Une fois payée, elle se permit de rester à proximité un petit moment.

"Yai entendou votre conversacion, mais si vous avez oune bateau yé doute qué vous pouissiez paltir. L'emperor est parti il y a dou... dou ? dos jours. Il a pris avec loui une gran partie dé la flotte et lé reste est bloqué au port. Oh, yé retoulne au travail. Si vous voulez oune bateau, yé crois que le capitaine Vizzini, à la table là-bas, à oune sauf condouit pour quitter lé port. Dou moins, c'est cé qu'il dit."

Avant de parti, elle pointa du doigt un grand brun dépenaillé attablé plus loin. A sa dégaine, il avait plus l'air d'un vagabond ou quelque chose du genre.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dangorn de Castagne
Héros d'une Geste
avatar

Nombre de messages : 6189
Age : 30
Localisation : En exil dans le Middenland
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Mer 1 Avr 2009 - 16:44

Eugène n'avait pas prêté la moindre attention à ce qui l'entourait depuis qu'ils étaient entrés dans ce bistrot estalien. Il écrivait frénétiquement sur son petit carnet, s'arrêtant parfois comme pour réfléchir, battant tantôt la mesure avec ses doigts, tantôt se rongeant les ongles et se mordant les lèvres, puis rayant une ligne ou deux en grommelant avant de se remettre à écrire.

Quand il sembla qu'il eut terminé, il sortit de sa besace un tambourin et y rangea sa flûte. Il commença à taper un rythme lancinant sur la peau tendue du nouvel instrument.

"Nous estions cinq assis dans l'auberge
Buvant une chope de nos maigres denieeers
Nos bourses estoient vides tout comme nos sacs à dos
La compaaagnie attend un bateaaau..."

_________________
Comte Dangorn de Castagne, chevalier du Graal, suzerain des châtelleries de Nandragon, de Mortauges et d'Espesses, sergent de la Confrérie des Mercenaires du Reikland, garde d'honneur de l'Impératrice de Cathay, Saint Vivant du foroume et coach de l'équipe de Blood Bowl des "Squires of Castagne".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron Guilhem de La Tour
Messie nazi brasseur de Mad Beer
avatar

Nombre de messages : 3270
Age : 29
Localisation : Quelque part entre Paris et Colombes, en train de creuser un tunnel pour atteindre la Sainte Cave.
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Mer 1 Avr 2009 - 18:26

« En effet, et j'ai la vague impression qu'elle l'attendra longtemps, ce bateau. Si ce que dit notre hôtesse est vrai, le navire qui devait vous attendre doit être bloqué lui aussi, messire Arthas. Pourquoi ces imbéciles bloquent-ils le port, d'ailleurs ? »

Beren but un large trait de vin en guise de consolation.

« Pour un gros rouge de taverne, il n'est pas mauvais. »

On ne pouvait être aussi élogieux au sujet du ragoût, cependant.

« La raison de tout cela m'échappe. Peut-être craint-on quelque tempête, qui sait ? Ou des attaques de pirates. Après tout, Sartosa, cette île de ribauds, n'est pas si loin. A moins qu'il ne s'agisse d'une sordide manoeuvre de l'empereur pour nous irriter. »

Beren ricanna et vida un autre verre.

« L'empereur ! Tiens, j'en rirais ! L'empereur, soit, mais lequel ? Ce doit faire près d'un siècle qu'ils en ont deux. »

Beren ne put résister à l'envie de faire montre de sa culture.

« C'est une histoire amusante, d'ailleurs. Les électeurs, pendant des années, avaient été incapables de se choisir un empereur. Après de rudes débats, ils y parvinrent enfin et désignèrent le comte du Stirland. Et un an plus tard, la duchesse Ottilia du Talabecland se proclamait impératrice, et le pays était à nouveau divisé. Cela m'a toujours fait rire. »

Beren se risqua à jeter un oeil discret à ses compagnons, et crut déceler sur leurs visages les marques de la plus totale indifférence.

« Oui, bref, revenons-en à nos bateaux. Peut-être serait-il judicieux de se renseigner davantage et de s'assurer qu'aucun navire ne peut quitter le port avant d'en appeler à ce brigand de Tiléen que l'on nous a indiqué, qu'en pensez-vous ? Il ne me dit rien qui vaille. »

(HRP : Quel bel avatar, comte Dangorn !)

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Baron Guilhem de La Tour le Mer 29 Avr 2009 - 20:18, édité 1 fois (Raison : Are you suggesting coconuts migrate?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ghju-Ghju
Generosu Dunadore
avatar

Nombre de messages : 2796
Age : 32
Localisation : Corté
Date d'inscription : 01/11/2005

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Jeu 2 Avr 2009 - 5:06

La faim de la Damoiselle du lac eut raison du goût atroce du ragoût. Et pour mieux faire passer la mixture et ne point avoir de nausées, Mélisende dû boire plus que de raison.

Au fur et à mesure qu'elle finissait son plat, tout lui paraissait plus joyeux et festif. Mélisende riait et gloussait pour un rien, souriait allègrement aux deux chevaliers errants, claquait des mains et chantait en poussant eugène à jouer les mélodies de chansons populaire de la basse Bretonnie paillarde, et se risqua même à se rendre difficilement jusqu'au comptoir en titubant pour ramener quelques cruches de vin à la table.

Usant de son charme les membres du groupes n'osèrent rien dire, jusqu'à ce que Mélisende qui s'était levé la Dame seule sait pourquoi, bouscula malencontreusement une serveuse qui renversa son plateau de plats du jour sur ce qui semblait être le chef d'une bande de nains.

Celui-ci gifla la serveuse, le patron de la taverne et quelques employés voyant cela se ruèrent sur les nains, et ceux-ci se dirigèrent vers Mélisende en retroussant leurs manches.

Ouvrant grands ses yeux comme un appel au secours, plissant son front et regardant ses compagnons, la damoiselle du lac porta sa main devant sa bouche en chuchotant "oups..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyrill
Eternel errant
Eternel errant


Nombre de messages : 796
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/12/2004

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Jeu 2 Avr 2009 - 11:46

Cyrill se redressa prestement de son tabouret d'où il grignotait et sirotait un peu de vin. Il vient se poster tout près de Mélissende et l'enlaçant par la taille prit la parole :

"Tout doux Sire nain ! Ne voyez-vous pas qu'elle est grise ? Dame Mélissende, je vais vous porter jusqu'à votre repos" Sur ces mots, il la pris par les jambes et traversa la salle en direction de l'étage. Il se retourna alors que les nains restaient indécis sur la suite à mener "Beren, je vous laisse la libéralité d'offrir quelques consommations à ces messieurs les nains ! Je reviens bientôt..."

Reprenant sa marche, Cyrill sentait une goutte de sueur glissée le long du dos : comment pourrait-il protéger Dame Mélissende sans le recours de ses bras ? Et si les nains le prenaient à revers façon peau-verte ? Et si Eugène parlait qu'allait-il encore se passer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron Guilhem de La Tour
Messie nazi brasseur de Mad Beer
avatar

Nombre de messages : 3270
Age : 29
Localisation : Quelque part entre Paris et Colombes, en train de creuser un tunnel pour atteindre la Sainte Cave.
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Jeu 2 Avr 2009 - 14:08

Beren s'avança vivement pour couvrir la retraite de Cyrill.

« Allons, allons, nous sommes entre gens d'honneur et de bonne compagnie, n'est-ce pas ? Soyez donc indulgent envers cette damoiselle, elle a quelque peu présumé de ses forces en buvant plus que de raison. »

Il croisa le regard du nain malchanceux, tâchant de conserver son sérieux à la vue de ce gnome au regard furieux et à la barbe pleine de ragoût.

« Puis-je vous offrir quelque chose pour enterrer cet incident, mes chers nains ? »

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthas
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1430
Age : 34
Localisation : Baronnie de Corgenon
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Jeu 2 Avr 2009 - 16:08

Arthas se leva également, et vint prendre place auprès de Beren, surplombant le nain de sa haute taille. Tout en toisant de son regard froid les manants qui s'agitaient autour d'eux en grommelant dans leur patois tiléen, il s'adressa à Beren :

"Allons mon cher Beren, noyez cette plèbe de bon vin et sortons un peu, Dame Mélisende a surement besoin d'un peu d'air, qui sait ce qu'elle pourrait faire avec tout ce vin dans le corps..."

_________________
Tremblez devant l'ire du Seigneur du Foroume et Roy du Frigo !
Spoiler:
 

En Route pour l'Histoire, le blog d'Arthas avec la participation ponctuelle du Baron de Havras
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.notrehistoire-mamemoire.blogspot.com
Dangorn de Castagne
Héros d'une Geste
avatar

Nombre de messages : 6189
Age : 30
Localisation : En exil dans le Middenland
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Jeu 2 Avr 2009 - 17:05

"Justement, c'est une question qui mérite d'être creusée, ne trouvez-vous pas messire ?" plaisanta Eugène, que la scène avait beaucoup amusé. Cela lui avait remonté le moral et presque fait oublier que son luth était cassé.

"Je crois que je vais faire une chanson à ce sujet... mais d'abord il faut faire réparer mon luth. Messire Beren, mon bon et grand seigneur, m'aiderez-vous à convaincre un luthier de s'acquitter de ceste tasche ? Je n'ai guère d'or sur moi." Mr. Green

_________________
Comte Dangorn de Castagne, chevalier du Graal, suzerain des châtelleries de Nandragon, de Mortauges et d'Espesses, sergent de la Confrérie des Mercenaires du Reikland, garde d'honneur de l'Impératrice de Cathay, Saint Vivant du foroume et coach de l'équipe de Blood Bowl des "Squires of Castagne".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyrill
Eternel errant
Eternel errant


Nombre de messages : 796
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/12/2004

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Jeu 2 Avr 2009 - 17:45

Franchissant le seuil de l'auberge, Cyrill porta Dame Mélissende jusqu'au bord de la fontaine qu'il avait précédemment repéré. Il souriait, ayant entendu les braves discours de ces compagnons. Loke était resté, sombre et silencieux dans un coin de l'auberge. Redoutait-il un quelconque coup fourré ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulrich O' Meriad
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 797
Age : 40
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Sam 4 Avr 2009 - 15:45

Loke n’était pas très à l’aise lors de ses séjours en ville, il privilégiait d’ailleurs lors de ces pérégrinations solitaires, une nuit à la belle étoile à la périphérie des cités plutôt qu’une nuitée dans une auberge malfâmée.

Cette fois-ci c’était différent, il devrait se plier à la volonté du plus grand nombre dans ce groupe qui l’avait accepté sans trop de problème. Il goutâit d’ailleurs sa chance et était déterminé à ne pas la lâcher, au moins jusqu’à son arrivée en arabie. Il sentait depuis la rixe qui les avaient opposé aux peux vertes qu’il avait fait le bon choix et son instinct ne le trompait jamais.

Comme tous, il laissa Styx au repos et entra finalement à la suite de la compagnie.
Après s’être installé en bout de table, et avoir à peine touché au ragout, Loke vida tout de même un verre de vin pour se détendre.
Les échanges et discussions de ses amis finirent par l’amuser et avaient pour mérite de le détendre. Et sans ce mouvement malencontreux de Mellisende qui vint le rembrunir dans la seconde, il aurait sans doute pu rire et commencer à se dérider un peu.

Au lieu de cela il se leva promptement en même temps que ces compagnons et se tint légèrement à l’écart du groupe. Après une rapide estimation des forces en présence la main à la ceinture, il fut finalement rassuré par l’attitude générale des clients à l’encontre de Mellisende. Elle était visiblement gênée par son geste malheureux et peinait à tenir debout.

Les réactions de ses compagnons pour régler la situation paraissaient judicieuses et confortait Loke dans son idée que les choses allaient finalement rentrer dans l’ordre.
Voyant Cyrill sortir de l’auberge il se hâta de le rejoindre. Il serait plus utile dehors et l’atmosphère étouffante de la salle ne lui manquerait pas de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ghju-Ghju
Generosu Dunadore
avatar

Nombre de messages : 2796
Age : 32
Localisation : Corté
Date d'inscription : 01/11/2005

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Jeu 9 Avr 2009 - 3:32

La situation amusait Mélisende et elle riait à tout va.

Lorsque Cyrill l'empoigna par les hanches pour la porter, sa tête se mit à tourner de plus en plus vite, et, lorsqu'il la posa prêt de la fontaine, la Damoiselle rendit tout son repas. Les yeux hagards et un filet de bave dégoulinant du coin de sa bouche, Mélisende s'assit contre un muret, appuya sa tête contre elle-ne-sait-quoi, puis s'endormit en ronflant bruyamment en chuchotant des choses incompréhensibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7977
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Sam 11 Avr 2009 - 5:33

La réactivité de Cyrill avait permis d'éviter un désastre. Les nains acceptèrent de retourner s'asseoir une fois que chacun d'entre eux eut reçu une pinte gracieusement offerte par Beren.
Tandis que la tension retombait peu à peu et que les deux serveuses usaient de toutes sortes d'arguments pour ramener le calme dans les autres tables qui menaçaient elles-aussi de se livrer à des règlements de comptes brutaux, Beren et Arthas scrutèrent le reste de la pièce afin de s'assurer que tout était rentré dans l'ordre.
Dans le chaos qui avait bien failli emporter l'auberge, le capitaine Vizzini semblait avoir disparu ce qui en disait long sur son courage, pensa Beren.
Le chevalier de la Tour s'arrêta alors sur une tablée éloignée et devint livide.
Face à lui, l'air surpris, le contemplait une vieille connaissance. Otto Von Leffe sans doute encore pris de vin et toujours accompagné de nombreux camarades était là.
L'instant d'après, la nouvelle menace se précisa. Attrapant sa chopine de sa large main et engloutissant une bonne gorgée, l'impérial se dressa pour ce qui semblait être une répétition de la rencontre précédente.
Amusés, ses cinq compagnons rirent à gorge déployée et l'accompagnèrent tandis qu'il s'approchait d'Arthas et Beren d'un air menaçant.

"Toi ! Qu'est-ze que tu vais là ? Du te grois donc azzez vort pour partireu à la croissate ? Zette-fois, mein zeigneur né fientra pas té zauver..."

Devant ce danger, Arthas porta la main à l'épée, immédiatement imité par les impériaux. De leur côté, les nains baissèrent la tête en direction de leur pinte, determinés à ne pas se mêler de cette nouvelle affaire et le reste de l'assistance préféra ignorer l'affaire autant que possible.

Un peu plus loin, Loke, qui n'avait pas assisté à la première rencontre entre Beren et le géant impérial, sentit que le moment de se rasseoir n'était pas venu. S'il ignorait dans quel pétrin ses camarades s'étaient fourrés, le fait que ce géant qui hurlait comme un putois et ses amis ne l'avaient encore jamais vu pouvait être un avantage en cas de combat.
Jaugeant rapidement la situation, Loke en vint à la conclusion qu'elle n'allait en rien à leur avantage. De fait, Cyrill était à l'extérieur avec la damoiselle et Eugène ne serait probablement d'aucune aide. De plus, il pouvait dire que ces impériaux étaient bien plus expérimentés à leur simple apparence et ce géant paraissait vraiment redoutable.
C'est alors qu'il entendit deux hommes parler en Bretonnien à la table située juste à côté de lui.



"Cet impérial ne fait que brailler depuis qu'il est arrivé." dit l'un des hommes qui semblait robuste et aux mains puissantes.



"Ces jeunes chevaliers en quête de gloire vont connaître les joies de la cohabitation avec ces impériaux sans cervelle." répondit son camarade, un homme d'assez grande stature à la longue chevelure.

Loke sembla surpris. Ces hommes n'avaient pas l'air de grands seigneurs mais n'étaient clairement pas roturiers. Sans doute étaient-ils des chevaliers de bas rang aux ordres de quelque seigneur lancé dans cette croisade comme tant d'autres.

- Devrions-nous leur venir en aide, Armand ?
- Ce ne serait pas la première rixe que nous verrions aujourd'hui. Pourquoi nous en mêler ?
- Une damoiselle du Graal est avec eux. La Dame nous blâmera si nous les laissons se faire écraser de la sorte.
- Soit. Où est Maximin ?
- Parti uriner, j'imagine. Cette outre a tout autant bu que cet impérial, après tout.
- Et il est tout aussi fortement bâti. Qu'il s'empresse de revenir ou que les mânes de saint Papoul l'emportent !

Pendant ce temps, le ton montait entre l'agressif Otto et Beren qui, voyant certaines personnes de l'assistance le regarder, trouvait le courage de répondre à son opposant par de vifs sarcasmes.
Soudain, les choses s'envenimèrent. Dépourvu d'esprit et donc d'une quelconque repartie, Otto Von Leffe sentit qu'il passait de plus en plus pour un crétin dans ce duel de mots et frappa simplement Beren d'un revers de la main, envoyant le malheureux chevalier de la Tour s'écraser contre l'escalier qui menait aux étages.
Les serveuses et quelques clients poussèrent de grands cris quand Arthas dégaina son épée, accompagné de ses nouveaux amis impériaux. Les combats de taverne étaient monnaie courante mais la règle était de ne pas tirer d'épée afin d'éviter les effusions de sang.

Tout s'enchaina très vite.

Alerté par les hurlements, Cyrill s'assura que Mélisende était confortablement installée et se précipita vers l'entrée de l'auberge, poussé par son instinct qui lui laissait penser que Beren ou Eugène n'étaient pas innocents dans tout ce raffut.
De son côté, Loke décida d'intervenir à son tour, mais alors qu'il partait à l'assaut, il eut la surprise de voir ses deux voisins s'élancer de même, l'arme à la main.
Sonné, Beren tenta de se relever pendant que l'épouvantable Von Leffe avançait dans sa direction avec son air de bête féroce.
Le voyant presque sur lui, Beren recula dans l'escalier mais finit par heurter quelque chose de très solide qu'il prit dans un premier temps pour une partie de la rampe avant de sentir ce qui semblait être un pied contre son dos. Levant la tête, il tomba sur un deuxième colosse, au moins aussi grand que celui qu'il fuyait et il manqua de défaillir.



Au centre de la salle, Arthas, Loke et les deux autres chevaliers avaient commencé à croiser le fer avec les cinq cuistres qui leur faisaient face lorsque le chevalier blond s'écria: " Maximin ! Le boeuf impérial est pour toi !"
La compagnie venait de recevoir ce qui semblait être le plus inattendu des renforts.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron Guilhem de La Tour
Messie nazi brasseur de Mad Beer
avatar

Nombre de messages : 3270
Age : 29
Localisation : Quelque part entre Paris et Colombes, en train de creuser un tunnel pour atteindre la Sainte Cave.
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Sam 11 Avr 2009 - 17:36

Se relevant en toute hâte et tirant l'épée du fourreau d'un même mouvement, Beren se précipita aux côtés de ses compagnons. Il n'avait pas encore tout à fait saisi ce qui se passait autour de lui, mais y réfléchir davantage eût été sans l'ombre d'un doute une ridicule perte de temps. Ses amis se battaient déjà, et sans lui.

« La Tour à la rescousse ! J'arrive, compains ! »

Il croisa le regard d'Otto von Leffe, pris dans la mêlée, et en profita pour lui adresser une dernière raillerie dans la manière de La Tour, prenant un accent grotesque.

« Ach ! Bar le zaint nom te Zikmar, douchours pas sopre tepuis notre ternière rencontre, lieber Juncker ? »

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthas
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1430
Age : 34
Localisation : Baronnie de Corgenon
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Sam 11 Avr 2009 - 18:09

Arthas avait sorti son épée du fourreau et rejetait du mieux qu'il le pouvait les attaques avinées des impériaux. Loke et lui avaient été rejoints par deux inconnus dont l'aide leur était appréciable face aux colosses du Reikland. Beren revint vite à ses côté, excitant Otto von Leffe dans un reikspeil approximatif.

Leurs adversaires pleins comme des outres lançaient de grands coup de lames à tort et à travers. Arthas para l'attaque d'un des compagnons de von Leffe. L'autre emporté par son élan et la vinasse ingurgitée passa tout droit et le paladin l'envoya valser dans les tables par un maitre coup de pied dans le fondement.

A cet instant, le chevalier blond qui combattait de concert avec eux sembla appeler un autre de ses amis. Arthas considéra le nouvel arrivant dont la stature pouvait en effrayer plus d'un...

_________________
Tremblez devant l'ire du Seigneur du Foroume et Roy du Frigo !
Spoiler:
 

En Route pour l'Histoire, le blog d'Arthas avec la participation ponctuelle du Baron de Havras


Dernière édition par Arthas le Lun 13 Avr 2009 - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.notrehistoire-mamemoire.blogspot.com
Ulrich O' Meriad
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 797
Age : 40
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Sam 11 Avr 2009 - 22:43

Loke n'avait pas d'autre choix que d'aider ses amis. Pourtant il n'était pas un bretteur né et ce combat singulier face aux impériaux ne l'avantagerait guère.

Sa fierté de se battre cote à cote avec de véritables chevaliers bretonnien le rassérénait cependant et il compensait son inexpérience des rixes par des déplacements vifs et nerveux et grâce aussi à une garde agressive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ghju-Ghju
Generosu Dunadore
avatar

Nombre de messages : 2796
Age : 32
Localisation : Corté
Date d'inscription : 01/11/2005

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Dim 12 Avr 2009 - 0:49

Mélisende était complètement affalée par terre, appuyée sur la fontaine. Dans un demi-sommeil, elle entendit du vacarme dans l'auberge, mais son taux d'alcoolémie eut raison de son esprit, et elle se rendormit presque-immédiatement, en rêvant des corps parfaits de Beren et Cyril.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dangorn de Castagne
Héros d'une Geste
avatar

Nombre de messages : 6189
Age : 30
Localisation : En exil dans le Middenland
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Dim 12 Avr 2009 - 18:02

Eugène se faufila en évitant les tabourets volants et les grosses brutes qui se donnaient des coups dont un seul d'entre eux aurait put briser le frêle ménestrel comme une branche morte, et il s'affaira à subtiliser les bourses des pugilistes qui avaient été mis hors de combat par un violent choc frontal avec un mur ou un coin de table. Il eut la très mauvaise idée de tenter de prendre le bien d'un nain qui semblait assommé et qui dormait, une écuelle de flageolets renversée sur la tête, du sang lui coulant de la tempe là où une chope l'avait visiblement percuté.

Le bras du nain inconscient, comme mû par un réflexe, se tendit brusquement et projeta Eugène à l'autre bout de la pièce, à travers la fenêtre. Meurtri et entaillé en plusieurs endroits par des bouts de verre, Eugène se releva péniblement. Malgré cet échec il avait tout de même amassé un beau pactole qui lui permettrait peut-être de faire réparer son luth le lendemain matin s'il arrivait à survivre jusque là.

En effet les chevaliers et Loke étaient tous occupés à se battre, sauf Cyrill qui était il ne savait où avec Mélisende. Il se retrouvait donc seul dans la rue, et il se demandait si le quartier était sûr.

_________________
Comte Dangorn de Castagne, chevalier du Graal, suzerain des châtelleries de Nandragon, de Mortauges et d'Espesses, sergent de la Confrérie des Mercenaires du Reikland, garde d'honneur de l'Impératrice de Cathay, Saint Vivant du foroume et coach de l'équipe de Blood Bowl des "Squires of Castagne".


Dernière édition par Dangorn de Castagne le Lun 13 Avr 2009 - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyrill
Eternel errant
Eternel errant


Nombre de messages : 796
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/12/2004

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Lun 13 Avr 2009 - 12:12

"Dame Mélissende, entendez vous ? Nos compagnons se battent. Je ne peux vous laisser seule mais encore moins les laisser sans un prompt recours. Que puis je faire ?" Un sourire niais et baveux lui répondit. Dame Mélissende était vraiment dans un état proche d'Havras.

Réfléchissant, il prit son mouchoir, et trempé d'eau, rafraîchit le visage de la demoiselle. Qui soupirait fort et étrangement. Le rouge monta aux joues de Cyrill. Il aperçut du coin de l'oeil l'écurie et son petit gueux : "Hé toi ! Là bas ! Détaches mon cheval et viens un peu par là"

Le gamin, intrigué, obéit au chevalier. "Petit, garde un œil sur cette gente demoiselle. Au besoin Lamuh vous protègera tous les deux. AU moindre souci court me chercher ! Il me faut aider mes braves compaings, une pièce de nous pour ta garde." Il fit sauter de sa bourse le dernier liard qui lui restait.

Tirant l'épée, il avisa un trou béant dans une fenêtre et Beren encerclé par des impériaux. Accélérant le pas, il fit sus à l'ennemi "Pour la Dame ! A la rescousse de la Tour !" Franchissant les vestiges de la fenêtre, il sauta derechef et atterrit sur une table. Moulinant fort de l'épée, il prit à partie un des adversaires de la bande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ghju-Ghju
Generosu Dunadore
avatar

Nombre de messages : 2796
Age : 32
Localisation : Corté
Date d'inscription : 01/11/2005

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Lun 20 Avr 2009 - 2:31

Mélisende ronflait et n'entendait plus rien. Elle savait qu'il y avait quelque rixes aux alentours, mais le vin l'avait mise dans un tel état qu'elle ne pouvait absolument rien faire excepté dormir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7977
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Lun 20 Avr 2009 - 5:29

Dans l'auberge, le combat faisait rage. Partout, les clients commençaient à régler leurs comptes dans la plus grande confusion.
Au centre de ce chaos, des hommes combattaient à l'épée en évitant autant qu'ils le pouvaient les crétins à moitié ivres qui se jetaient dans leurs pattes.
Un jeune chevalier fougueux avait fait une entrée fracassante en passant par une fenêtre brisée et était venu en renfort des Bretonniens qui combattaient au coeur de la mêlée, éliminant d'un seul coup la très maigre supériorité numérique des Impériaux.
Même passablement ivres, ces derniers se révélaient redoutables pour ces jeunes hommes de si peu d'expérience et seul Arthas parvenait, dans la bande qui venait de Caillatus, à tenir le rythme sans trop flancher, même si l'espace confiné l'empêchait de pleinement exprimer son style.

Le chevalier blond frappa alors son adversaire du pommeau, lui brisant le nez et lui fendant une incisive, ce qui lui donna une ouverture suffisante pour le mettre hors combat. A n'en pas douter, cet homme savait ce qu'il faisait.
Voyant cela, son camarade redoubla d'efforts et parvint à envoyer son opposant s'écraser lamentablement sur une table voisine, les tendons de la main tranchés.

"Je crois que celui-ci passera le reste de la croisade loin des combats" déclara-t-il en riant avant de vider une pinte abandonnée par son propriétaire occupé à combattre plus loin.
- S'il voulait se battre, il n'avait qu'à participer à la reconquête de l'Estalie, comme nous le fîmes, répondit son compagnon.

L'homme haussa les sourcils pour marquer son approbation puis se tourna vers les jeunes Bretonniens qui luttaient encore péniblement.
Beren, qui semblait privilégier le style à l'efficacité était malmené et ne savait comment répondre au flot de fureur et de violence que son ennemi faisait s'abattre sur lui.
Il lui faudrait de l'aide sous peu. Cependant, au moment où le guerrier fit un pas dans sa direction, une enorme masse de muscles alla percuter l'Impérial qui faisait face au chevalier de la Tour, l'écrasant littéralement.

- Des difficultés, Maximin ? Demanda le chevalier blond à son imposant ami qui se redressa, légèrement sonné.
- Celui-ci est aussi coriace qu'un Bestigor, répondit le grand guerrier avant de repartir à l'assaut.
- Il en a vu d'autres, intervint l'autre chevalier.
- Ce combat de grandes brutes plairait certainement à notre Baron, releva le blond avant de se faire bousculer par un nain qui se livrait à un autre combat, plus loin dans la salle commune.
- Mais on ne pourra pas en dire autant de ce rabat-joie d'Evrard qui nous sert de chaperon, rétorqua le chevalier brun. Finissons tout ceci avant l'arrivée de la milice ou nous aurons de graves ennuis avec lui.

Pendant ce temps, Cyrill livrait un combat acharné et connaissait les plus grandes difficultés à en finir avec son Impérial. Il feinta alors sur la gauche et tenta de frapper à droite mais son coup se révéla moins efficace qu'il ne l'escomptait, laissant malgré tout une large entaille au flanc droit de son adversaire. Ce dernier sortit alors une dague qu'il gardait cachée à sa ceinture et tenta de frapper le jeune errant directement à la gorge. Cyrill se savait perdu, seul un elfe aurait eu une petite chance d'éviter un coup aussi inattendu. Animé par la folle energie du désespoir, le jeune homme inclina la tête dans l'autre sens avec un célérité etonnante, mais il eut la surprise de voir son ennemi s'effondrer comme une masse avant que son attaque ne porte totalement, rendant son esquive plus efficace encore. Son ennemi inconscient au sol, l'errant porta la main à son oreille droite qui saignait visiblement des suites de cette lâche attaque puis leva les yeux pour voir planté devant lui Beren.
Privé d'adversaire par l'intervention involontaire du massif Maximin, ce dernier avait décidé de porter secours à son camarade. Il n'avait pour se faire rien trouvé de mieux que de fracasser une chaise sur le dos du cuistre qui s'en prenait à son compagnon. Un peu rude, mais fichtrement efficace.
A quelques pas, Loke réussit à mettre hors combat son ennemi d'une manière pour le moins surprenante. Tandis que leur engagement s'eternisait, le rôdeur était parvenu à se rapprocher d'une autre bagarre qui battait son plein à proximité. Le moment venu, une esquive heureuse envoya son adversaire s'y enfoncer et le malheureux fut bien en peine d'en ressortir, devant désormais combattre des hommes qu'il n'avait même jamais vu jusqu'à lors. Lorsqu'il le fit cependant, il ne reçut pour récompense qu'un violent coup de bâton sur le crâne. A défaut d'être de noble naissance, au moins Loke savait-il se montrer ingénieux et cet idiot venait d'en faire les frais.

De son côté, Arthas mit un terme à son combat en plantant son épée dans la jambe du redoutable homme ivre qui lui faisait face.
Aucun des membres de la compagnie n'avait eu à subir de blessure grave, ce qui pouvait sembler miraculeux.
Il y eut alors un grand cri de douleur et de rage qui attira tous les regards. Sous les yeux ébahis de l'assistance, Maximin était en train de soulever bien au dessus de terre l'immense Otto Von Leffe et s'apprêtait à le fracasser sur une table encore debout. Le chose faite, il sembla évident que l'Impérial ne se relèverait pas avant un moment et de nombreux combats prirent fin sur-le-champ tant la surprise et l'incimpréhension avaient pris le dessus sur tout le reste dans la salle.

Au milieu de ce chaos, les Bretonniens étaient victorieux.
Le chevalier aux cheveux bruns s'adressa alors à la compagnie.

- Mieux vaudrait ne pas rester ici, dit-il. Sortons avant l'arrivée de la milice, prenez votre damoiselle et vos montures et venez avec nous. Je doute qu'on vous laisse passer la nuit ici à présent.
- Notre chambre à nous était déjà payée, chuchotta le blond.
- Eh bien, espérons que ce gai luron d'Evrard aura trouvé une solution d'hebergement pour nous tous...

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron Guilhem de La Tour
Messie nazi brasseur de Mad Beer
avatar

Nombre de messages : 3270
Age : 29
Localisation : Quelque part entre Paris et Colombes, en train de creuser un tunnel pour atteindre la Sainte Cave.
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Lun 20 Avr 2009 - 13:41

Beren laissa tomber le dossier de chaise qu'il tenait encore en main et sortit en hâte à la suite de leurs providentiels alliés.

« Je crois en effet que nous serons plus tranquilles ailleurs ; non que nous ayons quoi que ce soit à nous reprocher, bien sûr, mais les sergents de ville sont toujours si obtus... »

S'assurant qu'il n'oubliait rien derrière lui, Beren fit un signe à son fidèle écuyer qui les attendait patiemment.

« Eugène, cours donc à l'écurie et nous ramène nos montures. Nous changeons d'auberge, celle-ci est fort mal fréquentée, ainsi que tu as pu le noter. »

Tout en reprenant peu à peu ses esprits, Beren salua avec reconnaissance les trois chevaliers venus si courtoisement à leur rescousse.

« Beren Aldebald Genséric Méliant de La Tour, neveu du baron du même nom, chevalier errant. Je vous suis fort obligé de votre vaillante intervention -ainsi que mes compagnons, je n'en doute pas- et suis par ailleurs très honoré de faire votre connaissance, messeigneurs. »

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dangorn de Castagne
Héros d'une Geste
avatar

Nombre de messages : 6189
Age : 30
Localisation : En exil dans le Middenland
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Lun 20 Avr 2009 - 16:27

Eugène maugréa dans sa barbe :

"Chuis ménestrel, point palefrenier..."

Mais voulant servir au mieux son maître il commença tout de même à se diriger vers les écuries.

"Et mon luth alors ?"

_________________
Comte Dangorn de Castagne, chevalier du Graal, suzerain des châtelleries de Nandragon, de Mortauges et d'Espesses, sergent de la Confrérie des Mercenaires du Reikland, garde d'honneur de l'Impératrice de Cathay, Saint Vivant du foroume et coach de l'équipe de Blood Bowl des "Squires of Castagne".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthas
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1430
Age : 34
Localisation : Baronnie de Corgenon
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Lun 20 Avr 2009 - 16:34

Arthas suivit Beren en dehors de l'auberge en rengainant son épée. Il jeta un regard à Eugène qui partait chercher leur chevaux, et se tourna vers les hommes providentiels qui leur avaient été d'un grand secours dans cette affaire. Il se présenta à son tour.

"Quant à moi, je me nomme Arthas, paladin au service du Duc Folcard de Montfort. Je vous suis gréé moi aussi de l'aide que vous nous avez procuré contre ces manants avinés..."

_________________
Tremblez devant l'ire du Seigneur du Foroume et Roy du Frigo !
Spoiler:
 

En Route pour l'Histoire, le blog d'Arthas avec la participation ponctuelle du Baron de Havras
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.notrehistoire-mamemoire.blogspot.com
Ulrich O' Meriad
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 797
Age : 40
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   Lun 20 Avr 2009 - 22:13

Loke paraissait encore très tendu et jetait des regards suspicieux alentours.

Il se dirigea en même temps qu'Eugène aux écuries et aida le ménestrel à seller les chevaux. Ce travail le calmait, il savait comment procéder avec les bêtes et d'être à leur contact lui donnait confiance et sérénité.

Lorsqu'ils eurent terminé leur tâche ils sortirent les bêtes de l'écurie et prirent la direction des chevaliers bretonniens, accompagnés par le bruit assourdissant des sabots battants le pavé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Magritta   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Le chant du désert] Magritta
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Le chant du désert] Discussions
» [Le chant du désert] Préambule
» [Le chant du désert] Magritta
» [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs
» Les motivations du grrrrrand méchant.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Bretonnie :: La Bretonnie : son histoire, ses chevaliers, ses châteaux :: Role Play-
Sauter vers: