Le Royaume de Bretonnie
Bienvenue en Bretonnie, manant(e) ! N'oublie pas, avant toute chose, de te présenter selon le Sainct Patron de Présentation dans la section prévue à cet effet : http://labretonnie.forumactif.com/t1-presentation-voici-le-patron-que-vous-devez-suivre



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le grand voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luther
Gueux


Nombre de messages : 19
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Le grand voyage   Mer 31 Mai 2006 - 13:21

C'est un texte ancien comme celui de Sire d'Epinette. La première partie est entièrement finie et la seconde est en cours.

Chapître 1

Les nobles terres de Bretonnie

Voilà à peu près trois ans que le seigneur Laurent de la Ronce avait quitté son domaine, sa famille et ses biens, hormis ceux nécéssaires pour se lancer en quête du Graal. Depuis trois ans il a sillonnait les terres de Bretonnie afin de trouver le Saint Calice. Il rencontrait plusieurs chevaliers de valeur, dont quelques chevaliers de la quête comme lui, mais également d'autres du Royaume vinrent se joindre à lui. Certains amenèrent leurs meilleurs archers de même que le Jeune Baron Vincent de L'Anguille avait apporté un trébuchet dans des charrettes. Bien que l'idée d'avoir des compagnons lui déplaisait quelque peu, Laurent accepta stoïquement cette petite troupe à qui il avait prêté assistance autrefois et qui ont fait vœux de le suivre. Cela faisait trois longues années où la Dame ne l'avait pas jugé assez digne pour apparaître afin de lui faire boire au Graal. Même d'impétueux chevaliers errants l'avaient rejoint. Il disposait d'une petite armée avec lui bien que cela ne fut point nécessaire pour le moment. Malgré tout, en voyant l'admiration de ces jeunes preux, il ne pouvait se résoudre à les abandonner sur place comme il aurait du le faire. Peut être était ce une épreuve de la Dame pour tester son stoïcisme et d'autres qualités telles que la patience. Alors qu'il se dirigeait vers Couronne avec ses serviteurs, il croisa en chemin un vieil homme et une demoiselle, tous deux à cheval, qui eux aussi suivaient la route de Couronne.

-Holà noble vieillard, que fais-tu seul avec cet demoiselle si loin d'un village ou de la protection offerte par ton seigneur.
-Je n'ai besoin de la protection d'aucun seigneur Chevalier de la Quête. Je ne sers aucun seigneur si ce n'est la Dame du Lac en personne.
-Et qui es-tu donc pour prétendre de n'avoir besoin de la protection d'un chevalier de Bretonnie, serais-tu sénile?
-Bien que je ne sois qu'un homme ordinaire, je puis défaire n'importe quel ennemi par ma magie, les bêtes me craignent et les hommes me respectent. Je suis Myrddin, sorcier de la Dame. Et toi qui es-tu Chevalier de la Quête?

Intrigué par l'air sûr de ce vieil homme, Laurent entendit un murmure parmi ses compagnons, les gueux s'inclinaient devant ce vieillard et alors il se souvint. Il s'agit de Myrddin, le seul enfant male à être revenu du pays des fées.

-Soit Myrddin, et cette demoiselle, qui est-elle?
-Il s'agit de ma disciple, Viviana, si vous prenez également la route de Couronne, peut être me feriez vous le plaisir de vous joindre à moi ou inversement je vous ferais le plaisir de me joindre à vous.

Laurent regardait ce vieillard, sa barbe et ses cheveux blanc, qui ne semblait en rien différent des autres et pourtant il était si étrange. Il remarqua l'épée qui pendait à la ceinture du sorcier.

-Soit Myrddin, je me joins à vous. Mais dites-moi, c'est une bien belle arme que vous portez.
Myrddin présenta l'arme au chevalier
-Souhaiteriez vous en juger par vous-même?

Laurent avait le manche juste en face de lui. Il scruta minutieusement l'arme mais refusa de la prendre, repoussant doucement la main du sorcier qui avec un sourire lui répondit.

-C'est faire preuve de grande sagesse que de réfléchir avant d'agir Sire Laurent de La Ronce, je peux vous dire que votre Quête prendra bientôt fin.

Ces dernières paroles provoquèrent des murmures dans la petite troupe. Déjà le sorcier avait donné le nom du chevalier sans qu'il lui ai dit, et de plus il a prophétisé la fin de la quête.

La route empruntée par Sire Laurent de la Ronce et Myrddin devait passer la foret de Chalons, par soucis de sécurité envers le Sorcier, il décida de contourner la forêt, alors le vieillard lui dit:
-Myrddin: Il est inutile de faire un détour, ce n'est pas les quelques bêtes qui rodent dans ces bois qui vont m'effrayer.

Laurent savait qu'il ne pourrait contester la décision du Sorcier. Alors lui et ses hommes pénétrèrent dans les bois. C'est au coucher du soleil qu'ils arrivèrent dans une clairière, près d'une petite chapelle du Graal érigée là par quelque seigneur de la contrée. A l'intérieur se trouvait un chevalier qui les salua.

-Bienvenue dans la Chapelle de Chalons voyageur, je suis Thomas de Carvas, chevalier du Graal et protecteur de ce lieu.
Myrddin descendit de son cheval et lui répondit
-Bien le bonjour à toi noble Thomas, je me nomme Myrddin nous suivons la route de Couronne et avons pénétré dans la forêt afin de raccourcir notre voyage.
Le chevalier dévisagea le Sorcier avant de continuer
-J'ai entendu parlé de toi Myrddin le Sage, c'est un honneur que de t'accueillir dans mon sanctuaire. Puis-je offrir le gîte et le couvert à toi et ton escorte? Car la nuit va tomber, et les hommes bêtes rodent près de la chapelle, j'en ai occis plus d'une dizaine depuis sept jours.
Laurent s'avança à son tour
-Seigneur Thomas, pourrais-je vous prêter assistance pour exterminer ces bêtes, mes hommes et moi sommes à votre disposition.
-Hmmmm fort bien, Chevalier de la Quête. Pour t'aider, j'ai ceci pour toi.
Thomas sortit une épée étincelante d'un coffre.
Cette épée bâtarde se transmet de génération en génération de Chevaliers de la Quête. Lorsque je l'ai emportée, celui qui me l'a confiée me dit de la transmettre à un autre Chevalier de la Quête lorsque je deviendrai chevalier du graal. Je te la transmet, à mon tour.

Laurent se saisit de l'épée de la Quête en récitant son serment.
La nuit venue, lui et ses hommes se préparèrent à occire des hommes bêtes lorsqu'ils entendirent un cor résonner au loin.

Saisissant sa nouvelle épée, Laurent, sa troupe et Thomas se mirent en cercle autour de la chapelle, le trébuchet était monté et les pierres d'un ancien cairn servaient de munitions. Les archers avaient leurs arcs bandés, prêts à lâcher de mortels traits. Myrddin était protégé par les chevaliers de la Quête et Viviana par ceux du Royaume. Les feux étaient allumés, les combattants attendaient l'arrivée des hommes bêtes.

C'est alors que d'énormes chiens jaillirent de la foret près des chevaliers de la Quête. Les concernés réagirent promptement en sonnant la charge pendant que les hommes bêtes arrivaient.
Laurent s'attendait à voir une petite bande, mais ce fut de nombreux rejetons du chaos qui assaillirent les bretonniens. Myrddin leva simplement la main, et les arbres se mirent à se mouvoir, leurs branches projetant les ennemis au loin. La première volée de flèches fut lancée les Gors se saisirent des Ungors pour que ceux çi prennent les traits meurtriers. Laurent lança la charge vers les guerriers les mieux protégés, accompagnés par le Wargor de la harde. Pendant ce temps Les chevaliers Errants se jetèrent sur les ennemis les plus proches et massacrèrent la bande pour rencontrer des centigors. Manœuvrant efficacement, il écrasèrent les rejetons du Chaos pendant que les chevaliers du Royaume avec Viviana se faisaient attaquer dans le dos par une bande. La Demoiselle psalmodia des prières et des épines jaillirent du sol pour enserrer et déchiqueter les hommes bêtes. Alors que les chevaliers de la quête affrontaient les Bestigors, Laurent se dressa devant le Wargor et jeta son gantelet à terre. Il grogna et bondit sur le chevalier. Avant la bataille, les archers avaient placé leurs pieux qui les sauvèrent des agressions des créatures, même si quelque paysans mouraient, les Ordres des chevaliers leurs rappelèrent leur devoir. Thomas chargea un chaman qui lançait des sorts sur Laurent afin de l'affaiblir, la magie de cette bête était puissante mais le seigneur bretonnien résista et l'aide du chevalier du Graal fut précieuse et Laurent enfin libéré de la magie continuait son combat. Le chef homme bête se battait avec la vigueur d'un démon mais finalement, au terme d'une série de parades, un revers de l'épée de la Quête trancha le Wargor en deux. En voyant la mort de leurs chef, les créatures fuirent dans les bois. Après la bataille, les chevaliers blessés furent soignés et ceux qui étaient morts (il y avait un chevalier errant et deux chevaliers du royaume) furent rapidement enterrés dans la crypte de la chapelle et finalement les soldats purent se reposer.

Le lendemain, Laurent et ses suivants quittèrent la chapelle du Graal et le soir même ils sortirent de la forêt de Chalons pour continuer leurs route vers Couronne. Le temps était orageux, mais aucun éclair ne zébrait le ciel et la pluie ne tombait pas. Laurent se retourna pour regarder le sorcier qui se trouvait derrière lui, celui çi répondit par un sourire énigmatique. Le jour finissait de tomber et l'obscurité de la nuit empêchait d'avancer plus loin. C'est au bord d'un paisible lac qu'un campement fut dressé. Pendant que les archers dormaient sur la paillasse, les chevaliers montaient la garde tour à tour. Quand son tour fut terminé, Laurent constata une chose. Myrddin n'était plus là.

Laissant le campement sous les ordres de Vincent de l'Anguille qui était devenu son second, Laurent chercha le sorcier sur les bords du Lac. Il finit par le trouver agenouillé, un buisson l'empêchait de voir la scène, mais il parlait à quelqu'un.

-Oui, il ira avec moi voir le Roy, et je lui indiquerai alors sa route.

Laurent n'entendit point la réponse de la personne à qui Myrddin parlait et ne la vit car elle devait être dissimulé par le buisson

-Je n'oublie point ma Mission, mais le chevalier au cœur pur existe t'il réellement?

Finit par dire le vieillard, Laurent s'avança petit à petit, mais rien ne permettait de deviner l'identité de l'interlocuteur du sorcier.

-Je pense qu'il est à la hauteur de vos attentes et vous pourrez alors l'exaucer quand tout sera fini.

Ces paroles furent de trop, Laurent se sentit manipulé, se précipita et finit par trouver le sorcier seul, agenouillé au bord du lac.

-Qu'est ce que cette sorcellerie? A qui parliez vous Myrddin? Eh bien j'attend votre réponse.
-Je ne parle qu'à l'oreille qui mérite d'entendre ce que j'ai à dire, je vous croyez meilleur que cela messire, vous espionnez mes conversations à présent?

La colère submergea Laurent, il dégaina son épée de la Quête, le sorcier leva la main et les buissons l'agrippèrent et l'immobilisèrent.

-Maudit sorcier avec votre magie immonde, je comprends pourquoi les fées vous ont rejeté, vous n'êtes qu'un être pourri de vice et...

Myrddin envoya son bâton sur la tête du chevalier.
-Les fées m'ont laissé partir afin d'accomplir ma mission, une fois ma tache terminée, je leurs reviendrai. Je vous conseille de vous calmer... Je devrai vous laisser ainsi pour avoir osé proféré de telles paroles. Mais je n'en ferai rien.
Les buissons lâchèrent le Chevalier de la Quête blessé dans son orgueil.
-Je n'aime pas que vous vous serviez de moi Myrddin.
Dit Laurent avec colère.
-Mais je ne me sers point de vous, c'est vous que je sers Messire.
Myrddin retourna au campement, laissant le chevalier de la Quête seul au bord du lac. Celui çi regarda la surface de l'eau, s'agenouilla et se mit à prier.
-Oh! Dame du Lac, je souhaite ne point faire une erreur en accompagnant cet homme.
C'est alors qu'il vit un ruban sur l'eau, d'un geste vif, il s'en saisi, il brillait quelques peu à la lumière de la lune. "Est ce un signe? " se dit-il. se relevant, il noua le ruban au manche de son arme et retourna au campement.

on va se contenter de ça pour que vous puissiez digérer plus facilement Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dangorn de Castagne
Héros d'une Geste


Nombre de messages : 6141
Age : 29
Localisation : En exil dans le Middenland
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Le grand voyage   Mer 31 Mai 2006 - 14:59

Ah, tu es Steppenmentou ! Smile

EDIT : je viens de relire ta présentation, j'avais pas vu. Mr. Green

J'avais lu ce texte sur Warfo, et j'adore ton inspiration arthurienne Wink

_________________
Comte Dangorn de Castagne, chevalier du Graal, suzerain des châtelleries de Nandragon, de Mortauges et d'Espesses, sergent de la Confrérie des Mercenaires du Reikland, garde d'honneur de l'Impératrice de Cathay, Saint Vivant du foroume et coach de l'équipe de Blood Bowl des "Squires of Castagne".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luther
Gueux


Nombre de messages : 19
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: Le grand voyage   Mer 31 Mai 2006 - 18:03

Dangorn de Castagne a écrit:
Ah, tu es Steppenmentou ! Smile
Citation :
Setenpemou

*Bruit de multiple lance de cavalerie traversant la chait pourrie*
SETEPENMENTOU
J'avoue que c'est hard à retenir mais quand même ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luther
Gueux


Nombre de messages : 19
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: Le grand voyage   Jeu 1 Juin 2006 - 23:26

Après l’incident du Lac, Laurent parla de moins en moins à Myrddin. Cela faisait six jours maintenant qu’ils étaient sortis de la forêt de Chalons et à présent ils longeaient celle d’Arden en direction de Gisoreux. Ils avaient été retardés par les roturiers qui étaient à pied et donc plus lents. Laurent pensait de plus en plus qu’il aurait du faire un détour vers Bastogne pour les y laisser. Les charrettes contenant le trébuchet s'éffondrèrent sous le poids des pierres emportées dans la forêt de Chalons et malgré les protestations de Vincent de l’Anguille l’arme fut abandonnée sur place. La troupe continuait d’avancer sous l’ombre des grands arbres quand finalement elle rencontra au bord d’un ruisseau quatre chevaliers pégases faisant boire leurs nobles montures.

-Holà messeigneurs, quel bon vent vous amène si près de Gisoreux? Dit un chevalier pégase en saluant les voyageurs.
-Nous suivons la route de Couronne, nous avons décidé de passer par Gisoreux pour éviter de passer par la forêt afin de garantir la sécurité de nos compagnons de route. Répondit Laurent en descendant de son destrier.
-C’est une noble intention de votre part Seigneur, nous prenons également la route de Couronne, nous sommes originaires du duché de Parravon, c’est avec joie que nous prendrons le même chemin que vous.
Myrddin descendit à son tour de son cheval
-Les nobles chevaliers de Parravon sont accueillis à bras ouvert.

Les chevaliers pégases regardèrent ce vieillard qui pour eux n’était qu’un sorcier.
-Qui êtes vous? Finit par dire le plus jeune d’entre eux.
-Je suis Myrddin, Magicien de la Dame, à votre service. Répondit le vieil homme
Laurent approcha son destrier du ruisseau pour le faire boire et fit signe aux autres chevaliers de l’imiter. Après cette longue marche, les bêtes avaient besoin de repos, et les hommes également.
-Nous ferons une petite halte ici, l’endroit à l’air calme.

Pendant que les archers et les chevaliers s’occupaient des chevaux, Laurent parla aux chevaucheurs de pégases des récents évènements. A chaque partie de son récit, tous tournaient la tête vers Myrddin et la discussion reprenait aussi rapidement quel s’était interrompue. Une heure était passée quand Laurent se remit en selle et donna l’ordre de repartir, les chevaliers pégases s’envolèrent pour scruter l’horizon, ils voyaient encore et toujours la forêt, mais au loin ils purent distinguer les murailles de Gisoreux. La troupe se remit en marche et lorsque le soleil fut au zénith, Laurent était aux portes de la cité gardée par quatre hommes d’armes.

-Halte là mon Seigneur, nul ne passe. Dit un des gardes qui semblait être le capitaine
-Je suis le comte Laurent de La Ronce, seigneur du fief portant le même nom, vassal du Duc de Gisoreux, laissez moi passer avec mes hommes.
-Le Duc est malade actuellement, et aucun étranger ne peut franchir les portes de la cité.
-Si le Duc est malade, alors peut être pourrais je le guérir. Dit Myrddin en se présentant devant le garde. Le sorcier sortit un anneau de sa besace et le montra au garde. Celui çi sursauta et s’écarta vite avec ses hommes
-Bien seigneur Myrddin, veuillez entrer avec votre suite. Finit par dire le capitaine avec une voix tremblante.

Pendant qu’ils traversaient la ville en direction du château, Laurent demanda à Myrddin de voir son anneau. Le chevalier remarqua que c’était le même que ceux portés par les demoiselles du Graal. Alors il se mit à regretter amèrement son comportement au bord du Lac en rendant l’anneau. Lorsqu’ils arrivèrent au château, seul Myrddin put passer, Laurent et ses hommes furent obligés d’attendre dehors.
De longues heures passèrent, discutant avec d’autres nobliaux venus avant que le Duc ne tombe malade, Laurent apprit que même le meilleur guérisseur de Gisoreux n’avait pu déterminer quel mal touchait son suzerain. Myrddin sortit du château.
-Je sais ce qui ronge le Duc, mais pour l’en débarrasser j’ai besoin d’un dernier ingrédient que vous pouvez me procurer.
-Et quel est cet ingrédient? Demanda Laurent songeur. Il imaginais déjà une plante quelconque qui pourrais guérir celui à qui il a juré allégeance et qu'il faudrait trouver dans la forêt.
-Il me faudrait une plume de pégase.
A ces mots les chevaliers de Parravon protestèrent.
-C’est un crime de porter la main sur une si noble créature, c’est une insulte à la mémoire de Glorfinial.
-Si jamais mon Duc perd sa vie à cause de votre arrogance, je prendrais celle de vos pégases! Dit Laurent d’un ton glacial. Les chevaliers n’avaient d’autre choix qu’obéir, Myrddin s’approcha de l’un des chevaux ailés, et avec son petit poignard, coupa une des plumes. Il retourna à l’intérieur du château pour préparer sa décoction. En attendant les habitants et les chevaliers priaient la Dame du Lac pour la santé du Duc.
Finalement Hagen de Gisoreux apparut au balcon avec Myrddin à sa droite. Le peuple était en liesse et Laurent pouvait enfin rentrer et s’agenouiller devant son suzerain.

Un grand banquet fut donné en l’honneur de la guérison du Duc. Les hommes festoyaient, de nombreux plats furent disposés et le vin de cette année coulait à flot. De belles damoiselles attiraient les regards des convives. Toutefois, Laurent et Myrddin mangèrent peu et ne burent point, nulle parole ne sortit de leurs bouches ce soir là, et pourtant ils parlaient, sans dire de mots. Laurent avait perdu l’habitude des festivités depuis ces trois années d’errances, quant à Myrddin, ce chaos de nourriture et d’alcool le mettait mal à l’aise. Hagen remarqua l’attitude étrange des deux hommes, alors il se leva et tendit sa coupe de bronze dans leur direction.
-Je lève ma coupe au comte Laurent de la ronce, mon fidèle vassal et au messire Myrddin Magicien de la Dame du Lac à qui je dois ma vie.
Les autres convives l’imitèrent, Laurent ne sut que dire ni que faire, Myrddin se contentait de sourire au Duc et d'imiter son geste.

Les chevaliers purent dormir au château et les archers dans les anciennes écuries. Au matin, Hagen donna audience à son vassal.
-Messire Laurent de La Ronce, cela fait bien longtemps que vous avez laissé votre domaine pour partir en quête du Graal. Vous ne l’avez point trouvé, je le vois bien. Ne vous inquiétez point pour le comté de La Ronce, votre fils Geoffrey la dirige bien, tout comme vous l’avez dirigé.
-Je suis heureux que mon Seigneur se porte bien, je vois que les soins de Myrddin vous ont rendu votre force d’antan.
-Oui, j’ai l’impression d’avoir à nouveau vingt ans, même si j’en ai bien plus que cela. Ne perdez pas espoir Messire, un jour, vous aussi pourrez boire au Graal, j’en ai la conviction. Mais votre chemin ne s’arrête pas à Gisoreux Laurent.
-Je le sais Sire, je vais escorter Myrddin à Couronne, après la Dame décidera de mon chemin. Si vous me le permettez, je vais me retirer et me préparer à repartir.
-Je vous en prie.

Laurent quitta son seigneur et se dirigea vers les anciennes écuries, voyant que les paysans dormaient toujours, d'un coup de pied, il réveilla les marauds qui paressaient dans la paille sèche.
-Peste soit du maroufle, levez vous bande de gueux.
Les archers se levèrent promptement, les chevaliers se remirent en selle et sous les acclamations de la foule, ils quittèrent Gisoreux en direction de Couronne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le grand voyage   Aujourd'hui à 18:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Le grand voyage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Grand Voyage - Arseniks Prime - Infiltration.
» Le Grand Voyage - Humains - Le Crash 2
» Le retour des Gnomes
» Le Grand Voyage - Humains - L'exploration du désert
» Le Grand Voyage - Humains - Le Crash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Bretonnie :: La Bretonnie : son histoire, ses chevaliers, ses châteaux :: Textes-
Sauter vers: