Le Royaume de Bretonnie
Bienvenue en Bretonnie, manant(e) ! N'oublie pas, avant toute chose, de te présenter selon le Sainct Patron de Présentation dans la section prévue à cet effet : http://labretonnie.forumactif.com/t1-presentation-voici-le-patron-que-vous-devez-suivre



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7977
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs   Mar 25 Mar 2008 - 4:13

Voilà, nous allons bientôt pouvoir commencer à jouer et, pour cela, il vous faut des personnages à incarner !

En suivant le patron donné ici (qui certes n'est pas parfait mais a le mérite d'avoir les principales infos nécessaires au lancement d'un personnage), vous pourrez donc, les uns à la suite des autres, mettre vos personnages dans cette discussion.
Si un joueur venait à perdre tragiquement son personnage, il lui resterait, bien entendu, la possibilité d'en recréer un et donc de remettre une fiche dans ce sujet.

Je prierai les aimables joueurs de ne pas utiliser ce sujet pour bavarder, afin d'en conserver toute la lisibilité. Mr.Red

Merci de ne poster que des personnages acceptés par le MJ a upréalable (c'est pourquoi j'attends que l'on en discute par MP avant que vous ne vous lanciez complètement sur un perso Laughing ).

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 


Dernière édition par Baron de Havras le Mar 1 Avr 2008 - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dangorn de Castagne
Héros d'une Geste
avatar

Nombre de messages : 6189
Age : 30
Localisation : En exil dans le Middenland
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs   Mar 25 Mar 2008 - 10:16

Le Baron-bis et moi-même avons décidé de lier nos personnages : il jouera le chevalier Béren, qui est fort soucieux que son courage lors de sa future épopée en Arabie soit chanté dès son retour auprès des dames de la cour. Quant à moi, je jouerai Eugène Plaisir, le ménestrel qu'il a engagé justement dans ce but. Smile

Eugène le Troubadour




Informations générales :

Nom du joueur : Dangorn de Castagne

Nom : Eugène Plaisir
Âge : 39 ans.
Sexe : Masculin
Peuple et Pays d'Origine : Homme de Bretonnie
Origines Sociales : Petite Bourgeoisie
Activité: Ménestrel
Religion : Panthéon humain et Dame du Lac.
Langues parlées : Bretonnien, Reikspiel (bon niveau)

Caractéristiques :

Taille : 1,76m
Poids : 60 kg
Cheveux : poivre et sel
Yeux : gris clair
Description :
+ = ?
Un grand gars, une silhouette de volatil, un regard embrumé, et sur son crâne, des cheveux frisés à la couleur de cendre partant dans tous les sens. Un air un peu fou, un peu rêveur, mais jamais méchant. Des habits aux couleurs criardes et une coiffe large enturbannée sur la tête.

Dotations :

Cela ne fit guère Plaisir à Eugène lorsque le brave sire Béren lui demanda de porter son paquetage, en plus de ses propres affaires. Mais il n'est pas dans la personnalité d'Eugène de dire clairement lorsqu'il n'est pas content, et donc il accepta tout de même.

Donc en plus du lourd paquetage de Béren, Eugène emporte sur lui :
- ses vêtements de citadin aux couleurs pétantes qui ne vont pas forcément ensemble, et son habituelle large coiffe extravagante.
- son luth, son flûtiau et un petit tambourin.
- des carnets de parchemin, une fiole d'encre et une plume.
- une gourde remplie d'eau.
- une aumônière contenant une pistole d'argent et quelques sous de cuivre (les recettes de son dernier concert).
- un silex et un bâton d'amadou pour faire du feu.
- une dague, des flèches et un arc long.

Même si Eugène n'aime pas la violence, il a dû au cours de ses tournées apprendre à tirer à l'arc pour deux choses : d'une part au début, il a pas mal galéré pour se faire connaître et il était parfois obligé de braconner pour se nourrir, et d'autre part, une fois qu'il fut connu et aimé du public et qu'il gagna enfin suffisamment pour vivre, son arc et sa dague lui servirent plusieurs fois à se défendre contre des brigands qui voulaient lui soutirer son pécule.

Personnalité :

Eugène n'a pas les pieds sur terre, se prend régulièrement pour un oiseau-mouche, se prend aussi les pieds dans les fleurs du tapis (un grand maladroit). Naïf (ou faussement naïf ?), mais pas du genre langue dans sa poche.

Quand il va chez le barbier et que sa coupe est ratée, il dit que ça va et il paie avant de partir. Mais quand il s'agit de railler la noblesse et la paysannerie à travers des chansons, jamais il n'est à court d'idées...

Historique :

Eugène avait toujours montré des facilités pour la musique, depuis tout jeune il avait appris la cithare et la viele, puis le luth et la lyre en même temps qu'il avait commencé des cours de chant.

Ses parents bourgeois lui avaient payé de bonnes études, des cours de musique, de chant, d'escrime, de calcul, de géographie, d'histoire et de littérature pour qu'il devienne notaire, mais Eugène avait un tout autre projet : il allait devenir écrivain et ménestrel.

Lorsqu'il atteignit la majorité, il abandonna ses études et se lança sur les routes pour jouer dans les tavernes et relais de poste, et ainsi se faire connaître. Malheureusement, il eut beaucoup de mal à se construire une réputation, les badauds préférant souvent les spectacles de jongleries et de comédie plutôt que ses chansons longues, tristes, aux paroles complexes pleines de sens cachés et de références à la littérature bourgeoise.

Il prit donc la décision de faire des chansons plus drôles, plus incisives et ironiques, et de se créer un personnage en s'habillant de façon excentrique. Son succès monta en flèche dès cet instant. De surcroît, il vit que cela lui plaisait. En faisant des chansons ridiculisant la noblesse il faisait rire la populace, et il était la coqueluche de la noblesse quand il se moquait du bas-peuple. A tel point que le paladin Beren de La Tour le remarqua, un soir où il se produisait à l'auberge du Cochon À Trois Pattes, et en fit son écuyer.

_________________
Comte Dangorn de Castagne, chevalier du Graal, suzerain des châtelleries de Nandragon, de Mortauges et d'Espesses, sergent de la Confrérie des Mercenaires du Reikland, garde d'honneur de l'Impératrice de Cathay, Saint Vivant du foroume et coach de l'équipe de Blood Bowl des "Squires of Castagne".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyrill
Eternel errant
Eternel errant


Nombre de messages : 796
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/12/2004

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs   Mar 25 Mar 2008 - 18:09

Citation :
Cyrill

Informations générales :

Nom du joueur : Cyrill

Nom : Cyrill de Boisaurouge
Âge : 18 ans
Sexe : Masculin
Peuple et Pays d'Origine : Homme de Bretonnie
Origines Sociales : Petite Noblesse
Activité: Chevalier Errant
Religion : Dame du Lac.
Langues parlées : Bretonnien, Tiléen (courant)

Caractéristiques :

Taille : 1,85m
Poids : 76 kg
Cheveux : châtain clair
Yeux : noirs
Description : "Un œil noir, le teint hâlé d’avoir trop couru sous le soleil ardent de l’été, un nez étroit, une bouche charnue, l’ombre d’une blonde barbe à peine esquissé, un sourire discret mais permanent comme s’il se jouait sous ses yeux une bonne farce dont il serait le seul spectateur, tel était au premier abord ce jeune et fringuant errant qui se faisait appeler Cyrill-Avec-Deux-Ailes-et-c’est-tout"

Equipement et dotations :

"Une longue lance en mauvais bois noir reposait sur son bagage à laquelle était accrochée une faveur déjà défraîchie, souvenir certain d’une jouvencelle anonyme. La maille qui le ceignait avait été amoureusement entretenue par trois ou quatre générations de chevaliers et elle accusait, malgré ces bons soins, le poids de l’âge.

Au dessus une tunique en lin dont la seule richesse était la teinte : un rouge profond qui rappelait l’écu gueule que portait le chevalier. Le dit écu avait été fraîchement repeint mais toute la laque du monde n’aurait pu cacher l’imprimant souvenir des haches nordiques et des kikoups orques qu’avaient affrontés son père et son grand-père avant lui.

Le pire était le heaume que lui avait offert son oncle. Philibert était un homme généreux : le heaume était neuf, forgé par de grands maîtres tiléens de la forge, orné par Signor Uranus, le célèbre artiste de Clasaghi. En fait de heaume, c’était plutôt une sorte d’octogone à facettes brillantes. Aucun motif n’avait été produit cependant l’ensemble était gravé de fines enluminures réalisées au poinçon et à l’eau-forte qui reflétait avidement a moindre parcelle de lumière. De fait, Cyrill ne portait que rarement cette extravagante pièce d’armure : il eut été dommage qu’une demoiselle échappe à son sourire ravageur et qu’un ennemi ne soit effrayé par sa mine déterminée. Enfin c’est ce qu’il prétendait. En réalité, le heaume tiléen jurait tant avec le reste de son misérable équipement qu’il n’osait pas le porter.

Une cape grisâtre enveloppait sa pauvreté et l’auréolait de sa gloire prochaine : Cyrill de Boisaurouge, fils du Baron Clothaire de Couzon, féal de Bastogne et chevalier errant, était un futur croisé..."



Personnalité :

Plutôt que pontifier sans fin sur la psychée de mon personnage, je lui laisse la parole…

Sur la question de l’Ego, sa réponse quand lui demande son nom :

« Mon nom ? Qu’en ferais-je croquant ? Mes aïeuls, glorieux ou infâmants, ont quelques couches de terre sur la figure ; la Dame ne les oublie point, et moi non plus, mais mon nom qu’en ferai-je ? Un passe-droit ? Un déshonneur ? Pour le quolibet, mon équipement et cette vieille carne, dernière preuve avec ce heaume démesuré que j’ai une noble famille, y suffiront amplement. S’il te faut m’appeler, hurles « Cyrill » et j’y serai. Et si Cyrill t’écorches les oreilles, nomme moi Errant et sans trêve, je chargerai ! Mon nom s’est ainsi que je veux l’écrire : à la pointe de ma lance et non de celle de ma langue. Même si certaines mauvaises la disent bien pendue. Et toi ? De quel noble cuissage te prétexteras-tu ? Ou auras-tu la bonté de laisser tes aïeuls se reposer profondément dans leurs cryptes et de ne faire comme si ta lance était enfin ton seul bien ? »

Sur son histoire personnelle :

« Je suis un chevalier errant et par cet état n’est qu’un humble serviteur de la Dame. Des exploits ? Aucun digne d’être loué puisque tu me vois encore ici, sur la route, traquant l’indicible victoire, le fait d’arme absolu, l’instant d’ultime grâce. C’est à la Dame que je dédie mes combats et à elle seule que je les confie. Demande moi plutôt ce que j’ai vu : cela je peux te le conter : les hautes tours de Bordeleau, la blancheur soyeuse de la barbe de Messire Astrabell, ses verdicts judiciaires pleins de profondeurs et de philosophie. Demande-moi à quoi ressemblent les orques des massifs du Sud et les Brigands du Nord. Fais-moi parler de Boisaurouge, d’où mes vaillants ancêtres, qui eux s’illustrèrent, tirèrent leur sinistre nom. Je te raconterai volontiers la blancheur vespérale des filles du duc Bartrand, de leurs douces voix quand en chœur elles chantent les louanges à la Dame, des larmes qu’elles tirent à leur vénérable père avec la Complainte de Gilles le Mourrant, des larmes qu’elles tirèrent à ton serviteur quand il dut reprendre l’Errance. Je te chanterai la corruption bariolée des Tiléens si tu le désire ou te louerai la sagesse des maistres de l’Empire qui me sauvèrent d’une bien méchante blessure que mon incompétence notoire me valût au cœur des bois maudits de la triste Sylvanie. Voilà pour ma conversation mais en me demande pas de faire du vent sur moi, je ne saurai pas. »

Ses rêves et ses espoirs :

« Il se fît de sa selle un confortable dossier, et, grignotant un bout de viande séchée, songea de nouveau à l’Arabie lointaine. On disait que le soleil y était si chaud qu’un chevalier pouvait cuire dans son armure au soleil de midi. Il se racontait que les dunes marchaient à la guerre et que d’innombrables armées, vaincues par les feux du soleil, demeuraient éternellement aux services des rois morts vivants qui régnaient autrefois à travers les dunes arabiennes. On murmurrait que sous les sables et sous les os demeuraient des trésors si colossaux qu’ils feraient la pleine fortune de plus de mille chevaliers… et Cyrill n’ignorait pas que nombres de ses comparses ne répondaient à l’appel de la Croisade que dans l’espoir de s’approprier ces chimères dorées et clinquantes. « Et toi, es-tu meilleur qu’eux ? Tu ne cherches pas l’or, c’est vrai ; mais réponds tu sincèrement à Son Appel ? Ne courre-tu pas au devant de tes propres chimères ? Ne vas-tu pas en Arabie pour t’accaparer ton trésor, la gloire et ses lauriers ?... Qui ne rêverait pas de tant en répondant à l’Errance ?... un meilleur chevalier sans doute. Un lourd soupir souleva la poitrine du jeune homme. Son père disait souvent qu’il se posait bien trop de questions pour son bien mais Cyrill ne pouvait s’en empêcher, dans sa tête, résonnait les contes, les lais et les vers qui récités à la cour paternel avait marqué profondément l’âme du jeune enfant qui y était devenu un chevalier dont le seul désir véritable était de devenir preux. »


Historique :


"Il s’était exercé à la lance et à l’épée. Il avait appris avec les hommes d’armes tiléens de son oncle maternel, des spadassins coriaces aussi peu féru de chevalerie que pointilleux sur leur honneur. Son cousin, Helbart, un grand gaillard six fois champions en mêlée, lui avait enseigné l’art de la joute et des compétitions chevaleresques. Sa mère lui avait procuré les bons soins de deux mestres impériaux doués dans les arts humains tout comme en mathématiques ou en stratégie. Plusieurs bardes itinérants, au cours de leur halte hivernal à Couzon, lui avaient enseigné l’art courtois et le chant. Jusqu’à ses quinze ans, Cyrill n’avait guère connu autre chose que l’étude et l’entraînement. Fort calme pour un jouvenceau, il s’était distingué en joutant contre les meilleurs chevaliers de son père : Rémi Capvert de Plessie, Yohann de Bronce et Guilhem Valfers de Bonzie. Plusieurs demoiselles avaient fait discrètement remarquées que sa mine, son maintien et sa courtoisie valaient bien des promesses.

Son père entendit bien tout cela et le dotant, comme tous les boisaurouge auparavant, d’un strict et frusque nécessaire pour l’Errance. Leur devise était « Même dans l’adversité je demeure » et chaque génération depuis la bataille du Val l’avait confirmé en revenant de l’Errance plus fort et plus riches qu’ils y étaient partis."


Trois ans sont passés.

L’aventure n’a pas manqué mais l’exploit se fait attendre.

Il a participé à une vraie bataille, cinq tournois et de nombreuses escarmouches contre les peaux-vertes. Il a fait une virée dans l'Empire qui s'est soldé par une méchante blessure et cinq mois de convalescence ; ce qui l'a convaincu d'aller voir au Sud s'il n'y était pas.

Il remonte de Tilée où il a rendu visite à son oncle quand l’a atteint l’appel de la Dame sous les traits d’une fort charmante enfant aux yeux graves et sérieux, Raphaëlle Ponte-Berger, petite-fille naturelle du vaillant Baron de Havras et élue de la Dame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron Guilhem de La Tour
Messie nazi brasseur de Mad Beer
avatar

Nombre de messages : 3270
Age : 29
Localisation : Quelque part entre Paris et Colombes, en train de creuser un tunnel pour atteindre la Sainte Cave.
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs   Mar 25 Mar 2008 - 20:08

Ah, je vois que mon fidèle écuyer et ménestrel a eu l'obligeance de m'annoncer en ces lieux. Fort bien. Il est donc temps que je me présente. Laughing

Bordel, elle commence bien, cette aventure, je me fais doubler par mon larbin.


Beren de La Tour


Informations générales :

Nom du joueur : Baron Guilhem de La Tour.
Nom : Beren Aldebald Genséric Méliant de La Tour. Notez qu'il est plus fréquent de l'appeler par son seul premier prénom, Beren. Mr. Green
Âge : 20 ans.
Sexe : 22,34 cm.
Peuple et Pays d'Origine : Homme de Bretonnie.
Origines Sociales : Noblesse.
Activité: Chevalier errant.
Religion : Panthéon humain et Dame du Lac, plus quelques dieux régionaux typiques de la baronnie de La Tour, dont Laudin, dieu des poètes et des troubadours, et Galdan, dieu de la vigne et des festins.
Langue parlée : Bretonnien.

Caractéristiques :

Poids : 72 kg.
Taille : 1,76 m.
Cheveux : châtains.
Yeux : marron.
Description : Les traits doux et agréables du jeune Beren semblent à eux seuls annoncer la grande aisance et le confort dans lesquels il a grandi à la cour de son oncle le baron de La Tour. Ses cheveux châtains proprement coupés à hauteur des épaules, son air désinvolte, son regard distrait et souvent rêveur, jusqu'à son énervante habitude de lisser entre ses doigts sa fine moustache soigneusement taillée, confortent cette première impression. Beren est sûr de son charme et considérerait comme une bizarrerie qu'une pucelle lui refusât ses faveurs.

Bien que détestant cordialement tout effort physique, lot de la roture, Beren cache une certaine endurance sous ses airs indolents. Ce n'est cependant que dans les situations les plus difficiles qu'il la révèlera, se donnant le moins de peine possible le reste du temps.

Equipement et Dotations :

Depuis qu'il a pris Eugène à son service, Beren se décharge volontiers sur lui de ses provisions et objets encombrants. A quoi bon fatiguer sa monture quand on dispose d'un écuyer ? Le ménestrel emporte ainsi avec lui une quantité impressionnante de vivres, de lances supplémentaires, de vêtements de rechange, bref, tout ce dont son maître n'a pas un besoin immédiat.

Beren porte avec élégance un tabard de gueules et d'azur, richement brodé à ses armes, qu'il passe par-dessus son solide haubert de mailles et son pourpoint de cuir. Au combat, il s'équipera de son écu cerclé d'acier et de son heaume éclatant.

Son bien le plus précieux est sans doute sa fidèle épée, forgée pour lui à sa naissance comme il est d'usage dans les maisons nobles de Gasconnie. Dans les premiers temps de son errance, Beren combattit avec quelques compagnons d'armes une bande d'hommes-bêtes qui ravageait les hameaux de la baronnie de La Tour et fendit le crâne de leur chef d'un coup de taille, cassant net l'une de ses cornes ; il nomma son épée Brise-Corne en mémoire de ce premier exploit.

Beren n'aime guère se retrouver désarmé face à l'adversité, aussi porte-t-il plusieurs dagues à sa ceinture et en divers autres endroits, jusque sous son tabard, à côté de sa bourse bien remplie, et dans ses bottes. User de telles armes n'est certes pas ce qui se peut faire de plus chevaleresque, mais il est des cas où nécessité fait loi.

Beren monte une belle et robuste jument alezane, affectueusement appelée Doulce en souvenir d'une charmante pucelle du même nom -qui, fort heureusement, n'en sut jamais rien.

Psychologie :

Beren est né dans une famille riche et puissante, et a grandi au sein d'une cour hédoniste ; privilégié depuis l'enfance, sa vie s'est jusqu'ici résumée à suivre son bon plaisir. L'errance n'est pour lui qu'une nouvelle distraction.

S'il aime les combats, en particulier ceux dont il pourra retirer grand renom tout en limitant autant que faire se peut les risques inutiles, il est sensible à la culture, érudit, poète à ses heures, et se voit comme un esthète raffiné, de beaucoup supérieur à ses contemporains, tant roturiers que nobles -surtout ceux des duchés du Nord du royaume, qui ont à La Tour la réputation de n'être guère que des rustres. Si l'on ajoute à cela qu'il tire une grande fierté de sa haute naissance, on comprendra qu'il puisse parfois devenir passablement exaspérant. Si l'on parvient à passer outre ses défauts, il fait cependant un ami fidèle et un joyeux compain.

Comme il est d'usage à La Tour, Beren se veut généreux envers les petites gens, et se montre généralement fort bienveillant à leur égard pour un noble bretonnien -tant qu'ils gardent respectueusement leurs distances, s'entend.

Historique :

Beren est le neveu du baron Ferramand de La Tour, riche et puissant seigneur de Gasconnie. A ce titre, il fait partie de ses proches et occupera sans doute une place enviée à sa cour une fois devenu chevalier du royaume. Il se lance donc à l'aventure le coeur léger, sachant qu'une heureuse condition l'attend à son retour.

Beren ne s'est qu'assez récemment lancé dans les périls de l'errance, c'est pourquoi son expérience de la guerre est encore maigre. Alors qu'il commençait à trouver la Gasconnie un peu trop paisible pour s'y tailler une réputation, de grandes nouvelles lui parvinrent. Certains des chevaliers de La Tour partis à l'appel du roi avec le baron Ferramand libérer les royaumes estaliens de l'invasion arabienne étaient revenus en Bretonnie ; ils annonçaient que la guerre sainte allait se poursuivre jusque sur les terres du sultan Jaffar, au sujet desquelles couraient les légendes les plus extraordinaires. Pressentant une quête digne de lui, Beren se rendit à La Tour pour prendre congé de son père et se mit en route.

Chemin faisant, il s'arrêta à la fameuse auberge du Cochon à Trois Pattes, réputée pour son bon vin et ses serveuses accortes. C'est là qu'il rencontra le ménestrel Eugène Plaisir, dont le nom commençait à devenir fameux dans la baronnie. La verve bouffonne du personnage et son irrévérence séduisirent le jeune chevalier amateur de poésie et de chansons ; il avait trouvé là un excellent moyen d'immortaliser ses exploits à peu de frais. Il prit donc Eugène à son service, l'assurant pour lui faire oublier les périls d'un voyage en Arabie qu'il le payerait grassement en bonne chère et en boisson, et qu'il lui fournirait tous les pourpoints bariolés et autres bonnets à grelots qu'il pourrait souhaiter, ce qui sembla enchanter le ménestrel. C'est ainsi que Beren quitta la baronnie de La Tour, s'arrêtant dans chaque ville, chaque hameau, pour y faire chanter par Eugène ses hauts faits d'armes et ceux qu'il allait bientôt accomplir dans les terres lointaines d'Arabie.

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Baron Guilhem de La Tour le Mer 13 Mai 2009 - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ghju-Ghju
Generosu Dunadore
avatar

Nombre de messages : 2796
Age : 32
Localisation : Corté
Date d'inscription : 01/11/2005

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs   Mer 26 Mar 2008 - 2:20

J'ai décidé de jouer une Damoiselle du Graal pour apporter un soutient magique à l'équipe.
Je transforme en crapeau celui qui se moquera de mon choix..


Damoiselle Mélisende




Informations générales :

Nom du joueur : Ghjuvan-Carlu


Nom : Mélisende
Âge : 23 ans
Sexe : Féminin
Peuple et Pays d'Origine : Fille de Bretonnie, élevée chez les Fées.
Origines Sociales : Petite Noblesse
Activité : Damoiselle du Graal
Religion : Dame du Lac.
Langues parlées : Bretonnien, Syl-eltharin,(courant)

Caractéristiques :

Taille : 1,62m
Poids : 56 kg
Cheveux : Châtains foncés
Yeux : Verts
Description :
Mélisende est d'une beauté rare. Bien faite, son physique est tel un lys, parfait. Sa poitrine généreuse fait ressortir au mieux sa silhouette fine et ses hanches mettent en valeur le galbe de son corps. Son visage idyllique cache une foi inflexible envers la Dame.
D'un charisme déroutant, son regard perçant terrifie quiconque ose la regarder dans les yeux. Son air mystérieux la rend mystique et intouchable.

Equipement et dotations :

La jeune Mélisende n'a que faire d'équipements superflus. Sa fidèle jument blanche est ce qui compte le plus pour elle.
Comme seules armes elle dispose d'une Dague et d'un Bâton, qu'elle reçue à la fin de sa formation. Un vieux grimoire est attaché à sa ceinture.
Parée de différents bijoux sous forme de lys et de Graals, elle est vêtue d'une magnifique robe sable et pourpre.
Mélisende ne dispose d'aucune monnaie. Son statut lui suffit pour obtenir ce qu'elle désire, et personne ne risquerait la mettre en colère en lui refusant ce qu'elle demande.

Personnalité :
Mélisende ne se souviens pas avoir douté un seul instant de son autorité. En Bretonnie, chevaliers et gueux la craignent et la respecte. Son cœur est pur et elle vit pour servir le Royaume et la Dame. Elle déteste parler et son regard parle pour elle. Son attitude est mystérieuse et cela renforce l'aura
qui sied aux Damoiselles du Graal.
Très religieuse, elle ne peut supporter que l'on fasse outrage à la Dame, et fait payer cher l'insolence des idiots qui ont eut l'audace de prononcer telles paroles devant elle.
Ne reculant jamais devant les plaisirs de la chair, elle sait néanmoins reconnaître les penchants slaaneshii de ses amants et si tel est le cas elle les occis sans pitié.

Historique :
Mélisende n'a jamais parlé de son passé. On présume qu'elle est la fille du Baron de Cadenet. A trois ans déjà elle s'amusait à faire pousser des fleurs ou faire voleter des petits objets autour d'elle. Un jour la Fée Enchanteresse vint la prendre à ses parents et l'emmena en Athel Loren. Mélisende n'en a jamais parlé et personne ne connait son histoire. Seule elle sait d'où elle vient et où elle va.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
argna
Chevalier de la Quête
avatar

Nombre de messages : 407
Age : 37
Localisation : saintes
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs   Ven 28 Mar 2008 - 17:51


Argna






Informations génèrales:
Nom du joueur : Argna

Nom : Argna le chevalier déchu personne ne connait son vrai nom
Âge : 28ans
Sexe : Masculin

Peuple et Pays d'Origine : il laisse entendre qu’il est originaire de bretonnie
Activité: Mercenaire par la force des choses actuellement sans engagement.

Origines Sociales : Noble, il n’est pas affublé des disgrâces physiques des gueux de bretonnie
Religion : seul lui la connait, avant il vénérait la dame du lac
Langue parlées : bretonnien, il parle également ces langues nécessaire pour son métier: estalien et reikspel bon niveau ayant travaillé pour la guilde des marchands de bilbali il à fréquenté de nombreux marchands étrangers et a quelques connaissance de plusieurs dialecte.
Description physique :

Poids : 84 kg
Taille : 1,84m
Cheveux : très long et brun
Yeux : châtain

Description :

La première chose à noter est le teint pale de ce chevalier
Les années d’entrainement ont forgé un physique musclé qui semble attirer les regards mêlé de curiosité et de méfiance.

Equipement et dotations:

Il ne sépare jamais de son épée à deux main originaire de cathay celle-ci d’ailleurs est maintenu par une chaine , il combat avec un masque sur le visage.
Il ne porte pas les vêtements habituel des estaliens pas de couleur chatoyante dans sa garde robe.
L’un de ses traits physiques est l’extrême longueur de ses cheveux qui ne semble pas le déranger lors des combats
Signe distinctif une brulure en forme de croix sur chacune des paume de sa main on dirait la trace laissé par ’un objet chauffé à blanc.
Une longue cape noire sur le dos Un pourpoint de cuir lui sert d’armure le reste de sa tenue est sombre .

Il chevauche un magnifique étalon noir nommé buccéphale.
Un énorme dogue danois répondant au nom de pip l'accompagne partout où il va. Il est aussi haut qu'un poney.



Pip, dort la plupart du temps sous la table de son maitre lorsque celui-ci séjourne dans une auberge.

Son équipement se compose aussi d’une corde, d’une bague de tabac, d’un briquet d’amadou et d’une longue pipe ; ayant touché sa solde récemment il n’est pas en manque d’argent. Une dague dépasse de sa botte droite.
Il emporte avec lui de la nourriture pour son voyage et une outre d'eau. Un petit tonnelet de biere pend au cou de pip.( la réserve au cas où).

Psychologie :


La tristesse se lit dans son regard, il peut passer des heures plongé dans ses pensées. les personnes l’ayant côtoyées le décrive comme une personne ayant une grande tristesse dans le cœur
Il ne semble pas rechercher la compagnie des autres mais il ne la fuit pas non plus.
Le chevalier ne semble retrouver sa lucidité que dans les combats
Son caractère se modifie en fonction de son degré d’alcool il peut se montrer comme un joyeux compagnon où partir dans une bataille rangée dans un bar

Argna n'a aucun sens de l'orientation il a quitté Bilbali aujourd'hui pour Magritta mais dieu sait qu'en il arrivera.



Histoire :

Sa vie avant de s'engager comme mercenaire n'est connu de personne.
Argna à déjà combattu les séides de jaffar et connait donc quelques unes de leur techniques de combat.
Il est surtout réputé à Bilbali pour ses frasques dans les tavernes du port notamment pour les nombreux défenestrage dont il est l'auteur ou la victime.
Il vient de quitter la taverne du halfling bourré.
La croisade lançé contre l'arabie et pour lui l'occasion d'obtenir sa rédemption.


Dernière édition par argna le Dim 6 Avr 2008 - 22:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
uranus
Seigneur du pinceau
avatar

Nombre de messages : 2944
Age : 41
Localisation : belgique
Date d'inscription : 25/01/2005

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs   Mar 1 Avr 2008 - 14:19



Informations génèrales:
Nom du joueur : Uranus

Nom : Amélie Filledelune
Âge : 23 ans
Sexe : Féminin

Peuple et Pays d'Origine : Bastogne en Bretonnie

Activité: Druidesse ayant vécu reclue depuis son enfance. Devenue mercenaire pour aider les chevaliers de Bretonnie grâce à l'ancienne magie

Origines Sociales : Inconnue, abandonnée par sa mère dès son plus jeune âge.

Religion : La Dame du Lac et les esprits protecteurs de la nature.

Langue parlées : bretonnien, le druidique et le language des Ents

Description physique :

Poids : 50 kg
Taille : 1,64m
Cheveux : Noirs coupés coupés courts
Yeux : Vert jade

Description :

Amélie à le teint basané, le regard vif et éclairé. Elle a un aspect un peu rustre car elle n'a jamais eu de contact avec la civilisation. Elle porte une armure de cuir surmonté d'une cape en peau de bête. Elle porte un cimeterre en bandouillière et garde à la main son immense bâton de combat au bout ferré d'argent qui lui sert aussi de bâton de marche.

Equipement et dotations:

Amélie ne possède rien si ce n'est son équipement personnel et ses habits à savoir :
un sac à dos, son bâton de combat, une gourde d'eau, un cimeterre, un couteau, un arc et des flèches, une couverture, une paillasse, un silex, de l'amorce, une corde, une sacoche avec des plantes médicinales, un mortier pilon, des torches, de l'huile,...

Psychologie :

Amélie est farouche et ne fait confiance à personne. Elle ne compte que sur elle pour sa survie mais espère pouvoir aider de nombreux chevaliers et pourquoi pas trouver son grand amour.

En combat c'est une furie cependant, elle est aussi très habile à l'arc et elle ne se jettera jamais dans un corps à corps trop risqué sachant très bien qu'une petite blessure peut-être mortelle lorsqu'on est seul.

C'est une guerisseuse hors pair et à un sens de l'orientation hors du commun. Elle n'a pas son pareil pour la survie en milieu hostile.

Histoire :

Amélie est une enfant illégitime abandonnée en forêt. Elle fut trouvée par un chevalier de la Quête nommé Aldebald qui la confia à l'hermite gardien de la forêt et des secrets de Dame Nature. Elle fut élevée à la dur dans le respect de la faune et la flore. Elle montra très vite des affinités avec la magie druidique et se révéla une élève très douée. Elle apprit l'art de la survie et de l'herboristerie (c'est une guérisseuse hors pair). Cependant, elle dépassa vite son maître en connaissance et décida en commun accord avec lui de son départ. Son but était de venir en aide à tout chevalier respectueux de la Dame du Lac et de la nature. Elle pouvait aussi bien aider le chevalier que sa monture. En combat, elle n'est pas en reste car elle manie un énorme bâton (se révélant ravageur lorsqu'il éclate les crânes ennemis) et l'arc d'une main de maître car sa survie en forêt en dépend (il faut bien manger tout de même).

_________________
Noble seigneur béni par la dame du lac.
Damoiselle Marie est bien arrivée à Pinsaguel.
Aldred de Bastogne est enfin arrivé à Havras.
Le chevalier de Sinople est arrivé à Pinsaguel


Dernière édition par uranus le Mer 2 Avr 2008 - 14:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patricwillequet.net
Ulrich O' Meriad
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 797
Age : 40
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs   Mar 1 Avr 2008 - 23:47


LOKE




Informations générales :

Nom du joueur : Ulrich o’ Meriad


Nom : Loke
Âge : 33 ans
Sexe : Masculin
Peuple et Pays d'Origine : Bretonnien
Origines Sociales : bâtard
Activité : Palefrenier, rôdeur
Religion : aucune
Langues parlées : Bretonnien


Caractéristiques :

Taille : 1,85
Poids : 72 kg
Cheveux : Bruns
Yeux : Marrons
Description :

Loke est d’une nature robuste, sans cela son apparence générale est plutôt commune et il se fond aisément dans tous les environnements qu’il rencontre. Ce qui frappe si l’on s’attarde sur lui, ce sont ses traits plus durs qu’à la première impression et ses yeux d’un marron profond qui semblent pouvoir percer vos secrets les plus cachés dès qu’ils croisent votre regard.
Ses muscles noueux et son teint hâlé sont le résultat du temps passé sur les chemins ces dernières années.

Equipement et dotations :


Loke manie et possède un arc long d’assez bonne facture et une épée longue qu’il utilise à deux mains, celle ci est le présent qu’un chevalier du château de Caillatus lui a fait en récompense de ses services.
Ses bottes de cuir sont de bonne qualité et fabriqués par lui-même. Son équipement et ses vêtements sont d’assez bonne qualité aussi, certes pas neufs, mais encore solides et surtout particulièrement adaptés à des mouvements souples et rapides.
Il possède une armure de cuir très pratique, qu’il endosse dès que le besoin s’en fait sentir. Il aime la liberté de mouvement qu’elle lui confère en combat rapproché.
Il a « emprunté » une monture au seigneur de Caillatus juste avant son départ avec la compagnie.
Styx que Loke à aider à voir le jour et dressé depuis maintenant deux ans est très proche et fidèle à son soignant et nouveau propriétaire. Sa robe est brillante et presque entièrement noire exception faites d’une tache blanche sous l’encolure.
Loke possède aussi un médaillon familial, représentation figurée du soleil.


Personnalité :


Loke est d’une nature calme, son jugement précis et ses idées ordonnées. Il aime son métier de palefrenier et sa vie au grand air. Sa nature solitaire ne se dément pas au fil des ans et il tient farouchement à sa liberté.
Il a su, grâce à ses talents et sa connaissance des bêtes, les chevaux en particulier, se faire une place comme maître des écuries au château de Caillatus.
Il aime le contact avec les animaux et de part son éducation, a toujours été à l’écoute de la nature. Il s’extasie encore aujourd’hui devant un paysage, un oiseau ou encore un arbre. Il peut passer plusieurs heures d’affilées dans la contemplation de la nature.

Il garde dans ses relations avec autrui une certaines mesure et considère parfois les humains un peu durement. Généralement Il se montre mesurer dans ses premiers contacts.
Il a beaucoup voyagé plus jeune et en a garder un goût immodéré pour la liberté et les journées passée en seule compagnie de sa monture et des animaux. Il a acquis lors de ces pérégrinations des qualités de camouflage, de discrétion et est passé maître dans l’art de passer inaperçu en forêt.
Il sait facilement trouver une piste et suivre à la trace un animal. Il chasse depuis toujours et a ainsi développé son habilité à l’arc.


Historique :


Loke est originaire d’une île proche des côtes de la Bretonnie. Située au nord de Couronne, l’île ne compte que quelques centaines d’habitants.
Loke a été élevé par une mère aimante, mais trop occupée par son métier de cuisinière au château.
Sa bâtardise non reconnue, et pourtant notoire (du fait entre autres de sa ressemblance avec son géniteur), l’incita assez tôt à quitter l’île pour découvrir le vaste monde.

Il a donc vécu plus de dix ans de ses talents de chasseur et de soigneur, s’en remettant à son étoile. Son voyage l’a conduit il y a un peu plus de trois ans au château de Caillatus.
Loke y a mis en pratique ses connaissances du monde animal et ses capacités de soignant au service du seigneur des lieux.

Depuis quelques mois il s’est épris d’une jeune femme de bonne famille, et depuis que son père, un chevalier de renom de la région de Caillatus a appris la chose, Loke n’est plus le bienvenu. Certaines menaces planent sur lui, et des intimidations à mots à peine couverts lui ont été faites ces derniers temps.
Il a récemment eu la désagréable surprise de trouver sa cabane en proie aux flammes.
Il sait ne devoir sa survie qu’à la très bonne réputation dont il a jouit jusqu’à maintenant.
Ainsi et pour ne faire courir de risque à personne et surtout ne pas mettre en porte-à-faux sa mie, il a décidé de partir à la croisade afin d’y trouver un statut qui lui fait défaut aujourd’hui, un statut de chevalier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haydon duc de bastogne
Chevalier du saint Graal
avatar

Nombre de messages : 694
Age : 29
Date d'inscription : 02/11/2007

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs   Mer 2 Avr 2008 - 23:18

(Le MJ tient à signaler qu'il n'a pas reçu la fiche de ce perso avant qu'elle ne fut postée. C'est mal Laughing )

Haydon:




Informations générales :
Nom du joueur : Haydon duc de Bastogne

Nom : Haydon
Âge : 19 ans
Sexe : Masculin
Peuple et Pays d'Origine : Homme de Bretonnie
Origines Sociales : Noblesse, mais en état d’exil forcé.
Activité: Jeune apprenti chevalier
Religion : Dame du Lac car elle est la seule et l’unique déesse.
Langues parlées : Bretonnien.

Caractéristiques :

Taille : 1,69m
Poids : 66 kg
Cheveux : chatain
Yeux : gris/bleus
Description :
Haydon est un jeune homme de 19ans pas bien grand pour quelqu’un de la noblesse. Normal tout bébé après la mort de ses parents sa mère après l’avoir mis au monde et son père Jean-Michel vicomte de Bastogne mort quelque jours plus tard, dû à un empoisonnement par un chevalier voulant s’approprier le domaine familiale. Il fut confié par une servante, à un vieux chevalier du Graal ; il a dû donc vivre avec une bien piètre richesse celle de Gaétan chevalier du saint Graal et l’un des hommes les plus influents du domaine qui est resté du coté de son père. Haydon possède une droiture et un physique plutôt gaillard, dont l’impétuosité, sa foi en la dame et son arrogance dépassent tout entendement ne laissant surtout personne indifférent. Le saint eut du mal à éduquer l’art de la bonté, le code de la chevalerie et le maniement des armes même si pour le dernier il n’avait pas à forcer son talent pour arriver à égaler son maître. Son visage de marbre ne laisse transparaître que tristesse et froideur, avec les traits acérés de son visage, et dont aucun sourire n’en ressort est d’un pale presque livide. Il se cache le plus souvent sous une longue veste à capuchon d’un noir profond.

Equipement et dotations :

Son équipement se compose d’une armure, d’un gris sombre qui lui a été offerte par Gaétan et un faible rapiéçage de différent tissus de couleur rouge lui servant de tunique. Ces couleurs lui servant de deuil tandis qu’une lance, une épée et un bouclier de fort mauvais facture lui servent d’équipement de combat. Le reste de son équipement étant composé d’un livre sur la dame, d’une couverture, d’une bougie et d’un petit médaillon représentant sa malheureuse mère. Avec ce médaillon seul sa modeste monture semble être sa richesse et c’est le cas! Sa monture une jument bai avec beaucoup de sang porte un caparaçon avec les même couleurs que sa tunique. Il ne mange que très peux et les victuailles que la dame veux bien leur donnaient, baies, mûres quelque racines ou des dons du bas peuple.

Personnalité :

Sa personnalité est plutôt hostaire et dédaigneux à la vue et aux autres car il pense que personne n’a plus souffert que lui, dans son éducation ou bien encore dans sa vie de tout les jours ; devant dés son plus jeune age survivre aux trajet ou bien encore à la rudesse que lui enseigné Gaétan. Il ne parle que très peu sauf à sa monture. Beaucoup on l’impression qu’il est lunatique tantôt méchant tantôt gentil ; hélas sa seul existence est la vengeance, et le combat tant il s’y acharne et y met de la haine. Pourtant des actes charitables ponctue sa vie car sa croyance et sa loyauté en la dame est sans faille ; qui conque se voix offrir son amitié, aura une loyauté sera sans borne.

Historique :

L’histoire de Haydon commence un printemps au mois de mai le 13 tout exactement. Il née au château de son père Jean-michel vicomte de Bastogne et de sa mère Dominique comtesse d’Artenois. Sa mère meurt lors de l’accouchement donnant deux fils jumeaux mais ne se ressemblant pas. Son père empoissonné une 15énes de jours après laisse ses deux fils ; deux servantes fuit le château avec mais l’une d’entre elle est rattrapé et tué le nourrissons étant éduqué par cet usurpateur, le second fut sauvé par la deuxième servante et fut confié à Gaétan.
Haydon fut celui ci. Eduquer à la dur, au rudesse du temps, des saisons et de la vie. Tout lui a été enseigné par ce vieux chevalier, des prières, aux histoires, à son histoire jusqu’à celle de gilles le breton. Dés l’age de 10ans son éducation des armes, ennemis, cultures,… commença. Les années passèrent et bientôt il quitta son saint maître à 16ans pour s’épanouir, ayant vent de la croisade il s’y joint avec hâte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthas
Saint vivant
avatar

Nombre de messages : 1430
Age : 34
Localisation : Baronnie de Corgenon
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs   Ven 18 Avr 2008 - 17:02

Informations générales :
Nom du joueur : Arthas



Nom : Arthas
Âge : 25 ans
Sexe : Masculin
Peuple et Pays d'Origine : Homme de Bretonnie (Duché de Montfort)
Origines Sociales : Noblesse
Activité: Paladin
Religion : Dame du Lac.
Langues parlées : Bretonnien, Reikspiel (rudiments)

Caractéristiques :

Taille : 1,90m
Poids : 80 kg
Cheveux : Blond
Yeux : Bleus
Description : Arthas, par sa haute taille et son regard froid inspire le respect à ses semblables.


Equipement et dotations :

Arthas ne se sépare jamais de sa lourde épée baptisée Auréa. Il possède également une autre lame de rechange, ainsi qu'un poignard fixé sur son armure au niveau de son mollet gauche. Ses cheveux blonds tranchent avec l'armure au métal sombre des chevaliers de Montfort, il porte une livrée totalement blanche, uniquement parée d'une tour noire. La même que porte sur son carrapaçon, son destrier d'une robe noire de jais nommé Asfaloth.
Il porte l'équipement nécessaire à tout long voyage en terre éloignée et hostile.

Historique :

Arthas est le troisième enfant d'une noble famille originaire du Duché de Montfort. Son père n'est autre que l'un des conseillers du Duc Fredegar.
Devancé dans la naissance par sa soeur Gwenaelle et son frère Faron, il commença son apprentissage de chevalier au sein de la maison du Duc. Par sa stature et ses qualités de combattants, il franchit rapidement les échelons. Plutôt qu'accepter un fief, il décida de rester au service de Fredegar et d'entrer parmi sa garde rapprochée. Nommé Paladin, il conduisit nombre de bataille aux cotés du Duc. Lorsque la nouvelle se répandit à propos de la croisade lancée en Arabie, Arthas demanda à être reçu par Fredegar. Ce dernier accepta en récompense de ses bons et loyaux services de le laisser partir pourfendre les ennemis de la Bretonnie.

Personnalité :

D'un naturel solitaire, Arthas est quelqu'un de bon, avare de toute gloire, et toujours prêt à aider ses compatriotes bretonniens à triompher de leurs ennemis. De sa naissance et de son illustre passé au service du Duc Fredegar il ne se vante guère, les actes futurs étant pour lui toujours plus important que ceux du passé...

_________________
Tremblez devant l'ire du Seigneur du Foroume et Roy du Frigo !
Spoiler:
 

En Route pour l'Histoire, le blog d'Arthas avec la participation ponctuelle du Baron de Havras
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.notrehistoire-mamemoire.blogspot.com
Tancrède Soufflardent
Porteur de la Grande Bannière
avatar

Nombre de messages : 658
Age : 40
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 31/01/2006

MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs   Mer 30 Avr 2008 - 13:39

Informations générales :
Nom du joueur : Tancrède Soufflardent



Nom : Marco
Âge : 20 ans
Sexe : Masculin
Peuple et Pays d'Origine : Inconnu
Origines Sociales : -
Activité : mercenaire
Religion : Shallya et Myrmidia
Langues parlées : Tiléen, Bretonnien (courant), Reikspiel (courant), Arabéen (quelques mots)

Caractéristiques :

Taille : 1,70m
Poids : 65 kg
Cheveux : blonds
Yeux : ambrés

Description :

Avec sa peau mate, il est difficile pour Marco de renier ses origines tiléennes, mais il a hérité de sa mère norse son abondante chevelure blonde. Son menton volontaire est orné d’une barbiche toujours bien taillée. Ses yeux perçants, surmontant un nez aquilin, semblent constamment à l’affût, lui donnant un air d’oiseau de proie. Son corps fin et musclé est parcouru des nombreuses cicatrices reçues au cours des batailles menées au sein d’une compagnie de mercenaires, tandis que sa démarche féline dénote le bretteur accompli.



Historique :

Marco est le fils d’un arbalétrier tiléeen et d’une prostituée norse, dont il a hérité la blondeur. Il est né et a passé les premières années de sa vie dans le train de bagages de la compagnie de mercenaires à laquelle appartenait son père, parcourant le Vieux Monde au gré de leurs engagements.

Très tôt, ces voyages ont développé l’intérêt du jeune garçon pour les autres cultures, tandis qu’il devenait toujours plus assoiffé de connaissances. Un poète errant bretonnien, qui s’était joint à la compagnie suite à une sombre affaire de jacquerie, lui enseigna à lire et à écrire, et Marco lisait avidement tout les textes sur lesquels il arrivait à mettre la main.

A l’adolescence, il fut jugé digne d’intégrer à son tour les rangs de la compagnie de mercenaires. Il y passa quelques années avant de la quitter pour suivre son chemin et parcourir le monde au gré de ses envies de voyage, à la découverte d’horizons lointains et de peuples étranges.

C’est ainsi que son dernier contrat l’a amené à escorter un riche marchand impérial se rendant en Arabie. Depuis son retour, il brûle d’y retourner, ses rêves peuplés de visions de désert, de ruines de civilisations antiques et de la fascinante culture arabéenne.

Ayant entendu qu’une croisade se rassemblait en Estalie, tout juste libérée, il a décidé de profiter de cette opportunité pour trouver un bateau et retourner là-bas…


Equipement et dotations :

L’équipement que Marco porte sur lui est un reflet de son existence nomade et de ses campagnes dans diverses régions :
De Bretonnie, il a ramené une cape de feutre, un pantalon et une chemise de lin solides, quoique fatigués.
Dans l’Empire, il a mis la main sur un chapeau à large bord, orné d’une extravagante plume d’oiseau, et une longue vue ayant appartenu à un officier qui n’en aura plus jamais besoin.
En Estalie, il a fait fabriqué par un maître forgeron une dague et une épée courte, parfaitement adaptées à son style de combat à deux lames.
De sa patrie, la Tilée, il a fait faire sur mesure une paire de bottes qui, bien qu’élimées et usées par les longues marches, continuent de le servir fidèlement.
Lors de son voyage en Arabie, son employeur lui offrit, en tant que prime pour lui avoir sauvé la vie, une armure de cuir clouté et brodée de motifs élégants.
De ses parents, il hérita une arbalète, assortie de 2 carquois, et des médailles religieuses à l’effigie de Shallya et Myrmidia, ses déesses tutélaires.


Personnalité :

D’une immense curiosité intellectuelle, Marco porte un regard étonné et émerveillé sur le monde qui l’entoure. Il apprit à lire et à écrire afin de satisfaire sa soif de connaissances, gourmandise dont il est insatiable. Calme et posé, il est également très pieux et dévoué à ses déesses tutélaires, Shallya et Myrmidia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Le chant du désert] Fiches de personnages joueurs
» Fiches des Personnages : Cirno
» [Le chant du désert] Discussions
» [Le chant du désert] Préambule
» Fiches de Personnages D&D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Bretonnie :: La Bretonnie : son histoire, ses chevaliers, ses châteaux :: Role Play-
Sauter vers: