Le Royaume de Bretonnie
Bienvenue en Bretonnie, manant(e) ! N'oublie pas, avant toute chose, de te présenter selon le Sainct Patron de Présentation dans la section prévue à cet effet : http://labretonnie.forumactif.com/t1-presentation-voici-le-patron-que-vous-devez-suivre



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Grand Tournoi de Havras

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Le Grand Tournoi de Havras   Ven 13 Jan 2006 - 16:47

Havras, fameuse baronnie du duché de l'Anguille, réputée dans tout le pays pour la cave de son seigneur.
Grand amateur de tournoi, ce dernier s'etait réjoui en apprenant la victoire de son champion de joute au tournoi de Fourbulus, le noble Hagen de Merak, et avait décidé d'organiser à son tour un tournoi sur ses terres. Les règles en étaient simples : que les meilleurs guerriers s'y assemblent pour livrer bataille. Pour cela, le tournoi se devait d'être aussi ouvert que possible et, avec une grande largesse d'esprit, le Baron pris la décision d'accueillir non seulement les fiers bretonniens mais egalement tout représentant d'une autre race fut-elle considérée comme maléfique dans le monde civilisé. De toute manière, la Dame favoriserait certainement ses chevaliers et il n'y avait rien à craindre de ce côté-là.

Inscriptions :
Ce matin là, le héraut d'arme était tout joyeux. Il dansait et chantait dans le château de son maître, le seigneur de Havras, pour se rendre dans la basse-cour où avaient lieu les inscriptions.
Arrivé à une table posée sous un chapiteau installé en plein coeur de la cour boueuse, il posa son grand livre dont les pages vierges n'attendaient que les noms des participants. Il y avait foule car tous voulaient voir les fabuleux champions qui allaient se produire devant eux sous peu.
C'est alors que s'avança, monté sur son noble destrier le Comte Roland de Hauteville. Les gueux s'exclamèrent sur ses armoiries, cherchant à savoir d'où il pouvait venir sans pour autant être capables de parvenir à la moindre conclusion vues leurs faibles connaissances en héraldique. Ca et là, on entendait des "c'est point not' cheigneur de Havros pour chûr !" et autres "v'là un bon sire !".
Le premier participant etait là. Les choses s'annonçaient bien.

Il ne fallut pas plus d'une heure pour que le concurrent suivant s'avance et epouvante les gueux assemblés. Ce dernier n'etait autre que le haut Roi Khemriskhara connu depuis peu en Bretonnie comme "l'os sans bouclier".
Bravant les quelques tomates et autres végétaux qui lui étaient lancés à la figure par les roturiers de l'arrière de la foule qui se sentaient à l'abri, ainsi que les quelques "hé le drôle !" sortant de la bouche des plus hardis, il fit rouler son char jusqu'au Héraut et laissa son prêtre liche s'occuper des modalités d'inscription.
Manifestement, ce tournoi allait amener du beau monde...

(bon, je vais à la fac, je vous présenterai les autres plus tard Laughing )

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 


Dernière édition par Baron de Havras le Ven 18 Juil 2008 - 1:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Sam 14 Jan 2006 - 1:03

"Ouh ouuuh, que je suis excité. Déjà deux participants avant la fin de la matinée." pensa le jeune héraut d'arme, très connu dans tout le pays pour sa propention à mettre une quantité excessive de parfum sur sa tenue. Toutefois, lorsque le grand rafut annonçant l'arrivée d'un nouveau concurrent se fit entendre avant de laisser place à des cris de terreur des gens de Havras courant en tous sens pour trouver refuge, le héraut ne put garder son calme et commença à trembler comme une feuille.

"Eh eh eeeh ! Huuumain ! Inscris-moiii." dit alors une imposante créature qui trottait joyeusement en direction du chapiteau de toile.
- vous... vous êtes monsieur ? retorqua le héraut.
- GRUNDARK !
- Bi... bie... bien. pale

La sueur au front, tandis que ses mains moites avaient le plus grand mal à tenir sa plume et que ses jambes s'entrechoquaient, l'homme inscrivit en lettres majuscules (pour correspondre au mieux à la manière dont lui avait été prononcé le nom, de peur de froisser la créature) le nom de Grundark.
Du haut de sa tour, le Baron observait son héraut effeminé en hochant la tête. Evil or Very Mad C'est alors qu'il se posa la question de savoir s'il avait bien fait de rendre si accessible son tournoi.Quoiqu'il en fut, les choses étaient faites et l'ogre était bel et bien là.

"En tout cas, celui-là n'approchera pas de ma cave" furent les dernières pensées du Baron de Havras sur la question.


A midi, toute la vallée avoisinante s'emplit des claires notes de cors de guerre bretonniens. Toute une garnison avançait vers le château.
PATACLOP PATACLOP PATACLOP (on s'y croirait, n'est-ce pas ?)
Deux seigneurs pénétrèrent dans l'enceinte de la cour, tentant manifestement d'arriver avant l'autre, en vain.
Le héraut observa les museaux de leurs destriers s'arrêter à une coudée de son propre visage et se dit qu'il etait décidément bien mal payé pour cet emploi.

" Qui dois-je inscrire mes seigneurs ?" s'enquit-il pourtant.
- Edouarty D'Artontségurois ! répondit une sorte de cafouillage vocal.
- Plait-il ? What the fuck ?!?
- Marty de Montségur !
- Edouard d'Artenois !
- Bien messires.
Des bretonniens arrivaient finalement en plus grand nombre, attirés probablement par le prix du tournoi et la gloire du jouteur. Tout cela était en tout cas de bon augure.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Mar 24 Jan 2006 - 0:21

Au petit matin, le jour suivant, alors que le baron s'en était allé pour assister à un tournoi dans les terres de Bastogne, de multiples clameurs dans les environs immédiats du chateau tirèrent les habitants de leur sommeil. Avançant en grand bruit sur de massifs sangliers sauvages et puants, des orques approchaient du château... les archers étaient nerveux, les hommes d'armes prêts à abaisser la herse, les mains crispés sur les hallebardes. Pourtant, consigne avait été donnée. Chacun pouvait venir se battre à ce tournoi et, si un ogre avait été accueilli, il pouvait en aller de même avec des peaux-vertes. A vrai dire, l'idée n'enchantait aucun bretonnien hormi peut-être ceux qui allaient en découdre dans la lice et "les quarties" reservés aux créatures ne faisaient qu'un avec l'enclos à cochons du vieux Barnard le drôle, célèbre eleveur de porc de Havras hebergé pour l'occasion et, pour son plus grand plaisir, dans la taverne.

La cohorte dentée entra dans la cour sous les regards inquiets de tous les locaux. Le plus massif des Orques déscendit de selle et tapa du poing sur la table du pauvre héraut qui, depuis une dizaine de minutes se sentait au bout du rouleau (allez comprendre).

"C'est où qu'on s'tape ?"
- Vous allez me tuer ? Crying or Very sad Pourquoi le Baron n'est-il jamais là quand nous avons besoin de lui ?
- Huh hu hu, didonc toi, c toa le Baron d'awras ? Petits bras pour un Om de fer. Laughing BOH OH OH OH
- no... non, non, je ne suis que son humble serserviteur.

Le héraut prit alors sur lui et demanda qui il devait inscrire et la réponse ne se fit pas attendre. " IGORKELPUFOR " lancèrent en coeur les chevaucheurs de sangliers hilares.

"On accueille vraiment n'importe qui dans ces tournois d'hommes !" s'exclama un barbu de petite stature, jusqu'à présent dissimulé dans la foule.
"Bah, il ne fera pas long feu contre ma hache de toute manière."

Ebloui pas cette vision, le héraut retrouva un instant son enthousiasme et inscrivit le nom de Kraggi MacKrag le Virevoltant qui, selon lui, sonnait très héroique, sur son registre. Sans plus attendre, le seigneur nain repris la route du bourg où l'une des tavernes les plus renommées de toute la Bretonnie l'attendait.
Tandis qu'il marchait, ce dernier marmonnait des choses incompréhensibles dans sa barbe, mais dans ce flot de paroles inaudibles on distingua une phrase qui devait se révéler quasi-prophétique : "Des orques dans les tournois... le Baron du coin passe trop de temps dans sa cave. Pourquoi pas des skavens pendant qu'on y est !"

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Mar 24 Jan 2006 - 0:55

Comme pour répondre au nain, un être encapuchonné se présenta en fin de matinée au "bureau des inscriptions" et se fit connaître sous le nom curieux de Skrasch. Malgré un museau pourvu de moustaches qui dépassait de sous son capuchon et de petits cris stridents, nul n'avait pensé qu'il ne s'agissait pas là d'un homme. Après tout, cet individu n'etait pas plus laid que le vieux Marcel qui pataugeait dans la boue depuis tant d'années pour nourrir les seigneurs de Havras et payer toutes ses taxes (car il ne se passait pas un jour sans qu'il vante les mérites du seigneur Uranus). Son appartenance à la race de l'ombre ne fut révélée que lorsque, impatient de pouvoir manigencer quelque mauvais coup à l'encontre des autres participants après avoir validé son inscription, sa queue sortie de sous sa cape et commença à fouetter l'air. Tout le monde s'en désola grandement.

Les choses n'en restèrent pourtant pas là. Plusieus champions s'etaient bien inscrits, mais d'autres étaient en route. Moins de deux heures après la midi, Guillaume d'Idoïne fit son entrée avec tout son barda de chevalier en quête du Graal. Il venait de loin mais son nom était connu de certains pourtant. Nul doute qu'il ferait tout pour qu'après son départ, nul ne l'oublie.

Les choses avançaient à grand pas, la ville était en effervescence et la baronnie accueillait de plus en plus de curieux venus des quatre coins du Royaume. Le Baron revint finalement du tournoi qui avait été organisé par Odilon le vertueux pour les epousailles de Damoiselle Marie et le cadet de Catharie. Joyeuse et longue fut la beuverie et les diverses libations entamées en l'honneur de Tibérias, le chevalier, enfant du pays, qui avait représenté Havras là-bas.
Bien qu'ayant fini second, tous ici savaient qu'il avait probablement laissé l'autre finaliste, le futur époux, gagner pour qu'il ne perde pas la face devant sa promise et tous ici l'en louaient davantage. Un chevalier capable de faire passer l'intérêt d'un autre avant la gloire deviendrait à n'en pas douter un fameux chevalier du Graal.
Pour couronner la fête, un gobelin avait été ramené de là-bas, enfermé à l'intérieur d'un tonneau. Comme ce dernier avait été accusé de vol de vin, le crime le plus grave qui soit pour les habitants de la baronnie, il fut exposé en place publique, sa main droite lui fut ôtée et il dû subir multiples humiliations (les orques ne furent d'ailleurs pas les plus tendre à son égard) avant d'être confié à la garde des gueux qui en fit son animal domestique.
En bref, ce fut une bien bonne soirée.



Alors que la brume matinale se dissipait et que les gens cuvaient leur vin, Garlock, représentant des dieux noirs s'avança vers le château.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Mer 1 Fév 2006 - 4:46

Le Premier Tour :

Les choses trainaient depuis près d'une semaine et le bourg commençait à deborder avec tous ces nouveaux arrivants désireux d'assister à un spectacle qu'ils n'avait jamais vu, même si, à dire vrai, le simple fait de prendre la route pour des paysans bretonniens pouvait leur offrir pléthore de nouveaux spéctacles. Toutefois, personne ne semblait surpris. La réputation du baron de Havras, toujours occupé à faire des choses incompréhensibles pour tout un chacun n'etait plus à faire. Il était d'ailleurs réputé pour quatre choses : l'impétuosité de ses charges, son goût très prononcé pour le trésors que renfermaient sa cave, ses travaux historiques et, bien entendu, le fait qu'il était absolument incapable de tenir un délais. Evil or Very Mad
Ce jour, pourtant, le héraut fit son apparition et annonça les groupes qui avaient été décidés pas plus d'une poignée de minutes auparavant par un baron râlant et pestant qui avait déclaré "qu'il était bien assez occupé à faire les comptes de ses rentrées d'IFSU pour s'autoriser la fantaisie de prendre en main les détails d'un tournoi" (hum...).

S'exprimant à haute et distincte voix, le héraut parla ainsi.
"Les présents sires seront amenés à se battre dans le premier groupe de combat :
-GRUNDARK à la belle panse
-Ighor le verdoyant guerrier aux dents de fer
-Le gentil sire Edouard d'Artenois
-Le terrrrible garlokh
-Marty, héros de Montségur

Les seigneurs qui suivronts feront partie du second groupe :
-Kraggi à la barbe fleurie
-le dénommé Skrasch
-Le sire Guillaume d'Idoïne
-L'os sans bouclier, Khémriskhara, Roi des tombes du désert
-Le noble Roland de Hauteville"

A peine eut-il fini que l'orque exultant se fit remarquer en grand bruit. Il avait manifestement décidé d'affronter l'Ogre en combat singulier et fut heureux d'apprendre qu'il en aurait l'occasion. Décidé à chambouler le bel ordre établi par le héraut qui voulait faire s'affronter en premier lieu Marty de Montségur et Grundark, il alla lancer son défi... que l'Ogre enivré accepta avec joie malgré l'epaule qu'il s'etait luxé en voulant défoncer la porte de la cave.

Grundark contre Ighor :
Puisque l'ordre préalablement établi par le pauvre serviteur avait été bouleversé par ces rustres avides de combats, il fut décidé d'entamer les hostilité sur le champ ! Le sort décida que Grundark ouvrirait les hostilités en chargeant, ce qu'il fit non sans une certaine joie. Au passage, comme un signe des dieux, son fidèle collier de pierres lui infligea une terrible souffrance ! (il ne pouvait perdre 1 PV que sur un 1... mais c'etait mal me connaître)
Malgré cela, l'ogre montra sa motivation en assénant une série de coups bien ajustés à son adversaire, combinés à la puissance de l'impact (4T, 1B, 1Svg, 1 touche d'impact qui ne donne rien) ce qui manqua de faire vaciller l'orque qui repondit maladroitement sous les huées du public (1T). C'est alors que le pire arriva pour la grande créature, son épaule, démise la veille, commença le faire attrocement souffrir. Oubliant la douleur tant bien que mal, il attaqua de plus belle (1T, 1B, 1 Svg), pourtant, son ennemi vert remarqua sa baisse de vigueur et su en tirer profit (3T, 3B, 2 Inv., 1PV avec une relance d'invulnérable ratée Laughing ). Grundark, refusant de renoncer, souleva sa gigantesque arme et frappa l'air avec férocité (2T avec un magnifique triple 1 sur les 5 A suivi de rien de moins qu'un double 1 sur les blessures !), tandis que l'orque montrait une certaine adresse (4T, 2B, 1 Inv et 1 relance d'Inv). A bout, L'ogre leva bien haut son arme et la fit s'abattre dans le sol (néant, 0T) alors qu'Ighor prouvait à tous qu'il était bien le plus fort (2T encore une fois avec un double 6 car, en effet, il n'arrêtait pas d'en faire, 1B, 1 Inv). Extenué, Grundark porta ses attaques d'un air aussi désabusé qu'il était possible pour un ogre (5T, 2B malgré une force colossale ! 1 Svg et 1 Inv) laissant l'orque poursuivre son oeuvre (3T, 2B, 1 Inv., 1PV). L'ogre s'enerva autant que faire se pouvait (4T, 1B, 1Inv) et Ighor riposta avec mollesse (1T, 1B, 1Inv.). C'est alors que l'ogre, sentant qu'il n'etait pas à la hauteur de lui-même, parti d'une rage folle l'espace d'un instant (5T, 5B, 3svg malgré un modificateur hallucinant ! 1Inv et 1PV), faisant couler le sang du "petit vert foncé" pour la première fois. L'orque repliqua avec véhémence, determiné à prouver qu'il savait ce qu'il faisait en défiant pareil titan (3T, 2B, 2 inv ! ce que je ne dis pas depuis tout à l'heure, c'est que les invul d'Uranus étaient à 5+ tout de même) mais la créature monstrueuse était définitivement protégée par la babiole qui lui avait pourtant provoquée sa première blessure (sans doute devait-elle compenser Laughing ).
Grundark, a bout de souffle, mit tout son coeur dans une série de grands moulinets effectués avec sa gigantesque masse et l'orque noir dû reculer sous l'impact (4T, 2B ! 2 Invul.) mais Gork et Mork non-plus ne voulaient pas voir leur champion mordre la poussière. Ighor kel Pufor sentit la puissance de ses dieux le gagner et se rua en avant en beuglant comme un veau (3T, 2B, 1 Inv., 1 PV de moins !), entailla son adversaire de l'oreille jusqu'à la gueule. Grundark le dévoreur, à bout, n'avait plus de motivation, il cogna sans conviction (2T, 2B, 1Svg, 1 Inv), se heurtant une fois de plus à l'armure de plus en plus cabossée du chef de guerre et à la bénédiction de la Dame verte comme se plurent à la nommer les gueux de Havras à compter de ce jour, car nul ne doutait que les coups de l'ogre auraient pu, par leur puissance, ebranler els murs d'une citadelle. Toutefois, les dieux n'etaient pas avec lui pour cette fois... Ighor brandit son arme et, d'un geste heureuxet probablement un peu involontaire, mis un temre au combat (2T, 1B, 1PV). Le champion de la gueule avait posé un genou à terre, il avait le souffle court et était frustré par sa blessure qui l'avait empêché de donner le meilleur de lui-même. Cependant, il y aurait un second tour et l'orque verrait bien à cet instant la vraie puissance des géants de l'orient lointain.


Kraggi contre Skrasch:

Le second affrontement opposa Kraggi le nain à Skrasch le skaven. Ce dernier, en apprenant qu'il devait affronter un nain pour son premier combat, eu le gorge serrée car il savait que le petit barbu tenterait de lui fendre le crâne pour de bon au cours du combat en souvenir des peines qu'endurèrent les habitants de la montagne face aux hommes-rats. Puisque le sort avait décidé d'envoyer le skaven à la charge, il ne se demonta pas et fit confiance à sa terrible lame perceuse d'armure. Certes, le nabot ressemblait-il a un tank à vapeur sur courtes pattes et qui plus est, couvert de runes, mais Skrasch était confiant en son arme et savait qu'il avait toutes ses chances.
Skrasch fonça tête baissée et réussi à briser la garde du nain par deux fois dans sa frénésie, sans pour autant réussir à heurter ce dernier et à le toucher dans sa chair (2T), puis ce fut au tour du nain de lever son marteau briseur et de frapper (3T, 2B, 2 Svg, arme détruite). Le skavent était médusé, son arme était désormais en deux morceaux et un nain furieux se tenait en face de lui. Il riposta avec son tronçon d'épée et parvint presque, poussé par son instinct de survie, à blesser le nain (2T, 1B, 1 Svg) mais Kraggi était determiné comme un nain et attaquait implacablement (4T, 2 B, 1 Svg, 1 PV). Vendant chèrement sa peau, le velu à museau tenta de montrer tout son art pour prouver qu'il pouvait rivaliser avec un nain, l'arme à la main (3T, 0B, 1 Svg, 1 Inv.) ce à quoi le nain répondti le sourire aux lèvres, rendant coup sur coup (3T, 2B, 2 Svg). L'armure du skaven renvoyait bien des coups au nain à chaque fois que son marteau venait la heurter, mais jusqu'alors, aucune n'avait été en mesure de percer l'armure du rageux petit barbu.
Les deux guerriers semblèrent avoir un passage à vide (voici la plus lamentable série de 1 et de relance de 1 jamais vue !) brassant l'air frénétiquement sans parvenir à déjouer la garde de l'opposant (Skrasch = 1T, 1 B, 1 Svg / Kraggi = 1T/ Skrasch = 1T/ Kraggi = 2T, 1B, 1 Svg / Skrasch = 1T, 1B, 1 Svg). Soudain, le nain sembla lassé par ce combat contre le vent frais qui soufflait en Havras ce jour et repris les choses en main, faisant une fois de plus couler le sang de l'affreuse bête (3T, 3B, 2 Svg, 1 PV), exploit que le skaven voulu imiter sans grand succès (3T, 1B, 1Svg). Le nain se sentait en confiance et frappait avec rage (3T, 3B, 3 Svg !) ce à quoi le skaven répondit avec une violence inattendue, sentant qu'il risquait d'y laisser ses moustaches (2T, 2 B, 1 Svg, 1 PV). Le sang de Skraggi coulait enfin sous son armure luisante. Furieux, le seigneur nain lançait son marteau de dextre à senestre, obligeant le skaven à faire preuve d'une agilité surhumaine pour esquiver les coups (3T, 1B, 1 Svg) tandis que le rat à l'épée brisée, plein de hargne, contre-attaquait avec une animosité non dissimulée (2T, 1B, 1 Svg). S'ensuivit une passe d'arme nettement dominée par le nain, dont l'arme était guidée par ses ancêtres (Kraggi = 3T, 1B, 1Svg / Skrasch = 2T / Kraggi = 4T, 3B, 3 Svg / Skrasch = 1T / Kraggi = 3T, 3B, 3 Svg une fois encore !). Le skaven lança ses dernières forces dans le combat. Il n'avait pas prévu de perdre son armre si vite et était à bout de souffle (3T, 1B, 1 Svg) et le nain repliqua mécaniquement (2T, 2B, 2 Svg) alors qu'il entrevoyait enfin la faille de son adversaire. Le prochain coup serait le bon !
Skrasch, extenué, fut bien incapable de percer la garde du nain qui préparait sa botte (1T). Kraggi le virevoltant, seigneur sous la montagne, montra enfin toute l'étendue de son talent martial et le skaven s'effondra, de multiples os en miettes (4T, 4B, 1 Svg... je vous laisse compter pour les PV restants Razz ).
Le baron n'aimait pas les skavens pour les avoir souvent affrontés, mais il ne pouvait mettre fin au spectacle de la sorte. C'est pourquoi il demanda que l'on utilise le Saint Ruban Adhésif (vieille relique de Havras) sur l'arme de Skrasch. En tout cas, le nain, heureux, et quelque peu fatigué, fut bien soulagé ce jour de retrouver une taverne.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Mer 1 Fév 2006 - 19:08

Marty de Montségur contre Garlokh le seigneur des bêtes :

La première rencontre impliquant un Bretonnien pouvait commencer. Tous connaissaient ici de réputation le paladin Marty de Montségur, en Quête du Graal depuis fort longtemps et probablement attiré par le surplus de bénédiction procuré par une visite de la cave de Havras. Son nom était scandé alors qu'il faisait trotter son destrier vers un bout de la lice. Lui faisait face le terrible seigneur Garlokh dont on ne savait rien, sinon qu'il était inféodé aux dieux sombres et que son faciès était plus epouvantable que celui de Fernand le Rippeur (célébrité locale). Garlokh était immanse et bardé de symboles impies, tant sur sa hache que sur son corps et, étrangement, il combattait à pied.
Marty, à qui la Dame avait accordé le bénéfice de la charge, piqua des deux en faisant tournoyer son fléau en l'air ! Ses attaques se montrèrent précises et son coeur ferme et determiné (3T, 3B, 2 Svg, 1 PV !). Hurlant comme un pourceau mené à l'abattoir, Garlokh fut incapable de répondre convenablement au coup qui venait de lui fracturer une partie du crâne.
Sous les hourras de la foule en liesse, tandis que nombre de chevaliers et seigneurs installés au bord de la lice considéraient le héros avec respect, il fit un second passage que la Bête malicieuse evita en se plaquant au sol (Aucune touche !). Garlokh voulu riposter tandis que son ennemi faisait faire une volte à sa monture, sans résulta (2T), leurs valeurs martiales étant parfaitement équivalentes.
Marty fit se cabrer sa monture et chargea de plus belle, son fléau sifflant au vent et dessinant des arcs mortels ! (3T, 3B, 2 svg, 1PV) Une fois de plus, le fléau de Marty était parvenu à atteindre son adversaire et le sang de ce dernier se mêlait à la terre de la lice. Ni l'armure sombre ni les sombres artefacts de l'homme bête ne semblaient faire le poids contre la bénédiction de la Dame. Portant, Garlokh était animé d'une force infernale et les puissances auxquelles il était voué pouvaient parfois se révéler capricieuses. Il leva sa hache marquée du sceau du dieu des crânes et la fit s'abattre méthodiquement sur le sire de Montségur (3T, 1B, 1 PV !). Etant parvenu à placer une attaque imparable parmi sa grêle de coups, le seigneur des bêtes venait de démontrer sa motivation en blessant finalement le héros bretonnien. Marty, homme d'un naturel très confiant en son bras, comme nombre de bretonnien (trait de caractère qu'il partageait avec la plupart des chevaleirs de la contrée de Havras, d'ailleurs) déchaina toute sa rage et fit pleuvoir de terribles coups de fléau sur le cornu (2T, 2B, 2 Svg "Spéciale double 6" comme on les appelle ici Laughing ). Garlokh riposta avec ardeur (2T, 2B dont un coup fatal aux effets annulés, 1 Svg et 1 Bénédiction) et l'effet de sa hache fut miraculeusement limité par le manteau qui ornait le dos de Marty qui vint s'empêtrer dans l'arme du chaotique guerrier.
Le chevalier frappa de son arme une nouvelle fois en visant expressement le manche de la hache (2T, 2B, 1Svg, 1 Inv., Arme brisée), réussisant enfin son coup ! Le manche de la Hache n'avait pas tenu le coup et Garlokh hurla de rage et de douleur. S'emparant de la lame courbe qui pendait à son côté, il bondit sur Marty, le désarçonnant en l'entrainant dans sa chute avant de le rouer de coups (4T, 4B, 2 Svg, 2PV !). Les chevaliers bretonniens du bord de lice crièrent au scandale et à la felonnie mais Marty, sonné, était incapable de continuer le combat. Sad
Le Saint Ruban Adhésif fut une nouvelle fois employé pour rafistoler une arme. Garlokh, pour sa part, parti d'un rire dément et retourna on ne sait où en attendant son prochain combat.


Khemriskhara contre Guillaume d'Idoïne :

Vint le tour du Sire Guillaume d'Idoïne et du Roi des tombes. Tous deux prirent place dans la lice, le char faisait face au noble sire dont la main était fièrement serrée sur sa grande épée bâtarde. Il fut décidé par tirage au sort que la charge serait accordée au Roi, ce qui le contenta grandement, conscient que son char lui donnerait un avantage considérable à l'assaut. Khemrishara pointa sa lame vers le chevalier en signe de départ et l'attelage silencieux se mit en branle. Cette vision manqua de faire faillir le coeur du noble paladin qui portant tint bon et galopa à la rencontre de son adversaire pour ne pas être ecrasé stupidement fauché. Le choc fut terrible (deux touches d'impact, 2 B, 2 svg) et le Roi frappa de toute sa rage (3T, 2B, 1 Svg, 1PV !), saignant à blanc le chevalier qui, en réponse et sous l'effet de la douleur, ne parvint pas à briser efficacement la garde de son opposant (1T). Le Roi d'os repris de plus belle (3T, 1B, 1Svg) mais le paladin possédait une armure de très bonne facture que même l'arme du Roi, apparemment conçue pour pénétrer les meilleures protections, ne pouvait entamer pour le moment. Guillaume empoigna son épée des deux mains pour obtenir une meilleure force de frappe et repliqua furieusement (3T, 3B, 3PV !), montrant à Khemriskhara que son armure d'or fin n'était d'aucune utilité face à sa lame bénie. le Roi des tombes était blessé dans ses bandelettes et son orgueil, il attaqua de plus belle mais sans parvenir à faire passer la plupart de ses attaques (1T, 1B, 1 Bénédiction) d'autant qu'une lumière surnaturelle baignait désormais la lice. Touché par cette faveur de la Dame, Guillaume pris le temps d'adresser une prière à la Dame au lieu de mettre à profit son avantage (Aucune touche), tandis que Khemriskhara tentait de dépétrer son char pris dans la boue (pas mieux affraid ). Guillaume lança une floppée d'attaques (1T) sans grand succès car le Roi des Tombes était protégé par son habitacle. Mettant à profit ce moment de faiblesse du bretonnien, il fait tournoyer sa lame (4T, 3B, 1Svg, 2PV !) et fit mordre la poussière au fier Guillaume. Le destin ne souriait décidement pas aux bretonniens à Havras en ce jour et le Baron, de sa tribune, laissa tomber sa coupe de vin ! Mad

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Jeu 2 Fév 2006 - 18:44

Edouard d'Artenois contre Ighor :

Edouard s'avança dans la lice, déterminé à venger l'honneur des bretonniens. Ce peau verte ferait bien l'affaire.
Ighor, qui lui faisait face, était très confiant. Il avait prouvé sa valeur d'entrée en se choisissant l'adversaire le plus gros et en l'envoyant au tapis.
Comme il en avait été convenu, Ighor lança son sanglier en avant alors qu'Edouard, impassible, baissa sa visière et tira sa lame pour l'accueillir. L'orque frappa comme un buffle, sans grande finesse ni chercher à se montrer précis (2T, 1B, 1PV ! / Sanglier = nada). Edouard était touché mais ne s'en faisait pas plus que ça. Il riposta avec brio (3T, 2B, 2 Svg) mais l'orque noir ressemblait à un nain, engoncé qu'il était dans son armure. Ighor brandit son épée une fois de plus (1T, 1B, 1 Svg) mais le bretonnien para sans difficulté. Il rendit la politesse à l'orque (3T, 1B, 1 Svg) qui ne fut sauvé de la blessure que par son armure dont le pouvoir luttait avec celui de l'Epée bretonnienne. Le vert s'excita tout seul (2T) et Edouard repondit avec véhémence (4T, 4B, 4 Svg). A cet instant, tous crurent voir en lui le seigneur Landouin de Mousillion tel que les chansons de geste le décrivent. Malgré toutes ces prouesses pourtant, l'armure de l'orque tenait bon. Ighor contre-attaqua (2T, 1B, 1Svg) sans effet et Edouard montra une fois de plus sa valeur martiale inégalable (3T, 2B, 2 Svg) sans que son arme ne parvienne à passer l'armure de l'orque.
Le chef de guerre, pourtant capable d'egaler, voire de surpasser les plus grands chevaliers bretonniens quand il s'agissait de toucher son ennemi, se montra incapable de forcer efficacement la garde du bretonnien qui parait coup sur coup avec elegance (1T, 1B, 1 Svg). De son côté, le seigneur Edouard réussit enfin à voir la couleur du sang d'un orque noir(3T, 3B, 2 Svg, 1 PV !). Enragé, Ighor fit pleuvoir une grêle de coups mortels sur le paladin (4T dont trois 6 et un 5 ! 2B, 1 Svg, 1PV) et réussit à l'entailler au niveau des côtes. Edouard était ebranlé mais fier (2T, 2B, 2 Svg), bien incapable d'atteindre son adversaire caché sous ces plaques de métal. Ighor pensait sa victoire proche et se dit qu'il pouvait "selapéter" pour epater un peu l'assemblée et prouver à tous la supériorité Orque. Toutefois, pareille attitude n'etait pas la meilleure pour vaincre un seigneur de la trempe d'Edouard (1T). Ce dernier mis toute son ardeur dans la passe d'arme suivante (5T dont un triple 6 ! 3B, 2 Svg, 1 PV !) et réussi à percer la carapace de l'orque à l'epaule gauche. Les deux héros étaient blessé et ne tenaient en selle que par la force de leur volonté. L'orque était un combattant exceptionnel, mais Edouard était pour sa part un héros hors pair. Hélàs pour le bretonnien, l'armure de l'orque était presque impénétrable. Les minutes qui allaient suivre seraient très eprouvantes pour ces deux-là.
La main était à Ighor qui se montra efficace (3T, 2B, 2 Svg) et la riposte bretonnienne ne tarda pas à venir (3T avec un triple 6, 2B, 2 Svg), sans temps mort, Ighor s'acharna sur le bouclier du seigneur d'Artenois (1T) qui, contraint à privilégier la défense, ne pouvait attaquer efficacement (2T, 1B, 1 Svg). L'orque, comme le bretonnien, evitait des coups qui auraient fauché le plus expérimenté des vétérans. Le public était debout et encourageait le chevalier pour faire echo aux orques qui riaient en regardant l'affrontement depuis leur enclos à cochons. Ighor KelPufor remis le couvert (2T, 2B, 2 Svg) et Edouard rendait coup sur coup (3T, 2B, 2 Svg). Les yeux injectés de sang, l'orque frappa avec toute la force de sa haine (3T, 2B, 1 Svg, 1 PV !). Tout sembla aller au ralenti, le heaume du bretonnien vola au loin, la violence du choc en ayant rompu toutes les sangles. Sonné, son dos manqua de heurter le sol mais sa main, encore crispée sur ses rênes le retint. Même inconscient, sa volonté et sa fierté l'empêchaient de subir le déshonneur d'un désarçonnement.
Ighor fit un tour de piste, le poing en l'air, et hurla " IGHOR CELPUFOOOOR !" avant de s'effondrer. Le nez dans la boue, il s'endormit comme un nourrisson.


Le Comte Roland de Hauteville contre Kraggi MacKrag :

Il fallut attendre le lendemain pour que voir de nouveaux combats. Beaucoup de participants avaient déjà combattu et le Baron avait passé une partie de la journée à discuter avec ses chevaliers pour savoir lequel irait combattre en son nom à la Féria de Catharie, dans le sud du Royaume.
Le Comte de Hauteville avait été désigné pour affronter le nain Kraggi et reçu l'honneur de la charge, ce à quoi le nain ne vit pas d'objection en evaluant la distance qu'il aurait eu à parcourir avec sa lourde armure sur le dos si les rôles avaient été inversés.
Le Comte fit s'elancer sa monture et abaissa sa lance de cavalerie (4T, 1B, 1 PV grâce à la malchance du nain sur sa Svg Twisted Evil ), manquant d'embrocher le nabot au passage. La foule était en délire, et le nain, perturbé et gêné par une monumentale gueule de bois pris son marteau en mainpour frapper à son tour (3T, 1B, 1 Svg). Hauteville dégaina son épée et frappa avec précision en direction de son très proche du sol adversaire (5T, 5B, 3 Svg, 1 Inv, 1 PV !) pour le blesser une nouvelle fois. Le nain commençait à être mal en point et l'Epée bénie par la dame du Bretonnien faisait miracles. Sur ce, Kraggi songea qu'il était grand temps de réagir et asséna à son adversaire une série de coups brutaux et rapides (3T, 2B, 2 Svg, Arme détruite !) qui n'avaient manifestement pas pour but de vraiment tuer le Comte mais bien de s'en prendre à son arme ! Une fois de plus, le marteau briseur accomplissait son office sous les yeux médusés de toute l'assistance bretonnienne. pale Le vent pouvait bien tourner à cet instant car les chances des deux guerriers s'équilibraient d'un coup.
Roland était un excellent chevalier, aussi bon bretteur que le sire Edouard qui avait tant epaté la gallerie la veille, mais les choses se corsaient. Il attaqua sans relâche son adversaire sans parvenir à l'inquiéter (3T) et le nain donna quelques coups de marteau bien ajustés (2T, 1B, 1Svg) mais l'armure bretonnienne était de bon métal. Roland semblait connaître quelques difficultés pour toucher un adversaire si proche du sol ce qui l'empêchait de déployer tout son talent (2T, 1B, 1 Inv), et le nain, pour sa part, était gêné par le destrier du comte, raison pour laquelle ce fut la cheville de Hauteville qui pris le plus cher (2T, 2B, 1 Svg, 1 PV !). Le pauvre comte aurait certainement besoin de tremper sa jambe dans une seau d'eau glacée pour pouvoir continuer le tournoi.
Ecoeuré par ce coup bas ( Laughing ), Roland donna tout ce qu'il avait et pu dejouer la garde du seigneur barbu (4T) mais ce dernier était trop robuste. En réponse, le nain visa le genou (3T, 2B, 1Svg, 1 Bénédiction) mais fut répoussé par un halo de lumière blanche et pure. Le comte de Hauteville frappa une nouvelle fois (3T, 1B, 1 Svg), mais l'endurance du nain était trop grande. Avec son épée, il aurait pu l'occir sans difficultés, mais à présent, les choses étaient compromises. A cette pensée, le comte fut empli d'amertume. Ce fut au tour du nain de porter ses attaques, aidé par quelque rune étrange qui facilitait le guidage de son arme vers son adversaire (4T, 2B, 1Svg, 1 PV !). Le noble chevalier du Graal laissa sa main guidée par la Dame (3 T en triple 6, 1B, 1Svg) mais l'armure naine était de trop bonne facture pour que la Dame, à moins de se déplacer elle-même, ne puisse aider à la traverser. Kraggi fit parler le marteau (2T, 1B, 1 Svg) mais le chevalier tint bon.
Roland donna une coup d'estoc et un autre de taille (2T, 2B, 2 Svg double 6) mais le seigneur des montagnes de l'Est était décidement bien protégé. Il n'était pas le genre d'adversaire que l'on aime rencontrer sur un champs de bataille. MacKrag fit s'abattre son arme sur le brave chevalier (2T, 2B, 1 seule bénédiction, perte du dernier PV) qui fut protégé par la lumière de la Dame mais seulement partiellement. Le nain venait de remporter un nouveau combat et la malédiction qui touchait les bretonniens ne semblait pas vouloir s'arrêter. Devant cet etat de fait, le baron alla dans sa cave (en veillant à ne pas être suivi ce qui ne fut pas aisé avec les gnoblards et le skaven en maraude) pour en ramener un tonnelet de son meilleur Bordeleaux. Les champions de la Dame allaient en avoir grand besoin.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Ven 3 Fév 2006 - 22:37

Skrasch contre Guillaume d'Idoïne :

Une heure après la victoire du nain, environ, on envoya le skaven dans l'arène (contre sa volonté, il faut bien l'avouer). Skrasch n'était pas très sûr de la solidité de son arme réparée par un serviteur humain, sous le regard du Baron lui-même, la veille. Le skaven remua les moustaches en se remémorant les mots du seigneur de Havras. "Voilà, elle est presque comme neuve" lui avait-il dit en riant, mais cela n'avait rien de rassurant pour le pauvre rongeur. Constatant avec effoi qu'il lui était impossible de se défiler et que la cave qu'il cherchait pour accomplir quelque mauvais coup était introuvable, il se demanda ce qu'il venait faire ici. Son regard porta alors de l'autre côté de la piste ou un noble chevalier, bien assis sur sa selle, finissait goulûment une gourde. Skrasch se rappelait avoir vu cet homme affronter la chose-morte et manquer de la reduire en poussière d'un revers de lame... lame qui, vue de plus près, paraissait encore plus longue.
Le héraut envoya une Couronne de cuivre en l'air et la fit retomber dans sa main. Examinant la chose, il lança bien haut ses conclusions : "le sort a décidé que charge serait accordée au sieur d'Idoïne."
Skrasch en fut ulcéré.
Guillaume n'attendit pas une seconde pour lancer sa charge en hurlant son cri de guerre (2T, 2B, 2PV / déstrier = 1T avec un 6, 1B avec un 6, 1 Svg) et le skaven y laissa un bout d'oreille et la possibilité de bouger le bras gauche. Le cheval lui-même manqua de le piétinner ce à quoi son armure répondit par une lumière eblouissante, cependant, le général skaven fut bien déçu de constater que cette lumière n'était pas accompagnée de plus. Le petit rat contre-attaqua (2T, 1B, 1PV) et fut soulagé de voir que sa lame perçait encore les armures avec efficacité ! Guillaume, courroucé de voir son propre sang tacher son tabard alors qu'il avait déjà perdu son précédent affrontement, fit virevolter son enorme épée sans doute un peu trop fort et rageusement pour que tous ces coups n'atteignent le skaven (1T, 1B, 1PV), mais cette unique attaque, guidée par le profond sentiment d'injustice qui habitait le paladin depuis la veille, se révéla suffisant pour mettre hors combat la bête. Le baron de Havras encore meurtri d'avoir dû lâcher un tonnelet à partager entre tous les participants bretonniens, commença à se dire qu'il avait eu raison de le faire.


Garlokh contre Grundark :

Une pluie battante commençait à s'abattre sur Havras. Le sol était de moins en moins praticable et le son des gouttes sur la toile du pavillon où se trouvaient les spectateurs nobles couvrait les piaillements des gueux.
C'est dans cette atmosphère particulère, alors que la lumière des eclairs et le rugissement du tonnerre donnaient à la scène des allures de fin du monde, que s'avançèrent deux des participants les plus terribles : L'ogre Grundark le devoreur et le cruel seigneur des bêtes Garlokh.
Grundark, chanceux quand il s'agissait de désigner celui qui devait engager les hostilités, venait d'être choisi pour mener la charge. Une fois de plus, son collier le blessa dans sa chair comme une marque au fer rouge avant le début du combat (1PV !). Fou de rage, il agrippa fermement son enorme masse et chargea comme un taureau sauvage le chaotique qui dégageait une impressionnante fumée de ses naseaux, en anticipation. Grundark n'arriva pas à aussi bien ebranler son adversaire qu'il l'eut souhaité (2T, 2B, 1Inv., 1PV/ impact =rien). En répons,e Garlokh fut plus habile (4T, 2B, 2PV !) et des litres de sang s'echappèrent d'une vaste entaille faite sur le ventre de l'ogre. Plus agile et rapide, l'ogre étant ralenti par sa lourde masse, Garlokh attaqua à nouveau (3T) sans parvenir à blesser l'ogre avec sa hache de Khorne recollée au Saint Ruban Adhésif. Grundark frappa comme une brute (3T, 2B, 1Inv., 1PV !) et manqua de tuer son adversaire qui ne fut sauvé que par un reflexe inspiré par les dieux noirs. ce combat était de loin le plus brutal qu'il ait été donné de voir à l'assemblée ici présente et tous retenaient leur souffle. Les eclairs strillaient le ciel et la pluie rendait les corps anormalement musclés des duelistes etonnament brillants.
Garlokh attaqua avec sauvagerie une fois de plus en criant comme un damné (2T, 2B, 2Inv à 5+ là encore) toutefois, la gueule veillait sur son champion, sous le regard de la Dame, qui, des cieux, auraient bien souhaité assister au trépas de ces deux êtres abjects. Déterminé à ecraser son adversaire pour retablir son honneur maculé par sa défaite contre un orque aux grands bras maigres, Grundark frappa encore et encore mais l'autre parvenait à esquiver et parer toutes les attaques ou presque, comme si une magie en provenance de son armure l'assistait (2T, 1B, 1Inv). Garlokh sentait que son armure n'etait plus d'aucune protection contre ce terrible combattant et voulu en finir (4T avec un triple 6, 1B, 1Inv) mais l'ogre était protégé par une energie mystique. L'ogre frappa avec force rage (3T, 1B, 1 Inv) sans parevnir à occir l'autre. Se jouait ici un combat entre des puissances supérieures autant qu'entre deux individus. Le seigneur des bêtes, furieux, était désireux de reduire le gros ai silence (2T, 1B, 1PV et lui ouvri une nouvelle plaie à la joue cette fois. Le dévoreur ecrabouilla ce qu'il put (2T, 2B, 2 Inv.), se heurtant une nouvelle fois à l'aura démoniaque de Garlokh le sombre. Ce dernier employa tout son art dans sa ripose, mais l'etonnant Ogre rivalisa de dexterité avec lui (2T, 1B, 1Inv. encore une fois !).
Tout sembla soudainement aller au ralenti, la masse de Grundark se dirigea vers le seigneur noir (4T, 3T, 1 Inv., 2PV !) et aucun dieu ne pu voler à son secours.
Blessé et couvert de sang, Grundark posa le pied sur son ennemi et leva haut son fidèle brise-siège vers les cieux orageux. Tous les humains étaient apeurés, et, à cette heure, espérèrent que quelqu'un viendrait s'opposer à cet invincible monstre.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Mer 8 Fév 2006 - 0:05

Khemriskhara contre Skrasch

La pluie avait cessé de tomber et l'ambiance était clairement retombée. Grundark et Garlokh étaient partis on ne savait trop où. Un nouveau combat pouvait commencer. Ce fut donc à Khemriskhara et Skrasch de s'avancer. Le pauvre Skaven sentait que cet adversaire était plus à sa mesure pour peu que le roi n'ait pas la charge, mais se demandait pourquoi il devait déjà retourner se battre. On lui répondit que sa dernière préstation avait plu au public.
Skrasch ne deserra pas les doigts avant d'apprendre que la charge lui revenait. Après cela, ce fut un skaven heureux qui s'avança dans la lice.
khemriskhara, de son côté, était déçu de ne pouvoir attaquer comme il l'entendait car ce rat aurait été ecrasé par son char sans qu'un combat ne soit livré.
Le rongeur chargea donc le char ce qui était une vision, il faut le dire, assez insolite. Il fit montre d'assez de talent pour atteindre son adversaire (4T, 2B, 1PV) et lui fendre quelques os. Le Roi repliqua sans franchement briller (1T, 1B, 1Svg) et le rapide skaven attaqua à nouveau (1T) pour se heurter à une garde presque parfaite. Khemriskhara fendit l'air de sa lame d'or (2T, 2B, 2 Svg) pour heurter une solide armure. Skrasch brandit alors son gros couteau pour faire un trou dans le royal squelette (1T), cependant, le Haut Roi connaissait son affaire et se révèlait très compétent en matière de combat. Profitant du manque de réussite de la petite bête velue, il asséna des coups plus violents (4T, 4B avec un triple 6, 2PV) qui fut contraint de reculer. Le skaven, à prséent entaillé, saute sur le char immobile de khemriskhara pour le couper en rondelles (2T) sans obtenir de résultat probant. Voyant que son avdersaire possédait une arme redoutable mais de tous petits bras dénués de puissance musculaire, le Roi reprit confiance en lui( 3T, 1B, 1PV à cause d'un 1 à la Svg Laughing ) et l'armure du skaven ne put le sauver.


Marty de Montségur contre Edouard d'Artenois :

L'heure était venue pour un duel bretonno-bretonnien. Les deux sires chevaliers prirent place, chacun à un bout de la lice et attendire de savoir à qui eviendrait la charge. Le sort désigna Edouard, ce à quoi Marty repondit par un salut à son adversaire. Chacun abaissa sa visière et tira son épée hors du fourreau. Le signal du départ fut donné et Edouard s'élança, imité par Marty qui, en conformité avec le choix effectué par tirage au sort, laissa son adversaire prendre un certain elan avant de lui-même partir au galop. Le choc fut terrible, Edouard, le merveilleux bretteur, montra toute l'etendue de son talent (5T, 4B, 2 Svg à cause de l'épée d'Edouard, 2PV !), ce à quoi Marty repondit à coups de fléau (2T, 1B, 1PV ! pas d'effet pour le fléau). Arrivé à l'autre bout de la lice, le seigneur de Montségur était avachi sur sa selle, son heaume à demi defoncé et son tabard tranché en deux. De son côté, Edouard n'avait pas été en mesure d'esquiver les terribles coups de Marty, occupé qu'il était à attaquer. De plus, la Dame ne l'avait pas protégé des assauts du paladin en Quête, ce qui le troubla. Edouard s'elança une nouvelle fois et mis toute sa rage dans ses coups d'épée (4T, 2B, 2 Svg). Le heaume etincelant de Montségur, quoiqu'à moitié enfoncé, contenait une magie qui contrebalançait celle de la magnifique lame d'Edouard. Le noble Marty fit tournoyer son fléau une nouvelle fois (4T, 1B, 1 Svg, pas d'effet pour le fléau) mais fut bien incapable d'occir un si beau seigneur. Il avait trouvé un adversaire à sa hauteur, et son fléau refusait manifestement de s'en prendre à la belle arme d'Edouard. Arrivés chacun à un bout de la lice, il firent faire une volte à leurs montures pour un troisième passage. Sire d'Artenois attaqua avec fougue et brio (3T, 3B avec un double 6, 2 Svg, 1PV), terrassant son adversaire. La Dame avait refusé de prendre part à l'affrontement, et les deux chevaliers, blessés, reprirent le chemin de leurs tentes.


Kraggi contre Guillaume d'Idoïne :

Un coup de balai et tout parut neuf. Kraggi put ainsi s'avancer et s'enfoncer dans la terre encore un peu boueuse (car les genoux des nains ont vite fait d'arriver dans le sol et que leur poids additionné à celui de leur armure ne les aide pas à s'en extirper Razz ) pour faire face à son nouvel adversaire, le fier Guillaume d'Idoïne et sa belle épée pourfendeuse de... pourfendeuse de tout ce qui lui tombait sous la lame à vrai dire. Regardant l'arme avec intérêt, le nain tâta son marteau un large sourire aux lèvres. Le sort voulu que Guillaume ouvre les hostilité en chargeant et nain lui sut gré de bien vouloir venir à lui sans qu'il ait à courir.
Le chevalier de la Quête fit un moulinet et abattit sa lourde épée sur le nain (3T avec un double 6, 2B, 1 Inv, 1 PV !), visiblement aidé par son armure qui émit des vibrations intenses. Le nain fut sérieusement sonné et manqua de tomber à la renverse. Saisissant son marteau des deux mains, il frappa en visant une nouvelle fosi l'arme de son adversaire plus que son adversaire lui-même, aidé par une puissante rune de rancune qui lui permit de toucher au but malgré son état (2T, 2B, 1 Béné, 1PV, arme détruite). Guillaume resta bouché bée, sa précieuse arme venait de se briser et il lui était difficile de respirer à cause du choc. Jamais il n'avait vue pareille chose, le nain avait non-seulement survécu à sa charge, mais il était parvenu à riposter avec une terrible efficacité. Le seigneur d'Idoïne sorti du fourreau une autre épée, plus commune et cria vengeance (1T, 1B, 1Inv) et, malgré une certaine chance qui lui permit d'atteindre le nain, il ne fut pas capable de concrétiser par une blessure. Kraggi l'invincible nain riposta furieusement (4T, 3B avec un triple 6, 3 Svg !) sans pouvoir désarçonner ou vaincre le chevalier qui l'enervait, si haut sur sa selle. Ce fut donc au tour de Guillaume de cogner (2T), mais la robustesse du nain était trop importante pour une épée sans pouvoir magique. Le seigneur de petite taille, heureux de voir que sa stratégie pour gagner le tournoi opérait correctement, ses opposants se trouvant tous déstabilisés par la perte de leur arme, visa le tronc du paladin (4T, 3B, 3 Svg) qui portait fort heureusement de bonne mailles. Idoïne tailla ce qu'il put en réponse (1T), sans atteindre la barbe du Nain cuirassé. Le virevoltant continuait sa guerre d'usure de son côté (3T, 2B, 2 Svg), compensant sa petite taille qui l'empêchait de bien toucher son adversaire par des runes qui guidaient son arme. Sire Guillaume, qui commençait à fatiguer quelque peu donnait des coups machinalement (2T, 1B, 1 Svg) sans en attendre grand chose à présent face à cette boule d'acier impénétrable qui, elle, frappait disposait encore d'une puissante magie pour s'aider à terrasser le chevalier (2T grace à une relance de triple 1, double 1). La magie runique faisait mircale, certes, amsi le nain n'arrivait pourtant pas à venir à boutd'un si grand homme juché sur le dos d'un colossal (pour un nain) cheval de guerre. Guillaume voulu inverser la balance (3T, 1B, 1 Svg) mais ce fut un echec. En réponse de quoi le nain frappa avec autant de précision qu'il pouvait (2T, 2B, 1 Béné, 1PV). C'est alors que se produisit ce qui sembla être aux yeux de tous un miracle. Guillaume fut enveloppé d'un halo de lumière qui provenait de l'amulette qu'il avait autour du cou. Fort de la certitude que la Dame était à ses côtés, il montra plus d'entrain dans ses attaques (2T, double 1) mais son enthousiasme s'eteignit alors que ses coups ricochèrent. Kraggi, enragé par ce regain de vivacité chez son ennemi, lança son marteau comme un forcené (4T, 4B, 1 Svg, 2 Bénédictions renforcées mais 1 PV tout de même !) et même la Dame ne put sauver Guillaume. Quelqu'un vint evacuer le malheureux homme qui s'etait opposé au nain et le Saint Ruban Adhésif dut être une nouvelle fois employé.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Ven 10 Fév 2006 - 18:29

Marty de Montségur contre Ighor KelPufor :

Ighor commençait à s'ennuyer haut plus haut point. Celà faisait un temps considérable (pour un orque) qu'il n'avait pas donné le moindre coup de Kikoup' et les bras de fer avec ses hommes dans l'enclos à cochon devanaient de plus en plus lassants, c'est pourquoi il se leva et parti s'equiper avant même de savoir si son tour était venu. Moins de cinq minutes plus tard, il était dans la lice et un adversaire s'avança. Il s'agissait de Marty de Montségur, fermement determiné à remporter cette victoire.
Ighor, désigné pour effectuer la première charge, piqua des deux et s'elança en bavant sur le paladin (2T, 2B, 1 Svg, 1 Béné avec un 6 / sanglier= 1 T, 1B, 1 Svg) qui répliqua par un ample mouvement tournoyant de son fléau d'arme (2T, 2B, aucune savegarde à cause d'un double 2 suivi d'une relance en double 1 ! 1 Inv., 1 PV, arme détruite). Le mouvement avait été parfait, comme guidé par la Dame elle-même, Marty venait de blesser son adversaire et d'en briser la lame en une seule passe. Motivé par ce succès, il prit l'initiative pour la suite des événements (1T, 1B, 1 Svg) ce à quoi Ighor répondit avec toute la puissance de ses muscles mais sans précision (1T, 1B, 1Svg). S'ensuivit une série de mouvements parfaitement executés, comme un balai répété mainte et mainte fois à mesure que s'enchainaient parades et ripostes (Marty = 2T, 1B, 1Svg / Ighor = 2T, 2B, 2Svg / Marty = 4T, 2B, 2 Svg / Ighor = 4T / Marty = 4T / Ighor = 3T, 1 B, 1 Svg / Marty = 4T, 1B, 1 Svg / Ighor = 4T, 3B, 1 Svg, 2 PV !). Finalement, la force et l'endurance de l'orque noir, nettement supérieures à celles d'un homme lui permirent de blesser presque mortellement Marty qui tint bon grâce à la rage qu'il ressentait depuis sa dernière défaite. Il riposta avec son fléau qui pesait de plus en plus lourd pour le bras du chevalier (3T, 1B, 1Svg) mais ses coups se heurtèrent au bouclier désormais légendaire d'Ighor qui ne se laissa pas démonter (1T, 1B, 1 Béné). Pourtant, Marty était bel et bien protégé par la Dame (je me demande comment je peux réussir autant d'invulnérables à 5+ et 6+ depuis le début de ce tournoi Laughing . Si seulement ça pouvait être la même en partie). Le Paladin contre-attaqua (3T, 2B, 1 Svg, 1 Inv. avec un 6) et Ighor voulu remettre le couvert en réponse sans aucune réussite (rien). Galvanisé, le confiant Marty employa tout son art dans la passe suivante (4T avec une pluie de 5 et de 6, 3T, 2 Svg, 1 Inv.) sans parvenir à contrer la magie orque même si son coup aurait tué net un buffle. Le seigneur Orque Noir frappa de toutes ses forces (4T, 3B, 3 Svg) mais Marty avait une armure excellente. Sire de Montségur envoya une nouvelle série de coup fulgurants (4T, 2B, 2 Svg) sans résultat, puis ce fut au tour d'Ighor (1T) qui offrit à l'instant une lamentable préstation qui provoqua un fou rire mortel chez un gob qui trébucha et se noya dans un abrevoir Evil or Very Mad . Marty donna tout ce qu'il avait (3T, 3B, 3 Svg) mais son fléau était devanu plus un encombrement qu'autre chose et sa force n'etait plus suffisante pour terrasser un ennemi de ce calibre. L'orque attaqua (3T, 2B, 2 Svg) mais le chevalier fut une nouvelle fois sauvé par sa remarquable armure. L'impensable survint alors(3T, 1B, 1 Svg / destrier = 1T, 1B ! 1 Svg), la monture de Marty se cabra et manqua de renverser Ighor d'une ruade. Troublé, Ighor cogna comme un gobelin (2T, 2B, 2 Svg) et le chevalier de la Quête, qui refusait de s'avouer vaincu, lança ses attaques guidé par son etonnante confiance en son propre bras (4T, 2B, 2 Svg). L'orque noir riposta (4T, 2B, 2 Svg) pour être à nouveau repoussé par le metal de l'armure de Marty. Ce dernier hurla de fureur et devint comme fou, frappant frénétiquement le bouclier de l'orque (2T, 2B, 2 Svg) ce à quoi Ighor répondit par quelques coups presque ajustés (2T). Montségur se décida à mettre ses dernières forces dans la bataille, quitte à ne plus pouvoir continuer le tournoi plus tard (3T en triple 6 "merci les relances", 3B double 6 et un 5, 2 Svg, 1 PV arraché par miracle ambiance "on n'y croyait plus). Il parvint à sérieusement ebranler le monstre vert qui en eut quelque os fêlés. A ce stade, les deux combattants étaient aussi mal en point l'un que l'autre, l'orque était plus fort et plus difficile à blesser, mais tous deux avaient une protection équivalente.
Ighor, qui se pensait, ou se savait invincible, cria comme un damné avant de s'en prendre à son adversaire. Ainsi débuta une nouvelle passe d'arme ahurrissante qui fit retenir sa respiration à l'assistance (Ighor = 3T, 3B, 3 Svg / Marty = 4T, 2B, 2 Svg / Ighor = 4T, 1B, 1 Svg / Marty = 4T en quadruple 6 ! Une première pour le tournoi, 2B, 2 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 2T, 1B, 1 Svg / Ighor =3T, 3B, 2 Svg, 1 Béné ! / Marty = 2T / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Ighor = 3T, 2 B, 2 Svg / Marty= 2T / Ighor = 4T, 3B, 3 Svg / Marty = 2T, 2B, 2 Svg / Ighor = 4T, 3B en triple 6, 3 Svg / Marty = 3T, 1B, 1 Svg / Ighor = 2T, 1B, 1 Svg / Marty = 2T, 1B, 1 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 3B, 2 Svg, 1 Inv. / Ighor = 3T, 1B, 1 Svg / Marty = 2T, 1B, 1 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 2T, 1B, 1 Svg / Ighor = 3T, 3B, 3Svg / Marty = 4T/ Ighor = 3T, 2B, 2 Svg / Marty= 4T, 3B, 3 Svg / Ighor = 3T, 2B, 3 Svg / Marty = 1T / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg/ Marty = 3T, 2B, 2 Svg/ Ighor = 2T, 1B, 1 Svg/ Marty = 2T, 2B, 1 Svg/ Ighor = 3T, 1B, 1 Svg / Marty = 3T, 2B, 2 Svg/ Ighor = rien/ 3T, 3B, 2 Svg, 1PV !). Soudain, alors que la nuit allait tomber, l'orque s'effondra, blessé et extenué.
Le combat le plus long du monde venait de s'achever sur la première victoire de Marty qui ne dut son succès qu'à sa détérmination.
Le Saint Ruban Adhésif fut une nouvelle fois utilisé et l'orque invinicible parut pour la première fois faillible.


Skrash contre Roland de Hauteville:

Le lendemain débuta sous un soleil radieux. Cela faisait une journée que Skrasch n'avait pas combattu et le public réclamait sa présence dans l'arène ! Le corps encore meurtri, il entra dans la lice en remuant nerveusement les moustache. Son adversaire du jour était un autre chevalier et le skaven savait qu'il s'agissait là de son dernier combat de la première manche. Il allait tenter de jouer le tout pour le tout. Pourtant, Skrasch était plutôt heureux malgré sa situation, il avait presque repéré la cave du Baron et était sûr de pouvoir accomplir la mission qui lui avait été confiée par le conseil des 13 avant la fin de ce tournoi. Le sort designa Skrasch comme chargeur. Les choses sérieuses pouvaient commencer.
De son côté, Roland regardait sa belle épée à peine réparée par le pouvoir de la Dame et baissa la visière de son heaume d'un geste. Le skaven courait à une vitesse prodigieuse . Il sauta, la lame en avant, prêt à décapiter le bretonnien d'un geste (2T, 2B, 2PV). L'épée du skaven pouvait trancher n'importe quelle armure comme du beurre et même la Dame ne pu protéger son champion. Voyant son propre sang coulet par dessous son heaume, Roland frappa rageusement le petit rat (5T, 3B, 2Svg en double 6, 1PV). Skrasch était fier de son coup mais il venait d'echapper bel à l'ire du comte. Confiant, voyant son adversaire mal en point, il attaqua à nouveau avec une célérité phénomènale (2T, 2B double 6, 1 Béné, 1 PV) et, à la surprise général, Roland, le grand et fier chevalier du Graal armé d'une épée quasi-légendaire, tomba de selle. La stupeur se lisait également sur la face du skaven qui venait de terrasser son premier ennemi.

Grundark contre Edouard d'Artenois :

On appela alors les deux combattant suivants. Comme l'ogre Grundark avait été retrouvé, endormi dans le grenier de l'unique moulin de Havras, incompréhensiblement vide affraid , on l'envoya se degourdir dans la lice. Edouard, frais et dispo, monta en selle et se mit en position en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.
L'honneur de la charge était au bretonnien qui devrait mettre tout son coeur dans sa charge pour ebranler pareil montagne. Ne se laissant pas impressionner, le bel Edouard empoigna son épée de naissance et s'elança sans réflechir. Le choc fut assourdissant (3T, 1B, 1Inv.) et, quand le nuage de poussière se dissipa, un cri etouffa se fit entendre dans la foule. L'Ogre était là, droit comme un piquet, retenant le destrier qu'il avait stopé net dans sa course avec son épaule. Grundark rit bruyamment et leva son enorme masse avant de l'abattre comme un bûcheron sur un arbuste (3T, 3B en triple 6, 2 béné ! 1 PV). La merveileuse armure se révéla incapable de bloquer ce flot de fureur et de puissance, mais la Dame aimait manifestement Edouard, nimbé d'une lumière blanche et pure. Le seigneur d'Artenois, bien que troublé, donna des coups d'épée d'une violence inouie, presque digne de son adversaire (4T, 2B, 2 Inv. ! faudra m'expliquer comment je peux réussir toutes les invulnérables à 5+ d'uranus !). Hélàs, l'ogre était lui aussi protégé par la chance ou quelque divinité.
Le dévoreur frappa à nouveau avec sa délicatesse habituelle (1T, 1B, 1 SVG à 6), manquant de briser le bras gauche d'Edouard, dont l'écu fut sérieusement cabossé. Le chevalier porta ses attaques avec rapidité et dextérité (4T, 1B, 1PV !), tuant le Gnoblard situé sur l'epaule de l'ogre. En réponse, Grundark, qui comptait à présent une nouvelle blessure de guerre, cogna comme une brute (2T, double 1) sans se montrer capable de percer la défense du sire d'Artenois. Voyant une ouverture, Edouard employa tout son talent pour réaliser une botte rapide (3T, 1B, double 1 sur l'inv. et relance d'inv. Razz ), décapitant un autre gnoblard qui tentait de se cacher derrière la massive créature. Grundark le dévoreur, privé de deux de ses familiers, ecumait de bave et mit toute sa force colossale dans l'attaque suivante, avec la ferme intention d'incruster le bretonnien dans le sol (3T et un double 6, 2PV !). Ce fut chose faite.
Edouard fut emmené hors de lice pour recevoir des soins et l'ogre parti rejoindre ses autres gnoblards porte-bonheur qui se chamaillaient alors en regardant une carte du château qu'ils avaient eux-même dessinée en vue de trouver la fameuse cave.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Dim 12 Fév 2006 - 19:49

Kraggi contre Khemriskhara :

Vint le tour de Khemriskhara, "l'os sans bouclier" et de Kraggi MacKrag "l'indémaillable nain à vapeur". Les paris d'argent avaient fait leur apparition au dernier combat de Skrasch (qui vit beaucoup de personnes perdre leur mise) et à présent, les gueux voulaient s'enrichir grâce au nain, encore invaincu.
Entré dans la zone de combat, le nain regarda l'épée d'or du Haut Roi et haussa les épaule en ricanant. Le sort voulu donner Khemriskhara pour chargeur et les hostilités purent commencer.
Le char fonça sur le nain qui ne bougea pas d'un pouce, prêt à encaisser. Après le fracas du choc, le char continua un peu son chemin et révéla un nain ecrasé, blessé, mais encore apte au combat (impact = 2T, 1B, 1 Inv. / Khemriskhara = 3T, 3B, 2Svg, 1PV). Tandis que le véhicule s'arrêtait pour que le combat puissa réellement débuter, Kraggi se jeta sur le Roi momifié (3T, arme détruite) pour en briser la lame. Les yeux encore plus exhorbitée que d'habitude, Khmeriskhara tira une arme plus commune accrochée à l'habitacle et lui fit décrire quelque arcs presque mortels (4T, 1T et un triple 1, 1 Inv.). La riposte du nain arriva prestement (3T) mais même s'il ne ressemblait qu'à un tas de bandelettes, le roi des tombes était solide.
Khemriskhara attaqua encore (3T, 2B, 1 Svg, 1PV !) arrachant une plaque de l'armure naine. Kraggi, sérieusement enervé mais aveuglé par le brassard qu'arborait son opposant, martela le squelette (2T, 1B, 1 Svg) sans parvenir à le reduire à l'état de poussière. Khemriskhara tenta de couper le nain en rondelles (1T, 1B, 1Svg) mais le petit tank à vapeur sur pattes était bien protégé par ses runes. Le seigneur nain attaqua à son tour (3T, 3B, 2 Svg, 1PV) et blessa pour la première fois le mort vivant. Ce dernier voulu rendre la politesse au nain (2T), cependant, le nain, s'il avait été surpris au début de l'affrontement, s'etait remis dans sa garde si particulière qui lui avait permis de gagner tous ses duels. Prêt à passer à l'attaque, il fit pleuvoir les coups de marteau (3T, 1B, 1PV !) et brisa au passage quelques os. Le haut roi contre-attaqua (3T, 1B, 1 Svg) pour se heurter comme les autres avant lui, sur la carapace du nain qui répliqua instantanément (3T, 1B, 1 Svg). Le Roi des tombes, attaqua (1T), le nain riposta (3T, 2B, 2 Svg), puis, ce fut à nouveau tour du Roi (3T, 1B, 1 Inv.), suivi du nain (3T, 1B, 1 Svg).
Le Roi, constatant qu'il était en train de se faire avoir à l'usure par un nain pourtant sérieusement blessé, était résolu à mettre un terme à la rencontre au plus vite (1T, 1B, 1 Svg), toutefois Kraggi ne comptait pas se laisser faire (3T, 2B, 2 Svg). Khemriskhara frappa (3T, 3B, 3 Svg en triple 6) sans succès et le nain remis le couvert (3T, 2B en double 6, 1 Svg, 1 PV). Fou de rage, le Roi planta son épée dans le nain et essayant de trouver une partie molle au milieu du métal (1T, 1B, 1Svg), mais ce fut vaine tentative. Kraggi le virevoltant, virevolta (3T, 1B, 1 Svg) avant que le Roi n'attaque à nouveau (rien) pour ne trouver qu'un manche de hache parant toutes ses tentatives.
Kraggi enchaina les coups à une vitesse etonnante pour un nain (3T, 2B, 2 Svg) pour réaliser que son adversaire était vraiment aussi solide que lui, voire plus encore. Le Roi Khemriskhara-je-ne-sais-combien donna quelques coups bien ajustés (3T, 2B, 2 Svg) arrêtés par l'armure du nain. Le nain cogna donc comme un Grundark en guise de riposte (2T, 1B, 1 Svg).
Devant ce combat qui ne voulait pas s'achever, l'os sans bouclier, à présent très solidement protégé, réattaqua pour en finir (3T avec un double 6, 1B, 1 Svg), pourtant, ce combat devait durer encore un peu. Le seigneur des montagnes abattit son marteau (3T dont un double 6, 1B, 1 Svg) qui s'ecrasa sur une solide armure d'or. Khemri fit tournoyer son arme et pique en direction de la tête du nain (rien) qui esquiva sans peine cette avalanche de coups. Faisant prendre de l'elan et son marteau, MacKrag voulu défoncer la cage thoracique de la momie (3T dont un double 6, 2B, 2 Svg) mais n'y parvint pas. La fatigue se serait certainement u su son visage s'il n'avait pas eu ce casque complet et cette barbe.
Le roi mort, animé par l'energie du désespoir, frappa comme une bête (3T, 1B, 1 Svg) et le nain repondit comme un loup enragé (3T, 2B, 2PV !). Le deux opposant étaient figés, l'un l'épée plantée dans le heaume de son adversaire et l'autre, le marteau enfoncé dans l'abdomen de son opposant. Nul ne savait ce qui allait arriver. C'est alors que Khemriskhara tomba à la renverse, vaincu pour la première fois du tournoi, par le nain chanceux.


Ighor Kelpufor contre Garlokh :

Ighor, à qui il ne restait qu'un combat à livrer dans ce premier tour, se présenta au héraut pour pouvoir à nouveau "s'taper". Un gueux fut désigné à la courte paille pour aller chercher Garlokh et nul ne le revit. Toutefois, Garlokh arriva bien dans els temps, ce qui prouva que le message était bien passé, même si le messager avait disparu sans donner de raison.
Comme Ighor venait d'être désigné pour la charge, il n'y eut pas bien longtemps à attendre pour voir le début du combat (2T, 2B, 2 PV !/ Sanglier = 1T). Garlokh avait à peine eu le temps d'essuyer son groin plein de sang qu'il s'etait pris une charge infernale qi avait bien manqué de l'occir ! En réponse, il adressa une prière au dieu des crânes et fit parler la hache (3T, 1B, 1 Svg) qui ne put en finir avec le chef orque noir, réputé pour son armure impassable.
Ighor avait prouvé en une charge qu'il était bien parti, comme chacun l'avait senti, pour aller loin dans ce tournoi. Il attaqua à nouveau pour achever son adversaire (2T) mais son excès de confiance en soi lui fut défavorable. Garlokh hurla comme un diable et frappa frénétiquement (3T, 3B, 3 Svg) sans trouver la faille de l'armure orque. Ighor remis quelques coups d'épée (2T, 2B, 1 Svg, 1 Inv.) auxquels Garlokh echappa grace à une intervention divine flagrante. Le chaotique frappa, sa main guidée par Khorne (2T, 2B dont un coup fatal, 1 Inv. avec un 6 genre "j'ai une chance de cocu") ce qui manqua de décrocher la tête verte d'Ighor. En guise de riposte, Ighor visa directement le crâne du chaotique pour lui rendre la politesse (4T, 4B, 2 Svg, 1 Inv., 1 PV !) et sa lame y resta fichée. Le combat était terminé, le seigneur des bêtes, hors combat.
L'orque stupide ne réalisa pas à quel point il avait été chanceux et fit un tour d'honneur dans la lice, accueilli par des sifflets et des tomates avariées.


Guillaume d'Idoïne contre Roland de Hauteville :

Le second duel opposant deux chevaliers bretonniens allait pouvoir débuter. A dextre se trouvait Roland de Hauteville, le noble chevalier du Graal dont la dextérité depassait celle des meilleurs chevaliers du Royaume jusqu'à susciter un certain malaise chez ses alliés durant la bataille. A senestre se trouvait le courageux seigneur Guillaume d'Idoïne, en quête du Graal. Chacun possédait une épée au pouvoirs fabuleux et tous les bretonniens présents se demandaient lequel aurait le dessus et si Guillaume remporterait cette epreuve, car il ne faisait aucun doute que le Comte allait le jauger pour voir s'il était digne de prétendre au Graal. La Dame décida que de Hauteville aurait la charge. Il lança son destrier en avant et Guillaume le reçut sans broncher mais non sans douleur(3T, 2B, 1 Svg, 1 PV). La lame de Roland était vraiment terrible et pouvait trancher n'importe quelle chair avec une deconcertante facilité. Guillaume, désireux de prouver sa valeur tant à son ennemi qu'à sa déesse empoigna sa Zweïhänder et frappa (3T, 3B, 1Inv., 2 PV !). Roland n'en revenait pas, il surpassait nettement son adversaire par les armes, mais ce dernier avait le coeur sufisamment noble et pur pour la vaincre, sans parler de la terrible épée à deux mains qu'il maniait avec beaucoup de talent. Roland attaqua avec précision et puissance (4T, 4B, 3 Svg, 1PV) mais Guillaume tint bon, les dents serrées ! Idoïne réalisa une magnifique botte que même l'excellent chevalier du Graal ne pu totalement stopper (2T, 2B, 2 Béné.), toutefois, la Dame estimait que Guillaume ne devait pas s'imposer si facilement. Le comte de Hauteville donna une série de coups d'épée (4T, 1B, 1 PV !) qui firent vider ses etriers à Guillaume. Roland descendit de selle et alla relever le sieur d'Idoïne. Sans prononcer la moindre parole, les deux seigneurs s'observèrent un instant puis le chevalier du Graal s'en alla. Guillaume avait senti la victoire toute proche et savait qu'il ne devait sa défaite qu'à une intervention de la Dame qui ne le jugeait pas encore prêt à achever sa Quête. Agenouillé dans la lice, il fit le serment de se montrer plus digne d'elle à l'avenir.


Grundark contre Marty de Montségur :

Il restait assez peu de combats à faire pour boucler la première phase avant les revanches. Marty de Montségur et Grundark se rencontrèrent donc pour la première fois dans la lice. Charge fut accordée à Marty par tirage au sort et il s'elança sans tarder, comptant sur son fléau pour se débarrasser promptement de la terrbile masse de l'ogre qui avait causée la perte d'Edouard.
Fendant l'air, Montségur fit s'abattre son arme (3T, 2B, 1 Inv., 1PV, arme détruite ), obtenant plus qu'il n'escomptait. l'autre venait de perdre sa terrible arme et l'un de ses gnoblards (qui laissa une trace de sang vert sur l'epaule de son maître pour seule preuve de son passage sur terre) en un coup bien ajusté, sans parler de l'enorme oeuf qui ornait à présent son front. Grundark, pour la première fois prisé de son jouet préféré dû se rabattre sur une arme plus commune et plus... improvisée. Il arracha une partie de l'estrade et frappa Marty avec (3T, 2B, 2 Svg). Montségur, surpris, contre-attaqua comme un beau diable (4T, 1B, 1PV !) et ecrasa un autre gnoblard porte-bonheur. Brandissant son bout d'estrade, Grundark tenta d'ecraser le chevalier (2T, 1B, 1 Svg) qui fut sauvé par son excellente armure. Ahanant, Marty (2T, 2B, 2 Inv.) ne parvint pas à aller à l'encontre de la sorcellerie de l'ogre et Grundark en profita pour tenter un nouvel ecrasement (2T, 2B, 1 Svg., 1PV) qui eut bien failli avoir raison du noble chevalier de la Quête. Sire de Montségur leva une nouvelle fois son fléau, à présent plus un encombrement qu'un réel avantage (4T). L'ogre tenta un balayage (2T, 1B, 1 Svg.) bloqué par l'armure de chevalier qui resta droit dans ses eperons. Marty feinta vers la droite pour frapper à gauche (2T, 1B, 1PV), trompant la garde de l'autre combattant et lui brisant deux dents au passage. GRUNDARK hurla de rage et lança de la bave un peu partout avant de donner un nouveau coup d'estrade (1T, 1B, 1 Svg). Pour la première fois du tournoi, l'armure de Montségur montrait toute l'étendu de son pouvoir défensif et l'ogre, un peu stupide il faut le dire, ne comprenait pas les raisons de son manque de réussite. Marty, très confiant, envoya une nouvelle grêle de coups (3T, 2B, 1Inv., 1PV !). L'ogre ressentait le même sentiment de colère que durant son affrontement contre Ighor, il souleva aussi haut qu'il le put sa nouvelle arme et voulu pourfendre Marty (4T, 2B avec un double 1, 1Svg. , 1PV) dont la monture sa cabra avant de s'ecrouler. Marty se releva pour continuer à pieds (pour des raisons purement scénaristiques, il garde sa sauvegarde inchangée Razz ). Les deux combattants étaient mal en point et le combat allaient certainement s'achever très vite sur une blessure grave, leurs résistances aux coups ayant été mises à rude épreuve. Marty fonça sur l'ogre et lui meurtri les côtes à coups de fléaux (2T, 1B, 1PV !). Grundark trebucha et souffla comme un boeuf. Il souleva son gros bout d'estrade au dessus de sa tête et s'apprêta à en finir avec le seigneur bretonnien. Marty, se tenait prêt au choc et leva son bouclier. A sa grande surprise, la montagne de muscles qui lui faisait face s'effondra. Il venait de remporter la victoire !

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Lun 13 Fév 2006 - 1:50

Khemriskhara contre le Comte Roland de Hauteville :

Les deux participants du duel à venir s'étaient battus il y a peu et pourtant, on leur demandait déjà de reprendre le chemin des armes. Khemriskara avait juste au le temps de redresser sa cuirasse enfoncée et Roland n'avait été très pris à eviter les pèlerins du Graal depuis son dernier combat. Le héraut donna à voix haute le résultat du tirage au sort : khemriskhara devait charger. Roland resta stoïc, ne discutant pas cette décision de la Dame.
Le haut Roi chargea, l'épée en avant (impact =3T, 2B, 1 Svg, 1 béné à 6 / khemri = 2T, 1B, 1PV) et entailla le bretonnien au niveau du bras droit. Roland, l'arme à la main, répliqua dans l'instant (3T, 3B, 2 Svg, 1 PV) et ouvrit un large "plaie" dans les bandelettes du Roi d'où s'echappa du sable. Khemriskhara ressenti le pouvoir de l'épée alors que cette dernière pénétrait sa chair putrefiée, ce qui le fit tresaillir. Il répondit alors (1T) mais la plupart de ses attaques furent arrêtées par les magnifiques parades réalisées par le noble sire. Roland attaqua avec hargne, déterminé à faire sentir à l'os vivant le courroux de la Dame et de ses champions (3T, 3B, 1 Svg, 2PV) et le Roi en fut sérieusement meurtri. Khemriskhara attaqua (3T, 1T avec un double 1, 1PV). Roland manqua d'avoir l'écu arraché mais la Dame luipermit de rester en état de combattre. Tout autre ennemi aurait déjà perdu la vie, mais ce Roi était solide. Le chevalier du Graal fit une démonstration de son talent martial (2T, 2B, 2PV), brisant la garde de son adversaire et lui faisant mordre la poussière d'une bien belle manière.


Edouard d'Artenois contre Garlokh :

Edouard pénétra dans l'enceinte pour son dernier combat. Face à lui, Garlokh se tenait fièrement, la hache à la main. Le sort décida que Garlokh chargerait, ce qu'il fit sans attendre (1T, 1B, 1 Svg). Le chevalier résista et frappa à son tour, usant de tout son talent martial pour lutter contre l'armure de damnation du guerrier noir (3T, 1B, 1 Inv.). Garlokh sauta sur le chevalier pour tenter de lui faucher la tête au passage (3T avec un double 6, 1 coup fatal annulé par la magie d'Edouard, 1PV ). Heureusement, le chevalier était protégé par une puissante magie et la cape qui couvrait ses épaules se plaça devant lui comme sous l'effet d'un vent violent pour obstruer le champ de vision du seigneur des bêtes. Il s'en sortit avec une blessure à l'épaule. En réponse, Edouard envoya quelques coups bien ajustés (3T, 3B, 1 Svg, 2 Inv.) qui glissèrent inexplicablement sur le chaotique. Garlokh donna des coups de hache (1T, 1 Coup fatal annulé, 1 Svg) dont la majeure partie fut parée par le talentueux Edouard. Un coup pourtant eut bien failli avoir raison de lui, mais la magie d'une damoiselle au coeur pur protégeait le chevalier et contre cela, même Khorne ne pouvait rien.
Le bretonnien frappa de taille et d'estoc (2T, 2B, 1 Svg, 1PV !) et laissa quelques eclats de metal arrachés par la force du choc dans le torse de son adversaire. Le sombre seigneur fit pleuvoir la mort (4T, 3B dont un coup fatal annulé, 1 Svg, 1 Béné., 1 PV) et sans le pouvoir de la Dame, Edouard aurait été réduit au silence. Sous les encouragements de la foules, nobles comme roturiers, et du baron, il attaqua avec fougue (4T, 3B, 1 Svg, 1 Inv., 1PV), son arme parvenant à entamer l'armure du chaos sans peine. Garlokh sentit que l'un comme l'autre pouvaient gagner l'affrontement et jugea qu'il valait mieux que ce soit lui, il frappa donc rageusement en espérant mettre à terre le noble chevalier (4T, 4B dont un coup fatal ah, s'il en avait fait autant contre Ighr..., 3 Svg, 1Pv). Edouard ne put contenir ce flot de colère et dû s'incliner. Il aurait sa revanche au prochain tour, il en fit le serment devant la Dame.


Kraggi le Nain contre Guillaume d'Idoïne :

Le dernier combat de la primière manche devait opposer Kraggi le virevoltant à Guillaume d'Idoïne. Pour la première fois, le sort désigna le nain pour entamer les hostilités. Ce dernier fonça aussi vite qu'il pu vers le chevalier bretonnien ce qui laissa à Guillaume le temps de boire à sa gourde et de se remettre en position. Kraggi, une fois à hauteur du destrier, sauta et réussit à eloigner se spieds du sol à hauteur de 40 bons centimètres (3T, 2B, 2 Svg, arme détruite). Tout le monde se désola de voir que l'arme du nain venait de détruire une nouvelle fois la lame de son opposant et la foule quitta peu à peu les gradins en sachant très bien que le nain gagnerait certainement à l'usure comme toujours. Guillaume ne se laissa pas demonter par le tronçon manquant de son arme et frappa (2T, 1B, 2 Inv.). Etonnament, l'épée du chevalier de la Quête était encore assez puissante pour blesser le nain et, si ses coups n'avaient pas été détournés par une rune majeure, il aurait sérieusement touché Kraggi. Le nain frappa du marteau (3T, 3B, 1 Svg, 1 béné. à 6, 1 PV) et défonça plusieurs côtes. Bien que blessé, Guillaume continuait de manier son arme avec une furie meurtrière (1T, 1B, 1PV) et dans son déluge de coups, une attaque avait blessé Kraggi. Se sentant insulté, le nain abattit son lourd marteau (3T, 2B, 1Svg, 1 béné. à 6 !) detourné in extremis par le pouvoir de la Déesse de Bretonnie ! Le sire d'Idoïne frappa (2T, 2B, 1Svg, 1 Inv.) mais fut incapable de forcer les protections runiques. Kraggi martela comme un fou (3T, 3B, 1 Svg., 2PV !) et mit fin à la première manche du tournoi.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Lun 13 Fév 2006 - 17:47

Le Second Tour :

Quatre jours passèrent entre la fin du premier tour et le début du second, et déjà, deux participants étaient-ils impatients d'en découdre. Il s'agissait des deux premiers à s'être battus qui attendaient avec impatience de pouvoir se mesurer l'un à l'autre une nouvelle fois.


Ighor contre Grundark :

L'orque, qui avait remporté le premier duel et bien d'autres depuis, était très confiant, d'autant que c'etait à lui de charger cette fois. D'un bout de la lice, il partit en vitesse vers l'autre, l'épée en avant (3T, 1B avec un double 1, 1Pv/ sanglier = 1T). Cette fois, pourtant, Grundark tint bon face à l'orque qu'il stoppa net avec sa panse. Lui adressant un sourire carnassier, Grundark arma son coup et décocha une frappe titanesque (4T, 3B, 3 Svg grâce à un triple 6 , mais comment fait-il ? affraid ) qui ne reduisit pas le vert en bouillie cependant. Ighor, de plus en plus convaincu d'être le plus fort attaqua (2T, 2B, 2 Inv.) et chatouilla l'ogre qui rit en réponse. Grundark, vexé d'avoir perdu à leur dernière rencontre, voulu montrer à l'orque qu'il n'etait qu'un halfeling luttant contre un Shaggoth et deploya toute sa force physique (4T, 3B, 1 Svg à 6 ! 1 Inv., 1PV), l'envoyant voler à l'autre bout de la zone de combat. L'orque était sonné mais déterminé à ne pas se laisser marcher sur les pieds. Il attendit que l'ogre revienne à sa hauteur en trottant pour lui ouvrir une large entaille sur le torse (3T, 1B, 1PV). Hurlant de douleur, Grundark se tourna vers l'orque, les yeux injectés de sang et le "petit" vert prit cher (5T, 4B, 2 Inv., 2PV !). Le seigneur orque noir venait de découvrir un nouveau mode de déplacement : le vol. Il finit le nez dans la boue au milieu des cochons, en plein coeur de la "zone résidentielle" orque.


Skrasch contre Kraggi :

Le combat retour du nain et du skaven débuta peu après la défaite de l'orque. Cette fois-ci, le nain fut celui qui chargea, ce qui lui permit de vite détruire l'arme de son adversaire (3T, 3B, 2 Svg, 1PV, arme détruite l'armure du skaven renvoie deux A sauvegardées par le nain). Le skaven désabusé avait déjà la main sur son arme de secours qu'il tira dans la seconde (3T, 1B, 1 Svg). La nain répliqua, déterminé à en finir très vite pour pouvoir retourner décuver mais aurait raté toutes ses attaques si ses runes ne l'avaient pas aidé (4T, 3B, 2 Svg, 1PV, l'armure du skaven renvoie deux A sauvegardées par le nain). Le rongeur, une fois de plus blessé, n'en pouvait plus de ce tournoi et espérait vite trouver la cave pour accomplir sa mission, d'autant qu'ilsavait qu'un contrat serait mis sur sa tête s'il ne faisait pas honneur à sa race. Il attaqua (2T, 1B, 1 Inv.) pour voir sa lame détournée miraculeusement. Kraggi réattaqua (4T, 3B, 2 Svg, 1PV, l'armure du skaven renvoie deux A, dont une enlève 1PV au nain !) et le skaven s'effondra. Il ne parvint pas à tenir aussi longtemps que la dernière fois face aux terribles runes du nain, qui s'en retourna dormir.


Garlokh contre Marty de Montségur :

Marty n'avait pas digéré sa défaite contre Garlokh et se tenait prêt à prendre sa revanche. Comme le bretonnien avait chargé la dernière fois, Garlokh attaqua le premier. Il dévora la distance le séparant du bretonnien en moins de trois foulées et sauta, la hache en l'air pour se laisser lourdement retomber sur le chevalier de la Quête (3T, 3B, 3 Svg). Cette fois-ci, pourtant, Marty ne se laissa pas avoir et se baissa pour ne pas être désarçonné. A peine le seigneur du chaos était-il sur la terre ferme qu'un fléau vint s'abattre sur ses épaules (2T, 2B, 1 Svg, 1Inv., arme détruite). Le seigneur des bêtes parvint à parer la majorité des coups et encaissa le reste, il eut toutefois la mauvaise idée de parer avec sa hache ce qui permit au fléau de Marty de s'enrouler autour du manche pour le refracturer. Fou de colère devant l'offense faite à son dieu, Garlokh heurta le chevalier de toute sa masse (3T, 3B, 2 Svg, 1 béné.) mais Marty était trop determiné à ne pas perdre pour se laisser avoir (1T, 1B, 1 Svg). Le questeux venait de connaitre un nombre anormal de touches ratées et compris que le problème venait de l'armure du chaotique. La prochaine attaque vint de Garlokh, vert de rage, au point de frapper avec autant de précision qu'un gnoblar de Grundark (1T, 1B, 1 Svg.). Marty fit partir son coup de très haut (2T, 2B, 2 Inv.) pour être encore dérangé par l'aura maléfique emise par l'armure de Garlokh. Le chaotique frappa (3T, 3B, 3 Svg.) et fut contré par la merveilleuse armure du chevalier dont le heaume etincelait. Marty attaqua à nouveau avec son lourd fléau si encombrant (2T, 1B, 1 Inv.) qui ne parvint pas à tuer le seigneur noir. Les deux combattant resentaient déjà la fatigue mais étaient encore indemnes.
Garlokh visa la jointure de l'armure du chevalier au niveau de la jambe, espérant lui causer une douleur insurmontable (1T, 1B, 1Svg) cependant, Marty avait l'oeil et compris le stratagème assez vite pour le contrer. En réponse à cette vilainie, il ecrasa son fléau sur le crâne de Garlokh en gardant les yeux fermés pour ne pas voir l'armure aux effets hypnotiques (4T, 2B, 1Svg, 1 Inv.). Comme le seigneur des bêtes avait dû s'avancer pour attaquer, Marty pu l'atteindre en gardant les yeux fermés et ainsi eviter la magie noire, toutefois, Garlokh était béni par ses puissances obscures. Il beugla et attaqua (3T, 3B, 3 Svg) mais ses attaques ricochèrent. Marty contre-attaqua à l'aveuglette, faisant confiance à ses autres sens pour trouver son ennemi (2T, 2B, 2 Svg). Par malheur, Garlokh était solide et frappa comme une brute une nouvelle fois (4T, 2B, 1 Svg, 1PV). Marty fut le premier blessé et ne toléra pas cela. Il attaqua avec toute sa fureur (4T, 2B, 1Svg, 1 Inv.) sans pouvoir contrer la bénédiction des dieux noirs. Garlokh attaqua (2T, 2B, 2 Svg) puis ce fut Marty (3T avec un double 6, 2B, 1 Inv., 1PV !), qui, lui, fit couler le sang. Le chaotique attaqua, visiblement troublé par le sang qui coulait sur son front (1T, 1B, 1Svg) et Marty riposta (2T, 2B, 2 Svg avec un double 6). Garlokh frappa encore (3T, 2B, 2 Svg en double 6), imité par Marty (2T, 2B, 2 Svg), avant de recommencer encore et encore (Garlokh =1T/ Marty = 2T, 2B, 2 Svg / G = 2T, 2B, 2 Svg / M = 2T, 2B en double 6, 2 Svg / G = 2T, 1B, 1 Svg / M = 4T, 2B, 1 Svg, 1 PV). Le chevalier venait de prendre une option sur la victoire, garlokh était plus sérieusement touché que lui. Le seigneur du chaos attaqua pour qu'il n'y ait pas de temps mort (2T, 1B, 1 Svg) et Marty reprit à la même cadence (2T, 1B, 1 Svg). Garlokh frappa comme un forcené (5T, 4B, 4 Svg) et tous ses coups furent déviés par l'armure polie de Montségur qui tomba pourtant de selle. Le paladin, motivé et encore en état de se battre lanca ses attaques avec passion et ardeur, gardant les yeux fermés et laissant la Dame guider sa main (4T avec un triple 6, 2B, 1Svg, 1 Inv.) mais, manque de chance, la Dame ne fut pas capable de briser les sortilèges de l'oeil divin qui, conjugué à la vitesse du seigneur des bêtes, lui permettait d'esquiver des coups mortels. Garlokh frappa à nouveau comme un diable (5T avec un quadruple 6, le premier du tournoi ! 4B, 3 Svg, 1PV !) et failli vaincre Marty qui se releva pourtant et reparti à l'assaut (3T, 1B, 1Inv.). Garlokh attaqua une fois encore (3T, 2B, 1Svg, 1 béné.) et son coup fut retenu par la Dame. Emu de voir sa Déesse avec lui, Marty, le chevalier en Quête, reprit courage (4T, 2B, 1Svg, 1Inv.). Le seigneur des bêtes attaquait sans relâche (2T, 2B, 2 Svg) et Marty rendait coup sur coup (2T, 2B en double 6, 2 Svg). Garolkh tourna alors sur lui-même et lmança une botte secrète devastatrice (4T, 2B, 2 Svg) que Marty esquiva en se jetant à terre. Il en profita alors pour frapper son adversaire qui n'avait pas reprit son equilibre (3T, 3B, 2 Svg, 1PV !). Le fléau de Marty vint percuter le flanc du monstre qui s'effondra, le souffle coupé.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Mer 15 Fév 2006 - 0:28

Guillaume d'Idoïne contre Khemriskhara :

Les deux combattants suivants prirent place dans la lice. Guillaume avait une chance de prendre sa revanche. Cette fois, c'etait à lui de charger !
Il partit au galop et relacha sur le roi un torrent de coups violents (2T avec double 6 et double 1, 2B, 2PV). Khemriskhara frappa dans le vide (rien) car Guillaume se trouvait déjà à bonne distance. Revenant sur le Roi, Guillaume attaqua au passage (2T, 1B, 1PV) et arracha un gros bout du crâne de son ennemi. Le roi riposta (3T, 2B, 1Svg, 1 béné.) et fut contré par la Dame. Guillaume, qui avait fait serment devant la Dame de se montrer digne d'elle était transformé, il n'etait plus le même homme et se battait avec une hardiesse incroyable. Il fit d'amples moulinets et frappa avec vigueur (2T, 2B, 2PV), eliminant son adversaire d'un revers de lame. Khemriskhara ne comprit pas ce qui lui arrivait, il avait été terrassé avec une telle aisance qu'il se demanda si il avait bien affronté le même chevalier que la dernière fois. Guillaume posa son épée sur son épaule et quitta fièrement l'aire de combat.


Ighor contre Edouard d'Artenois :

Edouard, en croisant Guillaume d'Idoïne, le salua le sourire aux lèvres. "Quelle belle journée", pensa-t-il . Les deux chevaliers qui l'avaient précédé avait remporté la victoire et Edouard ne voulait pas rompre la série.
Après avoir subit la charge de l'orque à leur dernière rencontre, Edouard devait charger. Sans attendre, il abaissa sa visière, s'elança et poussa son cri de guerre. Arrivé devant l'orque, il relâcha sur lui toute sa fureur (3T, 2B, 1Svg, 1PV) et pénétra son armure. Tous deux se souvenaient à quel point leur dernier combat avait été éprouvant, presque autant que celui qui avait opposé l'orque au sieur de Montségur. Ighor envoya à son tour ses attaques (4T dont un double 6, 4B, 3 Svg, 1 béné.). Malgré des gestes magnifiquement executés, Edouard s'en sorti sans éraflure et put attaquer (2T avec un double 6, 1B, 1Svg), suivit de peu par l'orque (2T plus un double 1, 2B, 1Svg, 1PV). Edouard, touché à son tour, ne retint pas ses coups (3T, 2B, 2 Svg) mais ne se montra pas capable d'inquitéter la chose verte qui rit et donna des coups furieux (2T, 1B, 1PV) qui eventrèrent à moitié le noble chevalier. Edouard refusa de s'incliner si facilement et fit une démonstration d'adresse (5T, 3B, 3 Svg) arrêtée par l'armure orque. Ighor, hilare, concentra toute sa colère dans son arme et tailla le tabard du chevalier (2T, 2B, 2 Svg), sauvé par sa cuirasse de noble acier. Artenois tenta de saigner l'orque (4T, 2B, 2 Svg) incapable de franchir les défenses physiques de l'orque noir. Ighor, en réponse, remit des coups de kikoup' (2T, 2B, 1Svg, 1 béné.) rendus inoffensifs par les parades du paladin et le pouvoir de la Dame.
Edouard brassa un peu d'air avec les bras pour pousser l'orque à rester à distance (rien), mais Ighor ne se laissa pas impressioner (2T en double 6, 2B, 2 Svg). Fort heureusement, le chevalier était solidement protégé et riposta comme seul lui pouvait le faire(3T, 3B, 1 Svg, 1 Inv., 1PV !). La lame du chevalier et l'armure de l'orque brillèrent et emirent d'impressionnantes vibrations pour savoir qui aurait le dessus (le dernier jet de sauvegardes relançables de l'orque luttant contre l'épée de naissance d'Edouard était vraiment incroyable, vous n'avez pas idée Laughing ) et, au final, l'orque ne fut sauvé que par Gork (ou Mork). Le chef orque noir qui se faisait appeler "le plus fort", frappa comme un damné mais sans regarder où se trouvait Edouard, à moins que les mouvements de son sanglier sauvage ne l'aient empêché de viser juste (1T, 1B, 1 Svg). Edouard fit voyager sa lame de droite à gauche (5T, 3T "triple 6 et double 1", 3 Svg) dans une chorégraphie déstructrice mais s'achevant à chaque fois sur l'armure de l'orque, trop solide. Ighor attaqua (2T, 2B, 1 Svg, 1 béné.) et Edouard riposta (4T, 2B, 1 Inv., 1 PV !!!). Ighor, qui sentait la victoire proche, fut envoyé au tapis une nouvelle fois ! Sa réputation d'invincibilité commençait à être sérieusement entachée et, à la surprise générale, mais pour le plus grand plaisir de tous, un bretonnien de plus venait de s'imposer.


Kraggi McKrag contre le comte Roland de Hauteville :

Le nain, presque assuré d'aller en demi-finale et impatient de rencontrer des adversaires de plus haute stature, entra dans la lice. Comme il avait été très chanceux au dernier tour et qu'il avait presque toujours concédé la charge à ses adversaires, il devait maintenant à charger à chaque fois. Non sans broncher, le nain commença à courir en direction de Roland et l'attaqua de toutes ses forces (3T avec un double 6, 2B, 2 Svg, arme détruite), se débarrassant de l'épée du comte qui ne s'attendait pas à moins de la part du nain. Roland répliqua avec sa simple mais fidèle épée (3T plus un double 1, 2B, 1 Svg et un 1, un 1 sur l'invulnérable. Ca devient comique tous ces 1 dans un même tour ! Laughing 1PV) qui entailla l'épaule du nain à travers son métal. Kraggi l'invincible n'allait pas s'arrêter pour cette broutille et attaqua encore (3T, 2B, 1 Svg, 1 béné.), contré par le bouclier de Roland et la légendaire bénédiction des chevaliers du Graal. Le comte frappa (3T, 2B, 1 Svg, 1 Inv.) suivi du nain qui utilisa un coup mortel de sa création(4T, 3B, 2 béné avec un double 6 ! 1PV !). Cette fois, Roland aurait dû être mis hors combat sur le coup mais fut sauvé par la Dame elle-même. En signe de gratitude envers sa déesse, il attaqua une nouvelle fois (2T, 1B, un 1 sur la Svg, 1PV !) et le nain se retrouva dans une position délicate pour la suite du combat ! Kraggi, irrité, donna de sévères coups de marteau (3T, 2B, 2 Svg) mais fut stoppé net par le chevalier, déterminé à ne pas laisser l'affront qu'il avait subi la dernière fois impuni, et certainement aussi à ne pas rompre la série heureuse que connaissaient les bretonniens en ce jour. Roland attaqua donc à nouveau (4T, 1B, un 1 sur la Svg Razz , 1 Inv.) et seule la magie de la rune majeure d'insulte sauva le nain de sa première défaite. Kraggi attaqua comme un lion (4T, 4B, 3 Svg, 1PV) et fit voler quelques plaques de métal en l'air. Sire de Hauteville, sentant le pouvoir de la Déesse bien plus fort en cette belle journée, leva haut son épée et l'abattit (2T, 1B, 1 Svg) mais le coup fut dévié par l'armure du nabot qui répondit avec son gros marteau avec un coup absolument fabuleux et imparable (4T, 4B en quadruple 6, 3 Svg, 1 béné. genre "j'ai eu chaud à mes miches") qui ne terrassa cependant pas le bretonnien, en grande partie protégé par son armure à présent sérieusement cabossée, mais aussi par une aura mystérieuse. Toujours en selle, Roland frappa dans un balai de mort (5T, 4B, 4 Svg) arrêté par l'armure à vapeur du nain. Le nain riposta avec ardeur (3T, 2B, 2 Svg) sans trouver la faille. Le chevalier répondit à nouveau (4T, 2B, 2 Svg), puis ce fut encore au tour du nain (3T, 2B, 1 Svg, 1 béné à 6, une de plus...). Roland, qui en avait assez de ahaner en tapant sur la boîte de conserve courte sur pattes jetta ses dernières forces dans une botte terrible (3T, 2B, 1 Svg, 1 PV !!!!) et soudain, tout s'arrêta. Le nain tomba à la renverse (façon R2D2 face aux jawas Laughing ) dans le boue et se retrouva comme une tortue sur le dos, incapable de se relever. La foule en délire se leva pour acclamer Roland, premier tombeur de Kraggi McKrag après un combat difficile. thumright

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Jeu 16 Fév 2006 - 17:14

Guillaume d'Idoïne contre Skrasch :

Toute la baronnie était en liesse, les gens appelaient déjà cette journée "le jour de la Dame" et nombre de barons, comtes et banerets voisins avaient fait le déplacement pour voir les combats. Depuis le début de la seconde manche, aucun bretonnien n'avait été vaincu et c'est très confiant que Guillaume fit son entrée sur la piste. Le skaven avait l'honneur de la charge cette fois, il fonça comme un beau diable (2T, 1B, 1PV) et ouvrit une large entaille à travers l'armure du chevalier avant de retomber derrière lui, content. Guillaume tira sur la bride et son destrier se remit face à la bestiole. Prenant son épée des deux mains, il frappa (4T avec un double 6, 4B, 4PV !) et fracassa le pauvre animal. La bête, lasse de tous ces combats, avait bien du mal à faire face à la fureur de tous ces adversaires désireux d'aller en finale.


Grundark contre Garlokh :

Le ciel était dégagé cette fois et les deux plus maléfiques guerriers du tournoi s'avançèrent pour combattre une nouvelle fois. Garlokh chargea comme un fou (2T) et se révéla incapable de transpercer l'ogre qui répondit comme un mammouth quoique gêné par les reflets de l'armure du chaotique (1T, 1B, 1PV). Garlokh fut sérieusement ébranlé et riposta sauvagement (3T, 1B, 1 Inv.) se heurtant aux protections mystiques de grundark qui aurait bien voulu rendre la politesse mais en fut empêché (rien). Garlokh remit une série de coups vifs et brutaux (2T) insuffisants pour blesser un ogre. A son tour, le dévoreur attaqua (2T, 1B, 1PV) et si son attaqua n'avait rien d'impressionnante, elle n'en fut pas moins efficace. Garlokh, blessé une nouvelle fois mordit son adversaire et lui mit des coups de hache (2T, 1B, 1PV), parvenant à faire couler son sang à force d'effort. Grundark, en réponse (3T, 3B, 2 Inv avec des 6 ! 1PV !), assoma son adversaire d'un revers de masse. Garolkh venait de perdre plusieurs dents et n'etait plus en état de combattre. Grundark venait une nouvelle fois de s'imposer face à lui.


Skrasch contre Khemriskhara :

Un rongeur géant commotionné et un squelette claquant des dents (sûrement une façon de rire pour lui...) firent leur apparition. Khemriskhara était satisfait car il savait qu'il aurait la charge cette fois. A peine eut-il aligné son char qu'il le lança sur la petite bestiole qui tenta de creuser un trou dans la terre avec ses petites pattes (1T, 1B, 1PV ! /Impact = 2T, 2B, double 1 sur la Svg, 2 Pv) mais ce fut peine perdue. Le char ne laissa qu'une carpette toute ratatinée derrière lui.


Edouard d'Artenois contre Marty de Montségur :

Le "jour de la Dame" était terminé. Le lendemain débuta sur une légère pluie (vraiment instable le temps, ici) qui laissa le sol légèrement boueux et fit ressortir encore plus fortement les odeurs produites par les gueux, les orques, les porcs et Grundark... cela ne dérangea pourtant pas outre mesure Marty et Edouard qui se préparèrent pour leur nouveau duel.
Marty baissa sa visière, salua son opposant et chargea et eut un peu de mal à faire passer ses coups à travers les parades que lui opposait Edouard (2T, 2B, 1 béné, 1PV, pas d'effet pour le fléau Laughing ). Edouard répliqua brillamment (4T, 1B, 1 Svg) mais se révéla incapable de percer l'armure du paladin de Catharie. Marty attaqua une nouvelle fois (1T avec une floppée de lamentables 1, arme détruite) en concentrant tous ses efforts sur l'épée d'Edouard qu'il brisa. Edouard, troublé et affligé par cette perte, frappa en déployant tout son art et sa science du combat (5T, 1B, 1 Svg), incapable de traverser l'armure de Marty, une fois encore. Marty attaqua avec plus d'assurance (3T, 3B, 3 Svg) et fut confronté au même problème qu'Edouard. Le sire d'Artenois attaqua (5T, 3B, 3 Svg), suivi de peu par Marty (3T, 3B, 2 Svg et un 1, 1PV) qui ouvrit une nouvelle entaille sur Edouard. Artenois frappa une nouvelle fois (4T, 2B, 2 Svg) et Marty l'imita (3T, 2B, 2 Svg). Une nouvelle fois, les deux héros attaquèrent (Edouard = 4T, 2B, 2 Svg / Marty = 2T, 2B, 2 Svg / Edouard = 3T, 1B, 1 Svg / Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Edouard = 2T, 2B, 2 Svg/ Marty = 4T, 3B, 3 Svg / Edouard = 4T, 3B, 3 Svg).
Les deux chevaliers se valaient largement. Edouard faisait de plus beaux moulinets et frappaient avec plus d'elegance, mais Marty avait une telle confiance en lui qu'il pouvait briser des montagnes. De plus, tous deux portaient une armure quasi-infranchissable et tout le monde s'attendait déjà à un combat de la même longueur que celui qui avait opposé Marty à Ighor.
C'etait au tour de Marty d'attaquer ce dont il s'acquitta avec plaisir (4T, 3B, 2 Svg, 1 béné à 6 pale quand ça veut pas). Edouard venait d'être sauvé par la Dame, ce qu'il prit commeun signe, un signe qu'elle le favorisait lui et non le chevalier qui lui faisait face. Fort de cette idée, il se jeta sur Marty (4T avec un double 6, 2B, 2 Svg), cependant, l'armure de Marty le sauva (il avait quand même fait un 1 avant de relancer, et c'est pas la première fois depuis le début du combat. Je ne vois pas comment il pourrait perdre).
Montségur attaqua (4T, 4B, 4 Svg) sans effet, puis ce fut Edouard (5T, 3B, 3 Svg). Marty attaqua encore avec son lourd fléau (4T, 1B, 1 Svg) et Edouard riposta (3T, 3B, 3 Svg).
De Montségur frappa (3T, 3b, 3 Svg), suivi par d'Artenois (5T, 3B, 3 Svg). Marty attaqua encore (4T avec un double 6, 3B, 2 Svg, 1 PV !) et renversa Edouard, trop sonné pour continuer.
Montségur, encore indemne, mit le pied à terre et aida Edouard à se relever après ce combat qui avait sérieusement entamé leurs forces à tous deux.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Dim 19 Fév 2006 - 17:40

Roland de Hauteville contre Skrasch :

Le skaven Skrasch fut appelé ainsi que Roland, comte de Hauteville.
Le noble chevalier du Graal n'avait pas apprecié sa défaite contre le petit rat puant et se fit un plaisir de charger la bête laissée mal en point par son précédent combat (3T, 3B, 2 Svg, 1 PV). L'homme-rat tomba à la renverse et failli se faire piétinner par le destrier du chevalier. Une fois celui-ci un peu éloigné, le skaven montra toute sa vilainie. Il sauta sur la monture de Roland et se tint fermement au caparaçon pour pouvoir planter sa lame dans le dos du bretonnien malgré les secousses (1T). Dort heureusement pour le paladin, la bête finit par lacher sans avoir pu le toucher, allant heurter le bas de la tribune. Hauteville repartit à la charge l'épée en avant (2T, double 1) et ne fit qu'effleurer le bois des gradins à peine restaurés depuis la coup d'eclat de Grundark qui en avait arraché la moitié dans son combat. Skrasch vit là une occasion de toucher Roland et tenta le tout pour le tout (4T, 4T avec un double 6, 1 béné. à 6, 3 PV !), il lança son arme sur le chevalier qui s'eloignait et fut lui-même surpris par le résultat. Transpercé par la cruelle lame du chef rat, Roland resta un instant interdit, les yeux rivés sur le bout de métal qui dépassait de son abdomen. Il s'effondra alors et fut transporté d'urgence sous sa tente. Le skaven était victorieux et dut partir vite pour ne pas être lynché par les pèlerins de Hauteville.

Ighor Kelpufor contre Marty de Montségur :

Les deux concurrents suivants étaient en bonne place pour accéder aux demi-finales et étaient plus que déterminés à ne pas se faire de cadeaux, même s'ils se préparaient à un combat long et difficile. Marty chargea en faisant tournoyer son fléau au dessus de son heaume comme un gyrocoptère nain (3T, 3B, 2 Svg, 1PV, arme détruite) et fracassa une partie de l'armure ainsi que l'arme de l'orque qui tira instantanément son autre Kikoup' pour attaquer (3T, 2B, 2 Svg). Marty n'attendit pas une seconde de plus pour refrapper (4T, 2B, 2 Svg) mais se heurta sans surprise à l'armure de l'orque.
Ighor à son tour attaqua (3T, 2B, 2 Svg) et obtint autant de résultat que le paladin. Les deux combattants se chargèrent furieusement et un nouveau combat titanesque débuta au rythme des parades et des ripostes(Marty = 4T avec un triple 6, 3B avec un double 6, 3 Svg / Ighor = 3T, 3B, 3 Svg / Marty= 4T, 3B, 3 Svg / Ighor = 3T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Ighor = 1T avec un 6, un 1 pour blesser / Marty =3T, 1B, 1 Svg / Ighor = 2T / Marty = 4T, 3B, 3 Svg / Ighor = 2T, 1B, 1 Svg / Marty = 3T, 1B, 1 Svg / Ighor = 4T, 3B, 3 Svg / Marty = 4T, 3B, 3 Svg / Ighor = 4T avec un triple 6, 3B, 3 Svg / Ighor = 4T avec un double 6, 1B, 1 Svg / Marty= 3T, 3B, 3 Svg / Ighor = 3T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 1B, 1 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 4t en quadruple 6, 3B en double 6, 3 Svg / Ighor = 2T, 1B, 1 Svg / Marty = 2T, 1B, 1 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 4T avec un double 6, 2B, 2 Svg / Ighor =3T, 3B, 3 Svg / Marty = 3T, 1B, 1 Svg / Ighor = 2T, 1B, 1 Svg / Marty = 4T, 3B, 3 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 2T, 2B, 2 Svg / Ighor = 4T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 2T, 1B, 1 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg). Les deux duellistes enchainaient les attaques encore plus vite et plus fort que lors de leur précédent affrontement et cela faisait près d'une demi-heure qu'ils se battaient sans qu'une goutte de sang n'apparaisse. Marty profita d'un instant de repit pour eloigner son destrier du cochon de l'orque et tenter une nouvelle charge (3T, 1B, 1 Svg), mais l'orque, ou plutôt son armure, mit fin à ses rêves. Il attaqua comme une brute et un nouveau corps à corps s'engagea (3T, pas de B / Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Ighor = 2T, 1B, 1 Svg / Marty = 2T, 1B, 1 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 2T, 1B, 1 Svg / Ighor = 2T, 1B, 1 Svg / Marty = 2T, 2B, 2 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 1B, 1 Svg / Ighor = 3T en triple 6, 2B, 1 Svg, 1 PV !) qui se solda par une cicatrice sur le chevalier.
Marty, rendu fou de rage s'elança une nouvelle fois (4T, 2B, 2 Svg / Ighor = 2T, 1B, 1 Svg / Marty = 3T, 1B, 1 Svg / Ighor = 3T, 1B, 1 Svg / Marty = 3T, 1B, 1 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Ighor = 2T, 1B, 1 Svg / Marty = 4T avec un double 6, 3B, 3 Svg / Ighor = 3T, 3B, 3 Svg / Marty = 2T, 2B, 2 Svg / Ighor = 2T, 1B, 1 Svg / Marty = 4T, 3B, 3 Svg / Ighor = 2T merde, pas maintenant les 1 ! J'en veux sur les svg, moi ! Mad / Marty = 3T, 1B, 1 Svg / Ighor = rien / Marty = 3T, 2B, 2Svg / Ighor = 2T, 2B, 1 Svg, 1 béné. / Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Ighor = 3T avec un triple 6, 2B, 2 Svg / Marty = 3T / Ighor = 4T, 3B, 3 Svg / Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T en triple 6, 1B, 1 Svg). Décidément, aucun des deux ne semblait capable de prendre l'avantage sur son adversaire et tous ceux qui avaient baptisé leur précédente rencontre "le combat le plus long du monde" se devaient d'admettre que celui-ci était encore pire. Le Baron, depuis son siège hésitait à interrompre la rencontre.
Pendant ce temps, les deux champions se battaient toujours, encouragés par les orques de l'enclos à porcs et par tous les seigneurs bretonniens (Ighor = 2T, 1B, 1 svg / Marty = 3T avec un double 6, 1B, 1 Svg / Ighor = 4T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 3B avec un double 6, 2 Svg / Ighor = 4T, 1B avec un double 1, 1 Svg / Marty = 3T avec un triple 6, 1B, 1 Svg / Ighor = 2T, 1B, 1 Svg / Marty = 2T, 2B, 2 Svg / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 4T, 2B, 1 Svg, 1 Inv. ! affraid / Ighor = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 2T, 2B, 2 Svg / Ighor = 3T, 3B, 2 Svg, 1 PV !). Finalement, le paladin fut une nouvelle fois touché même si tous deux étaient dans leurs derniers retranchements. Ce combat ne pouvait pas durer beaucoup plus au risque de voir les deux protagonistes mourir de fatigue.
Marty se jeta une dernière fois sur l'orque, monopolisant ses dernières ressources (3T, 2B, 2 Svg) mais l'armure de la bête verte arrêta toutes ses attaques. Ighor, dans un sursaut de rage, frappa avant de s'ecrouler (3T, 2B, double 2 puis un 1 et un 2 sur la svg ! 2 PV !). Le coup fut si violent que Marty eut le haubert tranché en deux. Les deux participants tombèrent à terre alors qu'aucun muscle ne leur répondait plus. Tandis que le soleil commençait à décliner, on transporta les deux champions au loin. Nul ne savait alors s'ils passeraient la nuit.

Edouard d'Artenois contre Grundark :

Grundark arriva en sautillant dans l'arène, car il savait qu'il aurait la charge. Face à lui se trouvait le très valeureux et très apprecié du public, Edouard. L'ogre prit son élan et fonça sur le malheureux chevalier (3T, 3B, 1 Béné. à 5+, 2 PV./ impact = rien) qui fut catapulté au loin. Pendant un instant, tout le monde le crut mort, mais le paladin finit par se relever juste à temps pour voir l'ogre à nouveau sur lui, prêt à abattre sa masse en riant. Effectuant une roulade, le sire d'Artenois, encore très sonné, evita le nouvel assaut. Il rampa jusqu'à épée et s'en empara pour frapper la bête qui, une fois de plus, était sur lui (4T, 1B, 1 PV !), fauchant au passage un gnoblar dont la présence n'avait pas d'explication. Plus léger et plus rapide que son adversaire, le paladin eut une nouvelle occasion d'attaquer avant que le monstre ne puisse riposter (2T, 1B, 1 Inv. grâce au second gnoblar) mais la créature fut epargnée par le sacrifice de son deuxième familier gnoblar qui se jeta courageusement (et presque de lui-même) sur la lame d'Edouard.
Grundark leva alors son arme et eteignit la lumière (3T, 3B, 2 Inv. ! 1PV). Ce fut en tout cas l'impression qu'eut Edouard, préservé de justesse de la mort par la Dame du Lac.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Lun 20 Fév 2006 - 22:57

Khemriskhara contre Kraggi :

Le nain ouvrit les yeux et eut la surprise de voir qu'il était dans l'aire de combat. Il ne comprit pas comment il était arrivé et se dit qu'il se passait des choses vraiment étranges en ces lieux. Ce qu'il ignorait, c'est qu'on l'avait trouvé ivre mort et emmené ici pour son combat. De l'eau dégoulinait de ses cheveux et de sa barbe tandis que plusieurs gueux s'eloignaient, un seau vide à la main. De l'autre côté se trouvait Khemriskhara qui faisait de grands gestes et pestait apparemment après son prêtre liche pour la mauvaise réparation qu'il avait effectué sur son char.
Prenant son souffle, le nain se dirigea vers le roi en soufflant comme un boeuf. Il n'aimait pas charger, mais il n'avait pas le choix. Après deux bonnes minutes, il arriva sur son ennemi et le frappa de son marteau (3T en triple 6 ! la journée commence fort Laughing , 3B en triple 6 ! 3 PV !!! arme détruite). Le nain avait cuvé toute la matinée, mais il était manifestement très motivé. Sa dernière passe d'arme était une pure merveille et le pauvre squelettene put rien faire pour eviter les coups. Le Roi riposta (1T, 1B, 1 Svg) mais ses coups se révélèrent inéfficaces. Le Seigneur Nain un peu nauséeux attaqua encore avec brio (3T avec un double 6,, 2B, 1 Svg, 1PV). Khemriskhara coupa quelques poils de barbe (4T, 2B, 1 Sg, 1 Inv.), ce qui rendit le nain fou furieux (3T, 2B, 2 Svg). Le mort attaqua encore (4T, 3B, 2 Svg, 1PV) et fit un trou dans la protection du poilu. Kraggi McKrag s'emporta et effectua un magnifique moulinet avant de cogner (3T, 2B, 1 Svg, 1PV !). Le haut Roi fut propulsé hors de son habitacle et s'ecrasa contre la rambarde. Levant les yeux, il vit le gobelin manchot qui servait de mascotte à la garnison du château penché au dessus de lui. Khemriskhara ne put que claquer des dents pour protester lorsque ce dernier commença à lui uriner sur le crâne en ricanant sous les rires sonores des gueux de tout l'Anguille.

Garlokh contre Ighor Kelpufor :

Ighor et Garlokh entrèrent dans l'arène, prêts à en découdre. Se souvenant qu'il avait été pris par surprise la dernière fois, Garlokh chargea sans attendre (3T, 1 Coup fatal, 1 Inv.) et manqua de peu le cou de l'orque, surpris par la violence de l'attaque. Ighor tira sa lame et accabla le chaotique de coups (4T, 4B, 1 Svg, 1 Inv., 2PV), le faisant vaciller. Blessé, Garlokh joua de la hache (3T, 3B dont un coup fatal, 2 Svg, 1 Inv.), ce qui fit rire le vert qui répondit sauvageument (2T, 2B, 1 Svg., 1 Inv.). N'ayant pas succombé sous les coups de l'orque, Garlokh se dit qu'il s'agissait là d'une chance accordée par ses dieux (5T, 3B dont un coup fatal, 2 Svg, mort automatique). Son coup fut si violent que la clavicule d'Ighor cassa nette, le faisant hurler de douleur et de rage devant son incapacité à reprendre le combat.

Le comte Roland de Hauteville contre Guillaume d'Idoïne :

Guillaume avait attendu ce combat avec impatience. Depuis sa défaite face à Roland, il s'était juré de ne plus perdre, fut-ce contre un chevalier de rang supérieur. Sachant qu'il s'agissait là d'une épreuve d'importance dans la suite de sa quête, il piqua des deux et fondit sur le comte tel un rapace sur sa proie (2T, 2B, 2PV). Etonné par la rapidité d'execution de Guillaume, Roland ne fut pas capable de tout esquiver et l'épée du chevalier de la Quête fit le reste, trouvant la faille dans l'armure du Comte. Roland frappa avec sa dextérité habituelle (3T, 2B, 1 Svg, 1PV) et blessa le jeune chevalier. Une lumière surnaturellebaigna la lice et Guillaume leva une nouvelle fois son épée (2T, 2B, 2PV !). Voyant l'arme de Guillaume changer de trajectoire au dernier instant, contournant la garde qu'il lui opposait, Roland sourit et ferma les yeux. Il venait d'être désarçonné sous le regard ébahi de ses pèlerins et de toute l'assistance. Le comte se releva doucement et vit le chevalier de la Quête agenouillé à ses côtés, priant en s'appuyant sur sa belle épée.
Il marcha jusqu'à lui, posa sa main sur son épaule et quitta la lice. Guillaume venait de franchir un cap dans sa recherche du Graal.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Mar 21 Fév 2006 - 17:50

Marty de Montségur contre Grundark :

Marty entra dans la lice avec difficulté. Sans qu'il sache pourquoi, son destrier titubait et ne se déplaçait pas correctement. Cette bête accompagnait Marty depuis des années et, ensemble, ils avaient affronté bien des dangers. D'ordinaire l'animal obéissait au doigt et à l'oeil et anticipait même la volonté de son maître. Pourtant, aujourd'hui, quelque chose n'allait pas. En y repensant, Marty se souvint avoir chasser l'un de ses immonde gnoblars qui rôdait prêt des abrevoirs. Comment un participant au tournoi avait-il pu commettre pareille félonie ? Empoisonner la monture de son adversaire allait à l'encontre de toutes les règles de la chevalerie et de tous les codes d'honneur, mais que fallait-il attendre de mieux de la part d'un ogre ?
Grundark, qui avait la charge, se rua en avant en hurlant comme une bête sauvage et Marty fut bien incapable de de faire s'ecarter son destrier qui prit le coup de plein fouet (2T, 2B, 2PV ! Impact = 1B, 1 Svg). Marty avait été projeté au loin et mit du temps à se degager de sous sa monture. Il caressa la bête blessée en espérant qu'elle se remettrait vite de ses blessures et se dirigea vers l'ogre, le fléau prêt à lui fracasser la machoire (3T, 1B, 1 PV, arme détruite). L'ogre avait mal et adorait cette sensation, quand l'ennemi se défend, que la bataille fait rage et que la haine prend le dessus. Galvanisé par l'odeur du sang (probablement celui du gnoblar qui venait de se faire scrouncher par Marty Laughing ), il s'empara d'un tonneau vide qui trainait et l'envoya sur Marty (4T, 3B, 2 Svg, 1 béné !) qui résista au choc grâce à la magie de son heaume. Montségur, blessé mais encore apte au combat, se remit sur pieds et chargea (1T, 1B, 1 Inv. grâce au deuxième gnoblar), explosant le petit corps fragile d'un autre gnoblar, enfin châtié pour ce qu'il avait fait à la monture du paladin. Grundark, qui n'avait plus d'arme, vit un paysan au bord de la zone de combat qui se promenait avec son cochon. Il se saisit donc tout naturellement de la bête et lui rentra un bout de la rambarde dans le postérieur pour en faire une massue. Marty vit alors un enorme porc rose s'abattre sur sa tête (2T, 2B, 2 Svg) et fut contraint de sauter sur le flanc pour ne pas être broyé. Il se redressa rapidement et tira son épée pour l'enfoncer dans le flanc du monstre musculeux (2T) mais Grundark sembla apprecier la sensation. Il attrapa son cochon et le lança avec vigueur sur Marty (3T, 2B, 1 Svg, 1PV !). Le sire de Montségur s'envola avec le projectile, pour finir sa course contre un mur. Il fut transporté sous sa tente et son déstrier fut ramené aux écuries du baron de Havras pour y être soigné. Au final, ses blessures étaient moins graves que celles de son maître.

Le Comte Roland de Hauteville contre Khemriskhara :

Le chevalier du Graal et le roi se préparèrent pour leur dernier combat. Ils pénétrèrent dans la lice et se firent face, jaugeant la situation. Soudain, le comte de Hauteville Baissa sa visière, adressa une prière à la Dame et chargea, l'épée à la main (3T en triple 6, 2B, 1 Svg avec un 6, 1PV). Le Roi hurla sa colère et frappa le paladin (4T, 1B, 1 Svg avec un 6) qui s'en sortit sans dégats.
Roland relança une série d'attaques dévastatrices sur le roi fermement déterminé à prouver sa valeur de Saint Vivant (3T, 2B, 1 Svg avec un 6, 1PV !). Khemriskhara attaqua (2T) mais ne força pas les défenses du chevalier. Pendant ce temps, Roland continuait son oeuvre (2T, 2B, 1 Svg avec un 6 ! 1PV !). Le roi d'os concentra toute sa rage dans son poing et dechaina une tempête de metal sur son opposant (3T, 2B, 1 béné., 1PV) pour lui arracher plusieurs morceaux d'armure. Roland attaqua sans s'en soucier outre mesure (3T, 3B, 1 Svg., 2 PV !) et trancha la tête du roi squelette. Le prêtre liche et la suite du Roi vinrent dans l'aire de combat et emportèrent le corps de leur maître. Le baron leur proposa un peu de Saint Ruban Adhésif mais le prêtre déclara qu'il pouvait soigner son roi lui-même. Pendant ce temps, Roland faisait un tour d'honneur, acclamé par tous les humains, les nains et les quelques halfelins qui avaient fait le déplacement, attirés par la rumeur qui prétendait qu'un grand tournoi avait commencé.

Edouard d'Artenois contre Garlokh :

Edouard l'avait juré : il ne perdrait pas contre Garlokh cette fois. La charge était pour lui, et la Dame veillait sur sa vie. Le beau et noble héros d'Artenois leva les yeux au ciel et demanda à sa Déesse de ne aps l'abandonner. Il abaissa sa visière et donna un coup de talon à sa monture qui chargea sur-le-champ. Garlokh l'attendait en bougeant comme un serpent, paré à bondir à la moindre erreur du chevalier. La lame d'Edouard fit mouche à de multiples reprises (4T, 3B, 2 Svg, 1 Inv.) mais garlokh jouissait toujours d'une aide divine. Il bondit sur le chevalier pour tenter de le couper en deux (3T, 3B dont deux Coups fatals annulés, 3 Svg) ce qu'il ne parvint pas à faire. Edouard repartit à l'assaut (3T, 2B, 1 Svg., 1 Inv.) aussitôt imité par Garlokh (2T, 2B, 2 Svg). Cette passe d'arme n'ayant pu les départager, ils reprirent leur danse mortelle (4T, 1B, 1 Svg / Garlokh = 2T, 1B, 1 Svg / Edouard = 3T, 3B, 2 Svg., 1PV !) qui se solda par une horrible balafre sur le visage du serviteur des dieux noirs. Garlokh, fou de colère, comme on pouvait s'en douter, frappa frénétiquement (5T dont deux 6, 4B, 3 Svg, 1 béné. !) et tailla cotte, tabard et bouclier dans sa fureur. Edouard attaqua quoiqu'encore et toujours gêné par l'eclat sombre de l'armure de damnation (2T, 2B, 1 Svg., 1 Inv.). Garlokh attaqua une nouvelle fois comme une bête sauvage (3T, 3B dont un coup fatal annulé, 3 Svg) sans trouver la faille dans l'armure bretonnienne et Edouard riposta, toujours aussi déterminé (3T, 2B, 2 PV ! on dit merci à son épée de naissance). D'un double geste de sa lame, il traca une large cicatrice en forme de croix sur le tronc du guerrier noir. Levant son épée haut vers les cieux clairs et purs, Edouard lanca le noble cri de guerre de sa famille.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Mer 22 Fév 2006 - 20:06

Le second tour était à présent terminé. Les combattants se remettaient de leurs blessures et attendaient les résultats. On savait déjà que l'ogre et le Nain iraient disputer leurs chances en demi-finale mais il y avait encore incertitude pour ce qui était des deux autres. Quatre combattants étaient encore en lice et prêts à saisir cette chance.
De son côté, Skrasch était sur le point d'accomplir sa véritable mission. Il avait trouvé une ancienne chapelle du Graal presque à l'abandon dont les caves communiquaient avec la fameuse cave cachées du baron, la vraie. Durant toute la durée du combat, il n'avait eu de cesse de griffer le mur pour y causer une brêche et il était sur le point d'aboutir. Il parvint à faire un trou assez gros pour y passer son museau et regarda à l'intérieur. C'est alors qu'il entendit un son derrière lui qui le fit se retourner. Un "emissaire" du clan Eshin avait été envoyé pour régler quelques détails avec lui... sa défaite au tournoi, même s'il n'y participait que pour donner le change pendant qu'il continuait ses recherches au nom du conseil des treize, n'avait pas été très bien perçue. Nul n'entendit plus jamais parler de lui à Havras.

Edouard d'Artenois, bien que non-selectionné pour la suite à cause d'une défaite de trop contre l'invincibile Grundark, avait de l'avis de tous conservé son honneur indemne et fut invité à assister à la suite des événements depuis un siège au côté des plus grands seigneurs présents et entouré de belles dames qui n'avaient d'yeux que pour lui.
Garlokh, pour sa part, avait disparu sans laisser de traces, ruminant sa colère malgré un résultat plus qu'honorable. Pendant une nuit, l'attelage de Khemriskhara reprit la route du Sud et disparut mystérieusement, comme il était venu. Selon les dires des gueux qui le virent, l'os-qui-n'avait-pas-de-bouclier-jadis, comme il était nommé à présent, avait à nouveau la tête sur les épaules.

Pour régler la question des séléction, il fut décidé une règle de dernière minute, totalement injuste et brutale selon certains mais qui garantiraient des combats acharnés : un prétendant de chaque groupe irait affronter un prétendant de l'autre dans un combat sans merci et en une seule manche gagnante.


Ecrémage :

Marty de Montségur contre le comte Roland de Hauteville :

Les deux nobles chevaliers avaient dû participer à de nombreux combats pour en arriver là et aucun des deux ne comptait faire de cadeau à son adversaire. D'un côté se trouvait le noble et fameux Marty de Montségur, chevalier en Quête du Graal dont le fléau briseur d'arme magique avait fait ravage au fil des combats. De l'autre se tenait Roland de Hauteville, véritable saint vivant et membre de la haute noblesse du royaume.
Les deux paladins avaient les yeux rivés sur la tribune, guettant le signal du départ. Le duc Taubert de l'Anguille, arrivé plus tôt dans la matinée, se dressa sur sa chaise et jaugea les deux guerriers. Après un instant, il fit signe à sa fille, à ses côtés, pour qu'elle donne le départ. Elle se leva et lâcha un blanc voile dans la lice.
Lorsqu'il toucha le sol, les deux héros s'élancèrent, pour l'honneur et la gloire. Le choc fut terrible, Roland leva bien haut son épée Marty fit tournoyer son fléau (Marty = 3T, 3B, 1 Svg, 1 béné., 1PV ! arme détruite / Roland = 4T, 3B, 2 Svg, 1PV ! notez que les coups ont eu lieu en simultané et que Roland a pu utiliser son épée). Le baron de Havras, Edouard d'Artenois, le duc et tous les comtes et barons de l'assistance se levèrent. Les deux chevaliers venaient de se toucher et, dans le fracas du combat, le fléau de Marty trouva l'épée du Comte, s'enroula autour et la brisa.
Roland, plus rapide que le Questeux, réattaqua promptement (3T, 2B, 2 Svg) et constata que la réputation de l'armure de Montségur n'était pas usurpée. Il se trouvait face à un adversaire de taille et il se sentait investi d'une mission : celle de mettre à l'épreuve ce nouveau chevalier de la Quête qui s'opposait à lui. Marty lâcha son fléau d'arme et tira sa noble lame pour répliquer (2T, 2B, 1 Svg, 1PV !). Une fois de plus, Montségur, transcendé, atteint l'autre chevalier, lui infligeant une blessure d'où s'ecoulait un sang pur et presque lumineux. Roland frappa de nouveau (5T, 3B, 3 Svg) mais le heaume de Marty luit sous la lumière du soleil en déclanchant sa magie protectrice. Le seigneur de Montségur pointa son épée vers le torse de son ennemi, faisant confiance à son talent martial pour surpasser l'impressionnante capacité de combat de Hauteville (4T, 4B, 4 Svg). Roland frappa encore (4T, 2B en double 6, 2 Svg) sans blesser Marty. Ce dernier attaqua encore (2T en double 6, 1B, 1 Svg), mais sans résultat, cette fois et Roland en profita pour refrapper avec la force d'un lion (3T, 2B, 2 Svg). Montségur bloqua la lame de Hauteville avec le quillon de sa propre épée et attaqua dans la foulée (4T avec un double 6, 4B, 4 Svg avec un double 6) pour voir ses efforts réduits à néants par les parades de boucleir de hauteville. Roland fit une moulinet magnifique en direction du cimier de Marty, comme s'il avait voulu trancher son casque (5T, 2B, 2 Svg), cependant, le heaume était plus que solide. En réponse à cette provocation, Marty frappa une fois encore (4T, 2B, 2 Svg) et Roland, qui savaiit se protéger, voulu tenter une nouvelle botte pour terrasser l'autre paladin (3T, 3T, 2 Svg, 1PV) et cette manoeuvre se révéla payante. Le sang de Marty était en pleine ebullition dans ses veines et c'est pourquoi il frappa avec une ardeur renouvelée (3T, 2B, 2 Svg) mais pas encore assez violemment pour mettre un terme au combat. De son côté, Roland ne put attaquer, trop occupé à parer les coups de Marty (rien) qui frappait sans relâche (4T, 3B, 2 Svg, 1PV). D'un geste somptueux, il porta une estocade foudroyante au chevalier du Graal qui fut abattu et jeté bas.
Marty fut porté en triomphe, il venait d'accéder à la demi-finale.

Guillaume d'Idoïne contre Ighor Kedpluzenplufor :

Firent leur entrée les guerriers Guillaume d'Idoïne et Ighor l'orque noir. Marty avait été transporté par la foule au loin et l'arène était à nouveau utilisable. Le signal fut donné prestement et les deux combattants se chargèrent, déterminés à s'entre-tuer s'il le fallait (Ighor = 2T, 2B, 1 béné. 1PV + impact = rien / Guillaume = 2T, 2B en double 6, 1 inv., 1PV !). L'impact disloqua certaines parties de leurs armures réspectives et chacun se retrouva criblé d'echardes de métal et d'entailles. Mais il en fallait plus pour les arrêter. Guillaume se lança sur son ennemi et voulu défoncer le casque de l'orque et, accessoirement, la tête verte et vide qui se trouvait en dessous (2T malgré un double 1, 2B, 2PV). Toutefois, l'armure de l'orque était légendaire et Ighor ne succomba pas, bien au contraire (3T, 2B, 1 béné. 1PV !), ce qui surpris grandement le seigneur d'Idoïne. Guillaume était fou furieux, il s'apprêta à attaquer comme un forcené, mais une chose etonnante survint. L'orque s'effondra. Il avait été terrassé par la précédente attaque. Il fallait simplement que son cerveau reçoive l'information et l'analyse.
Contre toute attente, l'orque noir n'accéderait pas aux demi-finales et la Bretonnie allait y être bien représentée pour sa part.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Dim 26 Fév 2006 - 17:28

Demi-Finales :

Ighor se reveilla au milieu des porcs. Lorsqu'il apprit qu'il avait été vaincu si prêt du but, il entra dans une rage folle, il sauta sur le dos de son sanglier, s'empara de son matériel et voulu aller dire deux mots à "lorganisateurdsetournôa". A peine eut-il sauté par dessus la barrière de l'enclos avec son gros cochon denté qu'il se trouva confronté à un problème. Un grand chevalier en armure venait de sauter en selle, conscient des intentions de l'orque. Il était coiffé d'un grand heaume etincelant et un gueux vint lui apporter une lourde lance de cavalerie. Le baron, se tourna vers lui et lui demanda ce qu'il faisait "Que vous arrive-t-il, Hagen ? Ne voulez-vous pas voir le prochain combat ?", ce à quoi le paladin répondit qu'il avait une chose à régler. L'orque chargea, en même temps que le chevalier (Ighor = 3T avec un double 6, 3B, 3 Svg + Sanglier = 1T, 1 B, 1 Svg / Hagen = 2T, 2B dont un coup fatal, une Svg, mort automatique). L'orque retomba dans la boue, l'epaule démise. Il râla et repartit dans son enclos frapper quelques gobs. Hagen s'excusa auprès de la noble assemblée pour sa tendance à "trop en faire" et allâ ôter son equipement pour pouvoir regagner la tribune et se faire une petite place aux côtés d'Edouard et des Damoiselles.


Kraggi McKrag contre Marty de Montségur :

Kraggi McKrag et Marty de Montségur le catharien firent leur entrée dans la lice. Partout, les paris allaient bon train, certains prétendaient que Marty ne pouvait plus perdre et d'autres leur rappelait que le nain était invincible. Kraggi reçut l'honneur de la charge pour cette première manche de combat. Marty, qui savait que le Marteau du nain avait des pouvoir similaires à ceux de son fléau, en fut grandement désolé, mais les règles étaient les règles.
Le nain commença à courir, lentement et lourdement, comme à son habitude? Une fois sur son ennemi, il frappa avec précision, comme à son habitude, là encore car les nains n'aiment pas innover (4T avec un triple 6, 2B, 2 Svg, arme détruite). La chaîne du fléau d'arme de Marty céda et son arme lui fut arrachée des mains par la violence du coup. Ne se laissant pas démonter, il tira son épée et l'employa contre son adversaire court sur pattes (4T avec un double 6, 4B avec un triple 6, 2 Svg, 1 Inv. 1PV !). Marty était manifestement très motivé et avait, dès sa première attaque, réussi à trouver le nain sous le métal. Furieux, Kraggi brandit encore son marteau et en usa sur le paladin (4T, 3B, 3 Svg) qui résista grâce à son armure remarquable. Montségur, sonné mais ayant l'ascendant sur le nain dans cette passe d'arme, refrappa (3T, 1B, 1 Svg) pour ne trouver qu'une cuirasse. A son tour, le nain attaqua comme un fou (4T avec un double 6, 2B avec un 6, 1 Svg). Manifestement, le talent était au rendez-vous, les coups étaient précis et rapides et les armures remplissaient leur office. Tous les yeux étaient rivés sur les deux héros.
Marty abattit son arme sur le nain, encore et encore (2T, 1B, 1 Svg) aussitôt imité par le nabot (4T, 2B avec un 6, 2 Svg). Le seigneur des terres de Catharie enchainait les parades, les feintes, les ripostes et les estocades où le nain rendait tous les coups avec violence (Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Kraggi = 2T avec un double 6, 2B, 2 Svg / Marty = 2T, 2B, 2 Svg / Kraggi = 4T, 2B, 2 Svg / Marty = 4T, 4B avec un triple 6, 3 Svg, 1 Inv. / Kraggi = 2T, 2 B, 2 Svg / Marty = 2T, 1 B, 1 Svg / Kraggi = 3T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 1B, 1 Svg / Kraggi = 4T, 4B, 4 Svg / Marty = 3T, 2B avec un double 6, 2 Svg / Kraggi = 4T, 3B avec un double 6, 3 Svg / Marty = 3T / Kraggi = 3T, 2B avec un double 6, 1 Svg avec un double 1 sur la svg et la relance, 1PV !). Au final, le nain était parvenu à égaliser à une blessure partout. Le combat était enfin lancé !
Marty ne se laissa pas démonter par si peu et frappa avec sa hargne habituelle (3T, 2B, 2 Svg), devant subir une nouvelle série de coups du nain en réponse (3T avec un double 6, 1B avec un 6, 1 Svg). Montségur changea de garde pour tromper son ennemi (4T, 1B, 1 Svg) mais l'effet fut relativement modéré. Le paladin trancha en tous sens avec son épée et parvint une nouvelle fois à trouver un morceau mou à entailler (2T, 1B, 1PV !). Le nain ne toléra pas cet affront et le combat reprit donc pour plusieurs minutes de mélée virile (Kraggi = 4T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Kraggi = 3T, 2B, 2 Svg / Marty = 2B, 1B, 1 Inv. / Kraggi = 4T avec un double 6, 2B, 2 Svg / Marty = 2T, 1B, 1 Inv. / Kraggi = 3T, 3B, 3 Svg / Marty = 3T, 1B, 1 Svg / Kraggi = 4T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T/ Kraggi = 2T, 2B, 2 Svg / Marty = 1T, 1B, 1 Svg / Kraggi = 3T, 2B, 2 Svg / Marty = 4T, 2B, 2 Svg / Kraggi = 2T, 1B, 1 Svg / Marty = 3T avec un double 6, 2B avec un double 6, 1 Svg, 1 Inv. / Kraggi = 3T, 3B, 3 Svg / Marty = 2T, 1B, 1 Svg / Kraggi = 3T, 3B, 3 Svg / Marty= 4T, 1B, 1 Svg / Kraggi = 4T, 3B, 3 Svg / Marty = 2T avec un double 6, 1B, 1 Svg / Kraggi = 3T avec un double 6, 2B, 2 Svg / Marty = 2T, 1B, 1 Svg / Kraggi = 3T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 1B, 1 Svg / Kraggi = 3T, 3B, 3 Svg / Marty= 3T, 3B avec un triple 6, 2 Svg, 1 Inv. / Kraggi= 4T avec un double 6, 4B en quadruple 6 affraid , 3 Svg, 1PV !). La rage du nain avait eut raison des défense de Marty. Tous deux étaient blessés et ne pourraient tolérer beaucoup plus de blessures.
Marty de Montségur fit virevolter son arme et l'abattit sur le nain (3T, 3B ! 3 Svg) et le nain riposta une nouvelle fois (4T avec un double 6, 3B, 3 Svg). Marty frappa encore et toujours avec fougue (3T, 1B, 1 Inv.). De son côté, le nain faisait dans l'efficace en visant les points stratégiques (3T, 3B avec un double 6, 3 Svg) pour découvrir que d'autres que lui avaient une bonne armure.
Le paladin de la Quête, dont l'épée commençait à être sérieusement ebrêchée, tenta une nouvelle attaque (2T, 2B, 2 Svg) à laquelle le nain ne se laissa pas surprendre. Les deux combattants étaient à bout de forces. Ils avaient déjà eu à effectuer de longs combats au cours de ce tournoi, mais jamais ils n'avaient réussit à déployer une telle quantité de leurs ressources les plus cachées (eh oui... tous ces 6, ça a dû en faire de jolis mouvements à regarder pour le public Laughing ). Tous deux s'appliquaient dans leurs mouvements sans toutefois brider la puissance de leurs coups. C'etait ce genre de combats qui rendait les guerriers légendaires.
Les deux combattants s'observaient, se jaugeaient, attendaient. C'est alors que Marty repartit à la charge (4T, 3B, 1 Svg, 1 Inv., 1PV !) et, d'un geste fluide et maitrisé, parvint à faire voler en l'air le casque du nain, désanglé par la vigueur du choc !
Cet événements laissa tous le public interdit une bonne minute, puis ce dernier réalisa ce qui venait de se produire et acclama Marty. Le nain venait de perdre pour la seconde fois de tout le tournoi et on attendait avec impatience sa revanche.

Guillaume d'Idoïne contre Grundark :

Grundark pénétra dans l'enceinte deux heures après la fin du combat des boîtes de conserves. Guillaume l'y attendait déjà, finissant de s'équiper. La charge était pour le bretonnien qui prit une profonde inspiration et recommanda son âme à la Dame, au cas où, lui rappelant qu'il donnerait sa vie pour elle comme il en avait fait le serment. A mesure que son destrier dévorait la disctance le séparant de l'ignoble bête, Guillaume sentait la rage croître en lui tandis que sa main se crispait sur la poignée de sa noble épée. Arrivée à deux coudées de l'ogre, il fendit enfin l'air pour viser directement le ventre de la bête (3T avec un double 6, 2B, 2PV !). La bête immonde recula, blessée par cette redoutable attaque. Laissant parler toute sa férocité, Grundark empoigna solidement le manche de son enorme masse et ecrabouilla ce qui s'offrait à lui (4T, 4B, 2 béné., 2PV). Le chevalier se trouva ejecté au loin. Il s'extirpa de sous sa monture inanimée et repartit à l'assaut en courant (2T, 1B, 1 Inv.). Hélàs pour lui, la magie du collier de l'ogre le présérvait des coups de sa gigantesque lame. Grundark bava en se frappant le torse comme un animal, puis attaqua une nouvelle fois, bravant la bénédiction que la Dame accordait à ses champions (3T, 2B, 1 béné., 1PV !). On apporta un civière pour Guillaume. Le combat était terminé.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Mar 28 Fév 2006 - 1:06

Marty de Montségur contre Kraggi McKrag :

On attendit le lendemain pour relancer les combats. Tous avaient joyeusement fait la fête et se préparaient à assister à la revanche du nain qui, cette fois, encaisserait la charge furieuse de Montségur.
Marty, lança un signe de défi à l'encontre de son opposant et s'elança sur lui (3T, 2B, 1 Svg, 1 Inv., pas d'effet pour le fléau ! affraid ). Marty venait de rater son coup. Son adversaire était encore vaillant et son arme était intacte ! En réponse, le nain répliqua (3T avec un double 6, 3B, 3 Svg, arme détruite !) et brisa son fléau de la même manière que la fois précédente. Marty était affligé, il sortit son arme du fourreau et se prépara à un long combat (2T) tandis que le nain, confiant en sa défense, martelait l'armure de Marty (4T, 2B, 2 Svg). Le sire de Montségur savait que leur dernière longue rencontre avait tourné à son avantage et se dit qu'il pouvait bien en aller de même cette fois et c'est avec cette idée en tête qu'il s'evertua à trouver une faille dans la garde du nain et surtout, dans son armure (3T, 2B, 2 Svg / Kraggi = 4T, 2B, 2 Svg / Marty = 4T, 4B avec un triple 6, 3 Svg, 1PV !). La chance venait de sourire au bretonnien qui avait percé une nouvelle fois le petit corps ventur du nain qui avait une telle gueule de bois qu'il lui était difficile de parer toutes les attaques.
Les choses n'en restèrent pas là et les deux bretteurs se remirent vite à l'oeuvre (Kraggi = 2T avec un double 6, 1B, 1 Svg / Marty = 2T, 2B, 2 Svg / Kraggi = 4T, 2B, 2 Svg / Marty = 4T, 4B avec un double 6, 3 Svg, 1 Inv. / Kraggi = 4T, 2B, 2 Svg / Marty = 2T, 2B, 2 Svg / Kraggi = 3T, 2B, 2 Svg / Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Kraggi = 4T, 4B, 4 Svg / Marty = 3T, 2B, 2 Svg / Kraggi = 3T, 3B, 3 Svg / Marty= 3T, 3B, 3 Svg / Kraggi = 3T, 1B, 1PV !).
Le scénario était identique au précédent combat, Marty avait ouvert le bal pour être relativement vite suivi par le nain dans un déluge du coups fulgurants et d'une rare élégance. Les deux combattants se valaient, décidément et nul ne pouvait donner l'issue de leur duel.
Marty repartit à l'assaut de plus belle (4T, 2B, 1 Svg, 1 Inv. / Kraggi= 3T, 3B, 3 Svg / Marty= 2T / Kraggi= 4T avec un triple 6, 1B, 1 Svg / Marty= 4T avec un double 6, 3B avec un double 6, 2Svg, 1PV !). Le nain vacilla une nouvelle fois, Marty sentit qu'il prenait l'avantage et tenta de le concrétiser (Kraggi= 2T avec un double 6, 2B, 2 Svg / Marty= 4T avec un double 6, 1B, 1 Svg / Kraggi= 4T, 4B, 4 Svg / Marty= 2T, 1B, 1 Svg / Kraggi= 3T, 2B, 2 Svg/ Marty= 3T avec un double 6, 3B, 2 Svg, 1 Inv. / Kraggi= 4T avec un triple 6, 3B, 3 Svg / Marty= 3T avec un double 6/ Kraggi= 3T, 3B, 2Svg, 1PV !). En conclusion de cette nouvelle phase de parades/Ripostes, le nain était sortit vainqueur. La prochaine mettrait fin au combat, les deux combattants en étaient sûrs. C'est avec cette pensée à l'esprit, percevant la finale se profiler derrière leur adversaire, qu'il se ruèrent l'un sur l'autre (Marty= 2T/ Kraggi= 4T, 4B avec un double 6, 4 Svg/ Marty= 4T, 2B avec un double 6, 2 Svg/ Kraggi= 3T avec un double 6, 2B, 2 Svg/ Marty= 4T, 3B avec un double 6, 2PV !).
Marty et Kraggi se battaient avec ferveur, convaincus que le combat pouvait s'achever à la première botte mal bloquée, à la première erreur, à la première baisse d'attention. Marty fendit l'air de sa lame et le nain mis un peu trop de temps à se remettre en position de défense, son pied s'enfonça dans la boue et interrompit son mouvement une fraction de seconde. Il n'en fallait pas plus pour mettre un terme à la rencontre. Le nain, pourtant favori, fut terrassé par l'etonnant Marty de Montségur, qui accédait de fait à la finale.

Grundark contre Guillaume d'Idoïne :

Grundark, en voyant le nain sortir sur un civière, fut très déçu. Il avait beaucoup entendu parler de ce petit guerrier invincible depuis le début du tournoi et se faisait une joie de l'affronter. Pourtant, Marty venait de lui ôter ce plaisir. L'ogre regarda son adversaire entrer dans la lice et se mettre en position. Son collier se mit alors à luire et à chauffer comme durant les premiers combats, ce qui lui laissa une horrible marque dans la chair (lo'gre perd un PV !) Sans se poser de question, il avança sur lui à grands pas une fois le signal donné et passa ses nerfs sur le noble chevalier de la quête (2T, 2B, 1 béné. 1PV). De son côté, Guillaume, qui était fermement résolu à montrer une fois de plus sa valeur à la Dame et à l'assemblée des grands seigneurs présents, fit voler sa lame en direction des machoîres d'acier de l'immonde monstre (3T, 3B avec un double 6, 2 Inv. 1PV !). Arrêtant le mouvement de son épée qui l'entrainait en empoignant plus solidement encore son manche, Guillaume redirigea son regard vers l'ogre sans comprendre pourquoi ce dernier était indemne. Légèrement paniqué, le chevalier regarda partout autour et finit par apercevoir un gnoblar tranché en deux, gisant au sol.
Il releva la tête en direction de son ennemi et le regarda fièrement. Grundark leva son enorme masse (3T, 3B, 1 béné. 2PV !) et Guillaume finit sa course dans une motte de foin.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Mer 8 Mar 2006 - 16:48

La Grande Finale :

On avait laissé près d'une semaine s'ecouler depuis les derniers combats. Les beuveries et les festins s'étaient faits nombreux dans la foulée, et les Messagers Ailés du Comte de Catharie étaient arrivés sur leurs pégases pour annoncer officiellement le début de la féria. A cette annonce, Aldebald, qui s'était imposé aux séléctions entre tous les guerriers de Havras volontaires, prit donc le chemin du Sud dans l'espoire de ramener à son Baron des fûts d'Armagnac.
A l'extérieur de la petite cité de Havras, les tentes et les campements improvisés se faisaient de plus en plus nombreux et nombres de vendeurs itinérants proposaient d'"authentiques" moustaches de Sckrasch ou bien encore des morceaux de la barbe de Kraggi conférant virilité et force.
Les barons, les comtes et de nombreux membres des plus grandes maisonnées de tout l'Anguille prirent finalement place dans les gradins. Le combat allait commencer.
Grundark l'ogre gigantesque et le noble Marty de Montségur, représentant de toute la Bretonnie dans cette finale.


Le premier combat :

L'ogre fit craquer ses os. Son regard plein de rage était fixé sur le noble chevalier qui lui faisait face.
De son côté, Marty semblait concentré. Sans se laisser impressionner le moins du monde par cette montagne de muscles qu'il avait déjà réussi à mettre au sol une fois, il coiffa sa tête de son heaume et fit un signe de dévotion à la Dame.
L'air était éléctrique et l'excitation à son paroxysme. Tous deux regardaient le héraut qui effectuait le tirage au sort pour la première charge. Lorsque ce dernier releva la tête pour annoncer le nom de Marty, un courant de satisfaction traversa toute la tribune et le peuple de gueux amassé autour des barrières de la lice.
Sans faire attendre plus longtemps le public, Marty leva bien haut son fléau en signe de victoire, déclanchant une immense clameur. Galvanisé par ce soutien inconditionnel, il chargea l'enorme créature (3T, 3B, 2 Inv., 1PV ! arme détruite). Ses coups furent violents et précis et eurent raison d'un nouveau gnoblar qui se fracassa sur l'epaule de son maître.
L'ogre, amusé, dégagea le petit corps brisé qui gisait sur son biceps et brandit son arme brisée en deux d'une manière menaçante avant de l'abattre sur le noble paladin (2T, 2B, 2 Svg). Indemne, Marty frappa une nouvelle fois (2T) mais ne put blesser l'enorme monstre.
grundark sembla apprecier cette dernière caresse. Il jeta son arme et lança toute sa masse sur le seigneur de Montségur (3T, 1B, 1 Svg), le repoussant au loin. Marty fut sonné, son destrier, qui s'était bien remis depuis la dernière trahison des gnoblars de l'ogre, chancela cependant un instant après avoir encaissé le plongeon du monstre.
Il tira son épée et chargea à nouveau la créature massive (3T, 1B, 1 PV !), terrassant un gnoblar qui finit sur le sol, tranché en deux parties.
Grundark hurla sa rage en bavant. Il s'empara d'un lourd morceau de poutre qu'il avait caché dans son dos et chercha ni plus ni moins à ecraser son opposant (3T, 3B, 2 Svg, 1 PV !). Montségur fut ebranlé. Il perdait un peut de sang et en garderait des traces. Toutefois, sa motivation était telle qu'il réattaqua sans hésiter (2T). Grundark rit bien en voyant cela. Pour seul réponse, il attaqua comme un buffle (3T, 3B, 3 Svg) sans percer l'armure du chevalier.
Le fier Marty frappa une nouvelle fois de sa belle épée (4T, 2B rappelons qu'il le blesse sur des 6 Laughing , 2 PV !). prit d'une rage folle et destructrice, le dévoreur fit tournoyer sa grosse poutre qui heurta violemment le paladin (3T, 2B, 2 Svg). Une magie puissance était toutefois liée au heaume Marty qui s'en tira bien une nouvelle fois.
Montségur, sentant que son ennemi était à sa portée, pointa sa lame vers ce qu'il jugea être un point faible (3T, 1B !, 1 PV !). L'ogre s'effondra, le ventre percé. Le seigneur de Montségur fit deux tours d'honneur, acclamé par la foule.

Le second Combat :

On n'attendit que le lendemain pour poursuivre les combats. Les deux participants s'étaient à grand peine remis de leurs blessures mais étaient bien déterminés à remporter le tournoi et prouver leur suprématie.
Un frisson parcouru l'assistance à la vue du regard sanguinaire de l'ogre. Avant même d'attendre le signal, ce dernier fonça sur le chevalier qui l'avait humilié par deux fois (4T, 4B, 1 Svg, 1 Béné., 2 PV !). Marty venait de voir sa vie défiler devant ses yeux. Il ecrasa son fléau sur la tête de l'ogre qui se trouvait tellement près qu'il en sentait l'haleine comme s'il s'était trouvé au coeur de l'estomac de la créature (2T avec un double 6, arme détruite). Grundark cria de frustration car sa merveilleuse masse venait de lui être ôtée une novuelle fois.
Il ne prit pourtant pas la peine de s'emparer d'une nouvelle arme, préférant frapper avec son tronçon (4T avec un triple 6, 3b, 1 Svg, 2 béné.). Manifestement, la bête était bien plus motivée que la veille et Marty se sentait un peu perdu dans ce torrent de haine et de fureur. Saisissant sa noble épée, il attaqua (2T, 1B ! 1 PV !) qui lança un gnoblar sur la lame du chevalier pour parer le coup, sans parvenir cependant à s'eviter une blessure.
Grundark le dévoreur empoigna le manche da sa masse des deux mains et décocha un terrible coup à Marty (4T, 2B, 1 Svg, 1PV !). Le chevalier se révéla bien incapable de rester en selle; Il fut balayé et finit sa course, la tête dans le sol, à cinq mètre de là.
Tous furent horrifiés. Le prochain combat déciderait de leur sort.

Le combat décisif :

Aucun des deux n'avait pu s'imposer de manière significative jusqu'à présent et tous deux avaient leur chance de remporter ce grand et fameux tournoi. Ils auraient bien combattu le jour même, mais Marty, malgré sa motivation dut attendre une journée complète avant de pouvoir tenir debout sans trébucher. Ce fut donc à nouveau le lendemain que débuta le combat. Le public s'attendait à une belle rencontre et tous voulaient voir triompher Marty, de peur que l'ogre, ivre de victoire, ne cause trop de grabuge.
Il fut décidé que tous deux chargeraient en même temps, pour qu'aucun ne dispose d'un avantage sur l'autre. Les deux champions s'executèrent sans se faire prier, dévorant en quelques secondes la distance qui les séparait (Marty = 3T, 2B, 2 Inv ! arme détruite / Grundark = 5T avec un double 6, 2 Svg avec un double 6 , 2 PV ! charge buffle = 1B, 1 Svg). Le choc fut terrible, l'arme de Grundark vola cette fois-ci en plusieurs gros morceaux et Marty se retrouva jeté à terre.
Reprenant ses esprits aussi vite qu'il le put, le seigneur de Montségur se remit sur pieds et dégaina son épée (3T, 1B, 1 Inv.). Lorsque son regard porta à nouveau sur l'ogre, il vit que ce dernier était vierge de toute nouvelle blessure, mais qu'un gnoblar supplémentaire avait perdu la vie.
Confiant en sa victoire, Grundark fit craquer les os de ses poings puis arma son coup. Il déversa toute sa colère sur les épaules de l'homme (4T, 3B avec un double 6, 3 Svg). A sa grande surprise, son poing resta fiché dans le bouclier du chevalier qui resta solidement debout alors que ses jambes s'etaient sous l'impact enfoncées à demi dans la boue. Il plongea sur le côté droit, feinta et effectua une botte de sa composition (2T, 1B ! 1 Inv.). La tête de l'un des derniers "assistants" du seigneur ogre roula. La large bête eclata de rire en voyant cela et prit un malin plaisir à marcher dessus dans un ignoble bruit de craquement, avant de repartir à l'assaut (2T, double 1 sur la blessure). Marty n'eut aucun mal à éviter le large poings qui tenta de s'ecraser sur lui. Il envoya une nouvelle floppée de coups à son adversaire dans l'espoir de lui trancher la gorge. Il était clair pour lui que le public apprecierait grandement un tel final, la bête morte pour de bon. Il se voyait déjà le pied sur la carcasse sans vie... et cette pensée le motiva (3T, 1B toujours sur des 6 ses B, 1 PV).
L'ogre se trouva balafré. Il s'empara d'un petit objet métallique garni de pointes qui se trouvait dans sa poche et le plaça sur son poings. Cette fois, il était sûr de pouvoir abattre ce frêle humain d'une pichenette (2T en double 6, 2B, 2 Svg). La créature s'etait un peu avancée si elle avait pensé en finir si facilement avec un adversaire aussi coriace. Le chevalier tenta une nouvelle approche, réalisant un enchainement visant le genou du monstre pour s'achever dans son ventre (3T, 1B, 1 PV). Ses coups ne purent tous toucher leur but, mais le genou de la créature fut bien touché, la forçant à s'appuyer dans la boue pour ne pas perdre l'équilibre.
En ultime réponse, grundark frappa le chevalier d'un ample revers de la main (3T, 3B, 2 Svg, 1 béné.). S'il est vrai que Marty aurait dû il laisser la vie, il n'e fut pas ainsi grâce à l'intervention claire de la déesse qui le préserva de la mort.
Marty, encouragé par cette protection divine, frappa avec vigueur (4T, 1B, 1PV) mais Grundark survécut. Le ventru cogna comme un damné pour mettre un terme définitif à la rencontre et du même coup, au tournoi (5T, 4B, 4 Svg ratées et triple 6 et un 5 sur la relance !!! affraid ). Montségur trancha dans le vif (4T, 2 B ! 1 Inv. 1PV !). Les deux combattants étaient à bout, leurs résistances réspectives, sérieusement entamées. Le duel ne durerait plus très longtemps.
Grundark se redressa de toute sa masse, il chargea son adversaire, l'epaule la première, tentant le tout pour le tout (3T, 3 B, 2 Svg, 1 PV !). Marty fut emporté dans le mouvement de l'orge et tous deux finirent dans le sol. Le public resta interdit. Rien ne se passa pendant prêt d'une minute complète.
Finalement, Grundark se releva, révélant un Marty inconscient. l'ogre venait de reporter le fabuleux tournoi de Havras... On sortit Marty sur une civière. Chaque bretonnien présant avait une boule au fond de la gorge et nombreux étaient ceux qui voulaient affronter cet animal, convaincus de pouvoir réussir où Marty avait échoué.
Pendant ce temps, Grundark se pavanait en riant. C'etait une bonne journée, et il était fier de lui.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de Havras
La lance impétueuse
avatar

Nombre de messages : 7975
Age : 33
Localisation : Quelque part entre Colombes et Paris à saper des tunnels
Date d'inscription : 21/12/2004

MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   Mer 8 Mar 2006 - 18:07

Conclusion (intestinale) :

Grundark prit place au centre de la table de banquet dressée en son honneur. Les mets se succédèrent toute la nuit et lui seul avait le droit d'y toucher (bien fou celui qui aurait tenté de s'en approcher en même temps). Tous les serviteurs et cuisiniers restèrent au petit soin pour lui de peur qu'il ne se fache ou manque de quoi que ce fut.

Pendant ce temps, les gnoblars, en nombre bien plus restreint qu'à leur arrivée), trouvèrent enfin un moyen de pénétrer dans la Sainte Cave. Tout excités, ils ne savaient où donner de la tête parmi tous ces tonneaux. C'est alors qu'ils firent la connaissance d'un célèbre chevalier du Graal nommé saint Hinard qui avait pour mission de protéger ce lieu sacré. Nul ne revit plus jamais ces charmantes créatures.

Marty, Edouard, et tous les autres bretonniens finirent par trouver consolation quand on commenca à mettre en perce des tonneaux de bordeleaux d'une qualité remarquable. Après tout, la défaite avait beau être amère, chacun s'était bien battu et nul n'avait trahi son lignage... et ce bordeleaux pouvait effacer toute peine. drunken

Le tournoi de Havras s'était finalement achevé et sans incident majeur. Le baron en était très satisfait. Il envisageait d'en faire un événement annuel en sachant que le prochain bénéficierait déjà d'une excellente réputation après ce premier opus.
Le lendemain matin (plutôt vers midi, le temps qu'il emerge), on remit à Grundark ses prix. On lui offrit un tonneau de grand cru classé de bordeleaux et un rouleau entier de Saint Ruban Adhésif. Il partit en direction du soleil levant, sans demander son reste. Son nom fut gravé dans la roche en souvenir de ce tournoi mémorable et pour que nul bretonnien n'oublie qu'aucune victoire n'est acquise, même avec la protection de la Dame.

_________________
Non, on ne fait pas que charger à Havras, on a aussi des sorciers !
Tremblez devant nos armées... et craignez ma potestas, car je suis votre suzerain !

"Le monde est quand même plus simple quand on le regarde à travers la visière d'un heaume."

Draw me like one of your french girls (par Toison d'or !):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Grand Tournoi de Havras   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Grand Tournoi de Havras
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le grand tournoi des hunters
» Grand Tournoi du Sud 03&04 novembre 2012
» Grand tournoi No limite des Squigs du Nord
» [Nantes] Grand Tournoi de l'Hiver - Samedi 5 janvier 2013 - 11h00 - Sortilèges
» Le Grand Tournoi de Havras

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Bretonnie :: En lice ! Concours et tournois :: L'arène-
Sauter vers: